webGuinee Bibliothèque

Maryse Condé. Ségou : Les murailles de terre - webAfriqa Maryse Conde. Segou : Les murailles de terre (1er tome)

Maryse Condé
Ségou : Les murailles de terre (1er tome)

Paris, Robert Laffont, 1984, 499 pages. Collection “Chemins d'Identité”


Dédicace
A mon aïeule bambara

Ségou, c'était, à la fin du XVIIIe siècle, entre Bamako et Tombouctou — dans l'actuel Mali — un royaume florissant qui tirait sa puissance de la guerre. A Ségou, on est animiste ; or, dans le même temp , une religion conquérante e répand dans le pays du Niger : l'Islam, qui séduit l'esprit et se les attache.
De ce choc historique naîtront les malheurs de Ségou et les déchirements de la famille de Dousika Traoré, noble bambara proche du pouvoir royal. Ses quatre fils auront des destins opposés et souvent terribles, en ce temps où se développent, d'un côté, la guerre sainte et, de l'autre, la traite des Noirs.
Ainsi, acteurs et victimes de l'histoire, il y a le hommes.
Mais, plus profondément, il y a les femmes, libre ou esclaves, toujours fières et passionnées, qui, mieux que leurs époux et maîtres, connaissent les chemins de la vie.
Ségou est un roman si riche et si divers qu'on ne le peut résumer. Il est à la mesure — à la démesure — de ce terres du Sahel qui s'étendent sous un ciel immense. Un grand souffle le parcourt et l'anime, qui est l'âme même de l'Afrique.


Jamais écrite jusqu'ici, voici la grande saga africaine. Pour qu'elle fût vraie — dans la sensibilité et l'esprit comme dans les faits —, il importait que son auteur fût d'origine africaine et connût tout de l'Afrique noire par science et par connaissance intime. Tel est le cas de Maryse Condé : elle est guadeloupéenne, elle a longtemps vécu dans l'Afrique du Sahel, elle est professeur de littérature négro-africaine à l'université Paris IV et elle est écrivain et romancière. Ségou est né, spontanément, de ce savoir profond et de ces dons.

Table des matières

Première partie
La parole qui tombe de nuit

Deuxième partie
Le vent disperse les grains de mil

Troisième partie
La mauvaise mort

Quatrième partie
Le sang fertile

Cinquième partie
Les fétiches ont tremblé

Remerciements

Je ne saurais citer tous ceux qui m'ont aidée de leurs indications bibhographiques ou m'ont donné accès à leur documentation.
Pourtant, je tiens à remercier tout particulièrement mes amis, historiens et chercheurs en sciences humaines Amouzouvi Akakpo, Adama Ba Konaré, Ibrahima Baba Kaké, Lilyan Kesteloot, Elikia M'Bokolo, Madina Ly Tall, Olabiyi Yai, Robert Pageard et Oliveira dos Santos.
Grâce à eux, cette fiction ne prend pas trop de liberté avec le réel.


Facebook logo Twitter logo LinkedIn Logo