Obama : liberté et dignité humaines en Guinée

President Barack Obama. State of the Union speech, Jan. 27, 2010
President Barack Obama. State of the Union speech, Jan. 27, 2010

That is why we stand with the girl who yearns to go to school in Afghanistan, we support the human rights of the women marching through the streets of Iran, and we advocate for the young man denied a job by corruption in Guinea.
For America must always stand on the side of freedom and human dignity. (Barack H. Obama, president of the United States of America. State of the Union speech, Jan. 27, 2010)

Président Barack Obama. Discours 2010  sur l’état de l’Union

Comme la tradition l’exige, il avait pour audience le Congrès (Sénat et Chambre des Représentants), le gouvernement (moins Hillary Clinton en mission et le ministre en réserve au secret)*, les juges de la Cour Suprême, le membres de son cabinet, l’état-major interarmes, le corps diplomatique, la presse. Michelle Obama et Jill Biden y ont pris part, assises au balcon.

Venant après  les congés de fin d’année et le Martin Luther King, Jr. Day, la cérémonie clôture la rentrée politique à Washigton, DC. Et elle reçoit une couverture médiatique, domestique et internationale, de premier plan.

Dans le court paragraphe ci-dessus, Obama  y annonce les secours américains à Haiti, mais il dénonce la non-scolarisation des jeunes filles en Afghanistan, les restrictions des droits des femmes en Iran, et la corruption et le chômage de la jeunesse en Guinée.

La notoriété négative de la Guinée reste donc au premier rang de l’actualité mondiale. Et c’est tant mieux si les puissants de ce monde s’en préoccupent et évoquent publiquement la situation tragique de ce pays. Les chauvinistes et les démagogues guinéens se demanderont : de quoi le président américain se mêle-t-il ? La réponse à cette interrogation est claire et simple. Nous vivons dans un monde interconnecté où, à défaut d’être solidaires, nous sommes interdépendants. Et en ce qui concerne Obama, l’Afrique ne saurait être étrangère : il y puise ses racines paternelles.

On comprend donc la détermination de son administration à la suite du massacre du 28 septembre à Conakry. Les officiels du plus haut niveau se sont impliqués dans une attaque frontale contre Moussa Dadis Camara et le Cndd : Hillary Clinton, Susan Rice (Onu), Johnnie Cochran (Mr. Afrique du Département d’Etat) et leurs collègues ont pesé de leur poids pour empêcher le retour de Dadis en Guinée.

Président Obama a hérité d’une de ces crises cycliques du capitalisme. Sans être unique, la complexité des problèmes socioéconomiques des Etats-Unis est, tout de même, à la dimension de ce sous-continent. C’est dire qu’ils sont énormes ; la cupidité et les spéculations financières de Wall Street, la paupérisation de la classe moyenne par l’exportation de l’emploi vers des marchés du travail plus lucratifs (Chine, Mexique, Inde, etc.), les coûts de l’assistance et de l’assurance médicales, les inégalités sociales, les guerres en Irak et en Afghanistan, l’impasse du système éducatif, le racisme, etc., sont autant de problèmes pour les dirigeants et les citoyens américains. Mais cela n’a pas empêché l’occupant de la Maison Blanche d’attirer l’attention sur le cas guinéen.
Merci donc à Barack Obama de fustiger le chômage des jeunes guinéens privés de travail par la corruption rampante. Merci bis pour le rappel et le rejet de la transformation de la Guinée en Etat paria et un déni endémique de la liberté et de la dignité humaines.

*Par mesure de sécurité, le gouvernement américain ne se réunit pas au complet dans un même endroit hors de la Maison Blanche. On prend toujours soin de désigner un ministre qui est investi de tous les pouvoirs  et emmené dans un lieu sûr et secret jusqu’à la fin de la cérémonie. Ainsi en cas de tragédie entraînant la disparition de ses collègues présents au Congrès, c’est cet officiel qui assurerait la continuité de la branche exécutive de l’Etat.

Tierno S. Bah

Tierno Siradiou Bah

Author: Tierno Siradiou Bah

Founder and publisher of webAfriqa, the African content portal, comprising: webAFriqa.net, webFuuta.net, webPulaaku,net, webMande.net, webCote.net, webForet.net, webGuinee.net, WikiGuinee.net, Campboiro.org, AfriXML.net, and webAmeriqa.com.

Leave a Reply