Graphologie de Sékou Touré. Résultat no.1

Lettre de Sékou Touré  à Balla Camara, ancien ministre, emprisonné au Camp Boiro. Conakry, 1968
Lettre de Sékou Touré à Balla Camara, ancien ministre, emprisonné au Camp Boiro. Conakry, 1968

Graphologie : technique d’analyse de l’écriture qui affirme pouvoir déduire systématiquement des caractéristiques psychologiques de la personnalité d’un individu à partir de l’observation de son écriture manuscrite. » (Wikipédia)

Pour la rédaction de sa biographie en 8 volumes de Sékou Touré, André Lewin soumit des textes manuscrits du président guinéen à deux spécialistes de graphologie. Sans leur révéler l’identité de l’auteur de la note rédigée à la main, il obtint des résultats d’analyse presque identiques. Il s’agit ici d’une lettre que Sékou Touré adressa à Balla Camara, emprisonné au Camp Boiro en 1968 dans le “Complot Kaman-Fodéba.” Il sera fusillé en 1971.

On lira ici les conclusions du premier graphologue.

On retrouve dans le texte daté de 1968 tous les traits de caractère notés dans la première étude. Cependant, plus long, le document permet plus de précision.

  • Le scripteur a certainement une nature paranoïaque avec tout ce que cela comporte de perturbations chez le sujet.
  • Au tempérament extraverti, à l’audace, l’emphase, l’orgueil, l’ambition démesurée, l’agressivité et aux dispositions sectaires et tyranniques, s’ajoutent un manque complet de sens moral et de respect d’autrui, une prédominance des pulsions violentes mêlées à des vagues d’émotions plus ou moins contrôlées.
  • L’homme semble obéir à des forces souterraines.
  • Il est à la fois sociable et insensible, rempli de discordances et d’intolérances.
  • Il semble hanté par son entourage et il cherche sans cesse à agir sur lui, à plier ses proches à ses désirs, à se servir de leur amitié, de leur confiance sans leur porter beaucoup d’attention. Ses proches perdent pour lui, peu à peu, leur identité, deviennent des abstractions.
  • Il lui est difficile d’accepter à ses côtés l’existence d’hommes revêtus des mêmes privilèges que lui.
  • La fausseté de son jugement semble des plus primaires.
  • Le trouble de l’autocritique et l’esprit de système sont probablement les sources principales de ses aberrations. Il semble croire être une sorte de “juge d’instruction” des gens que sa mentalité paranoïaque accuse.
  • Armé de suffisance, il pense sans doute que les autres peuvent bien périr, plutot qu’un de ses principes.
  • Ses proches sont des sortes de figurants mis à son entière disposition. En lui voisinent méfiance, crainte, rancoeur, susceptibilité, perplexité, soupçons, sentiment d’être incompris.
  • Il n’a que mépris pour les idées et les expériences qu’il ne partage pas, pour ceux qui le servent en montrant parfois des reticences. Plus il est courtois, plus il risque de devenir dangereux.
  • Interpretant tout à sa manière, il s’indigne à la plus petite critique et il voit partout des manoeuvres tortueuses lui permettant d’accomplir en toute innocence les pires excès.
  • Plus que la cruauté, c’est une sorte de “folie des grandeurs” qui ressort de ce graphisme.

Source: André Lewin. Sékou Touré (1922-1984). Président de la Guinée de 1958 à 1984. Paris. L’Harmattan. 2010.  Volume 8. pp. 188-191

Author: Tierno Siradiou Bah

Founder and publisher of webAfriqa, the African content portal, comprising: webAFriqa.net, webFuuta.net, webPulaaku,net, webMande.net, webCote.net, webForet.net, webGuinee.net, WikiGuinee.net, Campboiro.org, AfriXML.net, and webAmeriqa.com.