Autopsie de l’interview de Mme. Andrée Touré

Henriette Conte, Andree Toure et Lansana Kouyaté. Conakry, 2008

L’interview de Andrée Touré (Guineenews du 1er octobre 2008) fait suite à son marrainage de la conférence du Club — de l’impunité — d’Ahmed Sékou Touré. Faisant suite au papier de Guilavogui Galéma, sa prestation a été largement rejetée par les Internautes Guinéens.

L’entretien débute sur la fausse étiquette de “militante de l’indépendance”, que le journaliste a cru devoir, à tort, attribuer à Mme. Andrée. En rélité, elle était adolescente dans les années 1950. Elle n’a donc pas pu militer durant cette période agitée qui déboucha sur le retour du général Charles de Gaulle au pouvoir et la préparation hâtée du projet projet de referendum sur la Communauté franco-africaine. Il est donc inexact et superflu de ranger Mme. Andrée dans la lutte pour l’auto-détermination qui évolua vers le choix de septembre 1958.

Interview : scoop ou propagande

L’interview de l’ex-première dame n’est pas un scoop journalistique. Elle relève plutôt de la propagande maladroite et mensongère. Le court paragraphe d’introduction est trompeur dans la mesure où il annonce un contenu substantiel. Hélas, le texte est formulé dans la langue de bois de la “révolution” et n’apporte rien de constructif. Au contraire, Andrée persiste et signe dans le refus d’admettre le bilan catastrophique et les crimes innombrables de son mari. Ce faisant, elle souligne l’absurdité de la position des agitateurs de la réconciliation sans justice, qui voudraient tout oublier et tout pardonner, ou tout pardonner sans oublier, etc. Les partisans de cet inepte slogan apportent, objectivement, de l’eau au moulin des suprémacistes non-repentants du PDG et à leur chef de file, Mme Andrée Touré.

Mme Andrée et M. Sékou Touré, en 1960
Mme Andrée et M. Sékou Touré, en 1960

A ce titre, le texte de l’interview n’apporte rien de nouveau.
Cependant, il souligne l’inanité du projet « réconciliation ». Fréquemment invoqué, ce slogan forge une alliance objective avec les perpétrateurs de violations et de crimes politiques sous la dictature. Il proclame la réconciliation dans l’impunité. Il renforce l’arrogance des bourreaux d’hier et d’aujourd’hui. Et il met dans le même sac opposants désorientés et idéologues impénitents du PDG.

Château de cartes

Le discours de de Mme. Andrée repose sur la prémisse d’indépendance. Telle quelle, il est entièrement faux et conduit à un développement et à une conclusion tout aussi erronés. En effet, l’ex-première dame confond deux choses distinctes :

  • la proclamation de la république de Guinée et la création de l’Etat sous la direction de Sékou Toure
  • l’avènement d’une indépendance réelle traduite par l’essor économique, l’émancipation de la paysannerie par l’alphabétisation et l’agriculture vivrière, le progrès de la santé, de l’éducation, de l’habitat, des transports et des télécommunications, des arts et de la culture

En réalité, le 2 octobre marqua le passage du colonialisme blanc au colonialisme noir en Guinée. Je passe ici en revue quelques aspects de l’interview de Andrée Touré.

nous avons réussi, parce que si nous n’avions pas réussi, nous serions encore aujourd’hui une colonie française, peut-être sous une autre appellation.

Juridiquement la Guinée cessa d’être une colonie française le 2 octobre 1958. Mais au lieu d’agir en état libéré de la tutelle métropolitaine, Sékou Touré demanda à l’ancien “maître” colonial de parrainer la république de Guinée.
Voici le texte de son message au Général de Gaulle, daté du 23 novembre 1958.

« Excellence, j’ai l’honneur de porter à votre haute connaissance la décision de mon gouvernement de solliciter son admission en qualité de membre de l’ONU au cours de l’actuelle session de l’Assemblée générale. En raison des liens de toutes sortes qui nous ont unis dans le passé et qu’il nous apparaît hautement souhaitable de sauvegarder dans l’intérêt commun de nos deux peuples, j’ai jugé tout naturel de saisir Votre Excellence de cette affaire à laquelle nous attachons la plus haute importance. Compte tenu de ce passé commun, je crois pouvoir vous demander que la France assume le parrainage de notre candidature et veuille ainsi, dans un esprit d’amitié, guider nos premiers pas sur la scène internationale. …
Veuillez agréer, Excellence, les assurances de notre très haute et très déférente considération.
Signé : Sékou Touré. »

C’est seulement après avoir essuyé le refus du président français, que Sékou Touré demanda au Ghana de présenter la candidature de son pays à l’Onu.

La première 1ere dame parle de réussite. En vérité, la dictature de Sékou Touré a effectivement réussi à :

  • torturer ou tuer plus de cinquante milles victimes politiques
  • détruire le système d’enseignement
  • ruiner la production agricole
  • plonger le pays dans la pauvreté et l’aliénation mentale et économique

Mme. Andrée considère cette catastrophe “irréparable” comme un bilan est très positif.
Elle poursuit :

… avec le vote négatif de la Guinée, cela a permis de libérer les autres États africains qui étaient des colonies françaises.

L’Afrique obtint la souverainet´ politique dans les années 1960. Mais aucun état africain n’a pu se dégager de l’hégémonie occidentale. La migration illégale vers l’Europe et les Etats-Unis attestent de l’échec colossal de la soi-disant indépendance de la Guinée et des autres anciennes colonies africaines, de la plus ancienne (Liberia) à la dernière (Guinée-Bissau, Zimbabwe).

Tierno S. Bah

Tierno Siradiou Bah

Author: Tierno Siradiou Bah

Founder and publisher of webAfriqa, the African content portal, comprising: webAFriqa.net, webFuuta.net, webPulaaku,net, webMande.net, webCote.net, webForet.net, webGuinee.net, WikiGuinee.net, Campboiro.org, AfriXML.net, and webAmeriqa.com.

Leave a Reply