Macky Sall. Discours Pulaar à Madina Gounas

Thierno Ahmadou Ba, khalife de Madina-Gounass, Senégal. (Source : Aliou Pam La Omariyya)
Thierno Ahmadou Ba, khalife de Madina-Gounass, Senégal. (Source : Aliou Pam La Omariyya)

Courtoisie Abdarahmane Toure de Ganki Gorgol 

  • Octobre 2014. Daaka, Madina Gounas, Sénégal
  • Discours du Président Macky Sall en Pulaar
  • Durée: 43 min. 20 sec.

L’intervention du président commence à 10e minute 05 sec. après une introduction par un notable de Daaka, qui alterne entre  le Pulaar et le Wofol.
Quadrilingue (Pulaar, en Wolof, en Serer et en Français), Macky Sall s’exprime seulement en Pulaar, à l’exception de la formule islamique : Bilsmillahi Rahman Rahim, Alhamdu lil’Aahi Rabbil Aalamin.

Son allocution s’adresse au Khalife de Madina Gounass, Cerno Amadou Tidiane Ba, à ses talibés et à l’assistance. Il y inclut également le monde du Pulaaku en général, en mentionnant notamment les parents de Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Mali, Mauritanie, etc.

Au début Président Macky Sall lit un texte rédigé à l’avance. Ensuite il parle librement sans références à des notes.
Dans l’ensemble la performance verbale est celle d’un locuteur qui parle sa langue maternelle. La syntaxe coule de flot et le vocabulaire puise tantôt dans le code déférent, tantôt dans le style ordinaire pour communiquer et se faire comprendre.
On note le recours aux mots français. L’interférence de l’ex-langue coloniale, restée l’idiome  administratif officiel du pays, est très difficile à éviter. M. Sall aurait pu cependant éviter des clichés du genre : il faut que… Cela dit, d’autres termes utilisés par le président (web, internet) sont universels et incontournables. Le Pular/Fulfulde doit les emprunter et les incorporer à l’image des autres langues (français, arabe, espagnol, russe, chinois, etc.)

Dans le tableau ci-dessous, j’ai fait un relevé sommaire des variations dialectales (grammaticales et lexicales) entre le Pulaar du Fuuta-Tooro (PFT) et le Pular du Fuuta-Jalon (PFJ), sur la base du discours du Président Sall.

Pulaar Fuuta-TooroPular Fuuta-JalonFrançais
Verbes
kaalgolhaalugolparler
njettudeyettudesaluer
njulɗenjuulenprier
nyaagadetoraade, nyaagadedemander
ngari‘arivenir, arriver
mballuwalluaider
ɓamtiɓantielever
ngaynagaynafinir, achever
Noms
ɓesnguɓeyngufemme, épouse
peewuɗefeewuɗedroit, correct
dewooɓerewooɓecroyants
sernaaɓeseeremɓeérudits ( Cerno/Tierno)
ɓamtaareɓantaareprogrès, croissance
Phrases
rokk-amokkandonne-moi
ngar miar mivenu-je
si ɗun ɓenniisi ɗun feƴƴiiaprès cela
son njiisi on yi’isi vous voyez
ndewee laawolrewee laawolsuivez un chemin
yimɓe peewu mballindirayimɓe feewu wallindiragens droits, s’entraident
no keewino heewiplein de…
Pronoms, adverbes, adjectifs
oɗonhiɗonvous
nooncomme
foffowtous / tout
sonsi onsi vous…

Remarques

  1. Dans la langue parlée, la différence entre les deux dialectes est purement phonétique. Par exemple dans oon, le PFT ajoute une consonne finale d’appui à la voyelle longue, dans une structure syllable voyelle-consonne (V-C). Par contre, en PFJ le pronom on est une simple voyelle nasale (V), dont la transcription correcte est õ, bien que la graphie courante soit on.
    Pour ma part, la nasalisation finale des noms et des verbes ajoute un accent charmant, plaisant à l’oreille.
  2. Au plan de la structure du lexique (verbes, noms), des unités grammaticales (pronoms, adjectifs, adverbes) et de la syntaxe (phrase, discours), le contraste le plus frappant entre les deux dialectes est le suivant :
    1. le PFJ simplifie l’alternance (consonantique et vocalique)
    2. le PFT a un système d’alternance plus complexe.

Par alternance, il faut comprendre la modification du début d’un nom ou d’un verbe en fonction du nombre, c’est-à-dire selon qu’il s’agit du singulier ou du pluriel. Dans une langue comme le français, le nombre s’exprime par l’article (indéfini ou défini) préposé au nom. Ex. un livre vs. des livres, une femme vs. des femmes, la chambre vs. les chambres. Le système est donc simple bien qu”efficient.
En Pular/Fulfulde, il existe entre 19 (dialectes orientaux) et 25 (dialectes occidentaux) formes d’expression du nombre (singulier/pluriel). La langue déploie ici dans toute sa dimension son système de classes nominales.

[Lire Fulɓe and Africa]

Notons enfin que le système verbal du PFJ ne connait pas d’alternance singulier/pluriel. Ce phénomène ne s’applique qu’au système nominal. Par contre, le PFT emploie l’alternance dans les deux systèmes.

Tierno S. Bah

Author: Tierno Siradiou Bah

Founder and publisher of webAfriqa, the African content portal, comprising: webAFriqa.net, webFuuta.net, webPulaaku,net, webMande.net, webCote.net, webForet.net, webGuinee.net, WikiGuinee.net, Campboiro.org, AfriXML.net, and webAmeriqa.com.