Sékou Touré : Mystification et mensonge en dedans…

Du même auteur La FEANF et les grandes heures du mouvement syndical étudiant noir

Sections précédentes dans cette série :
Sékou Touré et son régime
• La légende et la vérité
• La loi-cadre de juin 1956. La Guinée et le référendum de septembre 1958
• Le non de la Guinée en 1958 et le dilemme de Sékou Touré
• Les espérances de l’indépendance de la Guinée et la trahison de Sékou Touré

Sékou Touré : Gouvernement par le Complot et le Crime
Constitution de façade, violation des Droits de l’Homme et perversion de la démocratie
Pseudo-socialisme et anti-impérialisme de façade, à l’ombre des trusts, dans un pays à la dérive

Président Sékou Touré décerne une médaille au Président Houphouët-Boigny. Conakry, 1962
Président Sékou Touré décerne une médaille au Président Houphouët-Boigny. Conakry, 1962
Les Président Sékou Touré et Léopold Senghor à Conakry, 1960
Les Président Sékou Touré et Léopold Senghor à Conakry, 1960

Voici le 8ème chapitre de Sékou Touré, l’homme et son régime. Lettre ouverte au Président Mitterand. Paris : Editions Berger-Levrault. 1982, 106 pages, par feu Docteur-Professeur Charles Diané.
Tierno S. Bah

Dr. Prof. Charles Diané
Dr. Prof. Charles Diané

Mystification et mensonge en dedans…

« Ce qui nous paraît plus inquiétant pour la Guinée et pour l’Afrique c’est que Sékou Touré, dont l’imagination est fertile, invente et fabrique ce qu’il veut, quand il veut et contre qui il veut. »
Laurent Dona Fologo, Ministre Ivoirien de l’Information
Fraternité Matin, 29 septembre 1973

  Monsieur le Président, que Sékou Touré gouverne également par le mensonge n’a jamais fait de doute pour personne. Les exemples ne manquent point de l’assurance avec laquelle il a menti au peuple de Guinée. Il n’est que de voir son immense roman feuilleton plein de dollars, de S.S. Nazis, de “Cinquièmes colonistes” et de crimes. Des
hommes à sa dévotion, devenus ses bêtes noires ; il n’est que d’entendre les présentateurs hystériques de sa radio dérouler les bandes magnétiques extorquées à des malheureux pour savoir qu’il s’agit de documents préfabriqués pour les besoins de leurs procès. Ses amis d’hier, parias d’aujourd’hui, il les a tous faits par le mensonge. Il leur fait porter par le mensonge, le lourd fardeau de sa propre faillite.

Tous ces officiers supérieurs, tous ces ministres, tous ces gouverneurs, tous ces cadres inconditionnels de son parti auraient donc été au courant de tous les “complots, y auraient participé’ ; manipulés les uns et les autres par des puissances avec lesquelles il entretient parfois les meilleures relations ; qui le nourrissaient et polissaient son image à l’extérieur. Allons donc ! si tous ces gens étaient au courant de tous ces prétendus complots, c’est tout simplement que lui-même avait pensé, organisé et fait exécuter ces “complots”. S’il est vrai qu’ils ont reçu un seul sou, ce serait celui de la corruption ; l’argent du peuple qu’il a seul dilapidé et qu’il continue de gaspiller pour que ses machinations apparaissent plus vraisemblables. S’ils ne furent que ses complices d’un jour, ils furent ses victimes de toujours car il en avait fait, dès le début, les agents serviles de sa personne.

Cependant, Monsieur le Président, ses mensonges ne passent qu’à travers le rideau de frayeur et de terreur qu’il nous a imposé. Mais ce pouvoir charismatique qu’il veut incarner est maintenant trop ruisselant du sang de nos frères. Il est démasqué par les mensonges mêmes dont il veut en faire le support. Je ne peux résister à l’envie d’en évoquer quelques-uns.

Je laisse de côté les très nombreuses histoires mensongères et grotesques qu’il raconte en de longs discours et dont il a gavé notre peuple pour enraciner l’idée qu’il détient un pouvoir surnaturel et que sa prétendue révolution est l’incarnation de ce pouvoir.

L’Afrique elle-même, trop souvent réceptive à ses thèses a toujours été trompée par la forme qu’à voulu donner aux faits l’imagination diabolique de Sékou Touré. Ainsi a-t-elle souvent choisi de voler au secours de son pouvoir contre nos intérêts, même lorsque son mensonge, répété avec persévérance et entêtement n’apparaissait jamais que comme un mensonge. Ainsi en fut-il de la solidarité qu’il obtient en novembre 1970 et de bien d’autres complots qu’il a montés contre notre peuple.
Mais la technique éprouvée du mensonge et des affirmations gratuites de Sékou Touré, ses mises en scènes théâtrales, son maniement vicieux de l’affabulation, de la dissimulation, de la substitution et de l’amalgame ne trompe plus que ceux qui veulent bien se voiler la face.
Le 26 septembre 1973, les Présidents Félix Houphouët-Boigny et Léopold Sédar Senghor recevaient un télégramme de Sékou Touré dans lequel celui-affirmait une fois de plus avoir constitué un “dossier concernant de nouvelles agressions contre la République de Guinée avec la complicité des colonialismes portugais, français, israélien, de l’Afrique du Sud et de la République Fédérale Allemande, ainsi qu’avec la participation irréfutable des Présidents  Senghor et  Houphouet-Boigny — Stop. Dénonciations Présidents Léopold Sédar Senghor et Félix Houphouët-Boigny absolument fondées. Stop”.

L’accusation était très claire et Sékou Touré avait pris soin d’envoyer pour information le même télégramme aux présidents du Niger, du Togo, du Gabon, du Dahomey [Bénin], de la Haute-Volta, de la Mauritanie et du Mali.

Ainsi fut déclenché un autre épisode des relations dramatiques créées entre notre peuple et ses voisins par Sékou Touré. En fait, tout cela n’était que mensonge.

Pour tout comprendre, vous me permettrez de citer longuement le Ministre de l’Information de la Côte-d’Ivoire le 29 septembre 1973, dans le quotidien  Fraternité-Matin.

« La nouvelle crise de rage de M. Sékou Touré serait provoquée, selon lui, par la préparation d’un autre “complot” visant à renverser son régime et à éliminer sa personne. Ce nouveau “complot” qu’il aurait découvert à la suite de la saisie du procès-verbal d’une fameuse réunion tenue le 12 mai 1973 à Genève par les responsables de l’opposition guinéenne à l’étranger, serait encouragé et financé par les Présidents Senghor (150.000 dollars) et Houphouët-Boigny (80.000 dollars). M. Sékou Touré aurait saisi nos deux Présidents de ce fameux procès-verbal de réunion dont personne n’aura jamais vu ni l’original ni même la photocopie. Et c’est le silence observé par Dakar et Abidjan devant sa démarche qui aurait provoqué sa nouvelle folie dans laquelle il associe Allemands, Portugais, Français, Israéliens et Sud-Africains rassemblés pour le renverser. Avouons que le tyran de Conakry doit être bien fort pour que sa chute mérite un tel déploiement de force !
Quoiqu’il en soit, l’accusation de M. Sékou Touré ne résiste à aucune analyse sérieuse. Ce qui nous paraît plus inquiétant, pour la Guinée et pour l’Afrique, c’est que, ou bien M. Sékou Touré, dont l’imagination est fertile invente et fabrique ce qu’il veut, quand il veut et contre qui il veut ; ou bien, connaissant ses faiblesses, ses informateurs le mènent en bateau, prenant plaisir à assister à ses crises de delirium où le ridicule se mêle à la bassesse la plus crasseuse.
C’est qu’en réalité, les vraies causes de l’affolement de Sékou Touré se trouvent ailleurs. Le potentat de Conakry ne pouvait donc attendre la fin de notre enquête, puisque son calcul était fait, son plan diabolique arrêté, le fameux procès-verbal de la soi-disant réunion de Genève n’étant qu’une pure machination, une création de son imagination criminelle pour semer, une nouvelle fois, la confusion et la discorde dans notre Afrique qui cherche, au contraire, à s’organiser sur des bases solides pour hâter son développement.
Comme on le voit, ces personnes si dispersées, à la date indiquée, ne pouvaient tenir ensemble aucune réunion à Genève. Et c’est à partir du faux document de cette rencontre imaginaire que le dictateur de Conakry a déclenché son opération satanique, rassemblant, dans le même élan de folie furieuse, accusations et calomnies des plus ridicules et des plus inimaginables.
Ainsi que l’ont noté tous les observateurs au “Sommet” d’Alger, il fallait au despote de Conakry, incapable de quitter un seul jour son trône où le tiennent ses crimes et le sang des martyrs guinéens, justifier aux yeux de ses amis “révolutionnaires” et du monde entier, son absence du seul forum international où il aurait pu se fendre le gosier à loisir … Même l’insistance de son ami Castro, dépêché à Conakry, n’y fit rien.… Alors, il fallait des cibles : les honorables présidents du Sénégal et de la Côte d’Ivoire, qui ont aggravé leur cas en renforçant depuis un an les relations entre Dakar et Abidjan, étaient tout trouvés d’où cette curieuse affaire de nouveau “complot” et de soutien aux Guinéens en exil.
Sékou Touré n’échappera pas au verdict de l’Histoire, ni à celui de Dieu.
Le flot de sang innocent qu’il ne cesse de répandre sur le sol guinéen au nom de je ne sais quelle “révolution” ne cessera de le troubler. Qu’il songe à la fin terrible de Néron ! »

Ces quelques passages sont significatifs. Ils caractérisent Sékou Touré comme en témoigne la mise en scène grotesque qu’il a faite contre vous Monsieur le Président à l’occasion de la publication d’un document sur les camps de concentration guinéens et votre parti qu’il a traité de “Parti de la Souillure Française” et de “Parti de la Pourriture Française”.

Chapitre précédent :   Pseudo-socialisme et anti-impérialisme de façade à l’ombre des Trusts dans un pays à la dérive

A suivre

Tierno Siradiou Bah

Author: Tierno Siradiou Bah

Founder and publisher of webAfriqa, the African content portal, comprising: webAFriqa.net, webFuuta.net, webPulaaku,net, webMande.net, webCote.net, webForet.net, webGuinee.net, WikiGuinee.net, Campboiro.org, AfriXML.net, and webAmeriqa.com.