Guinée, Albanie d’Afrique… Notes préliminaires

Alpha Condé. Guinee, Albanie d'Afrique ou néo-colonie americaine

Il était une fois un jeune Africain. Il s’appelait Alpha Condé. Burkinaɓe d’origine, Guinéen de naissance, il arpenta les halles et fréquenta les amphithéâtres de La Sorbonne en quête de savoir.

Ainsi pourrait s’ouvrir une critique de l’ouvrage universitaire principal de l’actuel président de la République de Guinée.
Cependant, sans laisser aux générations postérieures la seule responsabilité d’apprécier la contribution politico-idéologique du militant d’hier devenu Professeur-Président, je propose ici des remarques brèves, prélude à une critique détaillée de cet effort, largement livresque et vieux de 42 ans.

Le jeune Alpha Condé vécut l’engouement du marxisme-leninisme. Il voulut en faire une monture de bataille universitaire et un cheval de parade intellectuelle. Mais comprit-il et maitrisa-t-il cette idéologie ?
La lecture critique de Guinée, Albanie d’Afrique ou néo-colonie américaine inspire une réponse négative à la question ci-dessus.

Triple mise en garde

S’agissant du contenu du livre, j’attire l’attention du lecteur ou de la lectrice sur les trois cautions suivantes

  1. Mon analyse ne porte pas sur la personne d’Alpha Condé, mais sur son livre. Cependant, lorsque la plume trahit des préjugés et des erreurs de jugement de l’auteur, ces faiblesses seront débusquées et traitées.
  2. Je suis presque entièrement en désaccord avec l’auteur, d’abord sur son approche d’alors, que je crois — après triple lecture —  confuse et erronée, d’une part, et exagérée, d’autre part.
  3. Depuis 2010, Alpha Condé, le candidat du parti du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) à l’élection présidentielle, a déterré la hache de guerre intellectuelle avec de nombreux observateurs — Guinéeens ou non — de la scène guinéenne, le jour où il a déclaré qu’il voulait reprendre le pays là où Sékou Touré l’avait laissé.

En deuxième lieu, mon analyse se penchera sur l’écriture. La plume de l’auteur viole fréquemment la grammaire française. Elle en ignore l’orthographe, et sacrifie les règles stylistiques…

Dernier point et non le moindre, la fabrication de l’ouvrage est rudimentaire. L’atelier de publication (Editions Gît-le-coeur) fait fi des méthodes techniques d’édition et des normes artistiques d’impression.

A suivre donc.

Tierno S. Bah