Colonisation, littérature et livre

Revue du Livre : Afrique noire, Maghreb, Caraïbes, Océan Indien. L'Harmattan. Paris. 2005. 175 p. Avec le concours du Ministère des Affaires étrangères et du Ministère de la Coopération Littérature guinéenne N° 88/89 Juillet septembre 1987. 203 pages
Revue du Livre : Afrique noire, Maghreb, Caraïbes, Océan Indien. L’Harmattan. Paris. 2005. 175 p. Avec le concours du Ministère des Affaires étrangères et du Ministère de la Coopération
Littérature guinéenne
N° 88/89 Juillet septembre 1987. 203 pages

En préparation de “Conakry, capitale mondiale du Livre”, le rouleau publicitaire s’est mis en marche depuis le début du mois. Jeune Afrique, par exemple, a fait son publireportage usuel. A Conakry, menés tambour battant par L’Harmattan-Guinée, des éditeurs de la place ont associé des auteurs. La plupart de ceux/celles-ci écrivent des romans — dont certains à prétention littéraire —, des ouvrages d’histoire et des biographies. Qu’en est-il des dizaines d’autres genres : science (nature, vie, société), métiers, technologie, arts, etc. ?
La désignation de Conakry comme matrice planétaire du Livre pour 2017 est incompréhensible parce qu’elle manque de considérations adéquates et de justifications logiques. Les critères de ce choix relèvent de la cécité de la bureaucratie UNESCO et dela fuite en avant perpétuelle des régimes guinées, toujours prêts à paraître sans être. Ajoutons à cela l’entregent commercial et le marketing local tous azimuts de la succursale de L’Harmattan, la maison d’édition parisienne.
En vérité, il manque à la Guinée l’essentiel de l’infrastructure et des ressources qui auraient pu faire de l’évènement un succès relatif. Il s’agit notamment de:

  • La production et la distribution suffisantes d’énergie électrique, d’eau, de nourriture et de soins
  • Un taux national d’alphabétisation supérieur à 75 %
  • Une industrie de fabrication et de circulation de la chose imprimée :  livres, journaux,  revues. En français et dans les langues du pays !
  • Des écoles et universités équipées de bibliothèques à jour
  • Des associations actives d’auteurs dans des domaines divers
  • Un réseau public de bibliothèques, d’archives et de musées couvrant tout le territoire
  • La participation à la Révolution numérique, qui concurrence le livre imprimé et impose les publications électroniques

    Fardeaux historiques

Dans le domaine névralgique de la création et de la distribution du savoir, des fardeaux historiques lourds pèsent sur l’Afrique, en général, et la Guinée, en particulier. Je veux parler de:

  • La colonisation européenne marquée par la domination politique, l’exploitation économique, et l’aliénation culturelle.
  • La post-colonisation, qui, comme l’a correctement prédit Frantz Fanon, a consisté à la substitution d’une bourgeoisie exploiteuse étrangère par son ersatz domestique.

En l’occurrence, le président guinéen, Alpha Condé, est plus soucieux d’effectuer de fréquents voyages. Il ne lui vient pas l’idée de se sédentariser à Conakry, de séjourner dans le pays profond au contact des paysans, ou de rebrousser les manches pour chercher comment combler le retard de plus en plus accusé de la Guinée.

Président Condé tient à noyer le poisson dans l’eau. Soutenu par un Parlement chambre-à-écho de ses diktats et desiderata, il viole et violente la Constituton. Et impose une loi scélérate. Rédigée par des plumes serviles aux ordres du “professeur” autocrate, elle vise à étouffer la justice. Et elle entérine l’impunité. Des personnalités civiles, des religieux (l’Imam et l’Archevêque de Conaky) se prêtent à la mascarade. Ce faisant, ils amplifient la confusion et participent, délibérément et obséquieusement, à une autre trahison de la Guinée par ses fils et filles. Qu’ils soient hommes de la soutane ou du turban, du chapelet ou de la croix, les prêtres savent pourtant que la Bible et le Qur’an proclament les Dix Commandements du Créateur. Le premier de ces ordres divins dit : “Tu ne tueras point !” Il se trouve malheureusement que depuis 1958 l’Etat guinéen transgresse impunément ce commandement. Le meurtre de citoyens est devenu chez lui un réflexe naturel et un recours permanent. Rien qu’en mars dernier une dizaine de personnes ont péri par la violence d’Etat.
Il revient au système judiciaire seul d’enquêter et de juger ces crimes, qui remontent à plus d’un demi-siècle, y inclus le massacre du 28 septembre 2009.

Colonisation : savoir d’où l’on vient

On ne peut pas savoir où l’on va si l’on ne sait d’où on vient, rappelle le dicton. Pour tenter de cerner les dilemmes et les défis qui se posent aux organisateurs de “Conakry, capitale mondiale du Livre”, je soumets à l’attention des lecteurs et lectrices les publications et compilations suivantes :

Monologue élitiste et analphabétisme des masses

L’élite francophone se démène comme un beau diable pour la réussite de “Conakry, capitale mondiale du Livre”. Jouissant d’une maîtrise variable de la langue française, elle s’enferme dans un monologue narcissique, se parlant et s’écoutant parler seule. A l’exclusion et en totale disjonction d’avec la majorité “afriphone” de la population.  Son comportement ne leurre qu’elle seule. Car après un demi-siècle d’indépendance et de souveraineté, les masses populaires ont peut-être perdu tout espoir d’émancipation, clouées qu’elles sont dans l’analphabétisme culturel et fonctionnel. Et les langues nationales en pâtissent, bien sût. Non par le choix des administrés, mais du fait de la dictature pérenne et de la faillite coupable des dirigeants.

Tierno S. Bah

Bibliothèque en herbe

Prof. Djibril Tamsir Niane (cravate), ministre Siaka Barry, à sa droite Ms. Fifi Niane, Conakry, 14 mars 2017 (Source: Guinée7)
Prof. Djibril Tamsir Niane (cravate), ministre Siaka Barry, à sa droite Ms. Fifi Niane, Conakry, 14 mars 2017 (Source: Guinée7)

Guinée7 publie un reportage sur “la remise provisoire de la Bibliothèque Djibril Tamsir Niane”. Il n’est guère surprenant que ce site étale un projet financé par l’Etat. Après tout, son activité éditoriale est favorable au pouvoir en place.  Mais Le journaliste reste vague à ce sujet. Et les informations sur l’état d’avancement  du projet sont absentes. Dommage ! Par contre, il s’empresse d’aligner les noms grandiloquents des organisations bureaucratiques et budgétivores liées à l’initiative. On croit cependant rêver un instant d’un pays à l’économie ronflante.… Tenez :

  • Autorité de contrôle des Grands projets (ACGP)
  • Direction nationale des investissements publics (DNIP)
  • Direction nationale des Marchés publics

Et la liste est bouclée, bien sûr, par le ministère de la Culture, des Sports et du Patrimoine historique.

Alliant l’imprécision à la flatterie, l’article consacre le plus long paragraphe à l’engagement du président Pr. Alpha Condé “de réhabiliter (la bibliothèque) et même de l’agrandir et de la moderniser avec les dernières technologies”.
Le journaliste s’empresse ensuite d’indiquer que “les travaux de construction sont aujourd’hui achevés à près de 80%”.  Que reste-il-il donc à faire ? C’est malheureusement là où le bât blesse. Car il s’agit de :

  • La finition :  électrification, eau, peinture, etc.
  • L’aménagement : mobilier, équipement divers, décoration, sécurité, etc.
  • Le budget de fonctionnement et d’entretien
  • Le formation et le salaire du personnel
  • L’acquisition onéreuse de collections livres, périodiques, ebooks, etc.
  • La connexion en réseau
  • La création et l’administration du site web de la bibliothèque, etc.
Bibliothèque Djibril Tamsir Niane en construction à Conakry
Bibliothèque Djibril Tamsir Niane en construction à Conakry

On lit également que “la mission a fait quelques remarques sur le bâtiment”. Quelles remarques exactement ? Mystère !

L’article continue en révélant  la raison réélle pour laquelle cette cérémonie a eu lieu : le fameux “événement culturel très important Conakry Capitale mondiale du livre”.

Depuis le début du mois le rouleau publicitaire s’est mis en marche, notamment dans Jeune Afrique, pour annoncer la mascarade suivie de “mamaya” que constitue cette charade de l’UNESCO et du gouvernement guinéen. Les deux partenaires collaborent dans cet effort de propagande. Il risque de leur retomber sur le nez. Car, privée de l’économie, du tissu industriel, et du pouvoir d’achat, Conakry ne saurait, au 21e siècle, être une capitale —même sous-régionale— du Livre. J’y reviendrai.

Gageure et/ou duperie ?

En attendant, Pr. Djibril Tamsir Niane doit continuer à compter sur la bienveillance de l’Etat pour rebâtir sa bibliothèque. Le ministre de la Culture, Siaka Barry, “a promis que les commandes pour l’équipement seront lancées dans les jours qui suivent pour que la BDTN et la Bibliothèque nationale soient fonctionnelles avant la fin avril”.
Est-ce une gageure ou une duperie ? Comment compte-t-on équiper une bibliothèque en moins de 45 jours. Quelle est la part du récipiendaire de l’ouvrage dans la sélection des produits et servir à financer et à acquérir ? Il en sait mieux que les jeunes bureaucrates venus lui rendre visite. (Il fut mon doyen à Faculté des sciences sociales de l’Institut Polytechnique dans les années 1960-70). Les autorités se rendent-elles compte que la concrétisation d’un tel projet exige un intense travail d’équipe, d’envergure nationale et internationale ? Une bibliothèque sans livre n’en est pas une. A-t-on lancé des appels d’offre et quels sont les fournisseurs soumissionnaires pour la livraison des ouvrages et du matériel de lecture ? Le building sera-t-il doté d’autonomie en courant électrique ? Pourquoi limiter  ses services à l’usage des seuls chercheurs et étudiants ? Et le grand public alors ?

Souffrance et patience sans illusions

L’article se termine par les remerciements du Pr. D. Tamsir Diane aux représentants du “Pr.” Alpha Condé, président de la république. Doyen Niane souligne que “c’est une première que l’Etat finance un privé à cette hauteur”. Cette phrase est lourde de sens. En filigrane, on décèle la souffrance, la patience mais non les illusions de ce grand intellectuel.
Ancien bagnard du Camp Boiro dans le faux Complot des Enseignants (1961), Pr. Niane sait, mieux que quiconque, que l’Etat guinéen étouffe tout ce qu’il étreint, et pourrit tout ce qu’il touche.
Dans l’interview intitulée “De Baro à Boiro” avec Lilyan Kesteloot — sa cadette et émintent professeure à l’Université C.A. Diop—, il révèle comment les résultats de ses précieuses recherches sur la culture baga en 1968-69 furent ruinés par la négligence de l’Etat. Idem pour ses pièces de théâtre, ou ses démarches vaines de  repèrage et de conservation des ports de la Traite des Noirs, du Rio Nunez (Boké) à la Méllacorée (Forécariah), en passant par le Konkouré à Dubréka.

Maryse Condé vivait avec sa famille à Conakry en 1960-61. Dans La vie sans fard, elle évoque la répression — violente et meurtrière — contre les élèves et la purge de l’élite enseignante par de lourdes peines de prison. Maryse s’acquite du devoir de mémoire avec la véracité d’un témoin oculaire et, en l’occurrence, avec la plume d’un génie littéraire.

Le drame et la menace sont présents, palpables. Ils sont agrravés par l’absence des acteurs du secteur privé. Eux qui sont toujours prêts à financer la construction de stades sportifs et l’organisation de soirées dansantes. Mais qui ne prêtent pas leur concours à la construction de ce maillon de l’infrastructure de l’éducation et de la formation de Guinée. Je veux parler des sociétés minières, des entreprises commerciales, des opérateurs économiques, des ONG, etc.
Inexorablement, le temps fait son oeuvre. Les dictateurs se sont succédés et ont sévi sur la Guinée. Les populations  ont en pris de terribles coups. Le pays  relèvera-t-il ? Peut-être. Mais il faudra, entre autres, qu’elle mette mieux à profit l’expérience du Pr. Niane et de sa génération d’éducateurs encore en vie :

  • Ibrahima Kaba
  • Mountagha Baldé
  • Yansané Sékou Moukké
  • Mamadou Kolon Diallo
  • Thierno Diallo
  • Bahi Seck ……………………

Une hirondelle ne fait pas le printemps !… Ni l’inauguration éventuelle de la bibliothèque Djibril Tamsir Niane, ni “Conakry, capitale mondiale du Livre”, n’effaceront les ruines causée, durant le demi-siècle écoulé, par l’Etat guinéen, prédateur de la Culture et de l’Education, et archennemi du Savoir.

Tierno S. Bah

Jeanne-Martin Cissé (1926-2017)

Jeanne Martin Cissé et Sékou Touré, circa 1970
Jeanne Martin Cissé et Sékou Touré, vers 1970

Sous la plume de François-Xavier Freland Jeune Afrique reprend la nouvelle de la mort de Jeanne-Martin Cissé (1926-2017). Reflétant diverses sources d’information, l’hebdomadaire évoque, en quelque 532 mots, la vie de cette compagne de Sékou Touré.

  1. On y relève ainsi le tableau du cadre familial au crépuscule de la vie à Conakry. Il n’y est question toutefois que des filles de la disparue, alors qu’au moins trois de ses enfants sont des hommes. L’aîné, Cheick Mohammed ‘Papus’ Camara, est un de mes promotionnaires aux lycées de Conakry et de Labé. Notre dernière rencontre, vite transformée en une longue, amicale et intéressante conversation, remonte à 2003 à Dakar.
  2. Mais l’auteur reste vague sur la naissance, l’éducation et l’adolescence : noms et occupation des parents, un brin de généalogie, postes d’enseignement. Il néglige, par exemple, un détail important, à savoir comment peut-on naître “dans une famille musulmane modeste d’origine Soussou et Malinké” et s’appeler Jeanne-Martin ?
  3. L’article maquille et embellit le passage sur “la célèbre école normale de Rufisque”,  qu’il présente comme étant  un établissement “d’élite féminine qui s’était employée à faire de ces élèves venues de toutes l’Afrique coloniale française de futures enseignantes, attachées à leur africanité.” François-Xavier Freland aurait dû mettre un peu d’eau dans son vin, car dans l’ensemble le palmarès de l’école française n’est pas du tout rose. Surtout sous la Troisième République (1870-1940) qui imposa le déshumanisant Empire colonial et l”abominable régime de l’Indigénat.
  4. François-Xavier glisse le nom de Germaine Le Goff sans préciser qu’il est l’auteur de la biographie intitulée L’Africaine blanche (1891-1986) : Germaine Le Goff, éducatrice mythique.  Il aurait dû apporter la précision, ne serait-ce que pour élargir l’horizon des lecteurs.
  5. Certaines camarades de formation de Jeanne-Martin sont mieux introduites, notamment avec la mention d’Une si longue lettre, l’oeuvre principale de Mariama Bâ.
  6. Le portrait matrimonial de Jeanne-Martin se limite à son  mariage avec Bansoumane Touré. Cette victime du Camp Boiro fut en réalité le second époux de Mme. Jeanne. Sur les circonstances de la disparition de Bansoumane à la Prison de Kindia, lire Kindo Touré “La mort de Ban Ansoumane Touré”.
  7. Dans sa biographie de Sékou Touré André Lewin indique, à juste titre, que le premier mari de Jeanne-Martin s’appelait Camara. Malheureusement, il omet le prénom du défunt, qui mourut victime d’un accident de circulation en 1958. Lire Ahmed Sékou Touré (1922-1984). De Gaulle à Conakry,  25/26 août 1958 (volume 2, chapitre 25)
  8. L’article présente Bansoumane Touré comme “un des fondateurs du Parti Démocrate Guinéen (PDG) animé par Sékou Touré. Très vite, elle (Jeanne-Martin) milite pour l’indépendance et œuvre pour l’émancipation des femmes en Afrique.” L’auteur va vite en besogne et commet ici deux erreurs aussi gratuites que légères :
    (a) Bansoumane ne figure pas parmi les membres fondateurs du PDG-RDA
    (b) Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, les pionniers de l’activité politique visaient d’abord l’autonomie interne. Le régime colonial fit la sourde oreille et traîna la savate jusqu’en 1956, date de promulgation de la loi-cadre Gaston Deferre. Mais c’était trop tard. Le Viet-Minh avait déjà vaincu des milliers de troupes françaises en 1954 à Dien Bien Phu. Cette cinglante défaite militaire ainsi que le déclenchement de la guerre d’Indépendance d’Algérie accélérèrent le cours de l’Histoire. Les protectorats du Maroc et de la Tunisie devinrent des états souverains en 1956. En mai 1958, l’armée imposa le Général Charles de Gaulle au Parlement français. Cherchant à retarder l’implosion du domaine colonial de la France, le vieux guerrier,  intellectuel et homme d’Etat organisa le référendum de 1958 autour d’une nouvelle Constitution. Le projet de loi fondamentale proposait, entre autres, l’abolition de l’instable 4ème république (en place depuis 1946), l’avènement de l’actuelle 5è république,  et l’instauration de la Communauté franco-africaine, en lieu et place de l’Union française, elle-même héritière de l’Empire colonial.
  9. L’auteur effleure ensuite la carrière onusienne de Jeanne-Martin. François-Xavier Freland écrit : “… elle est désignée en 1972 au poste de représentante permanente de la Guinée aux Nations unies, et devient … même présidente du Conseil de Sécurité de l’ONU, son pays étant alors membre non permanent de ce comité.”
    Lire également “Jeanne-Martin Cissé accepte une invitation de Louis de Guiringaud, ambassadeur de France auprès des Nations Unies”, A. Lewin, volume 6, chapitre 68
    Aucun mot sur Telli Diallo et Marof Achkar, autrement plus efficients et prestigieux que l’ambassadrice Cissé. Silence total aussi sur le sort des proches de Madame Sow Nima Bâ, ancienne détenue du Camp Boiro et dont Sékou Touré décima la famille en faisant assassiner :

Et en condamnant à mort par contumace le frère cadet, Bâ Mamadou.

  1. L’article cite Hadja Nima en ces termes : « Mais la période des purges l’avait rendu triste. » Peu importe que ma belle-soeur ait prononcé des mots. Le fait est qu’ils sont en porte-à-faux avec la réalité post-sékoutouréenne.
  2. Dirigeante ddu Conseil national des Femmes de Guinée, membre du Comité central du Parti démocratique de Guinée, membre du Burean politique national et du Gouvernement, feue Jeanne-Martin fut, de bout en bout,  une collaboratrice fidèle et une porte-parole aussi “impénitente et non-repentante” de la dictature de Sékou Touré que Mme. Andrée Touré.

Pour conclure, je me propose de lire La fille du Milo. Après quoi, je  ferai une suite à cet article.

Tierno S. Bah

Portail webAfriqa et le Web Sémantique

Web sémantique, ou Toile Sémantique, est une extension du Web standardisée par le World Wide Web Consortium (W3C)
Web Sémantique, ou Toile Sémantique, est une extension du Web standardisée par le World Wide Web Consortium (W3C)

Le Portail webAfriqa accueillera bientôt les visiteurs des dix sites membres par des pages de couverture Drupal. Le onzième site, BlogGuinée, lui, continue de paraître sur WordPress. Au-delà de la page d’accueil, toutefois, tous les liens continueront à pointer   pour l’instant vers les sites statiques originels. Cet arrangement conjoncturel sera graduellement remplacé par la seule version Drupal.

La publication du Portail webAfriqa sur les CMS (systèmes de gestion de contenu) Drupal et WordPress est dictée par l’évolution des technologies du Web. Elle obéit précisément à deux puissants courants:

  • Les changements et raffinements technologiques continus des normes et protocoles qui régissent le World Wide Web, sous l’égide du World Wide Web Consortium (W3C).
  • L’efficience inhérente au quatuor Linux-Apache-MySQL-PHP. Exemples: indexation automatique du contenu, moteur de recherche interne, possibilité d’intégrer le super-serveur de recherche Solr, publication multimédia (texte, son, photo, film, cartographie et GPS, localisation, internationalisation, etc.

Depuis son irruption en 1992 sur Internet —qui, lui, date de 1969— le Word Wide Web a connu une évolution en quatre phases:

  1. Le Web initial (Web 1.0), de 1992 à 1995, dominé par le langage HTML
  2. Le Web 2.0, de 1995 à 2001 avec l’introduction des styles de présentation cascadés, Cascading Style Sheets (CSS)
  3. Le Web basé sur les CMS (Content Management System), de 2001 à nos jours
  4. Le Sémantique Web, de 2008 à nos jours. Il met l’accent sur le modelage d’Ontologies et l’ingénie du savoir à l’aide de (meta)-langages tels que XML, RDF/S, OWL, SPARQL (J’y reviendrai en détail dans un prochain article intitulé “Africa and the Semantic Web”)

Une question importante se pose ici : Quel est le niveau, quantitatif et qualitatif, d’adoption de ces phases par les sites africains et guinéens  ? Il serait intéressant et utile d’enquêter et de faire le point sur la situation

Ces étapes se succèdent chronologiquement ; mais elles coexistent aussi et ne s’excluent pas mutuellement. Cela n’empêche pas qu’elles soient technologiquement très différentes les unes des autres. Chaque phase cherche à résoudre des problèmes cruciaux antérieurs. Elle s’engage à améliorer les technologies précédentes et contribue à faire évoluer sérieusement le Web en général. Cependant, chaque phase aussi apporte plus de complexité et élève ainsi le niveau requis pour l’acquisition et la compétence dans les technologies numériques de publication. De la sorte, la Phase 4 est plus complexe que la Phase 3, qui est, à son tour, plus exigente que la Phase 2, etc.

Phase 3 et webAfriqa

Etant donné leur popularité et leur solide palmarès, les plateformes Drupal et WordPress ne sont plus à présenter. La première, par exemple, supporte des méga-sites gouvernementaux (Maison Blanche, NIH, etc.) et commerciaux (The Economist, Symantec, etc.). Pour sa part, avec un taux mondial d’adoption de 27 %, la seconde trône au premier rang des quelque 3,000 Content Management Systems (y compris Drupal) disponibles sur Internet.

Comme indiqué sur Gofundme, la migration des sites du Portail webAfriqa est nécessaire mais coûteuse au triple plan technologique, matériel et financier. Sa conception et son exécution demandent du temps. En conséquence, j’ai décidé de lancer une étape initiale à deux niveaux :

  • Reconfiguration du serveur web Apache pour faire cohabiter les sites statiques avec les sites dynamiques pour chacun des noms de domaine (moins BlogGuinée, qui paraît sur WordPress) :
  1. webFuuta
  2. webPulaaku
  3. webMande
  4. webCôte
  5. webForêt
  6. webGuinée
  7. Campboiro
  8. webAfriqa
  9. AfriXML/Semantic Africa
  10. webAmeriqa
  • Dans chaque cas le site Drupal sera le conteneur extérieur. Quitte au  site classique c’est-à-dire statique, de continuer à herger le DocumentRoot ou directoire du contenu du site. Les hyper-liens de la page d’accueil Drupal pointeront donc vers le site statique, qui utilise des langages et outils “conventionnels” :  XHTML/CSS2.1, CSS, jQuery, HTML5/CSS3, Bootstrap, Google Custom Search Engine.
  • Adaptation et aménagement de sous-thèmes du type Responsive Design (Bartik, Bootstrap, Scholarly, etc.)

L’environnement Drupal

Comme indiqué plus haut, Drupal et WordPress appartiennent à l’initialisme LAMP, porte-flambeau des logiciels Open Source. Les initiales se déchiffrent comme suit :

L = Linux, le système opératoire le plus répandu sur le Web. Son noyau (kernel) supporte (a) la Pile des normes et protocoles Internet (TCP/IP) (b) diverses distributions commerciales ou libres: CentOS, Ubuntu, Red Hat, etc. Lire :

A = Apache, le serveur web (httpd) intégré à Linux. En coopération étroite avec le serveur de nom de domaine (dns), il décide de la présence ou de l’absence d’un site sur la Toile. Sa misconfiguration conduit à la panne.

M = MySQL, la base de données qui est le magasin et le cerveau de la plupart des Content Management Systems (CMS)

P = PHP, le langage de programmation qui relie la base de données MySQL et le browser, vice versa.

Drupal, lui-même, est une application composée d’un noyau  (Core) et d’additions (Contributed) tierces (modules, thèmes, libraries, script DruSH, etc.) Le site officiel de la plateforme dénombre à ce jours 36,678 Modules (fonctionalité) et 2,418 Thèmes (présentation, apparence).

Avertissement ! Si l’on filtre ces chiffres par le critère “activement mis à jour” on obtient 11,381 modules et     702 thèmes. Autrement dit, de nombreux modules et thèmes sont périmés ou obsolescents. Certains d’entre eux ne fonctionnent que sur la version 6 de Drupal, en voie d’abandon en faveur des versions 7 et 8.

A l’image de ses confrères du LAMP, Drupal est donc modulaire. Ses composantes requièrent trois types complémentaires de spécialisation:

  • Programmation : PHP, JavaScript, Python, JAVA, etc.
  • Structuration du contenu, construction et administration
  • Design, interface graphique, esthétique

Drupal est flexible, productif, sécurisé et mûr. La plateforme offre aux utilisateurs (chercheurs, businesses, publicistes, artistes, etc.,) des outils capables de transformer les idées et projets en réalité. Exemples :

  • Les modules taxonomy, rdf (Core), rdfa, rdfx, etc., résident soit dans le noyau (Core) soit parmi les Contributions (Contributed) de Drupal. Taxonomy assiste dans l’élaboration efficace et élégante de Vocabulaires, indispensables au modelage des Ontologies et à l’ingénierie savoir dans le Web Sémantique.
  • Les modules book (Core) et biblio agissent en tandem pour faciliter la création de catalogues bibliographiques et la publication de collections complètes de bibliothèques virtuelles (livres, périodiques). En cela, ils sont précieux pour le Web Sémantique. C’est avec leur aide que j’ai reproduit l’ontologie Ebola, publiée dans le format PubMed par National Institutes of Health (NIH). Pour ce faire, j’ai d’abord collecté le code de dix chiffres assigné à chaque publication. J’ai ensuite rassemblé les codes dans un fichier, à raison d’un code par ligne. J’ai enfin soumis le fichier à la base de données PubMed. En quelques secondes elle a préparé et renvoyé  des centaines de titres à Semantic Africa. Résultat : une bibliographie élaborée où tous les principaux champs sont remplis : auteur, titre, éditeur, lieu et date de publication, résumé, image de couverture, etc. Cette tâche aurait occupé une équipe humaine pendant quelques jours.
  • Le module metatag permet (a) d’intégrer le site aux moteurs de recherche et (b) de soumettre les données spécifiques à l’intention des logiciels du Web Sémantique. Il inclut Dublin Core, OpenGraph Protocol (FaceBook), Twitter Cards, Google Plus, etc.
  • Le module schemaorg ajoute à Drupal la possibilité d’intégrer les centaines de collections (personnes, évènements,  etc.) reconnues par les moteurs de recherche

webAfriqa, “Web of Documents” et “Web of Data”

Le Web Sémantique, alias Web of Data, alias Web 3.0 ne remplace pas son prédécesseur, le Web of Documents (Web 2.0). Il l’élargit, l’approfondit. Par dessus tout, il accentue la dimension collaboration, et en fait sa pierre angulaire. Les compagnies multinationales (Apple, Microsoft, Google, IBM Facebook, Amazon,  etc.), les institutions gouvernementales américaines (Pentagon, Agriculture, etc) et d’autres pays, l’ONU, etc. exploitent et tirent grand bénéfice du Web Sémantique.
La mission du Portail webAfriqa est d’être une plateforme de recherche, d’édition et de diffusion de l’Héritage Culturel de l’Afrique, en général, et de celui des Fulɓe, en particulier, en combinant les technologies du Web des Documents (Web of Documents) avec celles du Web des Données (Web of Data). Prise entre le marteau d’hégémonies extérieures rapaces et aliénatrices, d’une part, et l’enclume d’élites et de dirigeants nombrilistes et technologiquement somnambules, d’autre part, l’Afrique accuse des faiblesses systémiques aggravées par des obstacles structuraux. Ancrés dans l’histoire ancienne et récente, ainsi que dans le présent, ces barrages sont la cause et la conséquence du retard, technologique, économique, et dans une large mesure, culturel, du continent.
Et pourtant le Web Sémantique offre potentiellement une autre opportunité d’un saut en avant à l’Afrique. Mais, comme le dit le proverbe, il n’y a pas de roses sans épines. Le continent regorge de contenu et de données uniques, qui se prêtent aux technologies de recherche du Web Sémantique, certes. Mais la Révolution numérique a des exigences que l’Afrique ne satisfait pas. Les handicaps majeurs consistent en l’absence ou la faiblesse de l’infrastructure publique (énergie, eau, agriculture, élevage, pêche, forêts, finances, écoles, universités, hôpitaux, communications, transports, manufacture, etc.)
En définitive les questions restent posées de savoir comment et quand l’Afrique remplira-t-elle les conditions sine qua non qu’Internet et le Web Sémantique requièrent afin de pouvoir jouer leur important rôle d’éperon du développment.
A suivre.

Tierno S. Bah

Effondrement du rêve de Simandou ?

Village aux abords de la chaîne du Mont Simandou, préfecture de Beyla
Village aux abords de la chaîne du Mont Simandou, préfecture de Beyla, terre natale de Samori Touré.

Il était une fois, en l’an 2010, un certain professeur Alpha Condé, président de la république de Guinée. Il comptait  presqu’exclusivement sur les projets miniers pour alimenter les coffres de l’Etat. Mais six ans plus tard, après sa réélection en 2015, cet espoir s’évapora et le sol sembla se dérober sous ses pieds. Que lui advint-il ?
L’un après l’autre, les investisseurs s’intéressant au projet Simandou virent leur license révoquée — par le gouvernement —,  suspendirent leur participation, ou se retirèrent du projet. Ce fut d’abord la révocation des licenses de BSGR et de Vale en 2014. En juillet 2015 , Rio Tinto suspendit ses opérations. Et le 10 octobre 2016 International Finance Corporation (IFC), membre du groupe de la Banque mondiale, décida de vendre sa participation au capital de la société Simfer, gestionnaire du projet Simandou.…

A son investiture en 2010, M. Condé aurait dû accorder une priorité égale à la mise en valeur des ressources extractives, au développement du monde rural, à la refonte du système de santé, et à l’éducation. Hélas ! Guidé par la cupidité et la myopie, il mit tous ses oeufs dans le panier des mines. Et aujourd’hui, il a le dos au mur et  fait face aux conséquences de son obsession minière.

En effet Rio Tinto a confirmé hier le retrait de IFC, qui détenait 4.6 % du capital. Déjà, en juillet, invoquant la baisse des cours du minerai de fer, Jean-Sébastien Jacques, président directeur-général de Rio Tinto, partenaire majoritaire de Simfer, avait décidé la suspension temporaire des activités du projet. D’une valeur de US $20 milliards, les actionnaires de Simfer sont :

Depuis 1958 les dirigeants guinéens sont hantés par les grands projets industriels. Sékou Touré rêva de construire  le barrage hydro-électrique sur le fleuve du Konkouré, qui se jette dans l’Océcan Atlantique au nord de Conakry, par la vaste baie de Sangaréa, dans la préfecture de Dubréka. Ensuite, il lia l’économie du pays à l’exploitation de la bauxite : Fria, Compagnie des Bauxies de Guinée (CBG), Office de Bauxite de Kindia (OBK)…
Mais aucune mine de fer ne fut activée, qu’il s’agisse des réserves du Mont Nimba ou de la chaîne du Simandou. Sékou Touré et ses successeurs mettent la charrue avant les boeufs. Ils croient miraculeusement transformer la Guinée — sous-développée et économiquement arriérée — en une petite puissance minière et industrielle. Ils ne se rendent pas compte ou refusent d’accepter la réalité et les nombreux manques à gagner du pays. Et pourtant des obstacles réels existent, qui ne sont guère incitateurs pour les investisseurs et les industriels — tous extérieurs. Voici une liste suggestive des freins au développement de la Guinée, en général, et de l’industrie extractive, en particulier.

  • Superficie géographique restreinte
  • Faible démographie
  • Taux élevé d’analphabétisme
  • Transports insuffisants et anachroniques
  • Réseau de communication vétuste
  • Marché domestique exigu
  • Epargne nationale absente ou faible
  • Production alimentaire archaique
  • Monnaie non-convertible
  • Réseau bancaire usuraire
  • Système d’éducation et de formation dépassé
  • Système sanitaire en lambeaux (Ebola)
  • Gouvernance autocratique/dictatoriale
  • Institutions fantômes ou fragiles
  • Climat politique anarchique et vicié
  • Violations chroniques des droits de l’homme
  • Corruption et impunité
  • Environnement négligé, pillé et dégradé

Vantant le riche potentiel du Simandou, un journaliste sud-africain a toutefois ironisé que son emplacement territorial est mal indiqué. Et que c’est là la seule raison pour laquelle la chaîne n’est pas en exploitation. Faudrait-il alors déplacer la montagne et l’implanter dans un autre pays !?
Pour sa part, dans l’article suivant l’enseignant-chercheur Mamoudou Barry explore l’évolution et l’effondrement du rêve du Simandou.

Tierno S. Bah

Comment s’est effondré
le rêve de Simandou

La société Rio Tinto vient d’annoncer au journal anglais The Times le 4 juillet 2016 que la baisse du cours des matières premières l’empêcherait d’exploiter à l’immédiat le gisement de fer de Simandou au sud de la République de Guinée en dépit de « l’étude de faisabilité bancable » qu’elle a présentée à l’État guinéen en mai 2016.

Jean-Sébastien Jacques, Pdg de Rio Tinto
Jean-Sébastien Jacques, Pdg de Rio Tinto

En effet, le projet Simandou est géré entre l’État guinéen sous forme de société anonyme de droit local SIMFER, SA (7,5 %), Rio Tinto (46,6 %), un consortium de sociétés d’État chinoises pilotées par Chinalco (41,3 %) et la Société financière internationale (4,6 %), branche du Groupe de la Banque mondiale destinée au financement du secteur privé. SIMFER, SA détient donc une concession minière (blocs 3 et 4) au sud de la République de Guinée.

Aujourd’hui, la quasi-totalité des médias parlent du retrait pur et simple de Rio Tinto du projet.

De son côté, l’État guinéen, semble-t-il pris au dépourvu, ne compte pas s’aligner. Du moins, c’est que l’on peut comprendre des communiqués hésitants, pour ne pas dire prudents de ce dernier.

Va-t-on vers une bataille juridique ? Est-ce un coup médiatique raté ? Ou une petite stratégie de chantage du géant du fer anglo-australien pour faire reculer l’État pour l’exploitation de ce minerai de fer, sans doute le plus riche au monde ? Ou finalement la confiance du géant en l’état a volé en éclat ?

Dans notre analyse nous tenterons d’éclaircir l’environnement contractuel du projet Simandou avant d’envisager une appréciation juridique des évolutions contractuelles.

L’environnement contractuel
du projet Simandou

L’environnement contractuel du projet Simandou est à la fois historique et décisif du point de vue tant de l’espoir que de bouleversement des rapports contractuels avec l’État guinéen.

Depuis 1997, la société Rio Tinto, l’un des leaders de l’industrie minière mondiale, est présente en République de Guinée suite à l’invitation de la Guinée afin de procéder à des recherches scientifiques pour déterminer les potentialités du gisement de fer de Simandou et les possibilités d’une exploitation et commercialisation de ce fer rare de par sa qualité et de par sa quantité.

C’est ainsi que quatre titres miniers permettant à la société minière de mener ses activités de recherches respectivement dans quatre blocs dits bloc I, bloc II, bloc III et bloc IV ont été délivrés le 25 février 1997 à la filiale de Rio Tinto créée à cet effet, la société anonyme SIMFER, SA. Cette dernière était détenue à 100 % par Rio Tinto.

Les recherches se sont très rapidement révélées concluantes. Des négociations s’ouvrent entre l’État guinéen et SIMFER, SA en vue de mettre en place une convention définissant entre autres les conditions de l’exploration, de l’exploitation et du transport du minerai à Conakry, la capitale, en vue d’une exportation comme le prévoit le code minier de l’État guinéen.

Un accord a été facilement trouvé. La convention dite de « base » a été signée le 26 novembre 2002 qui sera finalement ratifiée trois mois plus tard (le 3 février 2003) par le parlement guinéen. Les permis de la phase de recherche préliminaire cèdent la place à une concession que l’État accorde à SIMFER, SA par un décret du 30 mars 2006 sur un périmètre de 738 km2 au lieu 359 km2.

Contrairement à ce que le code minier prévoyait, la totalité du périmètre des quatre permis est comprise dans le périmètre de la nouvelle concession.

En effet le code minier guinéen de 1995 exigeait que la moitié du périmètre de recherche soit rétrocédée gratuitement à l’État et qu’au plus l’autre moitié soit attribuée à l’inventeur, en l’espèce SIMFER, SA sans obligation de l’appel d’offres international. C’est de là que le feuilleton litigieux prendra naissance.

Le tournant du projet Simandou

Le bras de fer s’engage entre les cocontractants. En juillet 2008 un décret présidentiel annonce que la concession minière accordée à SIMFER, SA était révoquée et que SIMFER, SA conservait les droits d’un titulaire de permis de recherche (non d’une concession).

L’État guinéen conteste la légalité du décret de la concession qui a été accordée à SIMFER, SA le 30 mars 2006 en au motif qu’il violait le code minier en ce qui concerne l’obligation de rétrocéder à l’État la moitié du périmètre des titres de recherche lors de la demande d’attribution d’une concession minière.

Quant à SIMFER, SA, elle conteste la légalité du décret de révocation de la concession, mais avec peu d’arguments juridiques suffisants à notre avis.

Ainsi le 19 mars 2010, Rio Tinto, la société mère, annonce avoir signé un accord avec certaines de ses filiales et un consortium de sociétés chinoises (CHALCO) pour un développement conjoint du projet Simandou en leur cédant une partie du capital de SIMFER, SA.

L’État conteste encore la légalité de cette opération au motif qu’il devait être préalablement consulté pour donner l’accord (ou refus) à une telle opération selon les dispositions du code minier. Rio Tinto fait remarquer qu’il s’agit d’une cession de titres sociaux et non de titres miniers (permis). Ce raisonnement de Rio Tinto était parfaitement solide du point de vue du droit guinéen régissant le secteur minier.

Parallèlement, l’État guinéen fait savoir qu’il exerçait son option de prise de participation dans le capital de SIMFER, SA à hauteur de 20 % comme prévu dans la convention de base en son article 19. Ce que Rio Tinto accepte en décembre 2010.

Le ton monte et le 4 août 2010 l’État guinéen, à travers le ministère des Mines, informe SIMERF.SA qu’il ne l’autorisait l’accès aux sites de construction des infrastructures ferroviaires et portuaires du projet et que ces derniers ont été ouverts à d’autres opérateurs miniers.

Le désaccord est total, substantiel et profond. C’est ainsi que les nouvelles autorités de Conakry entrent en négociation avec Rio Tinto et ses partenaires financiers. Ces dernières aboutissent à un accord dont les points essentiels furent :

  • SIMFER, SA accepte la réduction de son périmètre de concession à 50 %
  • Elle s’engage à ce que la production initiale du minerai de fer ait lieu avant décembre 2014 et celle commerciale avant fin juin 2015 sous peine de résiliation du contrat.
  • Elle s’engage aussi à verser 700 millions de dollars américains déductibles d’impôts à l’État pour, nous dit-on, purger tout le contentieux connu au jour de l’engagement ou tout contentieux éventuel dont la source est antérieure à cet engagement. À notre avis ce montant n’a aucune qualification comptable ou fiscale solide du point de juridique. Une administration fiscale « libre » peut rejeter la déduction d’une telle charge.
  • L’État quant à lui reconnaît le périmètre modifié sans aucune formalité de SIMFER, SA et que la réduction du dit périmètre n’entrera en vigueur que le jour de la promulgation de la concession.
  • Enfin, il accepte que les 700 millions soient remboursables s’il ne respectait pas certaines de ses obligations contractuelles.

L’appréciation juridique des évolutions
des relations contractuelles

Depuis la signature de l’accord transactionnel mettant fin aux litiges, les rapports contractuels entre l’État et SIMFER ont évolué en ce qui concerne le respect des obligations légales et contractuelles des parties. Évolution étroitement liée au prix des matières premières, en l’occurrence le minerai de fer sur le marché international.

Du côté de l’État en ce qui concerne ses obligations légales et contractuelles que nous avons ci-haut citées, nous pouvons affirmer qu’il les a quasiment bien respectées.

Quant à SIMFER, SA, au regard de la baisse du prix du minerai de fer sur le marché et les difficultés de mobilisation des fonds nécessaires avec ses partenaires, la date limite de début de la production initiale du 30 décembre 2014 n’a pas été respectée. Celle du 30 juin 2015 pour la production commerciale non plus.

Il convient de rappeler que durant les cinq dernières années le cours du prix des matières premières chute continuellement et la plupart des études du marché confirment que cette baisse se maintiendra encore pour les années qui suivent.

Portant, en dépit de cette situation, SIMFER, SA présentait à l’État guinéen des études de faisabilité bancables en mai 2016 confirmant la faisabilité technique et financière du projet Simandou dont les investissements s’élèvent à environ 20 milliards de dollars répartis entre la construction des infrastructures ferroviaires, aéroportuaires et minières.

Les évolutions récentes du projet Simandou

Jean-Sébastiern Jacques, PDG de Rio Tinto, déclare alors au Times le 4 juillet 2016 que « les conditions du marché de fer sont très claires – il y a une surproduction sur le marché du fer ». Et il ajoute : « nous avons été très clairs que c’est un projet très coûteux […]. Ce n’est pas le moment pour Rio Tinto de développer un tel projet ».

Cette nouvelle pose principalement deux questions : Quelles seront les stratégies de l’État guinéen ? Quel avenir pour le projet Simandou ?

D’un point de vue juridique, SIMFER, SA est tenue contractuellement et légalement au respect du délai imparti pour démarrer l’exploitation du gisement. Ce délai est totalement dépassé tel que nous l’avons rappelé.

Dans cette hypothèse, l’État guinéen est fondé de retirer les titres miniers de SIMFER, SA et de demander une réparation de préjudice s’il estime en avoir subi un. Ce qui semble difficile à démontrer du fait que le projet n’est jamais entré en phase d’exploitation. Dans ce cas le périmètre attribué à SIMFER, SA reviendrait dans le patrimoine minier de l’État guinéen.

Au contraire, si le retrait des titres engendrait un préjudice contre SIMFER, SA, cette dernière pourrait bien se retourner contre l’État si elle arrivait à démontrer que le non-respect de l’obligation d’exploitation est dû à un cas de force majeure ou à la faute l’État. Cela n’est pas totalement exclu au regard des investissements déjà réalisés par SIMFER, SA et des bouleversements contractuels que nous avons décrits.

Quant à l’avenir du projet, il nous semble qu’il serait plus prudent de renégocier un délai limite et impératif pour relancer le projet. Ce qui nous paraît plus facile à réaliser que de trouver un preneur de qualités techniques et financières comparables à celles Rio Tinto.

Par ailleurs, même dans l’hypothèse de trouver un preneur, les négociations prendront sans doute un délai relativement long. En outre, ce dernier preneur ne pourrait raisonnablement pas mettre le projet en exécution dans les mêmes termes que ceux de la convention actuelle liant SIMFER, SA et l’État guinéen.

Nous estimons par conséquent qu’une renégociation d’un ultime délai semblerait s’imposer pour l’intérêt des deux parties et surtout pour l’intérêt des populations guinéennes.

 Mamoudou Barry
Enseignant-chercheur à l’université de Rouen.
Le Monde,  25 juillet 2016