Du Pont à l’Echangeur des Pendus

Les Quatre Pendus de Conakry, 25 janvier 1971

Les Quatre Pendus de Conakry, 25 janvier 1971
Nadine Bari et l’Association des Victimes du Camp Boiro (AVCB) cherchent à préserver des débris-reliques du Pont des Pendus. La démarche est légitime et répond, dans une certaine mesure, à l’invocation poignante ci-après :

« Nous ne nous étions pas trompés il y a trois mois. On a pendu dans toutes les régions, publiquement. Plus de cent exécutions.…
Qui sait ? Les générations futures chanteront-elles, peut-être, la geste des pendus du Pont Tumbo, des martyrs morts dans l’ignorance de leur crime. Peut-être, glorifieront-elles le courage de ces victimes qui, cette nuit du 25 janvier 1971 et toute la longue journée du lendemain, se balancèrent sinistrement sur l’autoroute, appelant la malédiction divine sur leurs assassins. »
(Jean-Paul Alata. “La ballade des Pendus” in Prison d’Afrique)

Pour la Désignation Officielle de l’Echangeur des Pendus

Un pays qui ignore son passé est condamné à le répéter. En Guinée, le devoir de mémoire et la construction de la démocratie, — différée et lente, contrariée et violente — exigent la perpétuation du souvenir des victimes de la dictature. Après la destruction du Pont des Pendus, il incombe donc au gouvernement de donner à la nouvelle infrastructure le nom d’Echangeur des Pendus. C’est là une mesure dictée par l’histoire, la logique, la justice et l’éducation des générations montantes.

Tierno S. Bah

Tierno Siradiou Bah

Author: Tierno Siradiou Bah

Founder and publisher of webAfriqa, the African content portal, comprising: webAFriqa.net, webFuuta.net, webPulaaku,net, webMande.net, webCote.net, webForet.net, webGuinee.net, WikiGuinee.net, Campboiro.org, AfriXML.net, and webAmeriqa.com.

Leave a Reply