Ebola. Lynchage d’une mission de sensibilisation

En Guinée Forestière, une mission de sensibilisation sur le virus Ebola tourne au lynchage.

C‘est un autre virus qu’Ebola, celui de la peur et de la haine, qui a semé la mort, mardi 16 septembre, dans un village reculé de Guinée forestière. Une mission de sensibilisation sur l’épidémie qui sévit en Guinée depuis le début de l’année a été attaquée à Womé, non loin de la frontière avec le Liberia.
— Huit personnes, sept membres de la délégation, dont trois journalistes, et un habitant, ont été lynchées par des villageois , a expliqué au Monde le ministre guinéen de la santé, le colonel Rémy Lamah, joint à Conakry par téléphone.

Sept corps, dont ceux des représentants du personnel de santé de l’hôpital de N’Zérékoré (la deuxième plus grande ville de Guinée, proche de Womé), un pasteur, le sous-préfet, et plusieurs journalistes venus couvrir l’opération, ont été retrouvés deux jours plus tard dans la fosse septique d’une école de Womé. Le dernier cadavre gisait sur la route à l’entrée du village.
— Certains portaient des traces de coups de machettes , témoigne le colonel Lamah, qui s’est rendu sur place.

D’après le ministre, l’arrivée de cette délégation qui comprenait également le préfet et le gouverneur de la région avait été annoncée et préparée avec les chefs Guerzé, la communauté ethnique à laquelle appartiennent les habitants de Womé.
— La délégation a été bien accueillie dans un premier temps, elle a commencé à expliquer à la population les mesures sanitaires à prendre pour éviter d’être contaminée, puis la réunion a dégénéré en violences », détaille le ministre.
Selon plusieurs témoignages, un participant à la réunion a accusé la délégation « d’amener le virus dans la région », provoquant un mouvement de foule, puis des jets de pierres sur les intervenants.

Peur d’Ebola. Une «  cruauté injustifiable »

— Des jeunes armés de machettes ont alors surgi et les ont attaqués, tout cela était prémédité, accuse Rémy Lamah.
Le premier ministre, Mohamed Saïd Fofana, a condamné avec « la plus grande fermeté l’acte de cruauté intolérable et injustifiable » et annoncé l’ouverture d’une enquête. Six personnes, dont un instituteur, ont été interpellées par la police dans les jours suivant le drame.

Ces violences illustrent la défiance d’une partie de la population vis-à-vis des autorités, critiquées pour leur mauvaise gestion de cette épidémie, partie en décembre 2013 de Guinée forestière et qui a déjà tué 632 personnes dans le pays, selon les derniers chiffres communiqués par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
— Les gens en Guinée forestière n’acceptent pas d’être montrés du doigt et accusés d’avoir contaminé toute la région, explique Béatrice Abouya, chercheuse à Conakry pour l’ONG Search for Common Ground, spécialisée dans la prévention des conflits.

Depuis plusieurs semaines, des SMS circulent pour dire qu’Ebola est une invention du gouvernement guinéen visant à décimer la population de Guinée forestière.
— Rien ne peut expliquer de telles violences, mais les habitants supportent mal de voir certains de leurs rites interdits — notamment les inhumations — de façon brutale par les autorités. Il y a un problème de communication, ajoute-t-elle.

La région forestière, à cheval sur la Guinée, le Liberia et la Côte d’Ivoire, a été secouée ces derniers mois par des conflits meurtriers entre les communautés locales, Guerzé notamment, et Malinké.

— Aucune enquête sérieuse n’a été conduite à la suite des violences précédentes qui ont fait des dizaines de morts. Les populations ont donc le sentiment d’être oubliées par les autorités de Conakry et que les auteurs des violences agissent en toute impunité, regrette Béatrice Abouya. Cette épidémie qui fait rejaillir de vieilles rancoeurs est devenue une véritable source de conflit entre les communautés.

Le Monde

Tierno Siradiou Bah

Author: Tierno Siradiou Bah

Founder and publisher of webAfriqa, the African content portal, comprising: webAFriqa.net, webFuuta.net, webPulaaku,net, webMande.net, webCote.net, webForet.net, webGuinee.net, WikiGuinee.net, Campboiro.org, AfriXML.net, and webAmeriqa.com.