Niger : un nouvel avion présidentiel

Mahmadou Issoufou, président du Niger
Mahmadou Issoufou, président du Niger

Niamey a acheté un nouvel avion présidentiel pour la somme de 30 millions d’euros. Cette aquisition onéreuse a provoqué la levée de boucliers de l’opposition qui critique une “dépense de prestige” dans un pays très pauvre.

Niamey a réceptionné, dimanche 31 août, un Boeing 737-700 acheté “sur fonds propres” du Niger “autour de 20 milliards de francs CFA” (30,5 millions d’euros), d’après le ministre de la Défense, Karidjo Mahamadou. Cet avion participera au “rayonnement de notre illustre République”, a-t-il déclaré.

Le ministre a assuré que l’appareil sera géré par l’armée notamment “pour des raisons sécuritaires”. Il a également souligné que l’ancien avion présidentiel, également un Boeing 737, acheté dans les années soixante-dix par l’ancien général-président Seïni Kountché (1974-1987), continuera à voler. Un expert en aéronautique a cependant qualifié l’ancien appareil de “cercueil volant qui ne répond plus aux normes internationales”.

L’opposition n’a pas tardé à réagir à l’achat onéreux. “Alors que la famine menace de nouveau le pays et avec les graves inondations cette année encore, l’État se permet d’investir des milliards dans des dépenses de prestige”, a critiqué Ousseïni Salatou, le porte-parole de la Coalition de l’opposition nigérienne.

Mi-août, le député de l’opposition Amadou Ali accusait le gouvernement d’avoir “triché” en logeant les fonds destinés au nouvel avion dans la rubrique “matériels et équipements militaires” du budget 2013.

187e pays en termes de développement humain

Nouhou Arzika, une figure de la société civile généralement très critique envers le régime, a déclaré ne pas trouver “mauvais en soi” de renouveler l’avion présidentiel, “un bien public”. “L’ancien est assez vieux, huit présidents l’ont utilisé et il faudra le changer un jour ou l’autre”, a-t-il estimé.

Le Niger est le 187e et dernier pays au monde en termes de développement humain, selon l’ONU, malgré d’importants gisements d’uranium et l’exploitation plus récente de pétrole. Niamey, très aidé par la communauté internationale, impute ce mauvais classement à son taux de natalité de 7,6 enfants par femme, le plus élevé du monde. Ce pays sahélien rocailleux souffre également d’une malnutrition chronique, que sa démographie galopante empêche d’enrayer.

Le FMI a gelé mi-juin au moins jusqu’en septembre son aide au Mali, pays voisin du Niger, après l’achat par Bamako d’un nouvel avion présidentiel pour 40 millions de dollars (environ 30,4 millions d’euros). Le gouvernement malien avait justifié cette acquisition au motif que l’ancien était techniquement défaillant.

AFP/Jeuneafrique.com