Guinea, 1960-1965: “The Erosion of Public Morality”

During the campaign for the 2010 presidential election candidate Alpha Condé declared that, if elected, he would take Guinea back to where the first president of the country, Sékou Touré, left off. He was appealing to the die-heard political orphans of the Butcher of Camp Boiro.  For whatever reason (misguided sense of ethnic pride, demagoguery), neither they, nor Mr. Condé, admit —then and now— Sékou Touré’s calamitous legacy. They do not mind either that in 1971 the first president tried the current in absentia and sentenced him to death.
Today, President Alpha Condé has gotten what he wished for, as  Guinea sinks deeper into poverty, corruption, repression, intolerance, personality cult, etc. Such was life under the dictatorship of Sékou Touré. Its plight and yoke persisted under Lansana Contés tyranny. And they are crushing Guineans today under Alpha Condé’s autocracy.
Abraham Lincoln’s memorably wrote: « You can fool all the people some of the time, and some of the people all the time, but you cannot fool all the people all the time. » Looking beyond the  “nationalist” discourse —then prevalent—, Victor David Du Bois’ insightful analysis applied Lincoln’s words of wisdom to postcolonial Guinea and Africa. His trailblazing scholarship exposed the seeds of failure sowed by politicians and military “strongmen” across the continent in the midst of the Cold War…  Wrong and destructive leadership caused the dismantlement of the health care system in Guinea, for example. Decades later, the nefarious policy would turn the country into Ground Zero for the Ebola virus epidemic and worldwide scare of 2014.
(See: Hunger and Frustration at Ebola Ground Zero and Camp Boiro, Ebola et Alpha Condé).
An anthropologist turned political scientist with a  PhD (The independence movement in Guinea: a study in African nationalism) from Princeton University (1962), and a Fulbright Scholar, Du Bois was not fooled by Sékou Touré. To the contrary, he figured the Guinean leader out and saw clearly through his duplicity, antics, gimmicks and tricks.
It is my dutiful pleasure to republish “The Erosion of Public Morality”, which is the third installment of Du Bois’ series entitled The Decline of the Guinean Revolution. The first two articles are:
The Beginning of Disillusionment
Economic Development and Political Expediency
See also my own Tribute to David Du Bois.
I enhance the documents with the relevant web links and I make the contextual annotations that hindsight affords me. Also, I plan to follow up  with other Du Bois studies. The first batch is a six-part series called “The Rise of an Opposition to Sékou Touré”. It  includes:

Another series is named “The Search for Unity in French-speaking Black Africa”. It has four parts:

  • Part I: The Founding of the Organisation Commune Africaine et Malgache (O.C.A.M.) (June 1965)
  • Part II: New Bonds Between Ex-French and Ex-Belgian Colonies: The Acceptance of Congo-Léopoldville by the O.C.A.M. (July 1965)
  • Part III: Mauritania’s Disengagement from Black Africa (July 1965)
  • Part IV: Relations Between the “Moderate” and the “Revolutionary” States: The Case of Guinea (August 1965)

The Du Bois papers appeared in consecutive volumes in the American Universities Field Staff Reports, West Africa Series. New York, Cambridge University Press, 1962-1967. I wish to acknowledge the courtesy and professional assistance of the staff at the University of Maryland College Park’s McKeldin Library with its state-of-the-art digital equipment.
Tierno S. Bah


Victor D. Du Bois. The Decline of the Guinean Revolution
Part III: The Erosion of Public Morality
American Universities Field Staff Reports. 1965-1967. West Africa Series
Vol. VIII No. 9 (Guinea), pp. 1-9

Conakry. December 1965

Revolutions, whether social or political, have a tendency to be
extremely puritanical in their formative years. The sense of mission among leaders and led alike is strong. The changing of the social order from a prerevolutionary to a revolutionary state is generally accompanied by a condemnation of certain traits, habits, and attitudes identified with the ancien régime. It is also characterized by a selective recollection and reaffirmation of values and virtues associated with some earlier period in the nation’s history when the indigenous culture was as yet “untainted” by the corrosive influences of the alien world.

Victor David Du Bois (1932-1983)
Victor David Du Bois (1932-1983)

Guinea’s revolution, which stressed the new nation’s determination to throw off its colonial past and reclaim its African personality, bore such signs. It had all the earmarks of a crusade of good against evil. This conception, assiduously promoted by the country’s leaders, was readily accepted, not only by the masses, for whom it provided a mainspring for action, but also by many outsiders, eager to demonstrate their understanding of and sympathy for those whom they felt were setting out to build a brave new world in Africa.
Guinea’s leaders were anxious to make a favorable impression
on the outside world, and to do this they strove to give their revolution the austere, reform-minded image which they felt the outside world expected of it. The country’s elite — government functionaries, party officials, the military — were urged to set an edifying example for the masses. They were told to be conscientious in their work, unassuming in their demeanor, and austere and incorruptible in their personal lives .
With the populace, the country’s leader’s were brutally frank.
Now that they were free, everyone would be expected to work doubly hard and give unselfishly of his time and effort to build the schools, roads, hospitals, and other public projects which were needed and which would mean the difference between success and failure for the young nation. In the task of national construction that lay ahead, everyone’s energies would be engaged. There would be room neither for idlers nor individualists in the new society that was being forged. Toward such “social parasites” the P.D.G. (Parti Démocratique de Guinée, the nation’s sole and ruling political party) had neither tolerance nor mercy. Deliberately it sought to expose them, hold them up to public scorn; then, if it could not reform them, to neutralize them in the most expeditious manner possible lest they come to influence others.

The party’s intense puritanism during these early days expressed
itself in all areas of national life, but nowhere more than in the new social code which it attempted to impose on the people. This social code at times emerged more as a reaction to alien moral standards than from any innate need felt on the part of Guineans themselves for reform. Thus practices such as public nudity, formerly quite common and perfectly natural among many of the people, were now frowned upon by the party as sauvage.
Women, who for years had unashamedly gone about bare-breasted, were suddenly told that this was mal vu. Men were urged to curtail their drinking habits and their age-old practice of urinating in public.

The severity of the new social code was particularly evident in the domain of justice, where the nation’s legal machinery was geared
not so much to reform as to the punishment of offenders. A series of harsh laws was enacted shortly after independence, providing capital punishment for crimes ranging from murder and accidental auto death to petty theft. So zealous was the spirit of reform among Guinea’s leaders that at times they were impelled to enforce the unpopular measures even in the face of obvious injustice and general discontent 1.

The external world, whether capitalist or Communist, conservative or revolutionary, tends to look favorably on puritan principles, especially when practiced by the peoples of the developing nations. When these principles appear to be personified in a public figure as charismatic as Sékou Touré, the world is prepared to accept almost any action committed in their name.

During the first two years of independence, this intense puritanism
convinced many persons both in Guinea and in the outside world that the men who ruled the country were dedicated, self-sacrificing public servants, whose only concern was the well-being of their people. This conviction gave rise to an almost unbounded confidence in Guinea’s leaders, and especially in Sékou Touré, who was idolized as a sort of Saint George-come to slay the dragons of colonialism wherever they be found in Africa 2. This feeling of confidence was also nurtured by the fact that during the first year and a half of Guinea’s existence as a sovereign nation, life remained essentially what it had been under French rule, both for the Guinean people themselves and for the Europeans who lived among them.

Photo-montage depicting Sékou Touré as Saint George riding a white stallion and slaying the dragon of colonialism. (1960)
Photo-montage depicting Sékou Touré as Saint George riding a white stallion and slaying the dragon of colonialism. (1960)

The situation began to change markedly, however, once Guinea made the fateful decision of breaking with the franc zone and establishing its own currency. From that time on, Guinea began to enter a period of economic decline which was to cause a grave loss of public confidence and provoke what Sekou Toure was later to refer to as a “crise de moralité” throughout the Republic.

At first, when Guineans changed their old C.F.A. francs for the
attractive new currency which the government issued to them, there was little awareness as to what the change-over signified. But as the repercussions of the currency change started to make themselves felt in the marketplace, the price of the monetary reform became more apparent. Annoying shortages in the stores became the rule rather than the exception; it became harder and harder to find a spare part for an automobile or a particular type of medicine at the pharmacy. In dozens of little ways that nettled each one personally, Guineans became intensely aware of the fact that things somehow were less satisfactory than before.

Guinea’s inability to maintain its pre-independence level of prosperity, let alone scale the glittering heights its leaders had staked out for it, gave rise to a cloud of disillusionment that began to engulf the country.

More severe repercussions started to be felt in 1961 and 1962, when the government completely reorganized the nation’s transport and distribution system and imposed still more stringent controls on the private commercial sector. State stores, which were established in each of the country’s administrative regions to supply the local populace with needed foodstuffs and other products, failed miserably at their task more often than not. Often their management was entrusted not to people who were competent and experienced in their operation, but to persons whose only qualification for the job was that they were related to a minister, a deputy, or an important party official. Inevitably, these stores degenerated into centers of corruption, often with the open, or at least tacit, complicity of local party and government officials, who took their own cut of the profits.

The people began to lose faith in their government and the party because officials of both became more and more involved in conspicuous consumption, needless waste, and outright corruption. Already since independence, beneath the veneer of puritanism, these practices were clearly visible to anyone willing to open his eyes. President Touré himself scarcely set an edifying example. Although he spoke often and eloquently to his people of the need for frugality and austerity, he thought nothing of investing public funds in a sizable fleet of expensive American automobiles for his own use and for the comfort of visiting dignitaries. Ministers whose yearly salary was only $5,000 somehow managed to build for themselves, or for rent to foreign diplomats, sumptuous seaside villas that cost ten times that amount.

Regional governors and high party officials were not long in emulating the example set by their colleagues in the capital. While such notables rode around in their chauffeur-driven Mercedes-Benz, hundreds of villages in the interior were deprived of the services of a doctor, or even of a minor medical assistant, for lack of a vehicle to reach them.

Their possession of power and their access to the state’s coffers soon made of Guinea’s “revolutionary” leaders a privileged ruling class. And like ruling classes everywhere, they were loath to give up the perquisites they had acquired in the name of revolutionary principles which now seemed remote. They were not really called upon to do so, however. Who was there in Guinea who would reproach them publicly for their corruption? The only person who could possibly do so was the President, and he was too taken up with denouncing colonialists, imperialists, and neocolonialists to do anything more than utter meaningless platitudes or empty warnings. Moreover, considering the way he himself carried on, he was scarcely suited to undertake such a crusade.

As the gap between the rulers and ruled in Guinea became wider,
it was only natural that the people should feel themselves increasingly alienated from their leaders. And this is what began to happen. The old sense of identification, of rapport, between Sékou Touré and the political elite, on the one hand, and the masses, on the other, began to wither away. The void was gradually filled with feelings of suspicion, fear, and even contempt toward the men who only yesterday had been heroes to their people.

(Photo courtesy Ministry of Information, Republic of Guinea)
President Sékou Touré, in 1963 (Photo courtesy Ministry of Information, Republic of Guinea)

Bribery, nepotism, and corruption invaded virtually every branch of the public sector, wearing relentlessly away at the moral fiber of the nation. Occasionally, the extent of the corruption was spectacular. One such case occurred in December 1962, when President Toure disclosed the arrest of several high Guinean officials and foreigners working in the transport sector who had embezzled over $1 million in public funds 3.

Frauds on this scale were the exception however. Far more damaging were the hundreds, indeed thousands, of minor thefts, extortions, and other dishonest dealings committed daily by persons high and low who abused the public offices entrusted to them:

  • The party officials who demanded bribes to find someone’s relative a job
  • The government functionaries who pilfered the funds meant for community development
  • The heads of co-operatives who used their positions to obtain scarce goods and then sold them to a hard-pressed public at exorbitant prices
  • The soldiers and customs officials at Conakry’s airport who, in violation of regulations, openly solicited hard currency from incoming passengers in exchange for Guinean francs so that they could later sell it on the black market at three times the official exchange rate.

It was practices such as these that robbed the Guinean Revolution
of any meaning and eroded away the people’s sense of public morality.

President Sekou Toure welcomes President Félix Houphouët-Boigny during a state visit in 1962. (Photo: Information Côte d'Ivoire)
President Sekou Toure welcomes President Félix Houphouët-Boigny during a state visit in 1962. (Photo: Information Côte d’Ivoire)

This general decline in civic spirit was accompanied by an equally
pernicious abdication of civic responsibility. Officials would leave
their offices without telling anyone where they were going or when they would be back, and without delegating authority to a subordinate to act during their absence. Clerks felt free to follow the example set by their superiors. Lateness for work, absenteeism, and slipshod performance became the general practice of the day. No one seemed to give a damn.

Meanwhile the people suffered. The hapless laborer, peasant, or ordinary citizen waited for hours to see an official — only to be told that the person in question was no longer available, or was too busy to receive him and that he should come back tomorrow. Then, the following day there would be the same story. Sometimes wages would go unpaid for days, or even weeks, because a minor official was not available to sign a document or affix his own stamp, which he allowed no one else to use.

Parade of magistrates and Justice civil servants, 1963? (Photo courtesy Ministry of Information, Republic of Guinea)
Parade of magistrates and Justice civil servants, 1963? (Photo courtesy Ministry of Information, Republic of Guinea)

Away from the bureaucracy, things were not much better. Food
was scarce and, when available, high in price. Rice, the staple of the Guinean diet, could be obtained only through the party’s base committees in many parts of the country, and this meant that one had to be on good terms with the party officials if one hoped to get any rice at all.

In the interior, shortages were even more pronounced. Some areas went for months without gasoline or imported goods. This difficult situation was rendered even worse by the government’s ever increasing demands on the local populace. In order to compensate for the sharp decline in tax collections and falling customs revenues, and to dissuade people from smuggling, the government started requisitioning cattle from the Peul herdsmen in the Fouta-Djallon and coffee from the people in the Forest Region, thereby alienating them even more.

Womens' parade, 1964? (Photo courtesy Ministry of Information, Republic of Guinea)
Womens’ parade, 1964? (Photo courtesy Ministry of Information, Republic of Guinea)

The tragic results of this internal deterioration were soon evident. As the government found its prestige diminishing and its laws
flouted, it resorted to harsher and harsher measures to bring the people back into line.

Guinea became a totalitarian state, with all that this implies.

Workers were forbidden to strike, although Article 44 of the National Constitution specifically guaranteed them that right 4;  freedom of speech and of assembly, guaranteed by Article 40 of the Constitution 5, were ruthlessly suppressed on the pretext that they would only serve the interests of “counterrevolutionary” elements ; and social justice — a topic upon which Sékou Touré delivered many a lengthy discourse — became a mockery.

Young Guinean women await the arrival of President Touré, 1962? (Photo courtesy Ministry of Information, Republic of Guinea)
Young Guinean women await the arrival of President Touré, 1962? (Photo courtesy Ministry of Information, Republic of Guinea)

Because Touré and other party leaders had always made political
reliability rather than professional competence the primary criterion for recruiting persons into public service, the Guinean government was crowded with self-seeking, mediocre types. These were the party militants who faithfully attended each rally of the P.D.G., and dutifully applauded at all the right places when Touré delivered one of his customary pronunciamentos. These people managed to get along. It was simply a question of adjusting to the President’s current mood, and taking in whatever profit one could on the side.

For the conscientious civil servants, the situation was much more difficult. The cost of living in Guinea rose steadily; working conditions deteriorated; and more and more they came under heavy attack from Sékou Touré, who accused them of not being sufficiently dedicated to the revolution and even of harboring counterrevolutionary sentiments. The President called upon them to play a more active role in the Guinean Revolution and to make a greater contribution to the building of the nation, yet he denied them the freedom that was indispensable for them to be able to do so. Life for the functionary in Guinea was fraught with tension and uncertainty. One never quite knew what fate awaited one today, tomorrow, or the next day.

Soldiers parade, 1960? (Photo courtesy Ministry of Information, Republic of Guinea)
Soldiers parade, 1960? (Photo courtesy Ministry of Information, Republic of Guinea)

For many of these men—teachers, civil servants, intellectuals — Guinea had become a bleak land, a country that no longer held a future for them. Over the years they had stood by helplessly or impassively while Sékou Touré and the P.D.G. snuffed out one liberty after another in the name of a revolution in which few of them any longer believed, but which they felt too weak to oppose. The political climate in Guinea had become such that it was no longer possible to lead a peaceful and productive existence there. Many of these people, therefore, took what seemed the only way out: they fled the country. Hundreds made their way across the border to Senegal or to the Ivory Coast where they sought new jobs and, hopefully, a new life.

Parade of members of the Youth organization (J.R.D.A.), 1964? (Photo courtesy Ministry of Information, Republic of Guinea)
Parade of members of the Youth organization (J.R.D.A.), 1964? (Photo courtesy Ministry of Information, Republic of Guinea)

But it was not only the intellectuals who fled. Dakar and Abidjan today are crowded with thousands of ordinary Guineans as well: farmers, fishermen, market-women, laborers, dioula traders, and others who left Guinea because life there had become intolerable. In 1965 a whole village near the Ivoirian town of Touba moved across the border and settled in the Ivory Coast.

The Guinean government, in an effort to check this exodus, tightened up its passport requirements and refused to grant exit permits to its citizens except where convincing reasons could be furnished by the applicant to justify the departure. But to no avail: the exodus continued, and continues to this day. Since 1960 several hundred thousand people have left Guinea 6. So large a number of people do not leave a country unless there are compelling reasons for them to do so, and the fact that they have been obliged to leave is an indictment of Sekou Toure, the government, and the P.D.G., and of the way they have ruled Guinea over the last seven years.

As the number of these exiles increased, Touré became increasingly alarmed. Their presence abroad was a source of embarrassment to him, and their growing outspokenness against his regime, a reason for disquiet. It now became unmistakably clear to him that unless drastic measures were taken to deal with the profound malaise which pervaded the country, his own position would be more and more threatened.

Notes
1. The death penalty for fatal accidents committed on the highways was never enforced, but the government did enforce its harsh laws against petty theft.
In October 1959, in Kindia, a teen-age youth named Camara Yero was convicted of stealing 200 francs ($.80). According to published reports of the incident, the youth was first beaten severely by the police, forced to dig his own grave, then had his hands trussed to his legs like an animal. Badly bleeding, he was then dragged before a military firing squad and executed to serve as a public example of the fate that awaited thieves. Several days later a similar incident took place in Conakry. A nineteen year-old boy, accused of having stolen six shirts, was sentenced to die before a firing squad. The execution, which was scheduled to take place in a schoolyard, was widely advertised throughout the capital and the public was urged to attend.

Public sentiment was strong against the execution. The person who had originally filed the complaint against the youth immediately withdrew it when he heard of the severe punishment that was to be meted out to him. The wife of the Czech ambassador to Conakry, in tears, implored Sékou Touré to call it off. He refused and the execution was carried out as ordered.
2. This theme found expression in the political art of the day. At the centre culturel in Mamou, for example, hang two murals painted on cloth by members of the J.R.D.A., the national youth movement. One mural depicts Guinea “as it used to be”. It shows a white woman being borne in a sedan chair by four Africans while her husband struts alongside. A second mural shows Touré, mounted on a white charger and garbed in a knight’s armor, slaying the dragon of colonialism.
3. Afrique Nouvelle (Dakar), December 7 to 13, 1962.
4. Title X: On the Rights and Fundamental Duties of Citizens (Article 44; Paragraph 2): “The exercise of trade unionism and the right to strike are recognized for the worker.”
5. Title X: On the Rights and Fundamental Duties of Citizens (Article 40): “The citizens of the Republic of Guinea shall enjoy freedom of speech, of press, of assembly, of association, of procession, and of public demonstration under the conditions as set by law.”
6. Just how many people have actually left is extremely difficult to determine. Reliable statistics have not as yet been compiled, and estimates vary widely. Guinean exiles residing in the Ivory Coast claim that as many as a million people have fled since independence, a figure which is most certainly grossly exaggerated. President Félix Houphouët-Boigny of the Ivory Coast, in a public speech delivered on November 17, 1965, cited 200,000 as the number of Guineans at present living in his country, but this number is probably also an exaggeration. The most recent reliable statistics available concerning breakdown of Abidjan’s population ( 1963) show that out of a total population of 230,000 for that year, Guineans numbered only 3 500 or roughly 6%.

Amnesty International. Fiche Guinée 2015-2016

Amnesty International. Rapport Guinée 2015-2016
Amnesty International. Rapport Guinée 2015-2016
Rien de nouveau sous le sombre ciel des violations des droits de l’homme en Guinée. Depuis 1973, les rapports annuels d’Amnesty International sur la Guinée se suivent et se ressemblent. De Sékou Touré à Alpha Condé, en passant par Lansana Conté, Moussa Dadis Camara et Sékouba Konaté, d’une part, du Camp Boiro au Camp Koundara, sans oublier les casernes militaires et le sempiternel et sordide PM3 de la Gendarmerie, c’est la même litanie lugubre et tragique de violences, de blessés et de morts infligés aux citoyens par un Etat incompétent, corrompu, oppressif et répressif.
Extraite du rapport — de 485 pages — annuel mondial d’Amnesty International, voici la situation 2015-2016 des droits de l ‘homme au pays du 28 septembre 1958, de la tyrannie et de l’impunité.
Tierno S. Bah

Pays : République de Guinée
Chef de l’Etat : Alpha Condé
Premier ministre : Mohamed Said Fofana

Dans le contexte de l’election présidentielle, les autorités ont interdit les manifestations et les forces de securitéont fait usage àplusieurs reprises d’une force excessive contre des manifestants. Des arrestations arbitraires ont de nouveau eu lieu cette année, touchant notamment des membres de l’opposition. Des personnes ont étéarrêtées en raison de leur orientation sexuelle supposée. L’impunité pour des violations des droits humains a persisté.

Contexte

Le président Alpha Condé a été réélu en octobre avec 57,84 % des voix. L’opposition a contestéle resultat du scrutin, invoquant des irrégularités. Les violences entre membres de partis d’opposition et les affrontements avec les forces de sécurité  ont fait au moins 20 morts, et des centaines de personnes ont étéblessées tout au long de l’année lors de heurts liés à l’élection.

Surveillance internationale

En janvier, le bilan de la Guinée en matière de droits humains a été examiné dans le cadre de l’Examen périodique universel des Nations unies. Parmi les motifs de préoccupation évoqués figuraient les restrictions à l’exercice du droit à la liberté de réunion pacifique, le recours excessif à la force pour disperser des manifestations et la culture de l’impunité au sein des forces de sécurité. La Guinée n’a pas accepté les recommandations préconisant l’abolition de la peine de mort et la dépénalisation des relations sexuelles librement consenties entre personnes de même sexe 1.

Recours excessif à la force

Au moins 20 personnes sont mortes lors de violences commises autour de l’élection présidentielle ; la moitié d’entre elles au moins ont été tuées par les forces de sécurité  2. D’autres personnes, dont des enfants, ont été blessées par des tirs à balles réelles ou du fait d’un usage inapproprié d’équipement antiémeute, ou encore dans des accidents impliquant des véhicules des forces de sécurité. En mai, trois journalistes ont été passés à tabac par la police à Hamdallaye, dans la région de Boké.
En juin, l’Assemblée nationale a adopté un projet de loi précisant les circonstances dans lesquelles la force peut être utilisée, ou non, en vue de maintenir l’ordre lors des manifestations, et la manière dont elle doit être utilisée. Ce texte pourrait restreindre le droit de réunion pacifique car il n’autoriserait pas les rassemblements publics spontanés, et les forces de sécurité resteraient habilitées à disperser des groupes de manifestants pacifiques si elles soupçonnent au moins une personne d’avoir une arme. De telles dispositions pourraient aussi être invoquées pour interdire ou réprimer des manifestations pacifiques.

Détentions arbitraires

Des membres de formations d’opposition, des syndicalistes et d’autres personnes ayant exprimé une opinion dissidente ont été arrêtés de façon arbitraire à l’approche de l’élection 3. Jean Dougo Guilavogui, dirigeant syndical et militaire à la retraite, a été arrêté à Conakry, la capitale, le 19 septembre et détenu sans être présenté devant une autorité judiciaire jusqu’à son inculpation, le  25 septembre. La durée de sa détention est contraire au droit international et au droit guinéen. Quatre autres membres de son syndicat ont été arrêtés en octobre. Ils ont tous été inculpés d’outrage au chef de l’État et de diffamation et se trouvaient toujours en détention à la fin de l’année  4.
En mai, le Groupe de travail sur la détention arbitraire de l’ONU a estimé que le général Nouhou Thiam, l’adjudant Mohamed Kaba, le lieutenant Mohamed Condé, le colonel Saadou Diallo et le lieutenant Kémo Condé étaient détenus de manière arbitraire. Ces hommes avaient été arrêtés en 2011, à la suite d’une attaque contre le domicile du président Alpha Condé. Le groupe de travail a demandé à la Guinée de les remettre en liberté mais, à la fin de l’année, ils étaient toujours en détention.

Droits des Lesbiennes,  Gays, Personnes Bisexuelles, Transgenres ou Intersexuées

L’article 325 du Code pénal qualifie d’infraction pénale les relations sexuelles entre personnes consentantes de même sexe. Trois personnes au moins ont été arrêtées en raison de leur orientation sexuelle supposée. Deux hommes ont été arrêtés le 22 avril à Conakry. En mai, le tribunal de Mafanco les a condamnés à trois mois d’emprisonnement.

Impunité

L’enquête sur le massacre perpétré au Grand Stade de Conakry s’est poursuivie. En 2009, les forces de sécurité avaient tué plus d’une centaine de manifestants pacifiques et en avaient blessé au moins 1 500. Des dizaines de femmes avaient été violées et d’autres avaient disparu. Moussa Dadis Camara, à l’époque à la tête de la junte militaire, a été inculpé en juillet. Mamadouba Toto Camara, alors ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, a été inculpé en juin.
D’autres violations des droits humains commises par des membres des forces de sécurité sont restées impunies. Les gendarmes et les policiers soupçonnés d’être pénalement responsables du recours à une force excessive contre des manifestants pacifiques, qui a fait plusieurs morts et blessés entre 2011 et 2015, n’ont toujours pas été déférés à la justice, et aucune avancée n’a été enregistrée dans ce sens.
Aucune enquête n’a été menée sur les policiers, les gendarmes et les militaires impliqués dans des actes de pillage systématiques et dans la contamination des sources d’eau à Womey, dans la région de N’Zérékoré, en septembre 2014. Les forces de sécurité avaient été déployées dans ce secteur à la suite du meurtre de sept membres d’une équipe d’information sur le virus Ebola et d’une huitième personne qui assistait à la scène, à Womey. Plusieurs personnes arrêtées ont dit avoir été torturées, et au moins six femmes ont été violées alors qu’elles tentaient de retourner dans leur village pour aller chercher de la nourriture ou des objets de valeur. Deux hommes sont morts en détention, en décembre 2014 et en mai 2015. En avril, le tribunal de N’Zérékoré a condamné 11 villageois à la réclusion à perpétuité pour meurtre.
En mars, la cour d’assises de Kankan a renvoyé à une date ultérieure le procès de quatre membres des forces de sécurité accusés d’avoir tué six personnes pendant un mouvement de grève à la mine de Zogota, en 2012. Les accusés ne s’étaient pas présentés à leur procès.
En juin, des membres de la communauté de Saoro, un village de la région de N’Zérékoré, ont déposé une plainte auprès de la Cour de justice de la CEDEAO, affirmant que les autorités guinéennes n’avaient rien fait pour poursuivre en justice les forces de sécurité accusées de faits d’arrestation arbitraire, torture, viol et exécution extrajudiciaire à l’encontre de villageois qui protestaient contre leur expulsion forcée en 2011.

Notes
1. Guinée. The culture of excessive use of force threatens civil and political rights ahead of the presidential elections (AFR 29/1950/2015)
2. Guinée. Empêcher le recours excessif à la force et respecter le droit à la liberté de réunion pacifique avant et après les élections de 2015 – Appel à l’action (AFR 29/2160/2015) ; Guinée. Coups de feu tirés dans  le dos et tabassage à mort par les forces de sécurité à Conakry (communiqué de presse, 22 octobre)
3. Guinée. Urgence – Craintes pour la santé de deux détenus (AFR 29/1868/2015) ; Deux détenus libérés pour raisons médicales (AFR 29/1889/2015)
4. Guinée. Arrestation de quatre autres syndicalistes (AFR 29/2660/2015)

Procès Habré, une justice au nom de l’Afrique

Siégeant à Dakar autour du procès de l’ancien dictateur tchadien, Hissène Habré, les Chambres africaines extraordinaires contrecarrent, de droit de fait, et de façon opportune les manoeuvres du syndicat des chefs d’Etat africains, emmené cette fois par Uhuru Kenyatta, président du Kenya. On sait qu’il remporta l’élection présidentielle de 2007-2008 après des violences meurtrières. En 2014, il accepta de faire le déplacement pour La Haye afin de témoigner contre les accusations de crimes contre l’humanité pesant contre lui. Paradoxalement, depuis cet acte sans précédent, M. Kenyatta nourrit des ressentiments et en veut à la Cour Pénale Internationale. Pour se venger, il a récemment introduit une proposition demandant le retrait de la participation africaine à la CPI. Si certains chefs d’Etat approuvent sa démarche, la plupart se sont publiquement opposés à la manoeuvre.
Du reste, l’idée du boycott ou du retrait africain de l’instance judiciaire n’est pas nouvelle. Toutefois, ses partisans n’ont pas le poids moral de ses opposants. Par exemple, l’Archevêque Desmond Tutu, qui, dans un article intitulé “In Africa, Seeking a License to Kill”, a magistralement réfuté l’isolationisme des despotes africains et de leurs alliés.
Que les perpétrateurs du Camp Boiro de Sékou Touré et des massacres récurrents sous Lansana Conté (par exemple, Moussa Dadis Camara) soient avertis.  A l’image d’Hissène Habré, ils pourraient comparaître un jour devant la justice africaine.
Tierno S. Bah
Le parquet des Chambres africaines extraordinaires, à Dakar : à l'extrême gauche, le procureur général Mbacké Fall. Photo: Cemil Oksuz/Anadolu Agency/AFP
Le parquet des Chambres africaines extraordinaires, à Dakar : à l’extrême gauche, le procureur général Mbacké Fall. Photo: Cemil Oksuz/Anadolu Agency/AFP

Le procès, à Dakar, de l’ancien président tchadien Hissène Habré devant une cour d’assises exclusivement africaine est une première. Et une réussite. De quoi donner du grain à moudre aux pourfendeurs de la CPI…

Mehdi Ba
Mehdi Ba

Sous son éternel chapeau, le visage scarifié de Souleymane Guengueng s’éclaire d’une douce lueur de satisfaction. Ce 10 février, dans la salle no 4 du palais de justice de Dakar, Mbacké Fall, le procureur général des Chambres africaines extraordinaires (CAE), vient de requérir l’emprisonnement à perpétuité contre Hissène Habré. Rescapé des prisons-mouroirs de la Direction de la documentation et de la sécurité (DDS), l’impitoyable police politique créée par l’ancien président tchadien, Guengueng, 66 ans, s’apprête à boucler la boucle. Le 26 janvier 2000, c’est dans le cabinet d’un juge dakarois, avec une poignée d’autres miraculés tchadiens, qu’il avait déposé la première plainte contre Hissène Habré, épaulé par des organisations de défense des droits de l’homme.

Une procédure compliquée

Depuis son exil contraint, en décembre 1990, l’ancien maître de N’Djamena coulait alors des jours paisibles au Sénégal, où le président Abdou Diouf avait accepté de l’accueillir. Discret, d’autant plus généreux qu’il a quitté le Tchad en vidant les caisses de la Banque nationale, ce Sénégalais d’adoption s’est constitué un solide réseau de fidèles dans les sphères religieuses et politiques, tout comme dans les milieux d’affaires. Mais en janvier 2000, à quelques semaines de l’élection présidentielle qui débouchera sur la première alternance au Sénégal, la plainte — pour actes de torture et de barbarie, et crimes contre l’humanité — déposée par Souleymane Guengueng et six autres rescapés des geôles tchadiennes marque le premier acte d’une longue saga judiciaire.

Contre toute attente, la procédure s’enclenche aussitôt. Huit jours plus tard, le juge Demba Kandji inculpe Hissène Habré et le place en résidence surveillée, en accord avec le parquet. La satisfaction des victimes est de courte durée. Au lendemain de l’élection d’Abdoulaye Wade, la raison d’État reprend ses droits. Le juge Kandji est muté, et la Cour d’appel puis la Cour de cassation déclarent la justice sénégalaise incompétente pour se prononcer sur des crimes survenus au Tchad. Pour les avocats de Hissène Habré, cet abandon des charges vaut quitus, au nom d’un principe juridique essentiel (non bis in idem), qui prévoit que nul ne saurait être jugé deux fois pour les mêmes faits.

Pour contourner l’obstacle sénégalais, les plaignants se tournent alors vers la Belgique, un pays-phare en matière de compétence universelle. En novembre 2000, trois victimes belges d’origine tchadienne déposent plainte devant le tribunal de première instance de Bruxelles. Début 2002, le juge Daniel Fransen se rend au Tchad, où il auditionne victimes de la répression et anciens complices de Habré, non sans collecter un sinistre trésor : les archives de la DDS, exhumées par hasard quelques mois plus tôt. Des milliers de pages qui sont autant de pièces à conviction inespérées.

Le dossier sensible d’Abdoulaye Wade

Au Sénégal, Abdoulaye Wade est confronté à un dilemme. « Il était tiraillé entre des contraintes intérieures et extérieures, car Habré a fait souche au Sénégal, notamment dans la confrérie tidjane, confie un ancien conseiller de Wade. Les jours pairs, il se disait prêt à le juger à Dakar ; les jours impairs, il menaçait de l’extrader. Ce fut l’un des dossiers les plus sensibles de son double mandat. »

En septembre 2005, le juge Fransen inculpe Habré de crimes contre l’humanité, crimes de guerre, actes de torture et violations graves du droit international humanitaire, émettant un mandat d’arrêt international. La demande d’extradition que la Belgique adresse au Sénégal demeure lettre morte, la justice sénégalaise se déclarant incompétente pour statuer.

Ne sachant plus que faire de cette patate chaude, Abdoulaye Wade se défausse sur l’Union africaine, lui demandant la marche à suivre. Réunie en sommet à Khartoum, en janvier 2006, l’organisation continentale met sur pied un « Comité d’éminents juristes africains » afin d’examiner « les options disponibles » en vue de juger l’ancien président tchadien. « L’UA a compris qu’il fallait apporter une réponse juridique, et non politique, à cet épineux dossier », se félicite Reed Brody, conseiller juridique à Human Rights Watch et mentor des victimes.

Cette année-là marque un tournant. Tandis que le Parlement européen et le Comité de l’ONU contre la torture enjoignent au Sénégal de juger Habré ou de l’extrader en Belgique, l’Union africaine, s’appuyant sur les recommandations de son Comité d’éminents juristes, tranche : elle demande aux autorités sénégalaises de juger Hissène Habré « au nom de l’Afrique ». Wade en accepte le principe… mais n’en pense pas moins. « Il y a un “syndicat” des chefs d’État, confiera-t-il un jour à un représentant de la société civile. Mes pairs ne comprendraient pas que je fasse juger l’un des nôtres, comme si je voulais me donner un air supérieur. »

Pendant les six années qui suivront, en dépit d’une apparente bonne volonté, le régime Wade usera donc de tous les stratagèmes pour retarder l’échéance. A elle seule, la nomination, en avril 2008, de Madické Niang comme ministre de la Justice est tout un symbole. Ce ténor du barreau dakarois n’a-t-il pas été le coordinateur des avocats de Hissène Habré ? Tour à tour, Wade brandira la menace (expulser Habré vers le Tchad), le chantage (exigeant le financement préalable du procès) ou le retour à la case départ (une extradition vers la Belgique)… Il est vrai qu’au Sénégal Habré bénéficie d’un fort courant de sympathie au sein de la nomenklatura comme de l’opinion.

L’élection de Macky Sall, un coup d’accélérateur

Les victimes devront attendre l’élection de Macky Sall, en mars 2012, pour voir cette parenthèse dilatoire se refermer. En moins d’un an, l’ancien Premier ministre d’Abdoulaye Wade met sur pied les Chambres africaines extraordinaires, juridiction ad hoc exclusivement africaine. En vertu d’un accord avec l’UA, les CAE — composées de magistrats sénégalais, à l’exception du président de la chambre d’assises, le Burkinabè Gberdao Gustave Kam, et du président de la future chambre d’appel — disposent d’un statut spécifique et s’appuient, pour le reste, sur le code de procédure pénale du Sénégal.

Instituées sur le modèle des chambres cambodgiennes chargées de juger des responsables khmers rouges, elles constituent une expérience inédite pour un continent qui s’estime stigmatisé par la justice internationale et dépossédé de sa souveraineté en matière judiciaire, et dont les dirigeants ont menacé lors du dernier sommet de l’UA, en janvier, de retirer leurs pays de la CPI.

« Ce sentiment de dépossession se cristallise autour de la question des poursuites engagées contre les grands criminels, mais il est l’écho d’un ressentiment bien plus large, nourri par l’Histoire, analyse l’avocat parisien William Bourdon, défenseur des parties civiles tchadiennes à Dakar. Je peux comprendre que l’exigence d’universalisation des droits fondamentaux portée par la société civile et la communauté internationale, parfois avec des arrière-pensées inavouables, soit vécue en Afrique comme une préemption par l’Occident des questions judiciaires. »

« La justice n’a pas de couleur », répondait quant à lui Souleymane Guengueng aux voix africaines qui s’indignaient à l’idée de voir juger Hissène Habré en Europe. « Si nous nous sommes tournés vers la Belgique, c’est parce que l’Afrique a longtemps refusé de juger son propre fils », se justifie le rescapé, tout en se félicitant que l’UA et le Sénégal aient finalement accouché des CAE.

Selon William Bourdon, la CPI n’a pas été en mesure d’élargir de manière convaincante ses enquêtes à d’autres parties du monde, « alimentant ce feu qui couve sur le continent ». Pour lui comme pour nombre de juristes et de militants des droits de l’homme, le procès Habré offre enfin à l’Afrique une alternative à l’ingérence, jugée excessive, de la CPI, laquelle n’a, en principe, qu’une compétence subsidiaire. « Nous n’avions jusque-là aucune légitimité historique en matière de justice pénale internationale, estime Assane Dioma Ndiaye, président de la Ligue sénégalaise des droits humains et avocat des parties civiles lors du procès Habré. Avec cette affaire, l’Afrique vient d’asseoir la légitimité de sa propre justice : des dizaines de témoins sont venus du Tchad, et des juges africains ont tenu le pari d’un procès juste et équitable. »

A l’heure où l’UA dit vouloir faire fusionner sa future Cour africaine de justice et des droits de l’homme avec la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples, basée à Arusha — et pour l’heure dépourvue de compétence en matière pénale -, l’avocat sénégalais reste toutefois circonspect. « Cela marquerait une avancée si l’Afrique n’en profitait pas pour s’affranchir de certains principes essentiels. Or l’état d’esprit qui prévaut aujourd’hui ne nous pousse pas à soutenir ce projet, dès lors que le premier réflexe du syndicat des chefs d’État africains a consisté à aménager dans ses statuts sa propre immunité. » Un mot qui, à une consonne près, s’écrirait « impunité ».

Mehdi Ba

Guinée. Dictature et littérature

Tierno S. Bah. Washington, DC, Jan. 29, 2016
Tierno S. Bah. Washington, DC, Jan. 29, 2016

De 1966 à aujourd’hui, dictature et littérature  s’affrontent en république de Guinée. Le présent effort de synthèse aborde quelques aspects de l’opposition littéraire à l’oppression post-coloniale. La littérature en question est certes celle d’expression française ou francophone. Mais n’oublions pas la littérature ajami, qui utilise l’alphabet arabe adapté.  Le titre de ce blog reprend l’intitulé du chantier d’anthologie littéraire en cours sur webGuinée. Ce document sera publié en plusieurs livraisons selon le plan suivant :

  1. Introduction
  2. Sékou Touré et Camara Laye
  3. Alioume Fantouré : Comment Baré-Khoulé ruina la Guinée
  4. Williams Sassine : exil fatidique et retour fatal
  5. Kidnapping manqué de Monénembo pour le Camp Boiro
  6. Cheick Oumar Kanté : exil un jour, exil toujours ?
  7. Articles et interviews
  8. Analyse et exégèses

Introduction

La production continue et l’exécution progressive de ce projet visent à :

  • Rendre hommage à cinq écrivains dont la plume patriotique et créatrice a donné à la littérature guinéenne francophone une brillante place dans le genre romanesque et la fiction politique et historique. Il s’agit de Laye Camara, Alioum Fantouré, Williams Sassine, Tierno Monénembo et Cheick Oumar Kanté. Les membres de ce groupe ont défié et transcendé, séparément, les écueils et les obstacles de l’exil afin de composer des oeuvres remarquables et saluées.
  • Démasquer davantage la dictature de Sékou Touré et de ses quatre successeurs-imitateurs : Lansana Conté, Moussa Dadis Camara, Sékouba Konaté et Alpha Condé.
  • Proposer ces auteurs comme modèles pour les lecteurs/lectrices, ainsi que pour les jeunes et nouveaux talents
  • Utiliser les clefs de la fiction littéraire pour mieux saisir les réalités complexes de la Guinée et l’Afrique postcoloniales

Laye Camara (1928-1980)
Laye Camara (1928-1980)

Alioum Fantouré
Alioum Fantouré
Williams Sassine (1944-1997)
Williams Sassine (1944-1997)

Tierno Monénembo
Tierno Monénembo

Cheick Oumar Kanté
Cheick Oumar Kanté

Sékou Touré cibla et sévit contre toutes les communautés ethniques et couches sociales. Il s’attaqua successivement aux syndicalistes, enseignants, professions libérales, commerçants, militaires, technocrates, intellectuels, vieux, jeunes, femmes, étrangers…
Comme indiqué plus loin, il n’épargna pas non plus ce groupe d’auteurs.

Dans une certaine mesure, la collection désormais disponible sur webGuinée est une continuation du numéro spécial “Littérature guinéenne” publié en 2005 par la revue Notre librairie.

Le mérite revient à la rédaction de Notre librairie d’avoir chercher à équilibrer les contributions des auteurs de l’intérieur et de l’extérieur. Toutefois, comme le titre même de l’éditorial “De L’enfant noir aux Ecailles du ciel”  annonce d’emblée que le plateau de la balance penche du côté des écrivains exilés. En effet L’enfant noir est de Camara Laye, tandis que Les écailles du ciel est signé Tierno Monénembo.

Deux camps littéraires

Dans sa thèse de doctorat Expérience guinéenne et production romanesque (1970-1987), feu Abdoul Sy-Savané, diplômé de la deuxième promotion de l’Institut Polytechnique (aujourd’hui université de Conakry) est, entre autres, l’auteur de “La poésie pastorale peule au Fouta-Djallon”. Il présente les deux camps en termes non-équivoques. Il écrit : “La production littéraire romanesque”  reflète “la douloureuse expérience du ‘socialisme guinéen’”. Il divise ensuite son étude en quatre parties :

  • La première partie, intitulée “la Guinée, contexte historique et socio-politique”, présente la société guinéenne fortement marquée par le régime tyrannique et totalitaire de Sékou Touré, “père de l’indépendance”. Dans une société sous haute surveillance, quel pouvait être le statut de l’écrivain et de l’oeuvre littéraire ?
  • La deuxième partie porte sur l’étude critique de la production littéraire de quelques écrivains dits de l’intérieur, qui, par démagogie ou pour des raisons de sécurité, n’ont fait que flatter le “guide” et défendre la doctrine et la politique du parti unique au pouvoir.
  • Dans les troisième et quatrième parties, les recherches ont pour objet la production romanesque des écrivains guinéens qui, pour pouvoir écrire et publier librement, ont choisi de vivre en exil. Il s’agit d’Alioum Fantouré, de Williams Sassine et de Tierno Monénembo, qui de l’étranger jettent un regard critique sur leur pays originel et dressent un sombre tableau de l’Afrique des indépendances dirigée par des “présidents à vie” irresponsables et médiocres. »

Tierno Monénembo aborde cette problématique dans “Retour au pays”. Il ajoute deux autres facteurs :

  1. “Les difficultés matérielles très grandes”, découlant du manque d’infrastructure et de réseaux de distribution du livre (pas de maison d’édition, pas de librairies, très peu de bibliothèques.
  2. Le spectre inhibiteur de Sékou Touré :  “le seul écrivain autorisé dans le régime ancien…”

Et il conclut : “Les créateurs guinéens ont été frustrés, et donc ils n’ont pas vraiment l’habitude d’écrire.”

Il y a énormément à dire sur l’étouffement de la création artistique, en général, et de la créativité littéraire, en particulier, par la dictature tentaculaire de Sékou Touré. Le totalitarisme réduisit matériellement et intellectuellement les écrivains de l’intérieur. Il ne leur laissa que deux options : le culte de la personnalité ou le silence.
Quant au quintet littéraire profilé ici, il prit le chemin de l’exil malgré lui. Car le départ marquait un sevrage des attaches familiales et des racines culturelles. Et une fois à l’extérieur du pays, ils durent affronter la précarité matérielle, aggravée par la nostalgie du pays, des parents, de la parenté et des amis. Et bien sûr les rêves du terroir, qui nourrit et moula leur éveil à la vie et à la conscience. Mais ce ne fut pas tout, car — nous le verrons — Sékou Touré porta atteinte, d’une part, à la vie de Camara Laye et, d’autre part,  à la liberté de Tierno Monénembo.
Avant d’entamer l’exploration de l’antagonisme entre la tyrannie et chacun des ces écrivains de l’exil, trois petites remarques s’imposent.

Echantillon représentatif mais incomplet

Les auteurs abordés forment un échantillon représentatif, mais incomplet, de la diversité régionale et culturelle du pays. En effet les écrivains proviennent de trois zones sur les quatre qui composent la Guinée.

Région Auteur
Basse-Guinée Alioum Fantouré
Fuuta-Jalon Tierno Monénembo
Cheick Oumar Kanté
Haute-Guinée Camara Laye
Williams Sassine

On note l’absence de la Guinée Forestière. Certes, plusieurs auteurs (historiens, économistes, géographes, linguistes, sociologues, etc.) sont natifs de cette région. Mais les recherches n’identifient pas un écrivain de la Forêt remplissant les deux critères de mon anthologie, à savoir (a) être un auteur de fiction et (b) avoir publié en exil sur la dictature guinéenne.

Collecte de la tradition orale

De quatre ans son aîné, Laye Camara devança le Professeur Djibril Tamsir Niane, un Halpulaar, dans la collecte et la diffusion de la tradition orales des grands griots (Jeli, Fina, Bèlèn-Tigi) de la Haute-Guinée. En rétrospective, l’un et l’autre furent des disciples de facto d’Amadou Hampâté Bâ, le Grand-maître du Pulaaku et — selon l’expression de l’Ivoirien Isaie Biton Koulibaly — le “pape” de la tradition orale africaine. Dans cet ordre d’idées, Bâ et Niane, en chercheurs émérites, gagnèrent l’estime et la confiance de prêtres et dépositaires de la culture Mandé. Au point de recevoir, respectivement, l’initiation aux rites du Komo (religion bamana) et aux secrets de la caste des Jeli. Lire :

En Guinée, Sékou Touré detruisit les trésors culturels rassemblés par Niane.  Lire “Djibril Tamsir Niane. De Baro à Boiro”.
Et Modibo Keita fit pareille au Mali. Au début des années 1960, le duo Bazoumana Cissoko (l’aède aveugle) — Amadou Hampâté Bâ réalisa une série d’émissions radio, agréables et instructives, sur l’histoire et la culture de les Empire du Mali, du Maasina, le pays Dogon, etc. Mais le dictateur Modibo n’avait cure de cette contribution inestimable. Il chassa Amadou Hampâté Bâ du territoire. Félix Houphouët-Boigny recueillit son vieil ami à Abidjan, où Amkoullel mourut et se repose.
Modeste et pâle incarnation du projet littéraire panafricain du Pionnier, une fondation porte son  nom. Mais les archives d’Amkoullel reconstituées par sa compagne, feue Hélène Heckman, moisissent dans une cave en France, dans l’indifférence générale. Pis, à Bamako le centre culturel éponyme est vide de l’oeuvre d’Amadou Hampâté Bâ. L’institution ne semble même pas avoir hérité et conservé les bandes enregistrées des émissions de Hampâté et Bazoumana : des titans de l’orature traditionnelle africaine.

Une transcription désuète

A l’exception de Camara Laye, dans Kúmá Lafölö Kúmá (Le maître de la parole), les livres des cinq auteurs accusent un retard frappant sur la transcription de leur langue maternelle : Maninkakan, Pular, Sosokui. Pourtant la graphie de ces idiomes a été codifiée et standardisée  par la Réunion du Groupe d’experts pour l’unification des Alphabets des Langues Nationales, Bamako, 28 Février – 5 mars 1966, c’est-à-dire l’année de publication de Dramouss.
Il faut déplorer en conséquence l’usage dune orthographie désuète — parce que francisée — des noms de lieux et de personnes. J’ai essayé, discrètement et non pas systématiquement, de corriger ces épellations dépassées. Et je me demande si les maisons d’édition françaises veulent toujours pratiquer une politique d’assimilation alphabétique de l’onomastique et de la toponymie africaines. Si oui, elles devraient savoir qu’elles mènent un combat d’arrière-garde. Car, d’une part, les travaux de Bamako furent  activement animés par d’éminents intellectuels de l’Hexagone, par exemple le grand professeur Pierre Francis Lacroix, pour le Pulaar/Fulfulde. D’autre part, depuis l’effondrement des systèmes coloniaux européens, les endonymes (noms autochtones) remplacent les exonymes (noms étrangers). La règle s’applique aux individus, aux villes et aux pays. Ainsi, Péking se prononce maintenant Beijing, la Birmanie est devenue Myanmar, Bathurst a disparu au profit de Banjul, la Gold Goast s’appelle Ghana, la Haute-Volta s’est érigée en Burkina Faso, etc.
Enfin une telle substitution est devenue aisée au 21e siècle grâce à l’Internet et à la norme UNICODE.
La révolution numérique restitue aux noms indigènes leur statut de données primordiales, d’entités sine qua non et de composantes fondamentales de la personnalité et de l’identité culturelle, particulièrement pour les peuples anciennement colonisés.

Suite : Première partie
. Sékou Touré et Camara Laye

Tierno S. Bah