Fuuta-Jalon. Histoire : Alfaya et Soriya

Kiridi Bangoura, ministre Secrétaire Général du Gouvernement
Kiridi Bangoura, ministre Secrétaire Général du Gouvernement.

Un des mes correspondants rapporte et réagit à des propos tenus par Kiridi Bangoura, ministre Secrétaire Général du Gouvernement. L’occasion était un atelier sur la prévention de conflits. Pas étonnant. A défaut d’un Etat viable, les fonctionnaires guinéens passent d’un atelier/séminaire à l’autre. Et plutôt que de prévenir les conflits, le régime du président Alpha Condé en fait un cheval de bataille et une stratégie. Pour s’en convaincre, il faut considérer les passions que son mutisme sur un 3ème mandat déchaînent aujourd’hui.… Qui vivra verra !

Entretemps, hier au ministère de l’unité nationale, Kiridi Bangoura aurait offert son expertise sur la résolution des conflits dans le Fuuta-Jalon théocratique :

« Sans faire du plaisir à Monsieur le Ministre Conseiller principal du Chef de l’État, M. Tibou Kamara, ici présent, face à des crises qui minaient le Fuuta, Elhadj Oumar Tall de passage dans les contrées, a jeté les bases de l’alternance entre les frères Sorya et Alfaya, ce qui aurait résolu les conflits de succession au Fuuta. »

Le secrétaire général du gouvernement passe ici du coq à l’âne. Ce faisant, il commet une bourde en appliquant à l’histoire du 19è siècles le jargon de la bureaucratie onusienne et des ONG internationales du 21è siècle. C’est lamentable ! Lorsqu’on n’a rien à dire de clair, il est préférable de se taire. Kiridi aurait dû se conformer à ce sage dicton. Ou alors il aurait dû remuer sa langue plusieurs fois dans sa bouche avant de parler. Trop tard. Mon jeune correspondant l’a déjà démenti sur Facebook. J’apporte ici mon grain de sel en dix points.

Rappel

Pour M. Kiridi Bangoura le politicien, la remarque peut paraître acceptable et inspiratrice. Malheureusement, au regard de l’Histoire et de de la Culture, ses mots sont désespérément superficiels, inappropriés et erronés.
Une telle gaffe est étonnante de la part d’un sociologue qui fut, jadis, un intellectuel et un militant de la culture. Il eut par exemple l’opportunité, remarquable, de collaborer avec Pr. Djibril Tamsir Niane —le doyen de faculté révéré de ma génération et son beau-père —et le génial Williams Sassine. Le trio produisit Il était une fois – l’alphabète; une adaptation théâtrale du roman L’alphabête, du même auteur que celui du Zéhéros n’est pas n’importe qui : Sassine, dénonciateur et pourfendeur mordant de la débâcle guinéenne.
Par ailleurs, le catalogue bibliothécaire mondial WordCat contient deux autres titres signés Kiridi Bangoura :

  • Le baptême des chiots : roman, paru en 1997
  • Une cabine pour deux, rédigé avec Michelle Allen et publié en 1995

Kiridi Bangoura fut ainsi un acteur de la scène culturelle au 20è siècle. Mais au 21e siècle il a apparemment changé le fusil d’épaule. Et il a délaissé la création littéraire et artistique par la plume. Il n’est pas le seul dans ce cas. Au contraire, cette catégorie est surpeuplée en Guinée et en Afrique, où la plume ne nourrit pas. Cela pourrait expliquer que depuis bientôt deux décennies M. Bangoura se retrouve dans les plus hautes sphères du pouvoir. D’abord sous Lansana Conté et depuis 2010 avec Alpha Condé.

Témoignage

Et pourtant, jusqu’en 2004 en ce qui me concerne, Kiridi avait conservé la lucidité et le réflexe d’un homme de culture. J’en ai fait indirectement l’expérience lorsque, au nom de Tabital Pulaaku Guinée (TPG), je déposai le dossier de demande d’agrément au ministère de la Décentralisation dont il était le secrétaire général. On m’avait chargé de coiffer le groupe de pilotage pour la création de la branche guinéenne de Tabital Pulaaku International. En me confiant le dossier, on m’avait répété que l’obtention de l’agrément dépendrait entièrement de Kiridi Bangoura. Si, à l’image du président Lansana Conté et de certains cadres Sose, il se montrait hostile ou indifférent, alors le projet était voué à l’échec. Par contre, s’il n’y faisait pas objection, la réussite était acquise par avance. A son crédit, M. Bangoura apprécia le contenu purement culturel de la demande. Il l’approuva. Son entourage me confirma par la suite son attitude positive, pour ne pas dire bienveillante. L’arrêté fut donc signé par le ministre Moussa Solano. Et Tabital Pulaaku Guinée devint une ONG officielle.

“… les crises qui minaient du Fuuta-Jalon…”

Kiridi Bangoura a voulu peut-être ironiser et chahuter son collègue Tibou Kamara. Malheureusement le passé tragique de la Guinée, le climat politique vicié du pays, ne permettent pas à un minister de blaguer avec l’histoire de n’importe laquelle des quatres régions naturelles, à commencer par le Fuuta-Jalon. Passant donc outre la neutralité positive de Kiridi vis-à-vis de TPG en 2004, et tenant compte de la réaction de mon jeune correspondant sur Facebook,  voici mes objections à la remarque de Kiridi Bangoura.

Pour comprendre les fondements — théocentrique, politique et juridique — de la Confédération musulmane, il faut lire Thierno Diallo. Institutions politiques du Fouta-Djallon au XIXè siècle. Dakar, IFAN, 1972, sur webFuuta.

  1. Il n’y a pas de système politique parfait. Cela est évident. Et Kiridi devrait continuer à puiser auprès de l’éminent source qu’est Pr. Djibril Tamsir Niane — qui est, une fois de plus, son beau-père.  Il aurait appris ainsi la futilité d’ériger al-Hajji Umar Taal en sauveur du Fauta-Jalon et en pacificateur des turbulents ou belliqueux princes Bari Seediyaaɓe de Timbo.
    Pr. Niane l’aurait conseillé de ne pas s’ériger, dans l’exercice de ses fonctions gouvernementales, en Don Quichotte redresseur des torts et travers de l’Histoire. Qu’il s’agisse du Fuuta-Jalon ou du pays baga ancestral de Kiridi. En effet, les sources historiques sont abondantes sur le morcellement, sur l’émiettement et le factionnalisme des chefferies du Bagatay.…
  2. Malgré les tensions et les crises cycliques, la Confédération musulmane du Fuuta-Jalon fonctionna pendant deux siècles environ. Il s’agit là d’une longevité historique remarquable dans l’Ouest africain. Mieux, en dépit des turbulences —fatales — de l’aristocratie, la société fuutanienne formait un ensemble “très homogène, fortement discipliné, hiérarchisé et organisé en une féodalité théocratique”, selon l’analyse judicieuse de Telli Diallo dans l’article “Le divorce chez les Peuls du Fuuta-Jalon”.
  3. Né, élevé et instruit par son père, Sa’idu, Al-Hajj Umar Taal séjourna longtemps et fréquemment au Fuuta-Jalon, auprès de son maître Shayku Abdul Naagil de Labé. Selon mon oncle Tierno Mamadou Bah, il y prédit même la naissance de Tierno Aliyyu Buuɓa Ndiyan. Son long séjour dans cette province qui fut le diiwal majeur de la Confédération —aujourd’hui réduite à sa portion congrue — explique qu’après la proclamation de la république en octobre 1958, le camp militaire Markala de Labé fut baptisé du nom du Calife tijjaniya. Cela bien avant que l’aéroport de Ségou (Mali) —vaincue et soumise par Umar — ne reçoive le même nom.
  4. L’alternance Alfaya entre Soriya n’était pas seulement horizontale, c’est-à-dire concernant uniquement les Bari Seediyaaɓe Timbo. Elle était verticale aussi et s’appliquait aux neuf die (provinces). Les changements bisannuels du gouvernement dans la capitale confédérale s’accompagnaient de nominations de nouveaux chefs (Lamɓe) de province en fonction de l’allégeance des prétendants locaux soit à la branche alfaya, soit à celle soriya.
  5. Une légende court toujours selon laquelle Al-Hajj Umar Taal eut des visées usurpatrices du pouvoir de Timbo. D’où la confrontation qui aurait eu lieu entre lui et Tierno Muhammad Samba Mombeya, d’une part. Il y a également le dialogue entre lui et son homonyme, Almami Umaru, (père de Mamadu Paate, Bokar Biro) et que Tierno Saadu Dalen avait prédit et prévenue le souverain de Timbo au sujet de son visiteur du Fuuta-Tooro.
    Mais Al-Hajj Umar respectait le Fuuta-Jalon. On lui attribue la déclaration suivante : « Il existe 313 érudits au Fuuta-Jalon: 300 me sont inférieurs, 10 sont mes égaux, 3 sont mes maîtres.»
  6. Le prestige du système politique et des institutions du Fuuta-Jalon était tel que l’empereur Samori Touré fut très honoré de se voir conférer le titre d’Almami par les souverains alternants Umaru (Soriya) et Ibrahima Sori Daara Ier (Alfaya) en 1878.
  7. Spécialiste du monde manding et de Samori Touré, Yves Person fut commandant de cercle de Beyla jusqu’au référendum de 1958. Il devint par la suite professeur d’histoire à La Sorbonne. Le titre des trois volumes de son oeuvre principale est Samori. Une révolution dyula, avec au total près de 2500 pages. Dans la Première Partie du Tome I “Les Voies de l’Islam”, Person affirme : « Le Fuuta-Dyalõ rayonne depuis le XVIIIme siècle comme un centre majeur de civilisation et Kankan a subi fortement son influence culturelle et politique. Beaucoup de ses savants allaient se former à Timbo et c’est grâce à ce voisinage que la métropole dyula fut autre chose qu’une cité de négociants. »
  8. A propos du partenariat entre Samori et les Almami du Fuuta-Jalon, Person remarque que ce pays “ne s’offrait pourtant pas au premier conquérant, car l’orgueil peul pouvait faire l’union contre une intrusion étrangère. Samori n’avait d’ailleurs pas de telles intentions : il était très sensible au prestige religieux de Fugumba, la ville sainte, et il voulait seulement négocier avec les Almamy le libre passage de ses caravanes vers Freetown.”
  9. Curieusement, le même Yves Person se rend coupable de jugements tranchants et erronés sur son sujet de recherche. En effet, dans l’Introduction il prétend que « Depuis le XVme siècle les Malinke ne font plus l’histoire, ils la subissent. Ils perdent le sens de l’empire, sinon celui de l’Etat pour se replier dans le cadre exigu des kafu. En dépit de quelques aventures éphémères, d’ailleurs limitées dans l’espace, leur vie politique se morcelle à l’extrême. »
    Il s’agit là évidemment d’une généralisation abusive et erronée. Car le peuple manding n’a jamais cessé de faire l’histoire.
  10. Conclusion. Kiridi Bangoura commet aujourd’hui le même péché de jugement de valeur à l’emporte-pièce sur des questions complexes et délicates. Ses fonctions officielles rendent sa situation délicate. De surcroît,  il est l’un des verrous du régime décrié d’Alpha Condé. Il devrait en conséquence se garder de donner des leçons de gouvernance, passées ou présentes. Car depuis une décennie, entouré de M. Kiridi Bangoura et consorts, Président Condé peine à assumer la magistrature suprême au bénéfice des populations. Lui et son équipe n’ont pas apporté grand-chose aux populations rurales et urbaines de Guinée. Ils pataugent dans un bilan médiocre.
    En tant que membre du gouvernement, Kiridi Bangoura est astreint à la retenue dans les actes et à la mesure dans les propos.  Au cas contraire, il risque d’emprunter le langage vénimeux, inflammatoire et incendiaire de son patron.
    Ou de MM. Ousmane Kaba, Mansour Kaba, Lansiné Kaba, fils authentiques de Kankan, et, —c’est dommage— dénigreurs, falsificateurs et accusateurs du passé du Fauta-Jalon, pourtant révéré par leurs ancêtres.Désobligeants et irritants,  la légèreté et le cynisme avivent les tensions et creusent l’impasse. Ils sont inacceptables dans la conduite des affaires d’Etat. Seuls le respect, l’équité, la justice peuvent faciliter le dialogue et contribuer à tirer la Guinée du trou.

Tierno S. Bah

Tierno Siradiou Bah

Author: Tierno Siradiou Bah

Founder and publisher of webAfriqa, the African content portal, comprising: webAFriqa.net, webFuuta.net, webPulaaku,net, webMande.net, webCote.net, webForet.net, webGuinee.net, WikiGuinee.net, Campboiro.org, AfriXML.net, and webAmeriqa.com.