Objection et rappel à Kababachir.com

Le site Kababachir.com reproduit entièrement les publications parues sur mon site du Camp Boiro Memorial. Dans la mesure où l’intention de l’administrateur du site est de participer à la dénonciation des crimes de Sékou Touré, je ne désapprouve pas l’initiative.

Objection

Mais j’élève une objection formelle au refus de l’éditeur de Kababachir.com de citer la source primaire, c’est-à-dire le Camp Boiro Memorial, que je publie depuis 1997. En n’indiquant pas qu’il dépendant d’une source extérieure, kababachir.com donne l’impression, frauduleuse, qu’il est à l’origine première de la version numérique de ces livres. En fait, il ne fait que reproduire des pans entiers du Camp Boiro Memorial. Sans le citer clairement et explicitement.

Voici quelques exemples :

  • http://www.kababachir.com/2015/02/03/jean-paul-alata-prison-dafrique-cinq-ans-les-geoles-guinee/
  • http://www.kababachir.com/2015/02/03/keita-koumandian-guinee-61-lecole-dictature/
  • http://www.kababachir.com/2015/02/03/camp-boiro-parler-perir-alseny-rene-gomez/

Et voici les liens (ULRs) originaux qui sont à la base des exemples précédents:

  • http://www.campboiro.org/bibliotheque/alata_jp/prison_afrique/tdm.html/
  • http://www.campboiro.org/bibliotheque/koumandian_keita/ecole_dictature/tdm.html
  • http://www.campboiro.org/bibliotheque/gomez_alseny/parler_perir/sommaire.html

Au-delà de l’infraction de la règle de référence aux sources originales, kababachir.com appauvrit mon travail en publiant des textes dépourvus d’hyperliens. En effet, il ne peut pas reproduire les liens internes que je place dans les paragraphes et pages du Camp Boiro Memorial. Cela lui est difficle parce qu’il n’a pas accès à mon code. Or c’est la méthode de publication avec hyperliens qui fait le succès du Web. Notamment parce qu’elle met de relier et d’intégrer des ouvrages et des domaines entiers de la connaissance. Elle fonde toute la fonctionnalité de Wikipédia, l’encyclopédie mondiale.

Bachir Kaba et tous les autres sites doivent se comporter professionnellement en indiquant précisément, en début et/ou en fin de texte, la source des publications qu’ils reproduisent.

Cette obligation est prescrite par des institutions spécialisées, des traités codificateurs et  des textes régulateurs. Elle protège juridiquement les droits et la propriété intellectuelle dérivant de la création originale de ressources d’information sur Internet.

Kababachir.com reproduit facilement mais incomplètement les témoignages sur le Camp Boiro. Mais qu’il n’oublie pas que quelqu’un, moi, procéda, un à un, au scanning et à la mise en page méthodique  (HTML, CSS, JavaScript) avant de les publier depuis maintenant 18 ans sur le Memorial.

Rappel au devoir

Dernier point et non le moindre : des millions de documents sur la Guinée  végètent encore sur papier, c’est-à-dire sous forme analogue, dans des livres ou des périodiques (journaux, revues, etc.)

La Guinée est le seul pays qui n’ait pas de bibliothèque nationale.

Cependant, grâce à Internet, on peut créer des catalogues, des collections bibliographiques, voire des bibliothèques numérique entières.

Il incombe donc à Kababachir.com et autres éditeurs de sites guinéens le devoir de numériser ce trésor analogue et de le publier sur le Web. Il ne faudrait pas  se contenter de reproduire les ouvrages déjà numérisés. Car cela fait piétiner la documentation sur la Guinée, au lieu de la faire avancer.

Tierno S. Bah
Fondateur/Editeur, Camp Boiro Memorial

Author: Tierno Siradiou Bah

Founder and publisher of webAfriqa, the African content portal, comprising: webAFriqa.net, webFuuta.net, webPulaaku,net, webMande.net, webCote.net, webForet.net, webGuinee.net, WikiGuinee.net, Campboiro.org, AfriXML.net, and webAmeriqa.com.