L’assassinat de Cabral expliqué !

Dans First Ambassadors: Cuba’s Role in Guinea-Bissau’s War of Independence Piero Gleijeses, professeur à SAIS (School of Advanced International Studies) se réfère à Patrick Chabal (1951-2014) comme le principal biographe d’Amílcar Cabral. Effectivement l’auteur offre une explication solide des causes et conséquences de la mort violente de Cabral.

Lire Amilcar Cabral documentary movie: a review L’assassinat de Cabral : faits et implications

Paru dix ans après la disparition tragique et prématurée du leader du PAIGC, la biographie intitulée Amílcar Cabral : revolutionary leadership and people’s war (1983) est effectivement un ouvrage documenté et dense de quelque 300 pages, dont la bibliographie couvre quinze.
On pourra accéder graduellement au livre sur webAfriqa.

Juvenal Cabral, institueur, père d'Amilcar
Juvenal Cabral, institueur, père d’Amilcar

Iva Pinhel Ivora, hôtelière, mère d'Amilcar
Iva Pinhel Ivora, hôtelière, mère d’Amilcar

Tout ce qui touche Cabral, concerne la Guinée-Conakry et la Guinée-Bissau. Et cet ouvrage l’illustre abondamment. Patrick Chabal souligne que la recherche pour le livre surmonta partout de formidable difficultés pratiques et politiques. Sauf en Guinée-Conakry ! Cette impossibilité n’est guère surprenant si l’on tient compte de la stratégie de la terre brûlée de Sékou Touré. Faisant table rase du passé et déformant le présent, le premier président ravala un pays jadis prometteur au rang de lanterne rouge d’Afrique, s’agissant en particulier de l’intelligentsia et de l’éducation.

L’introduction et le premier chapitre présente la vie familiale, l’influence parentale, les cycles scolaire et universitaire exceptionnels, la brillante carrière de l’ingénieur agronome Cabral. Vient ensuite l’entrée en politique, qui culmine avec la création du PAIGC par Amílcar. Les derniers chapitres présentent, d’abord, le contexte socio-historique de la Guinée-Bissau et du Cap Vert, et, ensuite, les réflexions de Chabal sur la pensée et de l’héritage politiques de Cabral.

Amilcar Cabral et sa première femme, Maria Helena Rodrigues. Lisbonne, 1950
Amilcar Cabral et sa première femme, Maria Helena Rodrigues. Lisbonne, 1950

Amilcar Cabral et sa deuxième femme, Ana Maria, 1960
Amilcar Cabral et sa deuxième femme, Ana Maria, 1960

Remarques générales

Côté présentation, le livre contient quelques cartes, mais pas d’illustrations autre qu’une photo de Cabral. J’ai pu constituer cependant l’album photo ci-dessus à partir des archives de Casa Comum.
Quant au contenu, il s’agit ici du travail d’un politologue. Et l’ouvrage en porte le sceau. Mais l’historien et l’anthropologue restent sur leur faim. A cause de lacunes sur l’histoire, la composition pluri-ethnique et la diversité culturelle de la Guinée-Bissau. L’auteur ne semble pas non plus percevoir les différences de personnalité fondamentales entre Sékou Touré et Amílcar Cabral.

Luiz Cabral et Aristides Pereira, 1975
Luiz Cabral et Aristides Pereira, 1975

Points discutables

Le livre survole deux points critiques, qui méritaient pourtant davantage d’attention :

  • les rapports entre le PAIGC et les Fulas (Fulɓe)
  • les rumeurs impliquant président Sékou Touré dans l’assassinat

Les Fulas (Fulɓe) et les nationalistes

Chabal écrit : « It is clearer why the Fula opposed the nationalists in Guinea: they had done so elsewhere in West Africa. »
(Il devient plus clair pourquoi les Fula s’opposèrent aux nationalistes en Guinée-Bissau: ils l’avaient fait ailleurs en Afrique de l’Ouest.)
Mais il aurait dû dire où. Car un opinion lapidaire est insuffisante sur une question aussi épineuse que celles des rapports entre trois périodes historiques et trois formations étatiques : pré-coloniale, coloniale et post-coloniale.

Sékou Touré, impliqué ou disculpé ?

Chabal rejette l’hypothèse d’une implication de Sékou Touré dans l’assassinat de Cabral. Mais il souligne à plusieurs reprises les tensions entre les deux dirigeants. Et il mentionne les visées hégémoniques de Conakry sur la Guinée-Bissau (Sékou Touré’s alleged ambition to control Guinea-Bissau at independence).

Traitant de la mort violente du héros, Patrick Chabal s’appuie sur les faits et les témoignages pour présenter une explication cohérente et logique de l’assassinat de Cabral à Conakry, le 20 janvier 1973.
Je traduis ici des passages de la section intitulée “Cabral’s assassination: faits et implications”, qui ouvre le chapitre 5.

Chabal cite peu de sources sur la Guinee-Conakry. Pour toute “disculpation” de Sékou Touré dans la mort de Cabral, il ne cite qu’une publication du président, intitulée “Crime crapuleux de l’impérialisme”. Patrick aurait pu élargir l’horizon en faisant état des meurtres massifs perpétrés en janvier 1971 par le régime de Conakry. Parmi les accusés — sans preuves — et les tués — sans raison —, il y avait Barry III, ancien rival — vaincu et rangé — de Sékou Touré. Chabal aurait pu ainsi constater des similitudes entre Barry III et Amílcar Cabral : intelligents, universitaires, dynamiques, charismatiques, progressistes, etc. Le 25 janvier 1971 Barry III — et des dizaines d’autres Guinéens — fut pendu sur ordre de Sékou Touré. Le “responsable suprême” enviait ces deux cadets à lui. Il jalousait leur formation plus avancée et leurs diplômes.… Après avoir assassiné Ibrahima, pourquoi n’aurait-il pas trouvé un mobile pour perdre Amílcar ?
Plus fondamentalement Chabal aurait dû traiter du “Complot Permanent”, des purges cycliques, des violations et crimes des droits de l’homme de la “révolution” guinéenne. Hélas, il est muet sur ces questions, qui sont pourtant plus vitales que tout autre concept ou théorie. La même remarque vaut pour Cabral et le PAIGC, qui restèrent impassibles et silencieux face à la descente de leur pays-hôte aux enfers. Mais qu’auraient-ils dû et pu faire. La question reste posée… et sans réponse !
Quoiqu’il en soit, l’assassinat de son fondateur par des dirigeants du parti, marqua le début de la fin pour le PAIGC. Dans l’immédiat le parti évita la cacophonie et l’effondrement ; il maintint l’ordre et la cohésion. Les comploteurs furent jugés et exécutés. On procéda ensuite à la proclamation de l’indépendance de la Guinée-Bissau, que le Portugal finit par reconnaître. Mais le poison de la discorde et de la désunion avait été consommé. Son effet se répandit graduellement et finit par balayer les idéaux de Cabral. Après le coup d’état de Nino Vieira contre Luiz Cabral en 1980, la Guinée-Bissau et le Cap-Vert se séparèrent en deux républiques. A Bissau la guerre civile éclata entre frères (les généraux Nino et Ansumane Mané) du combat anti-colonialiste. Président Nino Vieira prévalut. Toutefois il fut éventuellement contraint — ô paradoxe — au refuge et à l’exil à Lisbonne en 1999. Il y retrouva Luiz Cabral ! Nino rentra à Bissau en 2005 avec l’appui de son vieil ami et business partenaire, Lansana Conté. Mais il fut assassiné à son tour, le pays s’étant mué en narco-état. Incapable aujourd’hui de surmonter les tiraillement politiciens, il patauge dans une absurde paralysie au sommet…

Différence fondamentale

En filigrane ce livre révèle la différence fondamentale entre la personnalité de Sékou Touré et celle d’Amílcar Cabral : on a, d’un côté, un tueur impulsif et récidiviste, de l’autre, un humaniste, qui croyait en la rédemption de l’être humain.

Mon souvenir d’Amílcar

Dernier point et non le moindre, je voudrais évoquer mon souvenir personnel, positif et ému, d’Amílcar. Il s’agit de mes rares contacts avec Amílcar entre 1968 et 1972. C’était à l’occasion de séances annuelles de projection de films documentaires sur la guerre de libération du PAIGC. Les sessions étaient organisées par le Ciné-club de l’Institut Polytechnique de Conakry, dont les animateurs étaient Thierno Mamadou Sow, Mamadi ‘Mam’ Camara, Hady Diallo, moi-même, etc. Nous bénéficions de l’encadrement volontaire de professeurs français et belge : feu Michel Faulcon (mathématiques) et sa femme, Ms. Annette (génie-civil), Ms. Claire van Arenberg (linguistique), des passionnés du cinéma comme nous.
Invités d’honneur de ces rencontres, Amílcar et Aristides Pereira rehaussaient les cérémonies de leur présence. Ils participaient brièvement aux débats qui suivaient la projection, et les élevaient. Après avoir gracieusement signé le cahier des visiteurs sous les vivats d’une salle archi-comble, ils serraient des mains enthousiastes et étaient raccompagnés jusqu’à leur modeste Volkswagen Coccinelle par leurs nombreux admirateurs.

Tierno S. Bah

 

Une interview d’Amadou Hampâté Bâ

Le numéro 518 du 8 décembre 1970 de Jeune Afrique contient, aux pages 49-53, une interview d’Amadou Hampâté Bâ. A sa parution même le document a dû être accueilli avec intérêt. Quarante-huit ans plus tard, sa valeur s’est accrue. Au premier abord, l’entretien dégage des points centraux des  deux futurs volumes autobiographiques du  Maître du Pulaaku. Il s’agit d’Amkoullel. L’enfant peul. Mémoires (1991) et de Oui, mon commandant ! Mémoires (II) (1994). En effet, certains passages annoncent des chapitres entiers de ces livres. Il en est ainsi de sa double appartenance pullo maasinanke (fils de Hampâté Baa, petit-fils de Paate Pullo Jallo) et takruri (fils adoptif d’un Taal).…
Il y a ensuite son observation sur le legs de la colonisation, qu’il analyse comme “une chose blâmable, mais elle n’a pas été que cela.”
Il continue en déplorant le fossé qui sépare la masse africaine des dirigeants, qu’il qualifie, généreusement ou automatiquement, d’“intellectuels.” Il résume ses rappots avec Modibo Keita, Félix Houphouët-Boigny et Sékou Touré. Au sujet des deux premiers, Hampâté fournit  des anecdotes amusantes — mais, hélas, négativement prémonitoires (car il mourut en exil à Abidjan, loin de son Maasina natal). Ainsi, il déclare publiquement à un Modibo Keita en plein “révolution socialiste” : « Je ne suis pas votre camarade, je suis votre père. » Ensuite il cherche à colorer bienveillamment la politique répressive d’Houphouët, notamment contre les étudiants contestataires. Toutefois, l’incident cité fut en réalité un signe annonciateur de la fin agitée du régime du “Vieux”. Enfin, son opinion du président de la Guinée est lapidaire. “Sékou,” dit-il, “est très fougueux.”
D’autres sujets sérieux (parti unique, droits de l’homme, socialisme, capitalisme) font l’objet de réflexions concises, percutantes et toujours valables.…
Hampâté Bâ est pour moi un triple parent et père : d’abord patronymique (nous avons le même nom “clanique”), ensuite générationnel (il naquit trois ans seulement après Tierno Saidou Kompanya, mon propre père), enfin spirituel (il inspire et guide mes recherches sur la Civilisation Fulɓe-halpular). Il termine l’entretien en réaffirmant sa mission de promotion de la culture africaine. Sa contribution gigantesque poussa un admirateur, l’Ivoirien Were-were Liking, à lui décerner le titre de “pape de la tradition orale africaine.”

A jaarama Mawɗo Laawol Pulaaku! Yo Geno lollin Jaahu!
Repose en paix !

Tierno S. Bah

Jeune Afrique fait parler Amadou Hampâté Bâ

Previous Image
Next Image

info heading

info content

Introduction
Interview

Introduction

Co-fondateur de la Société africaine de culture, ancien agent de l’IFAN (Institut français d’Afrique noire), ancien ambassadeur, ex-directeur de l’Institut des sciences humaines de Bamako, ancien conférencier de la Fraternité musulmane de Dakar, membre de l’Association des africanistes, chercheur infatigable, le Malien Hampâté Bâ a aussi été, pendant huit ans, membre du Conseil exécutif de l’Unesco, au sein duquel il a battu tous les records de durée. Et s’ il n’a pas été réélu par la XVIe conférence générale ( J.A. No 517), c’est que les statuts de l’Unesco ne le permettaient pas. Paul Bernetel a interviewé ce grand Africain qui, à soixante-dix ans, a décidé de se consacrer à la transcription des traditions orales recueillies et sauvées au cours de sa longue carrière.

Amadou Hampâté Bâ est un sage dans l’acception philosophique et antique du terme, c’est-à-dire l’homme ouvert à toutes les activités de l’esprit humain, maîtrisant le savoir relatif à l’histoire, la philosophie, la religion, la linguistique, l’ethnologie, la géomancie, la magie… bref, la connaissance de l’homme, de la nature et de leur interaction.

Témoin par filiation de la civilisation, de la culture africaines traditionnelles où toutes les connaissances s’interpénétraient pour constituer un fait total et global, Hampâté Bâ est, en tant que fils spirituel du maître Tierno Bokar, l’un des rares savants traditionalistes à pouvoir interpréter et évaluer tous les textes recueillis « sous la dictée d’autres auteurs traditionnels avant de les livrer, sous forme de publications, à l’attention et à l’appréciation de tous ceux qui — dans le monde — s’intéressent à la pensée, à l’histoire et à la civilisation des peuples nigéro-soudanais »*. Mieux qu’un témoin, il est aujourd’hui l’un des rares hommes qui détiennent les clés du sanctuaire de la société traditionnelle dans sa logique, son mécanisme et les multiples et complexes fonctions qu’elle attribue aux faits socio-religieux ou mythiques.
Imprégné de la tradition telle qu’elle est conservée dans les régions les p:us repliées, en marge de la colonisation, et à l’abri de l’acculturation, Hampaté Ba est une mémoire, un monument vivant du passé. Il est de ces traditionalistes dont la « connaissance consignée dans la mémoire » est indispensable pour l’interprétation des documents manuscrits. Parlant les langues des anciens empires, telles que l’arabe, le bambara, le peul, le moré (langue des Mossis), le sonraï (Mali-Niger), il a pu s’entretenir avec tous les auteurs traditionnels du continent. Ce qui lui a valu de constituer des archives dont la valeur est inestimable et que lui envieraient des musées… et même des Etats. La maîtrise d’une langue internationale, en l’occurrence le français, 1ui donne un rôle privilégié pour la transmission de ce patrimoine.

Hampâté Bâ est, avec Boubou Hama, Mamby Sidibé, Oumar Bâ, le véritable symbole de l’ancestralité africain. Il connaît dans leurs infimes détails les grandes oeuvres traditionnelles dans leur substance la plus drue, telle « l’initiation de la grande étoile rayonnante » de la société peule, les classiques de l’Afrique précoloniale, les épopées, les textes initiatiques, les légendes les plus fermées, les contes de cour préparant au pouvoir, les chroniques historiques, les institutions politiques, économiques et sociales …

A la fois monument par les périodes historiques dont il porte témoignage et document par la dimension de son érudition, Hampâté Bâ a su, en redonnant vie à l’oralité, réhabiliter aux yeux de la science moderne les civilisations à tradition orale.

Homme de culture dans le sens classique du terme, le principal souci de sa vie est non pas la sauvegarde, mais — comme il le dit lui-même — le « sauvetage » des traditions orales. Ce but, il le poursuivra avec une fidélité étonnante. Appuyé sur une canne, de boubou blanc vêtu, corps frêle protégé et conservé par les « dieux-terre » de la tradition, il va parcourir toutes les grandes cités du monde, exhortant les humanistes illustres et hommes de culture contemporains à apporter leur sollicitude aux valeurs en voie de disparition de l’ancien monde qui a enfanté le nouveau.

Tous ses auditoires internationaux, ceux de l’Unesco par exemple, seront fascinés par cette mince silhouette, qui semble être le passé lui-même resurgi dans le tumulte et la discordance du monde actuel. Dans la voix et le visage d’enfant de ce vieillard, que le temps ne paraît pas devoir toucher, perce l’ultime cri d’un monde qui s’effondre, condamné. Hampâté Bâ est une des dernières étincelles d’un monde qui s’anéantit ; ainsi qu’il le dit lui-même, « tout vieillard qui meurt est une bibliothèque qui se consume ».

Doit-on rester sur le sentiment d’angoisse de ce naufrage, sur ce cri d’alarme des vestiges de la tradition ? Le lien puissant qui cimentera et revivifiera une Afrique nouvelle se fera avec des hommes nouveaux pour qui le combat ne sera pas seulement culturel, mais politique et économique. C’est ici qu’il y a rupture entre le courant de pensée qu’il représente et la nouvelle génération africaine qui, tout en lui vouant tout le respect et l’admiration qu’elle lui doit pour ses travaux et ses connaissances, se dissocie de la primauté exclusive qu’il donne à la conservation de la culture.

Jean-Pierre N’Diaye

Interview

Jeune Afrique. Quel a été votre itinéraire philosophique et intellectuel ?
Hampâté Bâ. Je suis né en 1899 à Bandiagara (Mali), dans une famille musulmane. J’ai eu neuf frères et soeurs. Mon père, Hampâté, était l’intendant de l’empire des Toucouleurs du Maasina, dont Bandiagara était la capitale. Il a laissé une certaine fortune à sa mort, dont ma mère a hérité. Mon père biologique, Hampaté, est décédé quand je n’avais que trois ans. Ma mère, Kadija, s’est remariée. C’était une famille très traditionaliste. Mes parents ont joué un rôle de chef de province dans le pays. Cela m’a mis très tôt en contact avec des conteurs …

Jeune Afrique. Quel est votre premier souvenir des Européens?
Hampâté Bâ. Un jour, le commandant de cercle devait venir procéder à un recensement général. Baba avait dit : « Le chef blanc va compter les hommes et les bêtes. Il ne faudra pas que les enfants sortent. » On nous avait relégués dans l’arrière-cour. Mais moi, j’avais une servante (une « captive-mère », comme nous disons, car il est de tradition, lorsqu’un garçon naît, qu’on le confie à une servante. Elle l’élève et, quand l’enfant atteint sa majorité, il la libère). Ma mère servante s’appelait Nieylé. Elle était très bonne pour moi, elle me permettait tout. Ce jour-là, elle me dit pourtant : « Tu ne verras pas le Blanc. Baba a dit non. » Mais je lui ai dit : « Tu feras un grand paravent avec ton boubou. Je me ferai tout petit et je soulèverai un peu l’étoffe pour le voir. »
On nous avait dit que le Blanc était du feu, une braise, et je voulais vraiment voir comment un homme peut être une braise. Quand il est entré, ce qui m’a frappé, c’est son casque colonial et son crayon qu’il trempait dans sa bouche. Je me dis que ce devait être son encrier. J’étais sûr qu’il avait son encrier dàns sa bouche. Puis je me suis approché tout doucement et je l’ai touché, mais il ne m’a pas brûlé, et cela m’a beaucoup surpris. C’était en 1905-1906. A cette époque, je ne parlais pas le français. J’avais l’impression que les Blancs parlaient comme des oiseaux. Puis, vers 1912, on réquisitionnait les animaux pour alimenter l’armée et les fonctionnaires. On recrutait des travailleurs, des soldats et des écoliers.
L’école où nous étions contraints de nous rendre s’appelait l’ « école des otages ». On y mettait les enfants pour que les parents se tiennent tranquilles. Mais ce n’était pas un honneur d’aller dans cette école. C’était être renégat, cesser d’être africain ; alors, on s’arrangeait pour y envoyer les enfants de ses ennemis. C’est comme cela que j’y allai. C’est dans cette école que j’ai appris le français.

Jeune Afrique. Comment cette langue française, cette culture se sont-elles mêlées à la culture africaine, traditionnelle, familiale, tribale, qui était la vôtre?
Hampâté Bâ. Je ne peux pas en expliquer le mécanisme, mais les choses se sont superposées. J’ai appris le français comme j’ai appris le Coran, comme j’ai appris tous les rituels de l’Islam.

Jeune Afrique. Et maintenant, que représente le français pour vous ?
Hampâté Bâ. La langue française me permet de regarder à l’extérieur. C’est une langue de communication internationale, c’est tout. Je ne suis jamais arrivé à penser en français : je pense en peul et je traduis.

Jeune Afrique. Un événement vous a beaucoup rapproché de la culture française : votre rencontre avec le professeur Monod.
Hampâté Bâ. Quand je l’ai rencontré, j’avais déjà quarante-neuf ans, vers 1950. La même année, j’ai pu obtenir une bourse de l’Unesco.

Jeune Afrique. Quel a été votre premier voyage en dehors de votre pays ?
Hampâté Bâ. Paris. A cause de la bourse. J’étais l’ami de Théodore Monod et je lui dois beaucoup. J’étais considéré à cette époque comme anti-français. Fonctionnaire modèle, mais politiquement anti-français parce que je défendais toujours nos traditions. Monod a eu le courage de prendre ma défense à un moment où même les miens avaient peur. Il était à l’époque directeur de l’Institut français d’Afrique noire, et j’étais secrétaire d’administration. Pour obtenir cette bourse extraordinaire, attribuée à un homme de plus de quarante ans, il fallait avoir été élevé dans la tradition africaine, mais posséder parfaitement la langue française. Nous étions trois ou quatre à remplir ces conditions et Monod m’a choisi. L’administration, elle, n’était pas d’avis de me laisser partir. Tout ce qu’on a trouvé, c’est de dire que j’avais une dépression nerveuse. On a télégraphié à Monod pour lui dire que je ne pouvais pas venir. Fort heureusement, j’ai eu affaire à un psychiatre qui a certifié que, si tous les aliénés avaient ma constitution, les psychiatres seraient chômeurs. Et je suis parti. On m’a coupé ma solde coloniale en disant que j’avais déserté mon poste, et j’ai payé de ma poche le voyage Bamako-Dakar.
A Dakar. j’ai pris un avion pour Paris. Quand on nous a dit : « Vous êtes au-dessus de la France ». j’ai été étonné de voir ces îlots de feu un peu partout, mais, au-dessus de Paris, il m’a semblé que l’avion était renversé et que le ciel était en bas. Je n’avais jamais vu tant de lumières à la fois. Quand on a ouvert la porte de l’avion, j’ai reçu un coup de froid, comme un coup de lance. J’ai pensé qu’on m’avait jeté un mauvais sort. Puis je me suis demandé comment j’allais bien faire pour trouver l’Unesco, avenue Kléber. Je suis entré dans le hall et j’ai entendu : « Hampâté Bâ est prié de se présenter au troisième guichet. » C’était extraordinaire. Je me disais : comment, mais comment me connaissent-ils ? Je vais au troisième guichet, je trouve un chauffeur de taxi envoyé par le directeur de l’Unesco. On m’avait retenu une chambre à l’hôtel du Bois, rue Lauriston. Nous traversons tout Paris et j’arrive. Tout est prêt. Un garçon me met dans une chambre et il la ferme. Dès qu’il est parti, j’ouvre. Il revient et la referme. Je me dis : « Qu’est-ce qu’il a à me boucler ? » Il me dit qu’il ne faut pas que je laisse ma porte ouverte, qu’un malfaiteur peut venir … Je ne comprends pas, parce que, chez moi, un Européen est au-dessus de tout soupçon. Les coloniaux ne volent pas, ne mentent pas, ne sont même pas malades ! Mais je ne peux pas supporter la porte fermée. Chez nous, on ne ferme jamais les portes.

Jeune Afrique. Etes-vous resté longtemps à l’occasion de ce premier séjour?
Hampâté Bâ. Un an. Quand je suis allé à l’Unesco, j’ai pensé qu’on allait me donner un programme. Je me suis présenté au directeur qui m’a dit : « Vous êtes à Paris, faites ce que vous voulez. » On m’a laissé dans la nature, mais on me faisait suivre pour voir où j’entrais, où j’allais, ce que je faisais, ce qui m’intéressait. Cela a duré au moins six mois. Je suis allé à l’Ecole des langues orientales, à la Sorbonne, au musée de l’Homme, dans des bibliothèques. Je me suis occupé de questions culturelles.

Jeune Afrique. Parmi les chefs d’Etat africains actuellement au pouvoir, quels sont ceux que vous avez connus plus particulièrement?
Hampâté Bâ. A part ceux de l’Afrique équatoriale et de l’Afrique orientale, je les connais tous.

Jeune Afrique. Est-ce qu’il vous arrive de servir de « monsieur-bons-offices » dans des cas délicats ?
Hampâté Bâ. Chaque fois que je peux le faire. Mais je n’entreprends une mission que si je suis sûr d’aboutir. Ma dernière intervention a consisté à demander à tous les chefs d’Etat d’Afrique occidentale d’harmoniser la transcription phonétique des langues principales d’Afrique

Jeune Afrique. Quand il y a des différends entre pays — de grandes affaires comme le Nigeria —, estimez-vous pouvoir intervenir?
Hampâté Bâ. Je n’ai pas les relations nécessaires.

Jeune Afrique. Entre la Côte-d’Ivoire et la Guinée, par exemple …
Hampâté Bâ. Oui, oui. Mais Sékou est très fougueux

Jeune Afrique. Vous sentez-vous plutôt Malien ou plutôt africain ?
Hampâté Bâ. D’abord Malien. Intérieurement, vraiment, je ne me sens d’aucun pays.

Jeune Afrique. Que représente pour vous l’idée d’unité africaine ?
Hampâté Bâ. C’est une idée qui m’enchante, mais est-ce qu’il est possible d’envisager une unité pour ce continent aussi grand et aussi divers ? Je me demande si la nature elle-même n’a pas horreur de l’unité. Il faut qu’il y ait une unité dans la diversité. Il y a une foule de choses que nous avons en commun. Il y a même beaucoup d’unité entre l’Afrique du Nord et l’autre. On y retrouve le même sentiment de la famille, le même respect pour les personnes âgées …

Jeune Afrique. Vous avez beaucoup d’amis. Avez-vous des ennemis?
Hampâté Bâ. Je ne m’en connais pas. Je connais des gens qui me critiquent, mais ce ne sont pas des ennemis.

Jeune Afrique. Avez-vous trouvé quelque chose de valable dans la colonisation?
Hampâté Bâ. Formidable. J’ai vu des administrateurs extraordinaires, qui, d’ailleurs, ont compromis leur carrière à cause de cela. C’est pourquoi je dis aux jeunes gens : la colonisation a été une chose blâmable, mais elle n’a pas été que cela. Elle a eu un côté positif. Or, si vous réclamez la justice, il faut que vous soyez justes vous-mêmes, il ne faut pas confondre un ingénieur ou un médecin qui a lutté contre la lèpre, par exemple, avec un commandant qui a administré des punitions à tort et à travers.

Jeune Afrique. Que pensez-vous des tâtonnements de la période postcoloniale?
Hampâté Bâ. Je les attribue au fait que l’Afrique indépendante a eu, comme législateurs et dirigeants, des hommes formés par l’école européenne. Administrativement parlant, on ne peut pas rendre ce qu’on n’a pas ingurgité. Le pays a absorbé sans assimiler. Le fossé est toujours le même entre la masse africaine et la poignée d’intellectuels qui la dirige. Mais la masse est confiante. Ce qu’il faudrait, c’est que les hommes de ma génération acceptent les jeunes, qu’ils se souviennent qu’ils ont été jeunes, qu’ils sachent rester jeunes. Ce n’est pas facile.

Jeune Afrique. Ne pensez-vous pas que l’influence de la psychologie moderne, des nouvelles formes d’éducation ne peut manquer de remettre en cause certaines traditions?
Hampâté Bâ. Toutes les traditions ne sont pas à conserver. Il y a des choses qui doivent être dépassées, qui sont dépas· sées. Le droit, par exemple, pour un chef de famille. de disposer de ses femmes et de ses enfants comme il veut. Beaucoup de vieux ne comprennent pas cela, il ne faut pas les heurter, il faut avoir de la patience. Une chose qui est dans la tête d’un vieux est une chose appelée à mourir.

Jeune Afrique. Ne pensez-vous pas que la jeunesse secoue un peu trop le cocotier ?
Hampâté Bâ. Oui, un peu trop. Et même inconsciemment Les jeunes arrivent à se dépersonnaliser sans même s’en rendre compte. II faudrait conserver ce que les pays ont de spécifique, savoir ce que l’Afrique peut donner à l’Europe, puisqu’elle ne s’est pas trop détachée de l’homme. et ce que l’Europe peut donner à l’Afrique, puisqu’elle s’en est trop détachée.

Jeune Afrique. On constate qu’entre les jeunes, les étudiants et les chefs d’Etat africains un désaccord va en s’accentuant. Chacun va dans une voie : les uns sont réprimés, les autres répriment. On ne voit pas comment on peut, avec les chefs actuels et la jeunesse actuelle, faire une harmonie.
Hampâté Bâ. C’est très difficile parce que, d’un côté, le chef, quel qu’il soit, dès qu’il est assis sur le siège du commandement, n’a qu’une idée, c’est d’y rester le plus longtemps possible. Pour cela, tous les moyens lui semblent légaux. La jeunesse, etle, n’a pas toutes les données du problème. Je vais vous citer le cas d’un jeune Peul qui était un grand dirigeant syndicaliste, très virulent, qui a défendu ses idées avec route l’énergie et toute l’abnégation possibles. Le jour de l’indépendance, on en fait un ministre de la Fonction publique. Je dis : « On a eu tort. On aurait dû le nommer ministre du Travail. » Quelques mois plus tard, remaniement du cabinet. Le jeune homme est nommé ministre du Travail. Six mois après, je vais chez un mara·
bout. Le jeune homme aimait beaucoup écouter les marabouts Il avait un peu maigri. Je lui dis :
— Qu’est-ce qui ne va pas ?
Il me répond :
— Les ouvriers exagèrent. Ils demandent l’impossible. Je ne dors plus.
— Tu vois, lui dis-je, quand on est à côté du chauffeur, on a tendance à croire qu’on connaît mieux la route.
C’était un honnête homme, il est parti.

Jeune Afrique. Pensez-vous que le système du parti unique soit un bon système ?
Hampâté Bâ. Oui et non. C’est un bon système tant qu’il empêche les partis de se neutraliser dans l’action. S’il y avait deux partis au Mali, l’un d’eux trouverait toujours l’autre incompétent. Mais quand le parti unique devient un instrument entre les mains d’une poignée d’hommes, il peut être terrible.

Jeune Afrique. C’est presque toujours comme cela.
Hampâté Bâ. Oui. Pourtant, si le chef était assez raisonnable … Mais il est difficile de demander à un chef d’être raisonnable parce que, s’il était raisonnable, il serait ailleurs. C’est un problème.

Jeune Afrique. Pensez-vous que la peine de mort soit une bonne chose pour punir certains délits ?
Hampâté Bâ. Oui et non. Non, si un homme n’a tué qu’une fois. On peut tenter de le soigner. Mais s’il tue deux, trois, quatre fois, si Cêla devient une habitude … Nous avons eu le cas en Côte-d’Ivoire : un bonhomme a tué huit personnes … La prison, oui, c’est une bonne chose. Elle donne au type le temps de réfléchir. Mais pas une prison comme celle dans laquelle mon père a été jeté : il ne pouvait se tenir qu’assis, couché ou accroupi. A la fin, il était ankylosé.

Jeune Afrique. En Afrique, il y a beaucoup de gens en prison.
Hampâté Bâ. Hélas ! On dit que les hommes sont libres, ils s’expriment et on les met en prison …

Jeune Afrique. Pensez-vous que les mots socialisme, capitalisme, néo-capitalisme signifient quelque chose?
Hampâté Bâ. En eux-mêmes rien du tout. Pour moi, tout cela, c’est un vocabulaire appris à l’école. Je me demande même ce qu’on met dans ces mots. Lorsque j’étais ambassadeur au Mali, on avait réuni un jour tous les dirigeants. Moi, j’étais le doyen des ambassadeurs, et presque le doyen de l’assemblée. N’importe qui montait à la tribune : le camarade Modibo a dit cela, le camarade Untel a fait cela … Modibo s’est levé :
— Camarades…
Il a parlé, parlé. Quand il eut fini, on m’a dit de parler. J’ai dit :
— Vous faites une bêtise. A vingt-cinq ans de différence d’âge, on n’utilise pas les mêmes expressions. Moi, j’essaie de comprendre les vôtres, mais si vous me demandez de parler, vous permettrez que je parle mon langage.
J’ai dit à Modibo :
– Tu dis à tout le monde : camarade … Modibo, tu n’es le camarade de personne ici. Comme on dit chez nous : on peut être le frère du roi, le fils de sa mère, on n’est pas son camarade. En tout cas, moi, je ne suis pas votre camarade, je suis votre père.

Jeune Afrique. Dans ces conditions, le système qui consiste à donner à chaque pays un chef d’Etat, une assemblée, des ministres, vous paraît-il une bonne formule pour l’Afrique?
Hampâté Bâ. C’est une formule copiée. Je ne sais pas si elle est bonne ou mauvaise. On verra cela à l’usage.

Jeune Afrique. Et le projet de francophonie ?
Hampâté Bâ. C’est une grande idée. Si l’on n’y met pas un contexte politique. Il ne faut pas mettre les anglophones d’un côté et les francophones de l’autre. Il y a un côté positif dans la langue française. Aucune langue africaine n’aurait pu la remplacer. Ainsi, Houphouët et moi, qui sommes amis depuis trente ans, nous exprimons en français … Houphouët est vraiment un paysan. II est dans les champs à partir de neuf heures du matin, marchant d’arbre en arbre, et il connaît sa brousse comme son bistouri. Un jour, dans sa plantation, nous arrivons devant un caféier en fleur. Je regarde le caféier et je dis :
— Celui qui secouerait ce caféier maintenant…
Houphouët achève :
— … n’aurait pas de récolte.
Je n’ai plus pensé à ces mots. Et puis, un jour, Houphouët a eu maille à partir avec ses étudiants. Il en a mis quelques-uns en prison. Les juges voulaient absolument les envoyer devant les tribunaux pour les condamner. Houphouët a dit :
— Laissez-les en prison.
II a interdit qu’on leur rase les cheveux. De temps à autre, il les faisait venir dans son bureau, les menait devant une glace :
— Regardez comme vous êtes jolis.
Les juges étaient excédés. Ils voulaient hâter les choses. Houphouët m’a dit :
— Il faudrait que le Seigneur me vienne en aide pour me défendre contre ces juges. Ils veulent que je condamne ces jeunes gens et, moi, je les ai mis là pour qu’ils puissent réfléchir. Tu te rappelles ce que tu m’as dit un jour devant le caféier : qui secoue les fleurs de son caféier n’aura pas de récolte. Ces jeunes gens, ce sont les fleurs de la récolte.
Houphouët a un côté sympathique. Je dis toujours : je regrette beaucoup que l’homme ne soit pas mieux connu.

Jeune Afrique. Quelle est votre activité actuelle au sein de l’Unesco ?
Hampâté Bâ. Membre du conseil exécutif. Nous nous réunissons tous les six mois pour discuter des projets. Nous rejetons les uns, nous retenons les autres. Entre parenthèses, nous les retenons tous.

Jeune Afrique. Etes-vous essentiellement parisien ?
Hampâté Bâ. Pas du tout. Je viens en France deux fois par an, deux mois chaque fois.

Jeune Afrique. En dehors de cette activité ?
Hampâté Bâ. Je suis en train d’écrire mes mémoires.

Jeune Afrique. Et votre travail de recueil de traditions ?
Hampâté Bâ. Cela, c’est ma vie. Je continue. J’ai déjà écrit beaucoup de contes, d’anecdotes…

Interview réalisée par Paul Bernetel

Le nouveau complot contre Sékou Touré

On lira ici les troisième et quatrième dossier de Jeune Afrique (Nos. 814-15, 13-20 août 1976 ; No. 816 – 27 août 1976) sur le « complot peul » de 1976. Les deux premières livraisons ont montré que Sékou Touré ourdit personnellement et souffla ensuite la tragédie sur le Fuuta-Jalon dans le but d’assassiner Telli Diallo et ses co-accusés au Camp Boiro. Impliquant ses victimes désignées ainsi que tous les Fulɓe, il voulut déclencher sinon une guerre civile, du moins un pogrom génocidaire contre les Fuutanke. Peine perdue et sermon dans le désert, car ni les membres du Bureau politique, ni les populations ne crurent à ses fausses accusations. S’il élimina physiquement Telli, Sékou Touré  parvint aussi à se suicider, au double plan politique et historique. Et malheureusement, son double échec compromit — peut-être irrévocablement — la notion même d’Etat-nation et d’unité nationale en Guinée. Les ravages de sa politique désastreuse s’étalent aujourd’hui en pleine vue, à travers la faillite du régime d’Alpha Condé, qui avoua en 2010 être un imitateur — anachronique — des méthodes du dictateur Sékou Touré.
Tierno S. Bah

Appel au meurtre
Le nouveau complot contre Sékou Touré
par Siradiou Diallo
Le gouvernement à nouveau décimé

Appel au meurtre

Un chef d’Etat lançant un appel au meurtre qui vise non pas des criminels ou des adversaires politiques, mais toute une communauté ethnique : on n’aurait pas cru cela possible au 20ème siècle. Cela s’est passé en Guinée !

De gauche à droite: Sékou Touré, Alassane Diop, Lansana Béavogui, N'Famara Keita, Telli Diallo. Nations Unies, New York, 1962
De gauche à droite: Sékou Touré, Alassane Diop, Lansana Béavogui, N’Famara Keita, Telli Diallo. Nations Unies, New York, 1962. A l’exception du président Sékou, les quatre autres personnalités connurent le cachot au Camp Boiro (Conakry) ou au Camp Kèmè Bourema (Kindia). Trois d’entre eux (Béavogui, N’Famara, Telli) y périrent. Alassane Diop fut libéré et retourna au Sénégal. (T.S. Bah)

Le nouveau complot contre Sékou Touré

Le chef de l’Etat guinéen a mis au point une machine de terreur. Jusqu’à présent, elle a fonctionné avec une efficacité redoutable. Elle pourrait se gripper.

En « grand stratège de la révolution », le président Sékou Touré vient d’administrer la preuve qu’il manie à merveille l’arme de la surprise. A défaut de coopérer avec eux, tout au moins s’attendait-on qu’il restaurerait progressivement l’esprit d’entente avec ses voisins. Et plus particulièrement avec ses homologues ivoirien et sénégalais. En renonçant définitivement à la politique de « chasse aux sorcières », à laquelle il avait coutume de recourir au moins une fois tous les deux ans.

L’analyse — et le souhait — des observateurs n’étaient pas sans fondement. Depuis quatre ans (c’est un record), la Guinée connaissait une trêve bénéfique dans le long cycle de complots inauguré en 1960. Certes, de temps à autre, un éditorial de la radio guinéenne empruntant le ton péremptoire du leader guinéen dénonçait les « manoeuvres de l’impérialisme » et mettait en garde les « agents de la cinquième colonne » camouflés dans les rangs de la révolution. Ce vocable n’effrayait cependant pu outre mesure car chacun sait qu’il fait partie des formules rituelles en honneur dans la patrie de M. Sékou Touré, au même titre que le « prêt pour la révolution », utilisé au début et à la fin des conversations, téléphonique ou autre.

Bénéficiant de la confiance du président Sékou Touré (à gauche), M. Diallo Telli (au centre) était, en 1962, représentant permanent de son pays aux Nations unies (Ici en compagnie de M. Andrei Gromyko, chef de la diplomatie soviétique). Il est aujourd'hui emprisonné dans le sinistre Camp Boiro. (Jeune Afrique)
Bénéficiant de la confiance du président Sékou Touré (à gauche), M. Diallo Telli (au centre) était, en 1962, représentant permanent de son pays aux Nations unies (Ici en compagnie de M. Andrei Gromyko, chef de la diplomatie soviétique). Il est aujourd’hui emprisonné dans le sinistre Camp Boiro. (Jeune Afrique)

En tout cas, depuis la fin de 1971, les dirigeants guinéens donnaient l’impression de vouloir améliorer leur image de marque. Et, en particulier, de s’ouvrir au monde extérieur. Ainsi avaient-ils commencé par renoncer à leur langage belliqueux. Spécialement à l’endroit de la France, du Sénégal et de la Côte d’Ivoire, leurs traditionnelles bêtes noires. Mieux, le président Sékou Touré en personne avait multiplié les déclarations annonçant sa « disponibilité » pour la normalisation avec ces pays et avec d’autres. De sorte qu’à la fin de 1974, Bonn et Conakry avaient renoué leurs relations diplomatiques rompues en janvier 1971.
De même, le 14 juillet 1975, « au nom de la grande Révolution française de 1789 », s’était écrié M. Sékou Touré, la Guinée acceptait de normaliser ses relations avec la France. Evénement d’autant plus notable qu’il intervenait après une rupture vieille de dix ans, marquée par une série de conflits nourris de rancoeur et de récrimination, sur l’invariable thème du « complot foccardien », du nom de l’ancien secrétaire général à la présidence de la République française, chargé des questions africaines.
Depuis un an, Paris et Conakry multipliaient chacun les gestes de bonne volonté à l’égard de l’autre. Le premier, en accréditant à Conakry M. André Lewin, principal artisan de la normalisation entre la capitale guinéenne d’une part, Bonn et Paris d’autre part, et devenu depuis l’ami personnel de M. Sékou Touré. De son côté, celui-ci désignait pour le représenter dans la capitale française l’unique diplomate guinéen à bénéficier encore de toute sa confiance : son propre beau-frère, M. Seydou Keita. Ayant le rang de colonel dans la toute-puissante milice populaire, celui-ci avait en même temps le titre d’ambassadeur pour toute l’Europe occidentale, avec résidence successivement à Bonn et à Rome.

Certes, M. Keita n’a toujours pas de bureau à Paris, puisque les locaux de l’ambassade de Guinée, un petit hôtel particulier situé rue de la Faisanderie dans le seizième arrondissement, demeurent occupés par le consulat de Cuba en France. Le diplomate guinéen aurait d’ailleurs reçu l’ordre de ne pas bousculer les représentants de M. Fidel Castro. En attendant la récupération de cette chancellerie, c’est l’appartement parisien de l’ambassadeur, boulevard de Courcelles, qui sert de bureaux. Au quai d’Orsay, on considère avec un regret mêlé d’amertume les absences fréquentes et prolongées de M. Keita de Paris et, lorsqu’il y séjourne, son refus distant de coopérer ou même d’assister aux diverses manifestations diplomatiques.
L’essentiel, estime-t-on néanmoins, est que le fil a été renoué. Pour la suite, on se montre patient et pas du tout pessimiste, au contraire. On encourage même les sociétés françaises implantées en Guinée à développer leurs activités : c’est le cas des entreprises de travaux publics Lefebvre et Spie-Batignolles (cette même société qui, aux côtés de Framatome et, d’Alsthom, vient de remporter le fameux contrat de construction d’une centrale nucléaire à Koeberg, près du Cap, en Afrique du Sud). D’autres sociétés françaises sont également sur les rangs pour le développement du réseau radio, l’équipement d’une télévision, la réfection du chemin de fer Conakry-Kankan, etc.

Président Sékou Touré, Lansana Béavogui, général Lansana Diané, Mamouna Touré. Amilcar Cabral leader du PAIGC, apparaît au second plan en blan et lunettes. Conakry, Palais du Peuple, 1971
Président Sékou Touré, Lansana Béavogui, général Lansana Diané, Mamouna Touré. Amilcar Cabral leader du PAIGC, apparaît au second plan en blan et lunettes. Conakry, Palais du Peuple, 1971

Autre témoignage de bonne volonté, des délégués de M. Sékou Touré assistaient début juin, à Paris, à une réunion portant sur l’indemnisation des Français dont les biens furent nationalisés, naguère, en Guinée. Enfin, le 14 juillet, jour anniversaire de la normalisation des relations franco-guinéennes, l’ambassadeur de France à Conakry était décoré par M. Sékou Touré.

Quelques signes encourageants amenaient certains augures à pronostiquer une normalisation prochaine des relations entre Conakry d’une part, Abidjan et Dakar d’autre part. M. André Lewin n’a-t-il pas été reçu dernièrement en audience à Dakar par le président Senghor ? Alors qu’à la même période, le président Houphouët-Boigny, en visite officielle à Paris, tenait des propos apaisants à l’endroit de M. Sékou Touré.
Et puis, contrairement à une habitude vieille de dix ans, le leader guinéen n’avait-il pas franchi spectaculairement la frontière de son pays en juillet 1975 ? Même si ce n’était que pour raccompagner dans leurs capitales respectives les chefs d’Etat de Haute-Volta (Burkina Faso) et du Mali, l’exploit prenait valeur de symbole. Celui de la volonté de la Guinée de sortir de son isolement pour se mêler utilement aux questions intéressant la sous-région. Du reste, en réconciliant les présidents Sangoulé Lamizana et Moussa Traoré, M. Sékou Touré remportait un succès diplomatique de taille. Succès qu’il devait renouveler cette année en rapprochant les deux frères ennemis qu’étaient le général Gnassingbé Eyadema du Togo et le colonel Matthieu Kérékou du Bénin. Autant de signes qui ne trompent pas. Pour les observateurs, c’était la preuve irréfutable que M. Sékou Touré a « désormais compris ». Et, plus, qu’il s’est totalement reconverti à l’idée de vivre en bonne intelligence avec ses voisins. Aussi, à toutes fins utiles, certains avaient-ils commencé à dépoussiérer les vieux projets de coopération avec la Guinée rangés depuis de longues années dans leurs tiroirs.

Lettre de Telli Diallo à Sékou Touré 1

Lettre de Telli Diallo à Sékou Touré
Lettre du secrétaire général de l’OUA, Telli Diallo, au président Sékou Touré, Addis-Abeba, 10 juillet 1969. Dans Guinée, le temps des fripouilles, un Sako Kondé écoeuré rejette, en termes cinglants, la forme et la substance de ce document. Il le condamne ainsi : « … le ton en est serf, l’encre visqueuse, le souffle déprimant… » Au seuil d’une mort atroce et solitaire dans la cellule no. 57 du Camp Boiro, Telli Diallo se rendit compte, lui-aussi, qu’il avait partiellement manqué son rendez-vous avec l’Histoire. Il fit donc un mea culpa lucide et sincère, et formula un repentir poignant et tardif. Il écrivit : « Ce grand arbre qu’aux yeux de certain j’ai été, ne leur a donné ni ombrage ni fruits. Qu’il soit abattu et donne du bois à leurs foyers. » (T.S. Bah)

Illusion car voilà que le leader guinéen fausse les paris, confond et déroute tous ceux qui avaient misé un peu trop vite sur son assagissement. Une fois de plus, il fait état d’un « complot impérialiste » tendant à l’assassiner. Si les auteurs et les circonstances changent, le scénario n’a pas varié depuis seize ans : des comparses sont arrêtés, leurs aveux, assortis d’accusations contre des personnalités de tout premier plan, sont diffusés sur les antennes de la radio nationale, les grands accusés sont arrêtés à leur tour. Le ton du leader guinéen monte de plusieurs degrés. La foule des militants chauffés à blanc au cours de meetings monstres réclame des châtiments exemplaires pour les coupables. Mais, précise le chef d’orchestre, ceux-ci n’étaient que de vils exécutants, les véritables tireurs de ficelles étant les présidents Houphouët-Boigny et Senghor qui eux-mêmes n’agissent que suivant les ordres émanant de Paris, de Bonn, quand ce n’est pas de Pretoria ou de Tel-Aviv…
Aussi, pour la énième fois, le stade du 28 Septembre, à Conakry, a-t-il résonné des rituels macabres qu’exhalent 25 000 poitrines réclamant la peine de mort, non seulement pour les « agents de la cinquième colonne », mais encore pour les chefs d’Etat ivoirien et sénégalais.

« Grâce aux renseignements tenus disrectement de Dieu ». M. Sékou Touré affirme que des centaines de mercenaires s’entrainent depuis plusieurs mois au parc du Niokolo-Koba, près de la frontière sénégalo-guinéenne. Encadrés d’officiers allemands et français, ils y disposeraient d’un aéroport avec une piste de 3 500 mètres aménagée pour recevoir les gros bombardiers. Du côté de la Côte d’Ivoire, des officiers israéliens et sud-africains seraient à pied d’oeuvre dans la ville de Daloa, au nord-ouest d’Abidjan, qui, à en croire le chef d’Etat guinéen, serait transformée en un véritable camp fortifié. D’un ton calme et mesuré, tranchant avec le cri de mise à mort en provenance de Conakry, le président Houphouët-Boigny, rompant avec son silence habituel, devait réfuter ses accusations. Alors qu’à Dakar on se contente de les enregistrer avec mépris.

En plus de ces accusations dont il est facile de vérifier la véracité ou la fausseté (comme le suggèrent d’ailleurs les dirigeants ivoiriens et sénégalais), l’opinion semble avoir été surtout frappée par la reprise du cycle infernal de violences ponctuées de menaces et d’arrestations. D’ores et déjà, on sait que des hauts fonctionnaires, des diplomates, des officiers et des ministres font partie de la nouvelle charrette. Et, parmi ces derniers, M. Di allo Telli.
L’ancien secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine est sans doute le seul à avoir été surpris par ce qui lui arrive. Tout le monde, en Guinée comme à l’extérieur, s’y attendait plus ou moins. Son nom n’était-il pas prononcé à l’occasion de chaque complot ? Il avait beau réfuter les accusations portées contre lui pour se solidariser avec le président Sékou Touré (voir sa lettre en encadré), tout laissait penser qu’il figurait sur la liste noire et que, tôt ou tard, il serait arrêté.
Indice révélateur du soupçon qui pesait sur lui : déjà peu après son retour en Guinée, le ministre de la Justice qu’il était devenu, avait pris des libertés avec les usages locaux. Sans y prêter attention, il avait franchi le cordon de police établi à l’aéroport de Gbessia, à Conakry, pour reconduire jusqu’à son avion un ami étranger de passage à Conakry. Pour ce motif, M. Telli avait été incarcéré quelques jours, après avoir reçu un sévère avertissement de la part du président Sékou Touré. Bien que frappé d’interdiction de sortie de Guinée (il ne fut même pas autorisé à se rendre à Addis Abeba en 1973 pour recevoir la médaille commémorant le dixième anniversaire de l’OUA), l’ancien secrétaire général de l’organisation panafricaine ne semblait pas réaliser la gravité des menaces qui pesaient sur lui. Accueillant en 1975 un ami étranger à l’aéroport de Conakry, il n’hésita pas à s’écrier :

« Tu vois, contrairement à ce que laissent entendre les impérialistes et leurs agents, je ne suis pas arrêté ! » Son interlocuteur eut de la peine à le calmer …

Comme tant d’autres avant lui, M. Diallo Telli était convaincu que sa fidélité à toute épreuve lui épargnerait les rigueurs du Camp Boiro, ce sinistre domaine entouré de hautes murailles surmontées de barbelés et sur lequel veillent près de deux cents gendarmes, soldats et policiers appuyés par deux chars d’assaut et une mitrailleuse lourde pointant leurs canons vers la mer. A quelques mètres de la plage, des blocs de béton érigés sur un terrain marécageux, infesté de moustiques, renferment des prisonniers politiques des deux sexes et de toutes conditions. Le Camp Boiro n’est pas le seul du genre : on peut citer le camp Alpha Yaya, non loin de l’aéroport de Conakry, le camp Kémé Bouraïma (à 150 kilomètres de la capitale), le camp El-Hadj Omar de Labé (au nord), le camp militaire de Kankan (en Haute-Guinée). Sans parler du camp ultra-secret de Dalaba utilisé autrefois par les parachutistes français. Tous regorgent de prisonniers politiques.

Ce n’est toutefois pas un hasard si le plus connu reste le Camp Boiro. C’est de là en effet que le capitaine Siaka Touré, neveu du président Sékou, exerçait jusqu’à récemment un pouvoir très étendu sur le pays, aidé des adjudants Fofana, Soumah Soriba et Léno. De la rue séparant ce camp de l’hôpital Donko, les passants peuvent apercevoir les bureaux de commandement situés à l’entrée. Un peu plus loin, sur la gauche, se trouve le petit bâtiment où se déroulent les premiers interrogatoires. La « cabine technique » dont la seule évocation fait trembler le prisonnier, est à deux pas. Montée avec le concours de spécialistes tchèques et allemands de l’Est, à l’initiative de M. Keita Fodéba alors ministre de la Défense et de la Sécurité, cette chambre comporte une riche gamme d’instruments de torture : depuis le « téléphone », appareil électrique que l’on applique aux oreilles de l’accusé, jusqu’aux électrodes destinées à être branchées sur le sexe, en passant par les menottes en fer et les crochets destinés aux pendaisons par la clavicule.
Généralement tiré de son lit vers 2 heures du matin, l’accusé est dépouillé de ses habits, sitôt arrivé au Camp, avant d’être jeté dans une cellule exiguë sans autre ouverture qu’un minuscule trou en haut du mur. Il y séjourne généralement huit jours, sans boire ni manger, sans disposer des commodités les plus élémentaires. Certains ont droit à une petite tenue bleue, composée d’une culotte courte et d’une chemisette. D’autres sont laissés complètement nus.

Exténués, sales et puants, les prisonniers comparaissent devant une commission d’enquête, composée pratiquement des mêmes personnages depuis des années. Ismael Touré, frère du président et ministre de l’Economie et des Finances, dirige les opérations. Les autres membres sont : Moussa Diakité, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Mamadi Keita, ministre de l’Education, et Seydou Keita, l’actuel ambassadeur à Paris, tous trois beaux-frères du chef de l’Etat. Parfois, y assistent également le général Diané Lansana, qui vient de remplacer M. Diallo Telli au poste de ministre de la Justice, et d’autres personnages de moindre importance comme les commissaires Guy Guichard et Traoré.

L’interrogatoire n’en est pas un à proprement parler, dans la mesure où il s’agit moins d’entendre l’accusé que de l’obliger à lire, devant un magnétophone, un texte préparé à l’avance à son intention. Grâce à une fiche personnelle parfaitement à jour, les juges peuvent suivre les diverses étapes de la vie du détenu pour fabriquer des accusations à leur gré. L’objectif est toujours le même : démontrer que l’accusé a trahi la révolution en prenant contact avec des services de renseignements étrangers et avec des opposants résidant à l’extérieur et que pour cela il a été grassement rétribué. Il arrive que des accusés clamant leur innocence s’y refusent. C’est alors qu’ils sont soumis à une torture plus brutale.

Les séances peuvent se prolonger et même se répéter suivant la capacité de résistance du sujet C’est à l’occasion d’une de ces séances que l’ambassadeur Seydou Keita, excédé par l’obstination d’un des détenus français, éteignit sa cigarette sur le corps d’un malheureux. Aussi, les plus têtus finissent-ils soit par avouer, soit par succomber. Leurs cadavres sont alors enterrés nuitamment à Kaporo ou au pied du mont Kakoulima. Toutefois, certains accusés, prévenus d’avance, préfèrent le réalisme à l’héroïsme inutile. Et ils collaborent d’emblée avec la commission, déclarant tout ce qu’elle veut qu’ils déclarent.
Le fonctionnement de ce système combiné du « complot » et de l’interrogatoire a fini par faire le vide autour du président Sékou Touré. Sur les dix-sept membres qui composaient le bureau politique du Parti démocratique de Guinée (PDG) au lendemain de l’indépendance, six seulement jouent encore un rôle politique : Ismael Touré, Lansana Béavogui, Moussa Diakité, Lansana Diané, Camara Damantang et N’Famara Keita. Les autres ont tous été limogés, sinon emprisonnés, quand ils ne sont pas morts de mort naturelle ou liquidés physiquement comme Camara Bengali ou Mme Loffo.
Le gouvernement constitué également au lendemain de l’indépendance devait par la suite voir dix de ses membres arrêtés et emprisonnés ; cinq d’entre eux au moins ont déjà péri, tandis que les autres ne donnent plus de leurs nouvelles. En 1971, seize membres du gouvernement sur vingt-quatre furent arrêtés.

Du côté des ambassades, la répression a été encore plus dévastatrice. Sur les trois ambassadeurs qui se succédèrent à Paris avant M. Seydou Keita, le seul à avoir échappé à la prison est M. Nabi Youla, condamné à mort par contumace. Il en est de même pour Moscou où sur cinq personnalités accréditées, l’une a été fusillée en 1965, deux se trouvent au Camp Boiro et deux autres sont en fuite ; le dernier après avoir abandonné et son poste et sa famille. Sur les cinq ambassadeurs affectés à Washington, un seul a jusqu’à présent réussi à s’en sortir, c’est El-Hadj Mory Keita qui vient d’être nommé à Rome en remplacement de M. Seydou Keita. Il en est presque de même pour les chancelleries de Pékin, d’Alger, de Bonn et de Berlin-Est.

Le corps des officiers a lui aussi été pratiquement décimé. En 1971, le président Sékou Touré déclarait aux membres d’une commission d’enquête de l’Organisation des Nations unies venus à Conakry que tous les commandants de garnison et 90% des membres de l’état-major de l’armée étaient des comploteurs.
Du côté des gouverneurs (préfets), sur les trente qu’ils étaient en 1971, plus de la moitié ont été arrêtés. Un écrivain officiel, Emile Cissé, auteur de Et la nuit s’illumine, pièce primée au festival panafricain d’Alger (1969), est mort d’inanition dans une cellule du Camp Boiro en 1971. L’ancien secrétaire d’Etat aux affaires étrangères Kassory Bangoura a succombé dans des conditions semblables.
Des artistes, des footballeurs, des miliciens, des médecins, des ingénieurs, des commerçants croupissent en cellule depuis des années ; à côté de militants de la première heure comme El-Hadj Fofana, Jean Faragué ou Emile Condé ; et d’espoirs du parti, tel l’ancien secrétaire général de la Panafricaine des jeunes, M. Idrissa Traoré.
Les femmes n’ont pas été épargnées par ces purges de type stalinien ; elles furent arrêtées par dizaines en 1970 et 1971. Parmi elles, de grandes pasionarias de la révolution, dont la voix était familière à toutes les tribunes internationales : Mmes Soumah Tiguidanké, Fatou Touré, Diédoua Diabaté, etc. Elles sont encore nombreuses au Camp Boiro.

La question qui vient souvent aux lèvres, lorsqu’on évoque cette immense tragédie, est de savoir comment toutes ces victimes se sont laissées hypnotiser avant de se faire prendre, tels des insectes, par la flamme de leur chef, et de s’y brûler. Leur drame est d’avoir cru pendant longtemps qu’il n’y a pas de fumée sans feu. Et que derrière chaque accusation se profilait quelque vérité. En d’autres termes, que les accusés, comme dans les romans de Kafka, sont plus ou moins coupables. Dans ces conditions, chacun se disait sans doute que, du moment qu’il était, lui, innocent, il n’avait rien à craindre. Comment supposer que M. Diallo Telli n’a pas tenu un raisonnement analogue ? Autrement, il n’aurait pas regagné son pays au lendemain de son remplacement, en 1972, au secrétariat général de l’OUA.
Il en est de même pour nombre d’anciens hommes forts du régime qui ont été surpris par leur arrestation. A défaut de pouvoir abattre leur maître (les Kaman Diabi et Fodéba Keita par exemple en avaient parfaitement les moyens), ils auraient pu s’enfuir du pays ou profiter d’une mission à l’étranger pour s’y réfugier.
En 1971, on racontait à Conakry la mésaventure de ce dignitaire qui s’attendait tellement peu à son malheur qu’il ne put s’empêcher de crier à l’adresse des miliciens venus l’arrêter : « Vous faites erreur, ne s’agit-il pas de mon voisin ? Conduisez-moi auprès du président » …

En réalité, le «complot » est l’arme favorite de M. Sékou Touré. Il lui permet d’entretenir une tension politique telle que nul ne peut songer à faire autre chose. Alliée à la rareté des produits alimentaires qui, elle aussi, préoccupe les pères de famille à longueur de journée, cette technique a l’avantage, tout à la fois, de sortir les gens de leur routine, de leur faire oublier leurs misères quotidiennes, tout en éliminant les concurrents réels ou imaginaires du chef de l’Etat. Technique éprouvée, le « complot » s’avère ainsi être en fin de compte l’arme miracle entre les mains du leader guinéen.
Une technique de gouvernement particulièrement efficace, dans la mesure où elle lui a permis de rester au pouvoir depuis près de vingt ans. C’est du reste son unique objectif puisque, comme le dit le Pr Yves Benot, dans son livre les Idéologies des indépendances africaines, le régime de Sékou Touré, c’est « le stalinisme moins le Magnitogorsk », entendant par là que la répression ne s’accompagne pas de développement économique.

La seule préoccupation du chef d’Etat guinéen est de prendre de vitesse ses ennemis. Y réussira-t-il indéfiniment ? C’est la question qui se pose à présent. Surtout que le dernier carré des fidèles se sent désormais menacé.
Malgré ses démentis, le président Sékou Touré avait effectivement ordonné, le 6 juin, à son neveu Siaka Touré, d’arrêter le Premier ministre Lansana Béavogui et le ministre du domaine des Echanges, M. N’Famara Keita. Pour une fois, le capitaine Siaka Touré a osé désobéir à son puissant oncle. Au lieu de s’exécuter, il aurait cherché à le raisonner, quitte à appeler en renfort M. Ismaïl Touré.
A Conakry, nombreux sont ceux qui, aujourd’hui, estiment que ces quatre dignitaires peuvent dorénavant se considérer comme sur la pente conduisant vers l’inexorable trappe où en ont déjà disparu bien d’autres. Si cela se produisait, ce serait la première fois que M. Sékou Touré aurait frappé des membres de sa propre famille. Mais lui laisseront-ils le temps de tirer ? Ce qui est certain en tout cas, c’est le limogeage du capitaine Siaka Touré. Aux dernières nouvelles, il aurait été remplacé à la tête du camp Boiro pour devenir gouverneur de la région de Conakry.
Siradiou Diallo

Le gouvernement à nouveau décimé

Interrogé par les journalistes à l’aéroport de Niamey où il faisait escale, en route pour Colombo, le Premier ministre guinéen, M. Lansana Béavogui, devait répondre : « Ceux qui s’émeuvent à propos de l’arrestation d’un citoyen guinéen n’ont qu’à continuer à s’émouvoir. Peut-être qu’ils accompagneront leur acolyte dans sa tombe. » M. Béavogui faisait ainsi allusion à l’émotion suscitée en Afrique par l’arrestation de l’ancien secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine, M. Diallo Telli (JA n° 814-815).

Dans ses « aveux » radiodiffusés par la Voix de la Révolution, M. Telli « reconnaît » avoir trempé dans tous les complots visant à renverser le président Sékou Touré. Et, en particulier, dans la tentative d’assassinat du leader guinéen attribuée, en mai, à un jeune milicien de quatorze ans. Pour sa part, le chef de l’Etat guinéen cherche visiblement à élargir la base du complot.
Comme à l’accoutumée, la France, l’Allemagne fédérale et même les Etats-Unis sont accusés de collaboration avec les mercenaires. Et ce, en coopération étroite avec le Sénégal et la Côte d’Ivoire. Cependant la nouveauté, c’est qu’à l’intérieur même du pays le chef de l’Etat guinéen désigne nommément une ethnie à la vindicte populaire en parlant d’un « complot peul ». A en croire M. Sékou Touré, l’ancien secrétaire général de l’OUA devait, en cas de victoire de son entreprise, constituer un gouvernement « exclusivement peul ».
Curieusement, tout en donnant un caractère tribal à l’affaire, quitte à souffler sur la cendre en affirmant que les Peul ont jadis spolié les terres des Diallonké (allusion aux migrations remontant à plusieurs siècles), M. Sékou Touré n’hésite pas à recevoir, avec les honneurs dus à son rang, l’ancien chef traditionnel du Fouta-Djalon, l’almamy Ibrahima Sory Dara.
Bien qu’âgé de près de quatre-vingt-dix soixante-dix-neuf ans, celui-ci, arrivé à Conakry au milieu de la bourrasque politique, en tant qu’invité du responsable de la Révolution, a été logé à la villa Sily, résidence habituelle des chefs d’Etat étrangers de passage dans la capitale guinéenne. Officiellement, cette visite doit permettre à M. Sékou Touré d’expliquer à l’ancien chef coutumier les mécanismes du complot fomenté par ses anciens sujets. En fait, si M. Sékou Touré témoigne soudain des égards particuliers pour le vieil almamy (dont l’un des fils est d’ailleurs détenu depuis cinq ans), c’est, pense-t-on à Conakry, pour tâcher de calmer les esprits ; car l’orientation anti-peul de ses déclarations avait suscité une forte émotion dans le pays. Et pas seulement chez les Peul.

Deux fils et une fille de l’almaami Ibrahima Sory Dara II furent emprisonnés au Camp Boiro. Il s’agit de Mody Oury, Ibrahima Kandia, et Hadiatou. Mody Oury fut fusillé en octobre 1971. Les deux autres furent libérés et moururent en 2005 et en 2014, respectivement. (T.S. Bah)

Toujours est-il que M. Diallo Telli n’est pas le seul membre de l’actuelle équipe gouvernementale guinéenne à avoir été arrêté. Trois autres ministres, au moins, ont éga lement été impliqués. Il s’agit de M. Dramé Alioune, ministre du Plan et de la Statistique, M. Barry Alpha Bacar, ministre de l’Economie rurale, et M. Camara Sické, ministre de l’Enseignement supérieur. Un cinquième, M. Barry Alpha Oumar, ministre du Domaine des échanges et membre du bureau politique national du PDG (Parti démocratique de Guinée, unique), a été également compromis. Frappé d’hémiplégie à l’annonce des accusations portées contre lui, M. Oumar serait actuellement hospitalisé à Donka, situé en face du Camp Boiro.
La liste des personnalités compromises dans le complot n’est cependant pas définitive. En effet le président Sékou Touré a précisé que d’autres membres du gouvernement figuraient dans l’ « équipe subversive » constituée par M. Diallo Telli. Et que des révélations seraient faites ultérieurement. Ce qui est sûr, c’est que le cercle des amis politiques de M. Ismaël Touré, ministre , de l’Economie et des Finances et frère du président guinéen, se rétrécit de manière étrange. Dans la nouvelle charrette pour le Camp Boiro figurent nombre de ceux qui, jusqu’à une date récente, gravitaient autour de lui.
Parmi eux, le capitaine Lamine Kouyaté, commandant de la garnison de Kindia. Connu entre autres pour avoir procédé, en 1971, à l’arrestation du commandant Zoumanigui, il était, dans la longue liste des officiers d’ordonnance du président Sékou Touré, le seul qui fût encore en liberté. Cependant, ses « confessions » n’ont pas encore été radiodiffusées.

En attendant, il convient de remarquer qu’une fois de plus les accusés, usant d’un style désormais classique, reconnaissent tous être à l’origine de l’échec économique dont souffre la Guinée. Des justifications qui ne trompent personne, mais qui n’en constituent pas moins des aveux révélateurs quand on sait qui les « suggère ».
Jeune Afrique – No. 816 – 27 août 1976

La genèse du complot de Sékou Touré contre les Peuls

Président Ahmed Sékou Touré. Conakry, 1971.
Président Ahmed Sékou Touré. Conakry, 1971.

Je continue la re-publication des dossiers de Jeune Afrique. No. 813, 8 août 1976, sur le « complot peul ». De fait, la présente livraison remonte le fil du temps en nous renvoyant à la genèse de la conspiration ourdie par Sékou Touré pour assassiner Telli Diallo et peindre le Fuuta-Jalon de son haineux et hideux pinceau. A noter que certains faits évoqués dans le document sont erronés. Je les relève et les commente de façon contextuelle. De même, j’apporte les corrections requises à quelques maladroites erreurs de noms propres. Ce dossier comporte deux volets. Il y a d’abord les informations cruciales obtenues par Jeune Afrique, qui établissent que Sékou Touré, lui-même, inventa toute la machination, qu’il fit exécuter ensuite par ses tortionnaires. Et, selon la version probable présentée ici, les membres du Bureau politique, par la voix de  NFamara Keita, le mirent en garde contre le lancement d’une nouvelle purge, qui serait exploitée par les adversaires du régime. Le Responsable suprême passa outre leur avis et déclencha son complot contre les Peuls, qu’il ruminait, selon ses propres déclarations, depuis 1959. C’est un adolescent de 14 ans, Lamarana Diallo, qui fut utilisé comme agneau sacrificatoire pour obtenir la tête de Telli Diallo. Il fut accusé de tentative d’attentat sur la personne du président. Le revolver qu’il détenait lui aurait été remis par l’ancien secrétaire général de l’OUA, qui détenait alors le portefeuille de ministre de la Justice, Garde des Sceaux ! Selon certaines sources, Lamarana fut d’abord “choyé” au Camp Boiro, avant d’y être fouetté à mort par la suite.
Le second volet consiste en une revue critique de Prison d’Afrique, le premier livre-témoignage sur le Camp Boiro, rédigé par Jean-Paul Alata après sa libération en 1976. Comme la plupart des observateurs à l’époque, Jeune Afrique s’étonne de la décision du gouvernement du président Giscard d’Estaing d’interdire la sortie du livre et de saisir le lot déjà en circulation. Hervé Hamon et Patrick Rotman décortiquent  cette politique hypocrite du deux poids, deux mesures dans L’affaire Alata.
Tierno S. Bah

Une conspiration venue à point nommé
Les aveux vus par un rescapé du Camp Boiro

Une conspiration venue à point nommé

Conakry, 5 juin 1976, M. Ahmed Sékou Touré, chef de l’Etat, préside un conseil des ministres. Les membres du gouvernement, convoqués inopinément, n’ont préparé aucun dossier. La séance-marathon durera plusieurs heures. Seul le président Sékou Touré y prendra la parole. Puis, rendez-vous est pris pour le lendemain.

Lamarana Diallo, 14 ans, prisonnier politique. Il disparut au Camp Boiro.
Lamarana Diallo, 14 ans, prisonnier politique. Il disparut au Camp Boiro.

Le chef de l’Etat reprend son exposé là où il l’avait interrompu la veille. Orateur intarissable, il garde encore le parole pendant plus de deux heures. Les ministres, qui suivent d’une oreille distraite ce long monologue sur les méfaits de l’impérialisme en Afrique et dans le monde, sont brusquement tirés de leur torpeur : « L’impérialisme a tenté une nouvelle fois de frapper la révolution guinéenne, déclare Sékou Touré. Le 13 mai, j’ai échappé à une tentative d’assassinat. » Il devait ce jour-là visiter l’Institut Polytechnique de Conakry, lorsqu’un garçon de quatorze, membre de la milice a essayé de le tuer. L’impérialisme, conclut Sékou Touré, n’a pas abandonné la partie. Il entretient des agents dans le pays.

Un silence géné accueille ces derniers mots du chef de l’Etat. Mais, pour la première fois depuis des années, les ministres se gardent de suggérer que l’on pourchasse cette « cinquième colonne » qui, tel Phénix, renaît sans cesse de ses cendres. Keita N’Yamar N’Famara ministre du domaine des échanges, va rompre le silence. Ce vieux compagnon de route de Sékou Touré, qui a fait partie de tous les gouvernements depuis 1956, membre influent du Bureau politique, est considéré comme le fidèle des fidèles. S’adressant au chef de l’Etat, il lui demande de réfléchir avant de l’adjurer de ne pas déclencher une nouvelle vague d’arrestations qui, dit-il, sera exploitée par les ennemis de la Guinée.

Keita N’Yamar N’Famara se souvient de la répression qui a suivi les évènements du 22 novembre 1970, quand une colonne d’exilés tenta de s’emparer du pouvoir par la force. Les autres membres du gouvernement approuvent leur collègue. Sékou Touré, impassible, écoute sans mot dire. Dans la soirée, Conakry se remplit de rumeurs. On dit que le Premier ministre Béavogui et son ministre du domaine des échanges ont été arrêtés. Il n’en est rien. Mais dès le lendemain, Sékou Touré, au cours d’un meeting populaire rend publiques les révélations qu’il a faites devant ses ministres.
Le milicien qui voulait l’assassiner, déclare-t-il, n’était qu’un instrument d’une vaste conspiration contre la Guinée montée en Côte d’Ivoire et au Sénégal. Les présidents Houphouët-Boigny et Léopold Sédar Senghor sont personnellement mis en cause.

Depuis, Radio-Conakry a déclenché une violente guerre des ondes contre Dakar et Abidjan, apportant chaque jour des nouvelles sensationnelles sur cette invasion préparée par une véritable armée de mercenaires rassemblés dans le parc national sénégalais de Niokolo Koba, et dans la ville ivoirienne de Daloa. Elle annonce qu’un aérodrome militaire pouvant recevoir des bombardiers a été construit au coeur du parc et que les mercenaires comptent dans leurs rangs des officiers israéliens et allemands.
Pour prouver leur bonne foi, le Sénégal et la Côte d’Ivoire, indignés, invitent les diplomates accrédités à Dakar et à Abidjan et des représentants de l’OUA et de l’ONU à venir juger sur place. Rien n’y fait. La Voix de la révolution poursuit sa campagne. Elle diffuse les « aveux » enregistrés de « traîtres démasqués ». De nombreux hauts fonctionnaires, des officiers, des dirigeants de la milice et même le ministre de la Justice, M. Diallo Telli, ancien secrétaire général de l’OUA, sont arrêtés. Du fait de l’évolution de la politique extérieure guinéenne (JA No. 809), cette répression étonne. La réconciliation avec l’ennemi implacable d’hier — la France — et la disparition des troupes coloniales portugaises aux frontières n’ont donc pas dissipé à Conakry la peur d’une invastion étrangère.

Faut-il voir dans ces « révélations » un simple moyen de détourner le mécontentement populaire ? Il convient de constater en tout cas que les arrestatiions interviennent en un moment où le gouvernement connaît de graves difficultés économiques. La suppression du commerce privé et, surtout, la récente collectivisation du bétail ont fini par compromettre une situation économique déjà précaire. Et la Guinée doit faire appel à l’assistance des Etats-Unis pour son approvisionnement en produits de première nécessité.

Les aveux vus par un rescapé du Camp Boiro

Ils sont nombreux, à travers tout le continent africain, ceux qui ont passé plusieurs années en prison, sans jugement, pour des raisons politiques. Que l’un d’entre eux, de temps en temps, publie ses souvenirs, ce n’est, hélas ! pas un évènement. Dans ces conditions, que le gouvernement français saisisse illégalement un livre intitulé Prison d’Afrique qui ne met nullement en péril la paix civile, c’est surprenant.
Certes, il était gênant pour Paris de voir publier des faits mettant gravement en cause des hommes politiques d’un pays avec lequel la France cherche à renouer de fructueuses relations, certes, c’était d’autant plus embarassant qu’une des personnes impliquées represente son pays à Paris. Mais rien de tout cela n’est sans précédent ni ne suffit à expliquer la décision française. Pour la comprendre, il faut avoir lui le livre : ce n’est pas un simple recueil de souvenirs, ce n’est pas non plus une oeuvre de haine, ce n’est pas a vengeance d’un opposant ; c’est, à travers le récit pudique de scènes atroces, la froide analyse d’un système monstrueux d’élimination méthodique et par vagues successives des adversaires potentiels, d’un système stalinien perfectionné par une sorte de planification des « purges ». C’est un livre important.
Mais le titre, Prison d’Afrique, est mauvais. Disons tendancieux. Car cela ne se passe pas n’importe où en Afrique, cela se passe en Guinée. Jean Lacouture, dans sa préface, cite un grand nombre de pays africains où l’on emprisonne sans jugement, où l’on torture, où ont eu lieu des exécutions sommaires, parfois massives. Et il conclut, en présentant le récit : « Aussi bien qu’à Conakry, il pourrait avoir été vécu à N’Djaména ou à Kampala, ou ailleurs. » Ce n’est pas vrai. La plupart des faits relatés ont peut-être pris, un à un, leur pendant ailleurs sur le continent. L’ensemble, non. Et c’est cet ensemble qui est le sujet du livre ; c’est l’enchaînement des faits, la méthode implacable qui lui confèrent sa gravité. Et cela est spécifique.
Nulle part en Afrique ailleurs qu’en Guinée il n’existe un système aussi élaboré, un système contre lequel toute révolte individuelle est vaine, impossible, un système qui contraint les victimes non seulement à s’accuser elles-mêmes, mais à devenir les collaborateurs objectifs de leurs bourreaux. Et l’on verra, dans ce livre, Jean-Paul Alata, torturé, avili, recevoir de Sékou Touré un coup de téléphone et une lettre faisant appel à ses sentiments révolutionnaires et à son amitié pour l’inciter à cette collaboration avec ses tortionnaires !

La personnalité de l’auteur n’est pas indifférente. Ce n’était pas un personnage aimé à Conakry, ce Jean-Paul Alata. Français, né à Brazzaville, en 1924, en révolte contre son milieu d’origine, il était fonctionnaire de l’administration coloniale, mais militant syndicaliste. En 1957, il adhéra au Rassemblement démocratique africain, (RDA) section de Guinée, et devint un disciple de Sékou Touré après avoir été son adversaire politique au sein de la Démocratie socialiste de Guinée (DSG) de Barry Ibrahima dit Barry III. Tout naturellement, après l’indépendance en 1958, il se mit au service de la Guinée. Directeur général des Affaires économiques et financières auprès du président de la Reepublique, il devint un homme puissant et redouté, détesté même dans certains milieux. Considéré comme un renégat par les Blancs, comme un arriviste malintentionné par les Noirs, comme un concurrent déloyal par certains membres de l’entourage de Sékou Touré, il devint, selon son expression, un métis culturel. Il prit la nationalité guinénne, se fit musulman, épousa une Guinéenne, renonça avec ostentation au costume européen et ne porta plus que le boubou. Il donna à certains l’impression qu’il jouait de la confiance que lui portait le chef de l’Etat pour se faire craindre, faute de se faire aimer. Et quand il fut jeté, en janvier 1971, dans une cellule du Camp Boiro, il n’y eut pas grand monde, à Conakry, pour le plaindre.

C’est cet homme qui, en cinquante-quatre mois de détention et de tortures morales et physiques, va réfléchir sur lui-même, et sur le système dont il est devenu une victime après avoir été un serviteur. Au début, comme tous ceux qui sont passées par là, il ne comprend rien. Il s’était bien étonné, quelques fois lors de l’arrestation de tel ou tel sans que celui-là ait trahi le régime, mais il ne s’était pas arrêté longtemps à l’idée qu’il pût être innocent. Mais lui, Alata, il sait qu’il l’est ; alors pourquoi ? Pourquoi l’a-t-on arrêté ? Pourquoi le torture-t-on ? Pourquoi lui fait-on signer des aveux aussi invraisemblables qu’humiliants ?

Ce n’est que lorsque au terme d’une séance de tortures particulièrement insoutenable on lui fait mettre en cause des pesonnalités politiques… accuser des amis qu’il comprend soudains. Tout ce qui avait précédé, pendant plusieurs mois, était destiné à le mettre en condition, à le préparer pour cela. Et ceux qu’on l’oblige à désigner comme ses complices étaient ceux qui, dans un mois ou dans un an, seraient les victimes de la prochaine purge. Implacable, la machine tourne.

Et les victimes de la machine, du moins celles qui étaient assez importantes pour être utiles, en devenaient les auxiliaires. Alata était utilisé par « la commission » présidée par le ministre Ismael Touré, demi-frère du président, assisté de l’ambassadeur à Paris Seydou Keita, pour accélérer les aveux des « nouveaux » en leur expliquant ce qui les attendait et comment personne ne pouvait résister efficacement. Et le bourreau se confiait à la victime, démontant le mécanisme comme on le voit dans l’exemple que voici.

On avait arrêté un pur entre les purs, Diallo Alpha Taran. Dans un souci de logique, Jean-Paul Alata essayait de convaincre Ismael Touré que personne ne croirait que celui-là aussi était un agent secret de l’impérialisme. Et il suggérait, pour la vraisemblance, qu’il avait pu comploter par idéal gauchiste. « Je crois que vous avez très mal compris certains aspects de nos problèmes, expliqua le ministre. Il n’y a aucune impossibilité liée à des aspects matériels ou moraux de votre vie… Il ne peut y avoir de déviationnisme de gauche. C’est le parti qui mène la politique la plus progressiste, adaptée aux réalités du pays. Le comité révolutionnaire ne laissera pas s’accréditer la légende que certaines éliminations ont eu lieu parce que les coupables reprochaient aux dirigeants de trahir la Révolution. Tous les détenus ont trahi. Tous, vous avez trahi pour de l’argent, pas par idéal. »