Mali. La Banque mondiale reporte son aide

Ibrahim Boubacar Keita
Ibrahim Boubacar Keita, président du Mali

Après le Fonds monétaire international, c’est au tour de la Banque mondiale d’annoncer le report du versement de son aide au Mali. Une revue de la gestion par Bamako de ses finances publiques est en cours.

L’affaire de l’achat du jet présidentiel d’Ibrahim Boubacar Keïta et des contrats passés sans appel d’offres entre le gouvernement et des sociétés privées n’en finit pas d’empoisonner les relations de Bamako avec les bailleurs de fonds internationaux. Après le Fonds monétaire international (FMI), qui a suspendu l’aide accordée au Mali jusqu’au mois de septembre prochain, c’est au tour de la Banque mondiale d’annoncer un report du versement d’un appui budgétaire de 63 millions de dollars.

La décision a été rendue publique le 25 juin par Sri Mulyani Indrawati, directrice générale de la Banque mondiale, rapporte l’agence Reuters. L’approbation du décaissement des 63 millions de dollars par le conseil d’administration de l’institution multilatérale, prévu pour le 29 mai dernier, est repoussé le temps qu'”une évaluation de la gestion par le Mali de ses finances publiques” soit conduite.

Mesures

“Nous mettons en veille notre programme de versement au Mali parce que nous voulons […] nous assurer qu’il y a une supervision de toutes les dépenses engagées,” a indiqué la directrice générale de la Banque mondiale.

“Après la conclusion des discussions engagées avec le pays pour résoudre ce problème, et une fois que le FMI aura conclu sa mission de suivi à Bamako prévue pour [septembre prochain], nous serons en mesure de reprendre les opérations d’appui budgétaire au Mali”, a précisé David Theis, porte-parole de la Banque mondiale dans un courriel adressé à Reuters.

Aides

Cette annonce représente un coup dur pour le Mali qui, après avoir été privé d’une grande partie de l’aide budgétaire multilatérale suite au coup d’État militaire de 2012, semblait revenu dans les bonnes grâces des institutions internationales. En janvier 2014, les bailleurs de fonds internationaux, notamment la Banque mondiale, l’UE et la Banque africaine de développement (BAD) s’étaient ainsi engagés à mobiliser 4,4 milliards de dollars pour accompagner la reprise économique et sociale du pays.

Dès lors, les réformes promises par Bamako en matière de gestions des finances publiques et les résultats de l’audit que compte mener le FMI n’en deviennent que plus importants. Pour rappel : à elle seule, le programme d’aide conduit par la Banque mondiale au Mali représente environ 900 millions de dollars. Durant l’année écoulée, le financement assuré par cette institution, pour la conduite de ses projets au mali, a atteint 300 millions.

AFP/Reuters/Jeuneafrique.com