Complotite et Complot Permanent

Sékou Touré—Lansana Conté—Moussa Dadis Camara

Entré furtivement dans l’histoire, à la faveur de lépaisse nuit tropicale du 23 décembre 2008, Capitaine Moussa Dadis Camaran’en sortira vraisemblablement que sous la pression des baïonnettes.

Chaîne des dictateurs, 1958-2010
Chaîne des dictateurs, 1958-2010

En moins de six mois, cet officier a déjà “déjoué” deux complots et arrêté des dizaines d’officiers et de soldats.

La dernière manifestation de la complotite et du Complot permanent — un legs de Sékou Touré — a eu lieu le 23 avril courant. Elle a tous les relents d’une mise en scène, et rappelle les montages de Fodeba Keita dans les années 1960, qui conduisirent à la construction et au remplissage humain du Camp Boiro.

Mais, aujourd’hui comme hier, le plus difficile reste à faire : le Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD) doit produire des preuves irréfutables contre les accusés et permettre leur défense contradictoire des intentions qui leur sont attribuées. A défaut, malgré tout le théâtre, l’événement peut être considéré comme une farce grossière, destinée à dérailler la transition vers le pouvoir civil et à maintenir Moussa Dadis au pouvoir pour le prochain quart de siècle.

Tel maître, tel élève

Captaine Moussa Dadis Camara est un produit typique de l’armée de général Lansana Conté, qui fut lui-même moulé par la machine de guerre de Sékou Touré. Obéissant aveuglément aux deux présidents, ces deux institutions ont accumulé, en 50 ans, un bilan catastrophique et lugubre dans l’oppression et la répression des Guinéens.

Moussa Dadis Camara applique les leçons apprises auprès de son prédécesseur et maître vénéré. Ainsi se perpétue la chaîne maudite, qui depuis 1858, maintient au sommet de l’Etat guinéen des psychopathes, donc des individus inaptes, ipso facto, à l’exercice de la fonction de chef d’Etat pour le bien du pays et de ses habitants.

Car, pour reprendre la puissante métaphore du Qur’an —  Summun (sourd), Bukmun (muet), Umyun (aveugle)—, du Qur’an, les trois présidents guinéens souffent de la cécité morale, intellectuelle et spirituelle des Kaafirun ou Réjecteurs de la Foi. Ils sont Sourds, Muets, et Aveugles, au sens, non pas physique, mais spirituel de ces termes. Ainsi, ils ont des oreilles mais ils ne peuvent pas entendre la vérité ; ils ont une bouche, mails ils ne peuvent pas l’ouvrir pour dire le vrai ; ils ont des yeux, mais leur vue est fermée à l’idée et à la nature mêmes de la vérité.

Quelle est cette vérité ? Etre l’humble serviteur, et non pas le maître tyrannique, des populations guinéennes.

Ce principe cardinal échappa à Sékou Touré et à Lansana Conté. En décidant d’emprunter le chemin tortueux de ses prédécesseurs, Moussa Dadis Camara se condamne, lui-aussi, à perdre de vue cette maxime, pourtant simple, salvatrice et rédemptrice.
A maintes reprises, Moussa Dadis a étalé les traits dominants, repoussants et inacceptables de sa personnalité :

  • Il ne peut pas admettre les faits et la réalité, c’est-à-dire le désir et la volonté des Guinéens de se doter d’institutions réelles et de dirigeants démocratiquement élus après cinquante ans vécus sous la tyrannie et la dictature.
  • Il ne peut pas réfléchir avant de parler.
  • Il ne peut pas respecter la parole donnée.

Il en découle :

  • Son engagement dans la voie de l’échec, qui a sanctionné ses devanciers
  • L’influence sinistre (pour reprendre la formule de Frantz Fanon) qu’il projette sur son entourage et sur le pays.
  • L’enfoncement continu de la Guinée dans la pauvreté économique, culturelle, morale, intellectuelle et spirituelle.

Tierno S. Bah

Tierno Siradiou Bah

Author: Tierno Siradiou Bah

Founder and publisher of webAfriqa, the African content portal, comprising: webAFriqa.net, webFuuta.net, webPulaaku,net, webMande.net, webCote.net, webForet.net, webGuinee.net, WikiGuinee.net, Campboiro.org, AfriXML.net, and webAmeriqa.com.

Leave a Reply