Alpha Condé aux abois pour un 3è mandat

Bruno Lemaire, ministre français de l’économie, et Président Alpha Condé à Paris, 16 novembre 2017

Une pluie de promesses

Chaque fois qu’il séjourne en Chine, le président Alpha Condé joue au démagogue et dénonce l’impérialisme occidental.… Mais voilà que depuis hier il se tourne vers Paris pour miroiter un Plan condamné à n’être qu’une chimère, du fait même de la gestion chaotique des biens publics par son régime. RFI claironne :

« Plus de 300 investisseurs publics et privés sont réunis à Paris jeudi et vendredi pour aider la Guinée à financer son plan de développement national. La Guinée a besoin de 13 milliards de dollars ces trois prochaines années pour financer ses grands travaux et rendre le pays plus attractif. D’ores et déjà, les bailleurs de fonds internationaux ont mis sur la table près de 5,5 milliards de dollars, et la France va contribuer à hauteur de 600 millions de dollars. »

Jeune Afrique renchérit :

« 12,6 milliards de dollars d’engagements fermes ont été pris durant les deux jours de discussions entre le gouvernement guinéen et ses partenaires à Paris. Avec les appuis du FMI et de l’IFC, ainsi que les 6 milliards promis par la Chine dans un autre cadre, les financements dépasseront les 20 milliards de dollars, quand la Guinée en espérait 14,6. »

C’est presque une pluie de promesses. Mais de quel plan s’agit-il ? Triennal, quinquennal, décennal ? Qui l’a conçu, préparé et rédigé ? Où en Guinée a-t-il été examiné, amendé et ratifié ? Par quelles institutions ?

Proverbe et réalité

S’exprimant hier à Paris durant le marathon de levée de fonds pour son Plan national de développement économique et social, M. Condé aurait déclaré : « Pour attirer des mouches, il faut du miel. » La métaphore est plaisante à lire ou entendre. Mais c’est une phrase en l’air, vide. Elle me rappelle l’anecdote selon laquelle durant l’effort de guerre 1939-45, un commandant de cercle du Tchad ou de l’Oubangui-Chari (actuelle République Centrafricaine) fut sommé constamment de livrer des quantités de miel à la Métropole. Or la région où il exerçait n’avait même pas de ruches d’abeilles. Excédé, il répondit finalement à ses supérieurs : « D’accord pour miel. Stop. Envoyez abeilles. Stop. » Il fut puni et relevé de ses fonctions.

Le proverbe repris par Alpha Condé évoque, dans une certaine mesure, le dilemme du commandant colonial mentionné ci-dessus. Et il est plus sérieusement contredit par les réalité guinéennes. Au point que les investisseurs potentiels feraient bien de dire au président :
— “D’accord, monsieur le président, nous aimerions bien être vos mouches. Mais où trouverions-nous le miel dans votre pays ?”
Alpha n’a pas de réponse à cette simple question. En effet, après sept ans de sa présidence la Guinée n’a rien de mielleux et de sucré. Au contraire, elle est aigre et acidulée, pimentée et extra-salée. Pour s’en convaincre, il suffit de demander l’opinion des populations, qui tirent le diable par la queue. Et qui luttent pitoyablement pour la pitance du jour, dans un calvaire quotidien.
Le pays ne fournit simplement pas des bases élémentaires et des structures fonctionnelles capables d’exploiter en toute transparence et de faire fructifier les US$20 milliards PROMIS pour financer le plan présidentiel.

Drôle de Plan

Le gouvernement parle d’un Plan quinquennal couvrant  la période 2016-2020. Arithmétiquement l’addition  (ou la soustraction) donne quatre au lieu de cinq ans. Avec deux ans environ déjà écoulés. En d’autres termes, le gouvernement s’est endormi sur ce dossier pendant 24 mois ! Il se réveille soudain. Et le voilà qui invite 300 personnes à Paris, aux frais du contribuable, pour une méga-quête financière incertaine. Car on ne réalise rien avec des promesses. Il faut  des projets bancables exécutés par des gestionnaires compétents. Or Alpha Condé est le premier à décrier le manque de  cadres expérimentés. Curieusement,  lui, le “professeur”, ne lève pas son petit doigt pour tenter de résoudre ce problème fondamental. Pas étonnant de la part d’un président qui n’a pas tenu sa promesse électorale d’octroyer une tablette à chaque étudiant. Cela dit, une  bonne planification commence par l’identification  des sources et méthodes de financement  avant  le lancement. Le contraire revient à mettre la charrue devant les boeufs. C’est exactement ce qu’a fait M. Alpha Condé. Car c’est en fin 2017, au seuil de 2018, qu’il cherche à financer un plan démarré en 2016 ! C’est pas drôle ! Il est évident qu’il se moque éperdument de son son propre Plan. Il s’en sert simplement pour faire du tapage, monter un tape-à-l’oeil et jeter de la poudre aux yeux du public guinéen. Son but réel est d’orchester éventuellement une campagne pour un troisième mandat inconstitutionnel. Ce qu’il n’obtiendra pas. Il lui faudra alors passer outre la volonté du Peuple en modifiant, arbitrairement et à des fins égoïstes, la Loi fondamentale du pays.

Mama Kanny Diallo. Paris, novembre 2017
Mama Kanny Diallo

Lire l’interview de Mama Kanny Diallo, ministre du Plan et de la coopération, ex-épouse d’Alpha. Elle révèle que les projets d’investissements  agricoles mettent l’accent sur “la relance des cultures d’exportation telles que celles de la production d’ananas, de café et d’anacarde.” L’approche est erronée.  Au nom de la sécurité alimentaire on doit plutôt accorder la priorité à la production vivrière :  agriculture (riz, fonio, maïs, manioc, mil, igname, etc.), élevage (viande, lait, beurre, fromage, etc.), cueillette (karité, palmistes, fruits, feuilles, etc.), pêche (poisson, fruits de mer, acquaculture, etc.). Les cultures d’exportation créent une dépendance économique et financière similaire à celle engendrée par l’exploitation — sans transformation locale — des produits miniers bruts.

Environnement inadéquat

En septembre dernier Alpha Condé annonça avoir obtenu un autre prêt de US$20 milliards par la Chine à la Guinée. En octobre, il exposa devant la presse son plan-directeur d’une nouvelle ville de Conakry ! Il confond apparemment architecture et urbanisme. Et il croit que les habitants de la capitale sont de la volaille. Et qu’il suffit de bâtir des cages de poulaillers de type HLM pour moderniser la cité !… En fait une ville est un ensemble complexe de réseaux de transports (routes, chemins de fer, aéroports), de communication (Internet, Web), de santé (égoûts, de parcs, espaces verts), de quartiers résidentiels et commerciaux, de bibliothèques, de marchés, édifices, monuments, cimetières, etc.

En dehors de l’entourage d’Alpha et de lui-même, les Guinéens ne sont dupes de ces publicités fracassantes. Elles rappellent la mascarade en cours, qui fait de Conakry la capitale mondiale du livre. Alors que le pays est en majorité analphabète après 60 ans bientôt de souveraineté.

Répétons-le, la Guinée n’est pas équippée pour absorber et rentabiliser les quelque US$40 milliards qui viendraient de Beijing et de Paris. Le pays ne remplit pas les conditions nécessaires et indispensables pour employer rationnellement de tels montants de capitaux. Même si l’on étale l’exécution dans un futur plus ou moins distant. L’environnement est faible et inadéquat. Il érige de sérieux obstacles pour les investisseurs les plus “généreux”. Comme exemples de pièges on peut citer les suivants :

  • Faible qualité d’éducation
  • Faiblesse de la production et de la distribution d’eau, d’énergie et de nourriture
  • Système de santé précaire
  • Mise à l’écart du paysannat
  • Chômage endémique d’adultes et de jeunes
  • Analphabétisme prédominant
  • Main-d’oeuvre qualifiée rare
  • Monnaie non-convertible
  • Secteur bancaire anémique
  • Absence d’épargne domestique
  • Dépendance totale vis-à-vis des bailleurs étrangers bi ou multilatéraux
  • Réseau de communication numérique embryonnaire
  • Transports archaiques
  • Inféodation de la justice et du parlement au pouvoir exécutif
  • Pauvreté galopante
  • Criminalité et impunité

Alpha Condé aux abois pour un 3è mandat

Depuis sa première investiture, M. Condé a, comme il l’avait promis, ramené la Guinée là où président Sékou Touré l’avait laissée. C’est-à-dire dans la pauvreté, la démagogie l’incompétence, l’autocratie et le culte de la personnalité. Ainsi, Alpha a gaspillé sept ans précieux à se promener hors du pays, pour son intérêt personnel et au détriment de la Guinée.
Le temps a vite passé. Il ne lui reste plus que deux ans environ pour céder la présidence à un successeur élu. Mais M. Condé aimerait soit rattraper ce temps, soit l’allonger en une présidence à vie, camouflée et dissimulée derrière des projets utopiques. Il oublie que le temps perdu ne se rattrape pas. Et que la Constitution est inviolable. Elle ne sera pas tripotée pour satisfaire sa boulimie du pouvoir.

Tierno S. Bah

Thiam. Invocation imméritée du Camp Boiro

Honorable Denise L. Cote, United States District Court for the Southern District of New York.
Honorable Denise L. Cote, United States District Court for the Southern District of New York.

Reconnu coupable de blanchiment d’argent et de corruption en mai dernier par le jury, Mahmoud Thiam, ancien ministre des mines et de la géologie de Guinée, a été condamné, le 25 août 2017, à sept ans de prison ferme à New York, par l’Honorable Denise Cote, Juge fédérale pour le Southern District de New York. Avant la proclamation de la sentence, l’avocat de Mahmoud Thiam a cherché à adoucir la frappe du glaive de la Justice contre son client. Dans un plaidoyer désespéré, il a fait ainsi une invocation indirecte, implicite, inappropriée, illégitime et imméritée du Camp Boiro. Je traduis et commente ici certains passages de la dépêche de l’Associated Press, qui a été largement reprise par les journaux et les sites web.

  1. D’entrée de jeu la juge Denise Cote déclare que le citoyen américain, Mahmoud Thiam, a trahi la République de Guinée en acceptant des pots-de-vin d’un montant 8.5 million dollars US. Il s’agit d’un constat matériel et d’une opinion irréfutable. A n’importe quel niveau de la hiérarchie administrative et gouvernementale, le fonctionnaire et le ministre sont censés servir les populations, et non pas s’en servir. Ils en sont les serviteurs et non pas les maîtres. En compromettant —peut-être irrémédiablement — le potentiel humain, social, culturel et économique (rural et industriel) de la Guinée, les régimes successifs du pays ont créé le cadre toxique dont Mahmoud Thiam est devenu un symbole mondial.
  2. La juge continue : Mahmoud Thiam arriva à Conakry en 2009 pour “aider” la Guinée “et non pas pour la dépouiller.” “Il vit la corruption tout autour de lui. Il décida finalement d’y succumber.”
    La juge prête ici des intentions généreuses et un motif louable à Mahmoud Thiam. Mais la réalité est différente. Car ce n’est pas à son arrivée que M. Thiam se rendit compte de la vénalité rampante en Guinée. Il connaissait les réalités du pays. Et il devait bien au courant de l’effondrement de la moralité publique dans son pays natal et du manque de confiance des dirigeants par les populations. Le fossé se creuse depuis le début des années 1960. En 2009, l’écart était devenu béant et visible de tous, à domicile comme à l’étranger.

Lire (a) Guinea: Estrangement Between the Leaders and the People
(b) Parti Démocratique de Guinée: Reform and Repression  (c) The Decline of the Guinean Revolution. The Erosion of Public Morality

  1. Lansana Conté meurt le 22 décembre 2008.Quelques heures plus tard, son remplaçant choisi et préparé, un certain capitaine Moussa Dadis Camara, chef du service carburant des Forces armées, s’empare du pouvoir. Il s’y installe, appuyé par le Conseil national pour la démocratie et le développement. Pressenti pour le poste de Premier ministre, Komara Kabinet invite Mahmoud Thiam à participer à son gouvernement. Consentant, il négocie son départ de UBS et part dare-dare pour Conaky. Son plan — et peut-être l’offre — est arrêté : obtenir un poste lucratif, offrant plein d’occasions pour des tractations plus ou moins légitimes, des commissions rondelettes, ainsi que des pourboires juteux.

    Mahmoud donne à Global Mining Observer en 2014 une version arrondie et édulcorée des circonstances de sa nomination gouvernementale. Il y expose aussi une conception superficielle, naïve, démagogique et prédatrice du développement, qui serait induit et impulsé par l’industrie extractive. Les préalables culturels lui échappent, bien sûr. Et, paradoxalement, les critères d’ordre financier ne font même pas l’objet d’une esquisse d’explicitation…

    Le 14 janvier 2009, il entre au gouvernement dirigé par Komara Kabinet, où il occupe le poste de ministre des Mines et de l’Energie, sous la présidence du petit capitaine.
    Le 3 décembre 2009, Dadis et Toumba Diakité ont une altercation orageuse au sujet du massacre de centaines de manifestants pacifiques le 28 septembre précédent au stade sportif de Conakry. La dispute vire au drame et des coups de feu sont échangés. Dadis reste sur le carreau, grièvement blessé; Touba, lui, s’enfuit et se réfugie hors de Guinée.
    En janvier 2010 un régime de Transition est créé à la place du CNDD. Il a pour mission d’organiser l’élection présidentielle avant la fin de l’année.  Général Sékouba Konaté le dirige. (A noter que cet officier est interdit de séjour aux USA depuis 2016 pour flagrant délit de trafic de devises). Et Jean-Marie Doré remplace Komara Kabinet à la Primature.
    Le 15 février 2010 Mahmoud Thiam conserve son portefeuille, désormais appelé Mines et la Géologie, moins l’Energie donc.
    Le 4 janvier 2011 Mahmoud Thiam est débarqué du gouvernement par Alpha Condé, le nouveau président “élu”. Peu après M. Thiam quittait la Guinée pour retourner dans sa patrie d’adoption, les USA. Pour son malheur, il avait déjà enfreint la loi anti-corruption étrangère connue sous le nom de Foreign Corrupt Practice Act. Dès lors, patient et méticuleux, le FBI l’attendait de pied ferme. Ainsi, dans son interview avec Global Mining Observer, Mahmoud avoue se sentir sous surveillance policière depuis 2004.

  2. “… une terre où la force de la loi n’existe pas.” Lapidaire et exacte, la formule précédente par Juge Cote dépeint bien la Guinée. Elle s’applique à ce pays, hier comme aujourd’hui, depuis 1959. Et tant que la situation durera, il ne faudrait pas s’attendre à la réalisation de gros investissements : Konkouré, Simandou, chemin de fer trans-guinéen, nouveaux ports et aéroports, universités dignes de ce nom, etc.
  3. Mahmoud Thiam “ne montra pas de remords pour sa culpabilité” affirmée par le jury. “J’ai même perçu quelqu’un qui croit exercer un droit”… de profiter des recettes de la corruption, ajoute la juge.
    Cet état d’esprit est un cancer qui s’est presque généralisé dans la fonction publique guinéenne. Lorsqu’un fonctionnaire est nommé à un poste “lucratif”, on lui dit : “C’est ta chance, saisis-la.” “Si tu n’en profites pas pour détourner le bien public à tes fins personnelles, alors tu es maudit ! »
  4. Le code pénal fédéral américain recommande 12 ans ou plus pour le genre de crime dont Mahmoud Thiam a été reconnu coupable. En imposant une peine de 7 ans, la juge a tenu compte d’un argument de l’avocat défenseur Aaron Goldsmith. Pour attirer la compassion et la grâce des jurés et de la juge, celui-ci a invoqué “la torture et le meurtre” du prisonnier politique que fut le père de Mahmoud Thiam. Zélé, l’avocat parla du “violent régime communiste à la tête de la Guinée en 1971”.
    La dictature de Sékou Touré fut d’une violence inouïe, certes. Mais le tyran n’était pas d’obédience communiste. Il était sékoutouréiste ! C’est-à-dire pire que le communisme.
  5. A s’en tenir au communiqué de l’agence de presse, l’avocat n’a pas fourni au tribunal les circonstances de la disparition de M. Thiam père. Les indications suivantes suffisent pour combler la lacune.
    De qui parle-t-on ? Il s’agit ici de Baba Hady Thiam, licencié en droit et directeur de la Banque guinéenne du Commerce Extérieur (BGCE). Intègre et rompu dans la gestion, l’inspection et l’audit bancaires, il faisait partie de l’élite de ce secteur dans les années 1960. Par malheur, le chef de l’Etat guinéen ne connaissait en matière de finance et de banque que les manigances et les magouilles. Entre la probité des professionnels et la fourberie du politicien, la collision et le choc devinrent inévitables. Le groupe de Baba Hady Thiam n’était pas dupe. Au contraire, il mesurait l’ampleur des dégâts causés par la gabegie de Sékou Touré. Se sachant démasqué, et pour éteindre la contradiction à son avantage, le président prit les devants de façon draconienne et tragique. Il accusa, sans la moindre preuve, ses cadres de banque de complicité avec le commando militaire guinéo-portugais qui attaqua Conakry le 22 novembre 1970. Ils furent arrêtés sans mandat, jugés en leur absence, et fusillés ou pendus par des pelotons d’exécution qui incluaient capitaine Diarra Traoré et lieutenant Lansana Conté. Outre Baba Hady Thiam, les victimes de la purge du secteur de la banque incluaient :

    • Ousmane Baldé, Barry III, Moriba Magassouba et Kara Soufiana Keita, pendus publiquement  le 25 janvier 1971.
    • Théodore Soumah
    • Félix Matos Gnan
      Ces pères de famille expièrent pour un crime qu’ils n’avaient pas commis. Ils ne laissèrent pas de fortune à leur famille, mais ils lèguent à la postérité une vie exemplaire et, en l’occurrence, un casier judiciaire vierge.

En plongeant délibérément dans les réseaux de corruption qui minent la Guinée, Mahmoud Thiam a pris le chemin opposé des idéaux, de la droiture et de la rectitude, incarnés par Baba Hady Thiam et sa génération.

Lire Jeunes et patriotes, rêves et carrières brisés

Tierno S. Bah

Mahmoud Thiam. Seven Years in Prison

Former Minister of Mines Mahmoud Thiam once famously said that “every crook on Earth” lands in Conakry.

Read (a) Conakry : plaque-tournante de l’Escroquerie internationale (b) Guinea Mining. Exploiting a State on the Brink of Failure

It turns out he was, himself, a big-time offender in the plundering of the country’s meager finances. Mahmoud belongs in the category of high level of corrupt officials: presidents, government ministers, administrations’ civil servants, who have ruined Guinea: from Sékou Touré to Alpha Condé, and everyone in between, i.e., Lansana Conté, Moussa Dadis Camara, Sékouba Konaté. Therefore, Mr. Thiam’s assessment couldn’t be more accurate. He knew where the bodies were buried!
In 2009 he left a job position at a New York City bank to answer the siren calls of the military junta of Dadis Camara. In Conakry he was appointed Minister of Mines… A year later, the newly “elected” president Alpha Condé decided not to keep Mr. Thiam in the  government. Soon after Mahmoud came back here to the USA… However, during his short tenure he had collected millions of dollars in bribery. He thought he had fooled everybody and that he had succeeded in stealing so much money from the Guinean people. Little did he know, perhaps, that the US Federal Government had an eye on the unscrupulous and rampant venality in Guinea. A salient case in point was President Obama’s State of the Union Address of 2010, in which he declared pointedly:

« That’s why we stand with the girl who yearns to go to school in Afghanistan; why we support the human rights of the women marching through the streets of Iran; why we advocate for the young man denied a job by corruption in Guinea. For America must always stand on the side of freedom and human dignity. (Applause.)  Always. (Applause.) »

Seven years after his heydays as a high-flying minister, and after Barack Obama’s public and generous stance, justice was served today with the sentencing of Mahmoud Thiam to seven years in a federal prison in America. Bien mal acquis ne profite pas… toujours !
I reproduce below the press release by the US Department of Justice.
Tierno S. Bah


A former Minister of Mines and Geology of the Republic of Guinea was sentenced today to seven years in prison, and three years of supervised release, for laundering bribes paid to him by executives of China Sonangol International Ltd. (China Sonangol) and China International Fund, SA (CIF).

Acting Assistant Attorney General Kenneth A. Blanco of the Justice Department’s Criminal Division, Acting U.S. Attorney Joon H. Kim of the Southern District of New York, Assistant Director Stephen E. Richardson of the FBI’s Criminal Investigative Division and Assistant Director in Charge William F. Sweeney Jr. of the FBI’s New York Field Office made the announcement.

Mahmoud Thiam, 50, of New York, New York, was sentenced by U.S. District Judge Denise L. Cote of the Southern District of New York. Thiam was convicted on May 3, after a seven-day trial of one count of transacting in criminally derived property and one count of money laundering.

“Mahmoud Thiam engaged in a corrupt scheme to benefit himself at the expense of the people of Guinea,” said Acting Assistant Attorney General Blanco. “Corruption is a cancer on society that destabilizes institutions, inhibits fair and free competition, and imposes significant burdens on ordinary law-abiding people just trying to live their everyday lives. Today’s sentence sends a strong message to corrupt individuals like Thiam that if they attempt to use the U.S. financial system to hide their bribe money they will be investigated, held accountable, and punished.”

“As a unanimous jury found at trial, Thiam abused his position as Guinea’s Minister of Mines to take millions in bribes from a Chinese conglomerate, and then launder that money through the American financial system,” said Acting U.S. Attorney Kim. “Enriching himself at the expense of one Africa’s poorest countries, Thiam used some of the Chinese bribe money to pay his children’s Manhattan private school tuition and to buy a $3.75 million estate in Dutchess County. Today’s sentence shows that if you send your crime proceeds to New York, whether from drug dealing, tax evasion or international bribery, you may very well find yourself at the front end of long federal prison term.”

“Thiam abused his official position, but the outcome shows that no one is above the law,” said Assistant Director Stephen E. Richardson. “The FBI will not stand by while individuals attempt to live by their own rules and use the United States as a safe haven for their ill-gotten gains. I would like to applaud the dedicated investigators and prosecutors who have worked to hold those who have committed these crimes accountable for their illegal actions.”

“Today’s sentencing should remind the public that no matter who you are, or how much money you have, you’re not immune from prosecution. The FBI will continue to use all resources at our disposal to uncover crimes of this nature and expose them for what they really are,” said Assistant Director in Charge Sweeney

According to evidence presented at trial, China Sonangol, CIF and their subsidiaries signed a series of agreements with Guinea that gave them lucrative mining rights in Guinea. In exchange for bribes paid by executives of China Sonangol and CIF, Thiam used his position as Minister of Mines to influence the Guinean government’s decision to enter into those agreements while serving as Guinea’s Minister of Mines and Geology from 2009 to 2010. The evidence further showed that Thiam participated in a scheme to launder the bribe payments from 2009 to 2011, during which time China Sonangol and CIF paid him $8.5 million through a bank account in Hong Kong. Thiam then transferred approximately $3.9 million to bank accounts in the U.S. and used the money to pay for luxury goods and other expenses. To conceal the bribe payments, Thiam falsely claimed to banks in Hong Kong and the U.S. that he was employed as a consultant and that the money was income from the sale of land that he earned before he was a minister.

The trial evidence showed that the purpose of the bribes was to obtain substantial rights and interests in natural resources in Guinea, including the right to be the first and strategic shareholder with Guinea of a national mining company into which Guinea had to, among other things, transfer all of its stakes in various mining projects and future mining permits or concessions that the government decided to develop on its own. China Sonangol and CIF, through their subsidiaries, also obtained exclusive and valuable rights to conduct business operations in a broad range of sectors of the Guinean economy, including mining.

The FBI’s International Corruption Squads in New York City and Los Angeles investigated the case. Trial Attorney Lorinda Laryea of the Criminal Division’s Fraud Section and Assistant U.S. Attorneys Elisha Kobre and Christopher DiMase of the Southern District of New York prosecuted the case. Fraud Section Assistant Chief Tarek Helou and Trial Attorney Sarah Edwards, and Money Laundering and Asset Recovery Section Senior Trial Attorney Stephen Parker previously investigated the case. The Criminal Division’s Office of International Affairs also provided substantial assistance in this matter.

Fuuta-Jalon. Histoire : Alfaya et Soriya

Kiridi Bangoura, ministre Secrétaire Général du Gouvernement
Kiridi Bangoura, ministre Secrétaire Général du Gouvernement.

Un des mes correspondants rapporte et réagit à des propos tenus par Kiridi Bangoura, ministre Secrétaire Général du Gouvernement. L’occasion était un atelier sur la prévention de conflits. Pas étonnant. A défaut d’un Etat viable, les fonctionnaires guinéens passent d’un atelier/séminaire à l’autre. Et plutôt que de prévenir les conflits, le régime du président Alpha Condé en fait un cheval de bataille et une stratégie. Pour s’en convaincre, il faut considérer les passions que son mutisme sur un 3ème mandat déchaînent aujourd’hui.… Qui vivra verra !

Entretemps, hier au ministère de l’unité nationale, Kiridi Bangoura aurait offert son expertise sur la résolution des conflits dans le Fuuta-Jalon théocratique :

« Sans faire du plaisir à Monsieur le Ministre Conseiller principal du Chef de l’État, M. Tibou Kamara, ici présent, face à des crises qui minaient le Fuuta, Elhadj Oumar Tall de passage dans les contrées, a jeté les bases de l’alternance entre les frères Sorya et Alfaya, ce qui aurait résolu les conflits de succession au Fuuta. »

Le secrétaire général du gouvernement passe ici du coq à l’âne. Ce faisant, il commet une bourde en appliquant à l’histoire du 19è siècles le jargon de la bureaucratie onusienne et des ONG internationales du 21è siècle. C’est lamentable ! Lorsqu’on n’a rien à dire de clair, il est préférable de se taire. Kiridi aurait dû se conformer à ce sage dicton. Ou alors il aurait dû remuer sa langue plusieurs fois dans sa bouche avant de parler. Trop tard. Mon jeune correspondant l’a déjà démenti sur Facebook. J’apporte ici mon grain de sel en dix points.

Rappel

Pour M. Kiridi Bangoura le politicien, la remarque peut paraître acceptable et inspiratrice. Malheureusement, au regard de l’Histoire et de de la Culture, ses mots sont désespérément superficiels, inappropriés et erronés.
Une telle gaffe est étonnante de la part d’un sociologue qui fut, jadis, un intellectuel et un militant de la culture. Il eut par exemple l’opportunité, remarquable, de collaborer avec Pr. Djibril Tamsir Niane —le doyen de faculté révéré de ma génération et son beau-père —et le génial Williams Sassine. Le trio produisit Il était une fois – l’alphabète; une adaptation théâtrale du roman L’alphabête, du même auteur que celui du Zéhéros n’est pas n’importe qui : Sassine, dénonciateur et pourfendeur mordant de la débâcle guinéenne.
Par ailleurs, le catalogue bibliothécaire mondial WordCat contient deux autres titres signés Kiridi Bangoura :

  • Le baptême des chiots : roman, paru en 1997
  • Une cabine pour deux, rédigé avec Michelle Allen et publié en 1995

Kiridi Bangoura fut ainsi un acteur de la scène culturelle au 20è siècle. Mais au 21e siècle il a apparemment changé le fusil d’épaule. Et il a délaissé la création littéraire et artistique par la plume. Il n’est pas le seul dans ce cas. Au contraire, cette catégorie est surpeuplée en Guinée et en Afrique, où la plume ne nourrit pas. Cela pourrait expliquer que depuis bientôt deux décennies M. Bangoura se retrouve dans les plus hautes sphères du pouvoir. D’abord sous Lansana Conté et depuis 2010 avec Alpha Condé.

Témoignage

Et pourtant, jusqu’en 2004 en ce qui me concerne, Kiridi avait conservé la lucidité et le réflexe d’un homme de culture. J’en ai fait indirectement l’expérience lorsque, au nom de Tabital Pulaaku Guinée (TPG), je déposai le dossier de demande d’agrément au ministère de la Décentralisation dont il était le secrétaire général. On m’avait chargé de coiffer le groupe de pilotage pour la création de la branche guinéenne de Tabital Pulaaku International. En me confiant le dossier, on m’avait répété que l’obtention de l’agrément dépendrait entièrement de Kiridi Bangoura. Si, à l’image du président Lansana Conté et de certains cadres Sose, il se montrait hostile ou indifférent, alors le projet était voué à l’échec. Par contre, s’il n’y faisait pas objection, la réussite était acquise par avance. A son crédit, M. Bangoura apprécia le contenu purement culturel de la demande. Il l’approuva. Son entourage me confirma par la suite son attitude positive, pour ne pas dire bienveillante. L’arrêté fut donc signé par le ministre Moussa Solano. Et Tabital Pulaaku Guinée devint une ONG officielle.

“… les crises qui minaient du Fuuta-Jalon…”

Kiridi Bangoura a voulu peut-être ironiser et chahuter son collègue Tibou Kamara. Malheureusement le passé tragique de la Guinée, le climat politique vicié du pays, ne permettent pas à un minister de blaguer avec l’histoire de n’importe laquelle des quatres régions naturelles, à commencer par le Fuuta-Jalon. Passant donc outre la neutralité positive de Kiridi vis-à-vis de TPG en 2004, et tenant compte de la réaction de mon jeune correspondant sur Facebook,  voici mes objections à la remarque de Kiridi Bangoura.

Pour comprendre les fondements — théocentrique, politique et juridique — de la Confédération musulmane, il faut lire Thierno Diallo. Institutions politiques du Fouta-Djallon au XIXè siècle. Dakar, IFAN, 1972, sur webFuuta.

  1. Il n’y a pas de système politique parfait. Cela est évident. Et Kiridi devrait continuer à puiser auprès de l’éminent source qu’est Pr. Djibril Tamsir Niane — qui est, une fois de plus, son beau-père.  Il aurait appris ainsi la futilité d’ériger al-Hajji Umar Taal en sauveur du Fauta-Jalon et en pacificateur des turbulents ou belliqueux princes Bari Seediyaaɓe de Timbo.
    Pr. Niane l’aurait conseillé de ne pas s’ériger, dans l’exercice de ses fonctions gouvernementales, en Don Quichotte redresseur des torts et travers de l’Histoire. Qu’il s’agisse du Fuuta-Jalon ou du pays baga ancestral de Kiridi. En effet, les sources historiques sont abondantes sur le morcellement, sur l’émiettement et le factionnalisme des chefferies du Bagatay.…
  2. Malgré les tensions et les crises cycliques, la Confédération musulmane du Fuuta-Jalon fonctionna pendant deux siècles environ. Il s’agit là d’une longevité historique remarquable dans l’Ouest africain. Mieux, en dépit des turbulences —fatales — de l’aristocratie, la société fuutanienne formait un ensemble “très homogène, fortement discipliné, hiérarchisé et organisé en une féodalité théocratique”, selon l’analyse judicieuse de Telli Diallo dans l’article “Le divorce chez les Peuls du Fuuta-Jalon”.
  3. Né, élevé et instruit par son père, Sa’idu, Al-Hajj Umar Taal séjourna longtemps et fréquemment au Fuuta-Jalon, auprès de son maître Shayku Abdul Naagil de Labé. Selon mon oncle Tierno Mamadou Bah, il y prédit même la naissance de Tierno Aliyyu Buuɓa Ndiyan. Son long séjour dans cette province qui fut le diiwal majeur de la Confédération —aujourd’hui réduite à sa portion congrue — explique qu’après la proclamation de la république en octobre 1958, le camp militaire Markala de Labé fut baptisé du nom du Calife tijjaniya. Cela bien avant que l’aéroport de Ségou (Mali) —vaincue et soumise par Umar — ne reçoive le même nom.
  4. L’alternance Alfaya entre Soriya n’était pas seulement horizontale, c’est-à-dire concernant uniquement les Bari Seediyaaɓe Timbo. Elle était verticale aussi et s’appliquait aux neuf die (provinces). Les changements bisannuels du gouvernement dans la capitale confédérale s’accompagnaient de nominations de nouveaux chefs (Lamɓe) de province en fonction de l’allégeance des prétendants locaux soit à la branche alfaya, soit à celle soriya.
  5. Une légende court toujours selon laquelle Al-Hajj Umar Taal eut des visées usurpatrices du pouvoir de Timbo. D’où la confrontation qui aurait eu lieu entre lui et Tierno Muhammad Samba Mombeya, d’une part. Il y a également le dialogue entre lui et son homonyme, Almami Umaru, (père de Mamadu Paate, Bokar Biro) et que Tierno Saadu Dalen avait prédit et prévenue le souverain de Timbo au sujet de son visiteur du Fuuta-Tooro.
    Mais Al-Hajj Umar respectait le Fuuta-Jalon. On lui attribue la déclaration suivante : « Il existe 313 érudits au Fuuta-Jalon: 300 me sont inférieurs, 10 sont mes égaux, 3 sont mes maîtres.»
  6. Le prestige du système politique et des institutions du Fuuta-Jalon était tel que l’empereur Samori Touré fut très honoré de se voir conférer le titre d’Almami par les souverains alternants Umaru (Soriya) et Ibrahima Sori Daara Ier (Alfaya) en 1878.
  7. Spécialiste du monde manding et de Samori Touré, Yves Person fut commandant de cercle de Beyla jusqu’au référendum de 1958. Il devint par la suite professeur d’histoire à La Sorbonne. Le titre des trois volumes de son oeuvre principale est Samori. Une révolution dyula, avec au total près de 2500 pages. Dans la Première Partie du Tome I “Les Voies de l’Islam”, Person affirme : « Le Fuuta-Dyalõ rayonne depuis le XVIIIme siècle comme un centre majeur de civilisation et Kankan a subi fortement son influence culturelle et politique. Beaucoup de ses savants allaient se former à Timbo et c’est grâce à ce voisinage que la métropole dyula fut autre chose qu’une cité de négociants. »
  8. A propos du partenariat entre Samori et les Almami du Fuuta-Jalon, Person remarque que ce pays “ne s’offrait pourtant pas au premier conquérant, car l’orgueil peul pouvait faire l’union contre une intrusion étrangère. Samori n’avait d’ailleurs pas de telles intentions : il était très sensible au prestige religieux de Fugumba, la ville sainte, et il voulait seulement négocier avec les Almamy le libre passage de ses caravanes vers Freetown.”
  9. Curieusement, le même Yves Person se rend coupable de jugements tranchants et erronés sur son sujet de recherche. En effet, dans l’Introduction il prétend que « Depuis le XVme siècle les Malinke ne font plus l’histoire, ils la subissent. Ils perdent le sens de l’empire, sinon celui de l’Etat pour se replier dans le cadre exigu des kafu. En dépit de quelques aventures éphémères, d’ailleurs limitées dans l’espace, leur vie politique se morcelle à l’extrême. »
    Il s’agit là évidemment d’une généralisation abusive et erronée. Car le peuple manding n’a jamais cessé de faire l’histoire.
  10. Conclusion. Kiridi Bangoura commet aujourd’hui le même péché de jugement de valeur à l’emporte-pièce sur des questions complexes et délicates. Ses fonctions officielles rendent sa situation délicate. De surcroît,  il est l’un des verrous du régime décrié d’Alpha Condé. Il devrait en conséquence se garder de donner des leçons de gouvernance, passées ou présentes. Car depuis une décennie, entouré de M. Kiridi Bangoura et consorts, Président Condé peine à assumer la magistrature suprême au bénéfice des populations. Lui et son équipe n’ont pas apporté grand-chose aux populations rurales et urbaines de Guinée. Ils pataugent dans un bilan médiocre.
    En tant que membre du gouvernement, Kiridi Bangoura est astreint à la retenue dans les actes et à la mesure dans les propos.  Au cas contraire, il risque d’emprunter le langage vénimeux, inflammatoire et incendiaire de son patron.
    Ou de MM. Ousmane Kaba, Mansour Kaba, Lansiné Kaba, fils authentiques de Kankan, et, —c’est dommage— dénigreurs, falsificateurs et accusateurs du passé du Fauta-Jalon, pourtant révéré par leurs ancêtres.Désobligeants et irritants,  la légèreté et le cynisme avivent les tensions et creusent l’impasse. Ils sont inacceptables dans la conduite des affaires d’Etat. Seuls le respect, l’équité, la justice peuvent faciliter le dialogue et contribuer à tirer la Guinée du trou.

Tierno S. Bah

Président brouillon et pion

Président de la Guinée et président en exercice de l’Union Africaine (2017-2018), Alpha Condé suggère, d’une réunion à l’autre, de couper le cordon ombilical entre l’Afrique et l’Europe. Il ne faut surtout pas le prendre à ses mots. Car il dit le contraire de ce qu’il pense, et pense le contraire de ce qu’il dit. M. Condé ne formule pas là un souhait sincère, ni même un voeu pieux. Il se lance plutôt dans une rengaine  cynique, une manoeuvre fourbe et une tactique trompeuse.

Président bavard et brouillon

Alpha Condé voudrait faire accroire l’Afrique est désormais majeure. Malheureusement il ne fournit pas de données pour étayer son bavardage et sa démagogie. Pis, il feint d’ignorer la dépendance systématique de son régime vis-à-vis de pilleurs tels que le Groupe Bolloré. Par dessus-tout le “professeur” refuse de tenir compte de la faiblesse systémique du continent par rapport aux économies étrangères. En effet tous les voyants clignotent au rouge vif en Afrique :

  • Analphabétisme
  • Déclin des systèmes d’éducation et de recherche
  • Marginalisation du paysannat
  • Affaiblissement du réseau de santé
  • Non-industrialisation, avec pour causes et conséquences : la faiblesse de la production énergétique (domestique et industrielle), le manque d’eau potable, etc.
  • Exclusive et excessive présence des industries extractives (mines, pétrole, bois)
  • Importation déséquilibrée des produits (principaux et secondaires) de consommation
  • Mise à l’écart de l’ordre financier mondial et des marchés de capitaux

M. Condé a donc beau jeu de se démener et voyager. Il parle et se déplace dans le vide. Déboussolé et déphasé, il brandit le spectre maudit de Sékou Touré, qu’il voudrait imiter —comme le tueur Moussa Dadis Camara —, de manière sélective, oppressive et versatile.

Président pion

Le discours pseudo-nationaliste de M. Conté expose son manque de stratégie. Brouillon à souhait, il enfonce la Guinée dans la paupérisation, et ce, au nom de ses médiocres intérêts personnels et familiaux.
Mais sa rhétorique est contredite et annulée par l’appauvrissement croissant de l’Afrique et de la Guinée. Mais son idéologie tronquée jure avec le quotidien des Guinéens. Les citoyens ploient sous les calamités : mauvaise gouvernement, violations des droits de l’homme, corruption, impunité, etc.
En dernière analyse, Président Alpha Condé n’est qu’un pion. Consentant dans ce rôle, il accepte allégrément la manipulation par ses tuteurs et bailleurs globaux et/ou régionaux.

Il suffit de lire l’article ci-dessous, publié hier par Jeune Afrique, pour mesurer l’ampleur des machinations du chef de l’Etat et de son entourage, ainsi que l’étendue de la débâcle et de la désespérance de ses populations guinéennes.

Le journaliste Mathieu Olivier est le signataire du document. Il n’a pas honte d’employer la désignation “palais Sékoutouréya” : illégitime et imméritée, illicite et illégale. Il devrait plutôt écrire Palais de la présidence de la république. Comme l’Elysée à Paris, l’immeuble est le siège d’une institution : la branche exécutive de l’Etat. Propriété publique et impersonnelle, aucun nom individuel ne doit lui être attaché. Surtout pas celui de Sékou Touré !

Tierno S. Bah


Bras de fer de titans entre Soros et Steinmetz autour d’une mine géante en Guinée

En plaçant ses apôtres de la transparence au plus près du cabinet présidentiel de la Guinée, George Soros a écarté un de ses ennemis jurés. Une stratégie bien rodée dont Jeune Afrique dévoile les coulisses.

« J’essaie de t’appeler mais tu ne réponds à aucun de tes numéros, y compris ton portable. » Ce 27 avril 2013, Alpha Mohamed Condé est inquiet. Le fils du chef de l’État guinéen tente de joindre Scott Horton, avocat américain de DLA Piper, pour l’entretenir d’une histoire que l’agence Bloomberg s’apprête à écrire, et qui semble embarrasser la présidence. La ligne ne passe pas. « Alpha Mohamed » se rabat sur sa messagerie électronique, en espérant être plus chanceux. Un reporter de Bloomberg à Conakry travaille en effet sur un article concernant un accord passé entre la Guinée et le Liberia pour l’évacuation, via Monrovia, d’une partie du minerai issu du mont Nimba.

Or, Conakry veut éviter que cette information ne revienne aux oreilles des grandes sociétés minières présentes en Guinée, qui sont elles aussi tentées d’utiliser la voie libérienne plutôt que de financer un « corridor central » menant à Conakry – ce que souhaiteraient les autorités guinéennes. « Il est extrêmement important que cette histoire ne sorte pas », explique Scott Horton dans un e-mail au fils du président et au ministre des Mines, Mohamed Lamine Fofana, ce même 27 avril. Son objectif : corriger le tir en ajustant les déclarations du ministre, et ne pas donner l’impression d’un « feu vert » pour la potentielle exportation du fer de la mine de Simandou par le Liberia.

Dans les secrets du cabinet DLA

DLA Piper n’est pas n’importe quel cabinet. Il a parmi ses clients George Soros, le célèbre milliardaire américain, qui en a fait son relais en Guinée. Quant à Scott Horton, il n’est pas non plus n’importe quel avocat. Collaborateur de Soros, ce natif de Greenville, en Caroline du Sud, a connu le milliardaire il y a trente ans, à l’époque où ce dernier avait le regard porté sur l’Europe de l’Est.

C’est d’ailleurs George Soros qui, en avril 2011, a fait en sorte que la route de Scott Horton croise celle d’Alpha Condé, le nouveau président guinéen, élu en décembre 2010. Ce dernier et George Soros se connaissent déjà. Ils se sont rencontrés par l’intermédiaire de Bernard Kouchner, ancien ministre français des Affaires étrangères.

Le milliardaire n’hésite donc pas à demander à son ami Horton, 55 ans à l’époque, d’aller rencontrer « Alpha », fraîchement installé au palais de Sékoutoureya. Le président, explique Soros, veut lancer des réformes, notamment dans les mines, secteur qu’il soupçonne d’avoir alimenté les caisses noires de son prédécesseur Lansana Conté, et il faut l’y aider. Le rôle de DLA Piper en Guinée est officiellement, et avec l’appui des ONG « sorosiennes », d’accompagner le gouvernement dans ses réformes. Il lance pour cela des enquêtes, dont une partie est menée par un certain Steven Fox, ancien du département d’État américain qui a travaillé pour la CIA, dirigeant de la société d’évaluation des risques Veracity Worldwide.

Les investigations mettent au jour des faits de corruption dans le passage des contrats miniers, qui sont donc réétudiés. DLA Piper, qui a rédigé le rapport, pointe en particulier le groupe minier BSGR, du Franco-Israélien Beny Steinmetz, accusé d’avoir obtenu les droits sur le gisement de Simandou par « corruption apparente ». Or Steinmetz n’est, lui non plus, pas n’importe qui : il est l’ennemi juré de George Soros.

La rivalité entre les deux hommes remonte à près de vingt ans, en Russie, en 1998. Depuis, les épisodes se succèdent, avec d’un côté le groupe Steinmetz, qui utilise jusqu’en 2012 l’agence de communication FTI, et de l’autre les hommes de Soros. DLA Piper a-t-il été l’instrument du milliardaire américain dans une guerre personnelle ? Toujours est-il que, dès le début de la présidence d’Alpha Condé, l’affrontement gagne la Guinée, où, chez DLA Piper, on s’emploie à contrer la menace BSGR, n’hésitant pas à « inspirer » la stratégie de la présidence guinéenne.

Une cellule est mise en place. En font partie Alpha Mohamed Condé, Mohamed Lamine Fofana, ministre des Mines, et Ibrahima Kalil Kaba, le directeur de cabinet du président, proposé comme coordinateur. Leur « coach » : Scott Horton. Le 1er juin 2013, c’est lui qui fait le point, par e-mail, à cette petite équipe sur la stratégie à adopter dans le secteur minier. Ce diplômé de l’université du Texas, qui échange de façon régulière avec George Soros, va droit au but.

« La Guinée passe constamment à côté d’opportunités en étant trop lente à réagir et en étant instrumentalisée par des personnes comme M. Steinmetz », estime-t-il. Et de leur conseiller une offensive fondée sur le fait que « la Guinée est une victime de Steinmetz ». Il va plus loin : « Nous sommes très proches maintenant d’obtenir des informations selon lesquelles Steinmetz finance et radicalise l’opposition, les poussant à envisager un changement de régime sans élections. […] Je pense que ce serait un coup majeur de la part de la présidence. »

Info ou intox ? À l’époque, cela fait en tout cas plusieurs mois que DLA Piper réfléchit à une stratégie, notamment via les médias, visant à contrer « les attaques de BSGR ». Alors que le gouvernement est empêtré dans l’affaire du prêt guinéen contracté auprès de la société Palladino, c’est par exemple une nouvelle fois Scott Horton qui intervient. Le 21 mars 2013, il met en relation deux communicants engagés par la présidence guinéenne, Célia Grémy, du cabinet Momentum Consulting, et Chris McShane, de Hillingdon Cresswell, avec les conseillers presse de Palladino, Lawrence Dore et Locksley Ryan.

Contre-Attaque

Objectif : déminer le possible scandale Palladino et présenter le prêt entre le gouvernement guinéen et Palladino plus transparent, notamment en le publiant sur internet. Moins d’un mois plus tard, les équipes touchent au but. Lawrence Dore propose d’écrire un communiqué dans lequel il serait clair que quelqu’un, « comme BSGR, a cherché à dénaturer le prêt Palladino pour discréditer le gouvernement ».

À la même période, BSGR est peu à peu écarté de Simandou. Sous le régime du président Lansana Conté, le groupe avait en effet réussi à obtenir la moitié des concessions de la mine. Elle les avait revendues en 2009 au groupe brésilien Vale, pour 2,5 milliards de dollars. Mais, en avril 2013, après les accusations de corruption contre BSGR, Vale rompt l’accord, moyennant l’abandon de son avance de 500 millions de dollars.

Le 16 juin 2013, une rencontre réunit à Londres Sam Walsh, président-directeur général de Rio Tinto, Jin-Yong Cai, son homologue de la Société financière internationale (IFC, filiale de la Banque mondiale), et Alpha Condé, présent au Royaume-Uni à l’occasion du G8. L’hôte de cette réunion extraordinaire n’est autre que George Soros, un habitué des rendez-vous en marge des sommets internationaux.

Cette rencontre n’est pas anodine : elle confirme les dispositions prises par l’État guinéen pour abroger les permis détenus par BSGR, alors que Rio Tinto, associé au chinois Chinalco, obtient le droit d’exploitation totale de Simandou. Depuis, la guerre par réseaux interposés n’a pas faibli. Le Franco-Israélien, assigné à résidence en Israël, est aujourd’hui accusé de corruption par la Guinée, le FBI et le canton de Genève. Un de ses anciens collaborateurs, Frédéric Cilins, a été condamné à deux ans de prison aux États-Unis. Au cœur de plusieurs enquêtes, Beny Steinmetz ne se prive toutefois pas de contre-attaquer : le 14 avril, il a déposé plainte à New York contre Soros et sa fondation Open Society Foundations, qu’il accuse d’avoir fait échouer ses projets à Simandou.

Mathieu Olivier
Jeune Afrique