Fierté Air Guinée

Aboubacar Demba Camara, Bembeya Jazz national
Aboubacar Demba Camara, Bembeya Jazz national

L’entrefilet ci-dessous souligne la persistance du mythe “Sékou Touré” dans la Côte d’Ivoire voisine. Il révèle également à quel point des Africains peuvent mettre le coeur à la place de la tête, édulcorant et embaumant à souhait l’histoire post-coloniale du continent.
Ainsi pour l’auteur de ces lignes, le sentiment de fierté est d’une importance absolue. Etre fier et mourir !…
L’auteur n’évoque, ni ne décrit ou analyse le bilan de la compagnie d’Etat Air-Guinée sous la dictature de Sékou Touré.
Il succombe plutôt à la nostalgie qui enveloppe aujourd’hui la défunte compagnie aérienne. En vérité, un tel sentiment repose sur le discours loyaliste des partisans de Sékou Touré. Mais il est aussi alimenté par l’apport d’artistes talentueux, comme le Bembeya Jazz, dont on peut écouter ici le morceau “Air Guinée” du début des années 1960.

Bembeya Jazz – “Air-Guinée”

De tels sentiments sont appréciables. Certes. Mais ils ne devraient pas ignorer les réalités et les contraintes liées à l’existence d’une entreprise commerciale, notamment fonctionnement, sa gestion et ses performances économiques.

Peut-être par erreur de plume (lapsus calami), M. Ben Ismaël parle de la gestion aventurière d’Air-Guinée. Il aurait  prendre pas la peine de s’interroger sur la rentabilité, la ponctualité, la sécurité de la compagnie.

En rétrospective, un examen sérieux confirmerait qu’Air Guinée fut davantage un outil de propagande idéologique, un symbole fortement subventionné mais toujours déficitaire, un gouffre budgétivore et un étalage de prestige, mal géré par une bureaucratie parasitaire et un président mégalomane. Autant admettre que la compagnie ne fut ni un pôle de croissance ni un moyen de développement de la Guinée. Elle servit plutôt les intérêts du chef du parti unique, le PDG, et de son Etat que les besoins du pays ? …

Air-Guinée entra en déclin sous la présidence même de Sékou Touré. Ainsi, en 1981, excessivement chargé, un appareil de la compagnie en provenance du Maroc, s’écrasa dans la mangrove avoisinant l’aéroport de Conakry-Gbessia. Des morts (?), des blessés et des pertes matérielles considérables furent enregistrés. Mais, à ma connaissance, il n’y eut pas d’enquête. L’avion et sa cargaison s’enfoncèrent graduellement et disparurent dans la boue des marécages.

C’est fut cela aussi la “fierté Air-Guinée”.

Quant à feu Pathé Diallo, c’est dommage qu’il n’ait pas employé sa plume de journaliste pour évoquer le sort tragique de son frère aîné, l’avocat Ibrahima Diallo, sauvagement torturé avant d’être assassiné dans le premier complot ourdi en 1960 par Sékou Touré contre la Guinée.

 Tierno S. Bah

Souvenir : « Air Guinée » C’était la fièrté de Ahmed Sékou Touré

« Air Guinée », c’était la compagnie nationale de transport aérien de la Guinée-Conakry. La fièrté de tout les guinéens et particulièrement du président Ahmed Sékou Touré. « Air Guinée » est une belle histoire du transport aérien en Afrique de l’ouest du genre et celle qu’on aimerait entendre souvent dans les coulisses des indépendances africaines.
La Guinée-Conakry indépendante en 1658, crée sa propre société de transport aérien authentiquement guinéenne en vue d’exploiter l’espace africain, arabe ou asiatique. A l’époque l’initiatiative de Ahmed Sékou Touré prêtait à sourire à l’Ivoirien Félix Houphouët-Boigny, ou au Sénégalais Léopold Sédar Senghor. La France, en 1958, venait de rompre brutalement avec la Guinée de toutes ses rélations politiques diplomatiques et économique, tout simplement parce que Ahmed Sékou Touré avait dit « non » au Général de Gaulle au référendum Franco-africain.
Les Guinéens, lâchés par tous les promoteurs français, vont vivre une aventure de gestion d’un type nouveau.
Ahmed Sékou Touré est là. Fort, très fort avec sa profession de foi, naît « Air Guinée » sans intervention de la France.
Invité à l’époque par Pathé Diallo, journaliste à la radio-Conakry, je visitais le siège de « Air Guinée » à, la 6ème avenue de la république, à Conakry. « Air Guinée » était pour moi, le plus grand”évènement de l’histoire du commerce aérien en Afrique de l’ouest où l’ivoirien Félix Houphouët-Boigny et le sénégalais Léopold Sédar Senghor prêchaient d’avantage pour la communauté Franco-africaine. En tout cas, Ahmed Sékou Touré était très fier de « Air Guinée ». Et les guinéens vivaient de cette ‘’révolution aérienne commerciale” au quotidien.

Ben Ismaël
Abidjan.net

Tierno Siradiou Bah

Author: Tierno Siradiou Bah

Founder and publisher of webAfriqa, the African content portal, comprising: webAFriqa.net, webFuuta.net, webPulaaku,net, webMande.net, webCote.net, webForet.net, webGuinee.net, WikiGuinee.net, Campboiro.org, AfriXML.net, and webAmeriqa.com.

Leave a Reply