Jeunes et patriotes, rêves et carrières brisés

Image typique d'une jeunesse studieuse que celle de ces sept étudiants guinéens du Fuuta-Jalon en France, années 1950. Assis de g. à dr. Thierno Mamoudou Lariya Diallo et Bano Bah; debouts de g. à dr. Saidou Maleya Diallo, Mamadou Kolon Diallo, Mountagha Baldé, Oumar Baldé, Tierno Aliou Bah. Source : Oumar Diaby
Image typique d’une jeunesse studieuse que celle de ces sept étudiants guinéens du Fuuta-Jalon en France, années 1950. Assis de g. à dr. Thierno Mamoudou Lariya Diallo et Bano Bah; debouts de g. à dr. Saidou Maleya Diallo, Mamadou Kolon Diallo, Mountagha Baldé, Oumar Baldé, Tierno Aliou Bah. Source : Oumar Diaby

Femmes et hommes sont la ressource principale d’un pays. Et la jeunesse est l’avenir d’une société.
Sékou Touré aimait crier haut et fort les deux assertions et évidences précédentes. Et il proclamait toute sa confiance aux jeunes.
C’était  la pire démagogie, aggravée par le cynisme, la duplicité, la fourberie, la haine, l’instinct dictatorial, la perfidie et le réflexe assassin. Pour preuve, il ne ménagea aucun effort en vue de :

  1.  barrer la route et briser la carrière de jeunes patriotes qui avaient étudié à l’étranger et qui étaient rentrés au bercail, aspirant à servir leur pays
  2. ravaler l’enseignement, compromettre l’éducation et détruire la formation des générations montantes sous son régime.

Les sept étudiants sur la photo ci-dessus retournèrent tous en Guinée pour participer à la construction nationale. Mais au bout du compte seuls deux échappèrent au Camp Boiro, comme l’indique la liste suivante :

Thierno Mamoudou Lariya Diallo, étudiant, histoire
Thierno Mamoudou Lariya Diallo, étudiant, histoire

Exilé dans les années 1960 pour échapper aux purges. Ancien professeur d’histoire, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, à la retraite à Paris. Cousin de Saifoulaye Diallo. Chercheur-auteur de plusieurs ouvrages dont : Institutions politiques du Fouta-Djallon au XIXè siècle, Alfa Yaya Diallo, roi du Labé, Dinah Salifou, roi des Nalous. Son père, feu Elhadj Amadou Lariya, oncle de Saifoulaye, fut secrétaire fédéral de Labé. Il ne survécut pas longtemps à sa libération du Camp Boiro après le faux Complot Peul.

Mamadou Bano Bah, étudiant, banque-finances
Mamadou Bano Bah, étudiant, banque-finances

Haut-fonctionnaire, puis secrétaire d’Etat au Budget. Arrêté en 1971, un an après son père, Tierno Mamadou Bah (4e fils de Tierno Aliou Buuɓa-Ndiyan) mort en prison à Kankan en 1972, et en même temps que sa soeur aînée, feue Hadja Mariama Poreko.
Neveu de Saifoulaye Diallo, gendre de Diawadou Barry. Huit ans de prison au Camp Boiro.
Prépara en 1999 le tome 1 Histoire du Fouta-Djallon : des origines au XXe siècle de son père; un ouvrage annoté, préfacé et publié par Pr. Djibril Tamsir Niane, alors à la tête de sa défunte Société africaine d’édition et de communication.
Co-éditeur du tome 2 Histoire du Fouta-Djallon. La pénétration européenne et l’occupation française, avec moi-même, Tierno S. Bah. Décédé en 2004.

Saidou Maleya Diallo, étudiant, maths-physique
Saidou Maleya Diallo, étudiant, maths-physique

Professeur de maths-physique à Kindia, Kankan, Labé. Arrêté dans le faux Complot Peul. Relâché, il devint secrétaire fédéral de Labé, gouverneur de Koubia. Décédé en 2004

Mamadou Kolon Diallo, étudiant, maths-physique
Mamadou Kolon Diallo, étudiant, maths-physique

Professeur de mathématiques, Cousin de Saifoulaye Diallo. Arrêté dans le faux Complot des Enseignants. Auteur du livre-témoignage intitulé Six années au Camp Boiro. Pour avoir eu raison trop tôt. Retraité.

Mountagha Baldé, étudiant, mathématiques, admis à la candidature à l'Ecole Polytechnique
Mountagha Baldé, étudiant, mathématiques, admis à la candidature à l’Ecole Polytechnique de France

Fils aîné de Tierno Chaikou Baldé. Cousin de Saifoulaye Diallo. Arrêté dans le faux Complot des Enseignants, purgea cinq ans de prison. A sa sortie, il fut nommé conseiller à l’Ambassade de Guinée à Moscou. A son retour, il devint directeur adjoint de l’Office de Bauxites de Kindia (OBK). Il enseigna ensuite l’économie à l’Institut Polytechynique de Conakry (mathématique, statistiques, planification). Il échappa de justesse à une seconde arrestation dans le faux Complot Peul en 1976. Retraité à Labé.

Oumar Baldé, étudiant, génie-civil
Oumar Baldé, étudiant, génie-civil

Ingénieur des Ponts & Chaussées, conçut et fit construire le carrefour Constantin, le premier carrefour/rond-point multi-voies de Conakry, dans l’actuelle commune de Matam. Surnommé Baldé OERS pour avoir été secrétaire général-adjoint de l’Organisation des Etas Riverains du Sénégal (OERS), qui fut créée le 24 mars 1968, par les présidents Senghor (Sénégal), Moktar Ould Daddah (Mauritanie), Modibo Keita (Mali) et Sékou Touré réunis à la villa Sily de Labé. Fusillé en 1971 au Camp Boiro, après avoir été sauvagement torturé par Emile Cissé.

Tierno Aliou Bah, étudiant, économie-finances
Tierno Aliou Bah, étudiant, économie-finances

Fils de Tierno Mamadou Bah, neveu de Saifoulaye Diallo, frère cadet de feu Bah Bano, échappa au Camp Boiro, fonctionnaire des douanes à la retraite, Conakry.

Feu Bah Bano et feu Baldé Oumar, étudiants à Paris dans les années 1950. Source : Oumar Diaby
Feu Bah Bano et feu Baldé Oumar, étudiants à Paris dans les années 1950. Source : Oumar Diaby

Sékou Touré infligea à ces jeunes cadres un sort injuste, cruel et tragique. Il est difficile de comprendre et impossible d’accepter la déraison, la folie, l’inhumanité, et le diabolisme qui poussèrent le premier chef d’Etat guinéen à briser l’élan de ces cerveaux et à étouffer leur énergie. Il s’agit bien sûr de ce groupe, mais aussi de  leurs innombrables camarades, qui se morfondirent dans les geôles  de la dictature du PDG. Et qui en sortirent plus ou moins intacts physiquement et psychologiquement. Ou qui y périrent atrocement.

Cinq des personnes identifiées ici sont mes cousins : Bano Bah, Kolon Diallo, Mountagha Baldé, Tierno Lariya Diallo, Tierno Aliou Bah.
Saidou Maléya fut comme un frère. Nous sommes du même quartier Ley-Saare de Labe-ville. Nos villages ancestraux — en réalité grosses paroisses ou misiide — s’enfilent et s’étirent non loin de la route qui traverse l’ancienne place forte et garnison principale de Tountouroun, en direction de Yemberen et Mali, au nord de Labé. Patriarche charismatique, son père, Tierno Aliou Maleya, était de la même génération que le mien, Tierno Saidou Kompanya.
Dernier point et non le moindre, Oumar Baldé ‘OERS’ est un parent de lignage. Nous appartenons tous deux, avec trois de mes cousins, aux Uururɓe, au patronyme composé Bah-Baldé. Lui, en tant que membre des Kulunnaaɓe du Diiwal (province) de Koyin (déplacé par la France coloniale à Tougé), et nous autres, en tant que rejetons des Nduyeeɓe du Grand Diiwal (Labé), selon l’expression appropriée de Jacques Richard-Molard.
Puisse le Tout-Puissant accepter les prières pour le repos de l’âme des trois disparus ainsi que celle des autres victimes/martyrs de la calamiteuse et ignoble dictature de Sékou Touré !

Baldé Oumar “OERS”, quelques semaines avant son exécution après avoir été <strong><a href="http://www.campboiro.org/bibliotheque/gomez_alseny/parler_perir/chap05.html#sauvagement-torture-par-emile-cisse">sauvagement torturé par Emile Cissé</a></strong>.
Baldé Oumar “OERS”, quelques semaines avant son exécution après avoir été sauvagement torturé par Emile Cissé.

Bah Mamadou Bano, au début de ses huit ans au Camp Boiro
Bah Mamadou Bano, ancien Secrétaire d’Etat au Budget, au début de ses huit ans au Camp Boiro

 Tierno S. Bah

Tierno Siradiou Bah

Author: Tierno Siradiou Bah

Founder and publisher of webAfriqa, the African content portal, comprising: webAFriqa.net, webFuuta.net, webPulaaku,net, webMande.net, webCote.net, webForet.net, webGuinee.net, WikiGuinee.net, Campboiro.org, AfriXML.net, and webAmeriqa.com.