Sékou Touré, François Mitterrand et le P.S.F.

Sékou Touré, Edgar Faure, Francois Mitterand, au 3e congrès du Rassemblement Démocratique Africain, Bamako, septembre 1957
Sékou Touré, Edgar Faure, Francois Mitterand, au 3e congrès du Rassemblement Démocratique Africain, Bamako, septembre 1957

Ce document contient le 9ème chapitre de l’ouvrage de feu Docteur-Professeur Charles Diané intitulé Sékou Touré, l’homme et son régime. Lettre ouverte au Président Mitterand. Paris : Editions Berger-Levrault. 1982, 106 pages.
Tierno S. Bah

“Mensonges et insolence au dehors Sékou Touré, François Mitterrand et le Parti Socialiste Français”

Dr. Prof. Charles Diané
Dr. Prof. Charles Diané

Du même auteur La FEANF et les grandes heures du mouvement syndical étudiant noir

Sections précédentes dans cette série :
Sékou Touré et son régime
• La loi-cadre de juin 1956. La Guinée et le référendum de septembre 1958
• Le non de la Guinée en 1958 et le dilemme de Sékou Touré
• Les espérances de l’indépendance de la Guinée et la trahison de Sékou Touré

Sékou Touré : Gouvernement par le Complot et le Crime
Constitution de façade, violation des Droits de l’Homme et perversion de la démocratie
Pseudo-socialisme et anti-impérialisme de façade, à l’ombre des trusts, dans un pays à la dérive
Mystification et mensonge en dedans

« Il est temps que la gauche française ouvre les yeux sur ce qui se passe à Conakry …
Traiter le plus grand parti de ce pays de “Parti de la Souillure Française” et François Mitterrand de “nouvel Hitler” est tout à fait dans le style du personnage qui écrase, sous sa poigne, plus de quatre millions de Guinéens. »
Jean Lacouture
Le Matin, 9 juillet 1977

Monsieur le Président,
Il existe de très nombreux exemples de l’agressivité de Sékou Touré et de son insolence dans les relations entre Etats. Depuis un quart de siècle, les humiliations subies, par notre peuple, ne se comptent plus, du fait de ses mensonges, de ses volte-face et de son opportunisme.

Je n’insisterai pas sur les relations franco-guinéennes. Cest le plus long conflit de décolonisation que la France a connu si ce n’est ni le plus coûteux ni le plus sanglant. Vous en connaissez les péripéties et le dénouement n’est pas pour demain, même si la réconciliation a été entrevue depuis 1975.

Elle est l’oeuvre de nombreux intermédiaires qui ont joué des rôles plus ou moins importants. Des syndicalistes français et en particulier des leaders de la C.G.T. et du Parti Communiste français, dont M. Séguy ont réussi à créer un climat favorable au dialogue. En septembre et en décembre 1974, il a obtenu de Sékou Touré la libération de trois détenus de nationalité française.

Vous même aviez montré, en novembre 1972, le chemin de ce dialogue particulier pour arracher, au plus fort de la tourmente, trois Français injustement détenus par Sékou Touré.

« Il m’est arrivé, comme à d’autres, d’user de l’amitié pour panser certaines plaies, corriger certains jugements, adoucir certaines sentences et il m’est arrivé d’être écouté. »

Cette phrase est écrite par vous-même 1.
Mais c’est un Français, André Lewin, camouflé en fonctionnaire international qui s’est révélé, après vous et quelques autres encore comme André Bettencourt, qui s’est occupé du dossier franco-guinéen dans son ensemble, et qui a mené à bien la reprise des relations en juillet 1975.
Il est évident que c’est grâce à la patience, au tact et aux concessions que la France a faites, que les choses sont ce qu’elles sont.
En aucun cas le peuple de Guinée n’a été concerné par ces relations en dents de scie qu’il n’a jamais voulu. La susceptibilité de Sékou Touré, ses accusations mensongères et son caractère irascible et violent ont été pour beaucoup dans la dégradation de relations que les Guinéens voulaient dès le départ excellentes.

Ainsi insolences et mensonges ont dominé des rapports qui auraient pu être des plus corrects dans l’intérêt de nos peuples. Il n’en fut rien et il n’en est rien. Au lieu d’insister sur le caractère insolent et mensonger du régime de Sékou Touré, à propos des relations franco-guinéennes, je préfère m’attarder sur vos rapports et ceux de votre Parti avec lui. Cest un chapitre auquel vos amis, moins tenus par les intérêts d’Etat, sont très sensibles depuis le comportement grotesque et proprement inqualifiable de Sékou Touré à votre égard et à leur égard, et son immixtion ouverte et inadmissible dans la campagne électorale aux côtés de votre adversaire d’alors.
Il faut reconnaitre que votre élection a été un véritable coup dur pour le Dictateur de Conakry.
Plus de deux semaines après votre élection, le 10 mai 1981, Sékou Touré, malgré les pressions de son entourage et celles de ses diplomates, n’avait envoyé aucun message à Paris. Une preuve s’il en faut, de la confusion qu’il fait entre l’État guinéen et sa propre personne.
On pensait que le Président guinéen, prompt en retournements, opportuniste à souhait, avait décidé d’aller jusqu’au bout de sa lutte contre le “Parti de la Souillure Française”? qu’il avait décidé de se ranger dans le camp des battus du 10 mai et de boire jusqu’à la lie les conséquences de la visite de son ministre des Affaires étrangères en pleine campagne électorale et ses prises de position inopportunes en France, d’assurer jusqu’au bout ses prises de position contre vous et votre Parti.

Nous extrayons de la déclaration de Sékou Touré devant le Comité Central du Parti Démocratique de Guinée, le 10 juin 1977, le passage suivant (Horoya, n° 2279) :

« … Mitterrand fera financer par Houphouët ses prochaines élections en France. Tout cela est beau, mais nous avons à l’avance pitié du Peuple français s’il devait désigner un tel homme comme premier responsable de ses destinées. Il le regretlerait très tôt. »

Nous soulignons ces prophéties du dieu Sékou Touré.
Le 10 mai 1981, les Français vous ont élu à la présidence de la République française. Contrairement à votre prédécesseur, Valéry Giscard d’Estaing, qui, avant son avènement à la magistrature suprême en 1974 n’avait pas une grande expérience politique de l’Afrique, vous êtes, Monsieur le Président, dans le landerneau politique de votre pays, un des meilleurs connaisseurs de l’Afrique, de ses problèmes et de ses hommes.
Vous avez été en effet ministre de la France d’Outre-Mer de juillet 1950 à mars 1951 dans le cabinet de René Pleven.
Dans votre livre Ma part de vérité, vous écrivez, à propos de ces mois passés rue Oudinot :

« Mon passage au ministère de la France d’Outre-Mer a été l’expérience majeure de ma vie politique, dont elle a
commandé l’évolution. »

Je soulignerai comme élément essentiel de la vie politique africaine de l’époque, la rupture entre le groupe parlementaire du R.D.A. 2 et celui du P.C.F., due en partie à votre rencontre avec Houphouët ; les parlementaires R.D.A. allaient désormais siéger sur les mêmes bancs que votre formation de l’U.D.S.R. (Union Démocratique et Socialiste de la Résistance). Vous avez participé, en septembre 1957, à l’important congrès du R.D.A. tenu à Bamako où vous avez pu prendre le pouls du nationalisme africain. Vous avez dit après ce congrès :

« Il nous faut choisir désormais entre la politique de l’intégration, la politique de la fédération ou l’indépendance. »

Nous savons que ce fut un gouvernement socialiste, celui de Guy Mollet, qui fit approuver la fameuse Loi-Cadre du 23 juin 1956 ou Loi Defferre, du nom de votre actuel ministre d’Etat.
Monsieur le Président, vous êtes donc un “vieux routier” de la politique africaine et un bon connaisseur des hommes ; surtout les plus anciens : Léopold Senghor, avec qui vous siégez à l’Internationale Socialiste, Houphouët-Boigny, l’ancien président du R.D.A. et aussi Sékou Touré de Guinée, alors proche collaborateur de Houphouet.

L’examen des rapports entre le Parti Socialiste Français et le Parti Démocratique de Guinée, montre que ceux-ci peuvent être confondus avec les rapports entre Sékou Touré et vous-même.

Ces relations ont eu deux étapes :

  • L’étape de l’harmonie jusqu’en 1977
  • L’étape orageuse depuis 1977

Nous ne savons pas, bien sûr, ce que la raison d’Etat leur réservera par de-là les ressentiments réciproques qui paraissent s’estomper.
Après le référendum de 1958, les quelques rares “amis” de Sékou Touré en France se trouvaient dans les rangs de la gauche et des syndicats. Vous en étiez. Dans votre ouvrage “Le coup d’État permanent”, vous soulignez, au sujet de notre pays :

« De Gaulle ne tolère que les libertés qu’il octroie. Du coup, la Guinée fut chassée du paradis gaulliste ; on coupe ses crédits, on aveugla ses fenêtres sur l’Occident. »

Vous faites ainsi vôtre la thèse selon laquelle l’échec de la politique de Sékou Touré est dû en partie au racisme gaulliste et à celui de ses épigones africains. Vous, qui passiez, déjà à l’époque, pour le leader de l’opposition en France, vous alliez, durant cette période, faire deux ou trois visites dans notre pays, essayant à titre personnel de faire délivrer quelques prisonniers français et condamnant même, au cours d’un important meeting à Conakry, la tentative de renversement de Sékou Touré en novembre 1970 et le rôle que la France y aurait joué. En retour, nous
avons en mémoire la grave entorse à la courtoisie diplomatique doublée de la gaffe politique que constitua, en 1965, l’ingérence du dictateur guinéen dans les affaires intérieures françaises lors de votre duel avec le Général de Gaulle : entre les deux tours de l’élection présidentielle, il vous envoya un télégramme de soutien. Ce ne fut d’ailleurs pas une bonne chose pour vous. On peut dire que durant toute cette période, vous avez été un fervent partisan des thèses guinéennes, même si vous vous rendiez compte que le lamentable échec de Sékou Touré n’était pas dû seulement au barrage gaulliste, mais aussi et surtout à l’incurie du pouvoir guinéen, au “génocide” des cadres, au pillage et à l’arbitraire. Sans compter “l’exercice solitaire du pouvoir”, ce mal que vous n’avez jamais cessé de dénoncer chez De Gaulle, Pompidou et Giscard d’Estaing , ce mal qui a poussé Sékou Touré a devenir “responsable suprême” de tout.

A partir de 1976, les relations se dégradent entre vous et vos partis. Peut-on dire que cette brouille allait de pair avec le flirt officiel entre la Guinée et la France ? C’est difficile à affirmer, mais toujours est-il que les analystes ne se font pas défaut de relever le parallélisme entre les deux
événements. Cette évolution allait aboutir à une brouille éclatante.

A l’origine de cette brouille, deux éléments :

  1. L’adoption par le P.S.F., lors de la préparation du congrès de Nantes , en juin 1977, d’une proposition de résolution condamnant les atteintes aux droits de l’homme en Guinée (torture dans les prisons, absence des détenus lors des procès, exécutions sommaires, etc.).
  2. La violente campagne du P.D.G. contre le P.S.F. et votre personne qui s’en suivit.

Les attaques du P.S.F. contre les atteintes aux droits de l’homme en Guinée s’inscrivaient dans une politique de dénonciation de tous les régimes dictatoriaux, aussi bien en Afrique que dans les autres continents, l’Amérique Latine, en particulier. Il faut souligner que l’opinion française était déjà sensibilisée par les conditions de détention dans le goulag guinéen, grâce à la parution de Prison d’Afrique, l’ouvrage de Jean-Paul Alata, socialiste français, ayant choisi de vivre en Guinée. Alata, miraculé des prisons guinéennes, révélait au monde ce que nous, Guinéens, savions déjà, le traitement infra-humain infligé à des milliers d’innocents, hommes et femmes ; grâce aussi à un document objectif et précis sur les prisons guinéenn , publié par des patriotes en exil et comportant plus de trois cents noms et le détail des exactions de Sékou Touré.
Pour Sékou Touré, vous auriez dû interdire la condamnation de son Parti par le P.S.F. Il croyait que tous les partis étaient à l’image du P.D.G., une organisation au service d’un homme. Le fait donc que vous n’aviez pas levé toute critique contre lui équivalait à une trahison.

Et voici que Sékou Touré entre en transes et met en batterie tout son arsenal de la dénonciation, de la calomnie et des insultes contre vous-même qu’il vilipende et le P.S.F. qu’il n’appelera plus désormais que “Parti de la Souillure Française”.

Sékou Touré, en particulier dans une violente adresse aux Guinéens le 10 juin 1977, fait un étalage malheureux de son ignorance, prend toutes les libertés avec votre vie privée et étale son art morbide de la délation et de l’amalgame.

Il déclare entre autres : “L’ami intime de M. François Mitterrand est le Général Moshé Dayan d’Israël. C’est son ami intime.” Il confondait Moshé Dayan et l’ancien sénateur français Georges Dayan (décédé en 1979) effectivement votre ami intime et votre “confident des bons et des mauvais jours”. Dayan et vous, on le sait, vous êtes connus au régiment au début de 1940 et l’un des premiers actes de Mitterrand Président a été de se recueillir sur la tombe de Dayan. Sékou Touré fait également un amalgame mensonger entre le P.S.F. et les autres formations socialistes qui existaient avant lui. Il ignore que vous n’avez commencé à militer au P.S.F. que lors de sa fondation au congrès d’Epinay en 1971, et que vous n’avez jamais été membre de la S.F.I.O. (Section Française de l’Internationale Socialiste). Sékou Touré n’en a cure. Il prêche avec pertinence le faux pour discréditer l’adversaire. Il ment sans vergogne pour étayer sa thèse. Il affirme que vous cherchiez “à le renverser”.

  • En recrutant des mercenaires : “Voici ce moment arrivé. Ils sont en train de recruter des mercenaires. Pas plus tard que le mercredi, ils étaient en réunion à Paris. Ils veulent envoyer aux États- Unis même une délégation pour demander à des groupes capitalistes de financer certaines
    actions, avec l’idée que le Gouvernement guinéen serait renversé.” (Horoya, n° 2279.)
  • En mobilisant une prétendue loge maçonnique : “… l’histoire tournait autour de la loge maçonnique. Nous allons vous apprendre que c’est là une des raisons de l’offensive du P.S.F. contre la Guinée : Senghor est franc-maçon, Houphouët est franc-maçon, Mitterrand est franc-maçon. Ils appartiennent à la même loge, le Grand-Orient… Voilà que la Loge met en branle ces hommes contre la Guinée.” (Horoya, n° 2279.)
  • Ou bien en faisant des sacrifices humains contre lui : “L’on sait également qu’en Côte-d’Ivoire il y a la Mare aux Caïmans où les sacrifices humains s’effectuent régulièrement. Et qui sait si M. Mitterrand n’a pas assisté à ces cérémonies funèbres au bord de la mare.” (Horoya, n° 2279.)

Le simple honneur des gens nous dicte de ne pas ressortir la bordée d’injures et les insanités prononcées par le dictateur guinéen contre vous et votre parti. Mais comme l’a écrit Jean Lacouture, dans Le Matin du 9 juillet 1977 :

« Contre l’atroce oppression là-bas, contre la honteuse complicité ici, il est temps que la gauche française, celle en tout cas qui ose dire que l’esclavage des Africains est aussi odieux que celui imposé aux Tchèques ou au Chiliens, crie la vérité. »

Aujourd’hui, cette gauche a les moyens et l’appui du peuple français et celle des Guinéens pour que la vérité des atrocités du pouvoir de Sékou Touré et la vanité de sa politique éclatent aux yeux de tous. Si Sékou Touré a pu traiter le plus grand parti de France de “Parti de la Souillure Française”, et vous même, François Mitterrand de “nouvel Hitler”, c’est fort de la complicité et du soutien du pouvoir d’alors qui a tout fait pour livrer notre pays au grand capital français et multinational en jetant une épaisse chape de silence sur ses exactions, ses malversations ct ses mensonges.

Vous avez dit le jour de votre prise de pouvoir, que le grand
vainqueur du 10 mai 1981 était l’Espoir. Celui de millions de Français, mais aussi d’hommes pour qui la France devra jouer, surtout en Afrique, son rôle de défenseur de la liberté, de la justice et du progrès.

Je résiste à l’envie de rappeler quelques-unes des insolences que Sékou Touré a proférées contre vous, le Parti Socialiste Français et la France. Ce genre de rappel ne sied pas dans pareille lettre. Mais je sais que vous et tous vos amis avez en mémoire ces appels hystériques de Sékou Touré à la haine et cette mobilisation, déclenchée par le régime guinéen contr v us et votre Parti.

Cet épisode dramatique et plutôt triste des relations de notre peuple avec le peuple français est caractéristique de la folie mensongère et agressive qui a abouti à l’isolement de notre pays en Afrique et dans le monde.

Notes
1.  In “L’exemple que la France pourrait donner aux Africains”, France-Soir du 31 janvier-1er février 1971.
2.  R.D.A. : Rassemblement Démocratique Africain.

Tierno Siradiou Bah

Author: Tierno Siradiou Bah

Founder and publisher of webAfriqa, the African content portal, comprising: webAFriqa.net, webFuuta.net, webPulaaku,net, webMande.net, webCote.net, webForet.net, webGuinee.net, WikiGuinee.net, Campboiro.org, AfriXML.net, and webAmeriqa.com.