The Dadis Show

The Dadis Show. Conakry, March 2009
The Dadis Show. Conakry, Camp Alpha Yaya, March 2009

Soldiers sit near a giant portrait of military junta leader Capt. Moussa “Dadis” Camara in a waiting room adjacent to his bedroom at a military camp in Conakry Monday March 9, 2009. The modesty that characterized his first weeks in office has been replaced by a Messianic tone. Wall-sized portraits of the coup leader now hang not only in his waiting room, but also in top ministries, replacing the long-hanging image of the last ruler, who like Camara came to power in a coup promising reform. (AP Photo/Jerome Delay) — AP

Conakry, Guinea — It’s 9 p.m., and this country’s new leader has finally woken up for the day. He throws aside the satin curtain that separates his bedroom from a waiting room adorned with 6-foot tall portraits of himself.

The room is full of dignitaries, some of whom have waited four days to see him. They scramble to their feet. The short, square-jawed man lunges through the curtain, screaming so loudly that his spit speckles the air.

“Our country is screwed up!” Capt. Moussa “Dadis” Camara roars for the benefit of the rapt audience as well as a TV crew.

Camara is another outsized personality in tiny Guinea, a country the size of Oregon on Africa’s west coast whose mineral-rich soil has been plundered by two consecutive dictatorships. He came to power in a coup three months ago, promising to root out corruption and hold elections by the end of the year.

The international community responded by cutting off aid and freezing Guinea’s membership in the African Union. But the world’s snub of the junta is perplexing to most Guineans, who see Camara as a kind of Robin Hood — punishing those most responsible for the country’s perpetual poverty.

The Dadis Show

He appears nightly on TV, sitting in his waiting room across from members of the former regime, whom he scolds for leading ostentatious lives at the expense of Guinea’s poor. While his arrests of corrupt officials have won him admiration, his love for the TV spotlight and his insistence on broadcasting his rambling, multi-hour tirades have some wondering if Guinea is on the brink of another dictatorship. In top ministries, wall-sized portraits of Camara have replaced the long-hanging image of the last ruler, who also came to power in a coup promising reform.

“It is possible that he is sincere,” says Richard Moncrieff, author of a recent report on Guinea for the International Crisis Group. “But what if he is sincere and dangerous? Young men in power usually go wrong.”

Guinea’s long-ruling president Lansana Conte died on Dec. 22, leaving a power vacuum in a country that had known only one other ruler since independence in 1958.

Conte’s inner circle, including numerous wives and dozens of children, lived in rococco villas and traversed the capital’s potholed roads in eye-catching SUVs. During Conte’s quarter century in office, Guinea’s people became poorer, sliding to No. 167 out of 179 countries ranked on the U.N.’s development index. The president used the country’s Central Bank as his personal savings account, arriving in a motorcade and waiting as bags of cash were loaded into his car.

Hardly anyone had heard of Camara, an army captain in his 40s, until Dec. 23, when his men broke down the glass doors of the state TV station. He announced that the constitution had been dissolved and that the country was now under the rule of a military junta.

Locked inside their homes, Guineans frantically called each other, trying to learn what they could about the unknown officer. When state TV read out the names of the 32 members of the junta, Camara topped the list, ahead of far better-known figures. Sekouba Konate — a colonel who headed an elite unit of specially trained commandos — did not even figure on the list.

Soon after his announcement, a brawl broke out at Camp Alpha Yaya Diallo, the capital’s main barracks, according to a witness who was present but asked not to be named because of the sensitivity of the matter.

Konate’s men demanded he be put in charge, the witness says. To settle the matter, Konate, Camara and a third officer agreed to draw lots. The word “president” was written on a piece of folded paper and dropped inside an empty mayonnaise jar along with several pieces of blank paper.

On the first try, Camara drew the winning ticket. Konate’s men demanded a redraw. Again, Camara pulled out “president.”

Konate is now a vice president, leaving the country at the mercy of a fragile alliance between armed men with big egos. There are whispers that Camara — whose men stood guard next to the mayonnaise jar — had come to the draw prepared with his own piece of paper already labeled “president.”

Camara brims with anger when asked about the lottery. He says soldiers hoisted him and Konate onto a tank and told them that if they didn’t agree to lead, they would be killed on the spot. “Is it true?” Camara yells from his perch on the leather couch. “It’s true, boss!” the soldiers, grasping AK-47s, yell back.

The first time Guineans saw him up close was on the bed of a military truck, with Konate at his side. The convoy paraded into the capital and the people waved tree branches and screamed, “Long live the president.”

He told his countrymen that he was born in a hut, just like many of them. He vowed that money holds no power over him.

The audits began on TV last month. The former chief of protocol was accused of embezzling $40 million from Kuwait. The former minister of finance was interrogated for allegedly taking money intended for festivities marking the country’s independence. More than a dozen high-ranking officials were arrested for drug crimes, including the use of the country’s security forces to assure safe passage for convoys of cocaine-loaded trucks.

In one session, Camara lost his temper with Bakary Thermite, the former head of the country’s anti-drug unit.

“These drugs that you seized, did you resell them?” Camara asked — and then exploded when Thermite tried to duck. “It’s simple. Answer me! If not, I think we’re going to pass the whole night here … I am allergic to lies!”

These outbursts are lapped up by the people of Guinea, population 10 million. Housewives say they prefer watching Camara to their favorite soap opera. Even top Western diplomats say they can’t unglue themselves from the “Dadis Show.”

“It’s as if you’re at the theater. It’s astonishing,” says a veteran European diplomat. “I’ve never seen anything like it.”

Camara has appointed members of the military to all the top ministry positions. He recently declared that he is considering abolishing the post of prime minister, the top job currently held by a civilian. He also appears to be backing off from his initial promise to hold elections quickly.

“The international community needs to understand us if they want democracy,” he says. “Who is going to vote? The people are hungry. They are thirsty. Who is going to organize elections? You?” he asks during a sit-down interview with The Associated Press. “We need to clean our house from top to bottom. Only the military can do it. … Only once our house has been cleaned we can hold elections.”

In the market, you can buy posters of Camara. And the boys that sell sunglasses in traffic have run out of the wraparound Ray-Bans Camara is usually seen wearing. People who have never met him speak of him as if he is an honest elder brother.

“To put Guinea back on the right track, you need a very strong man,” says Aissatou Bela Diallo, a former minister under Conte who now runs a private radio station. “The fact that he had the courage to put those people on TV shows that he has the political will to take real measures … It’s made people afraid — they know that if they embezzle money, they’re going to be embarrassed in front of everyone.”

But most coup leaders in the region start out as reformers. In next-door Ivory Coast, a 1999 coup led by another young army captain marked the beginning of the country’s descent into civil war. Farther north in Mauritania, a military junta first allowed democratic elections, then ousted the democratically elected president last year.

“The problem with embracing a coup d’etat is that Africa has had dozens and dozens and only one or two have turned out well,” notes Mike Mcgovern, an anthropologist at Yale University who is an expert on Guinea.

Camara rarely leaves the barracks, which have become his de facto office. People come to see him. His aides refer to the barracks — and specifically the waiting room — as “the presidency.”

Soldiers with guns guard the stairs outside and each side of the door inside. Rows of leather couches face a white couch where only the president is allowed to sit. Two more soldiers sit outside the entrance to the president’s bedroom.

Businessmen and foreign delegations are told to arrive by noon. They wait all day, sometimes falling asleep doubled over on the couches.

There is a TV but if they turn it up, a bodyguard rushes out and turns it back down. They scold anyone who accidentally slams the door. At around 6 p.m., soldiers walk in carrying plates of food and disappear behind the golden curtain.

No one seems to know why the president sleeps all day and emerges at night, but there is speculation that he fears a countercoup, which in this part of the world tends to happen at night. The person always at his side is Konate, the colonel who challenged him the day of the coup — and insiders say Camara demands to see him every 30 minutes.

When he finally emerges on a recent night, he is flanked by Konate, a long-faced man who towers over the small-boned Camara. They sit on the couch together.

The TV crew blasts white light over the uniformed men. The cameras roll. Camara raises his voice and jabs his finger at the plaster ceiling. The Dadis Show has begun.

Rukmini Callimachi
The Associated Press

Lansana Conté et ses hommes

Général Lansana Conté, en 1987
Général Lansana Conté, président du CTRN, chef de l’Etat, en 1987

Depuis le 3 avril 1984, le président Lansana Conté s’est appuyé constamment sur le cercle Baga-Soussou pour se maintenir au pouvoir. Il s’agit d’un groupe minoritaine, mais relativement soudé  par un dénominateur commun : le sosokui, langue de la Basse-Guinée. Mais cette communauté est aussi très diverse ethniquement.

Quoiqu’il en soit, en vertu de sa conception étriquée de l’Etat, c’est dans ce milieu que le général recrute ses plus fidèles alliés. En dépit des contradictions tenaces qui le caractérisent.

Les hommes de Lansana Conté

En réponse, les cadres identifiés ci-après ont bâti une ethnocratie dépouillée de méritocratie, et qui vit ses derniers jours :

  1. feu Zainoul Abidine Sanoussi (1984-2000), il se surnomma “le marabout noir de Conté”, et proclama sa volonté de combler le vide créé par l’éviction de Bernard Vatrican. Ce conseiller Suisse acquit un pouvoir de coulisse réél, en tant qu’égérie de Conté entre 1984-1985.
  2. feu Hervé Vincent Bangoura (1984-1990), le cerveau du  démantèlement de la préparation bâclée du coup d’Etat du Colonel  Diarra Traoré en 1985
  3. feu Mamouna Bangoura (1985-1993), minstre de la fonction publique et précurseur du peuplement de l’Etat par des fonctionnaires, avec peu de regard pour la compétence individuelle
  4. feu Fodé Komoya Camara (1984-1989), l’un des officiers actifs dans l’élimination des officiels du PDG, membre du pouvoir clanique de Sékou Touré
  5. feu Kerfalla Camara (1984-2007), membre du CMRN, CTRN, chef d’Etat-major inter-armes, maître-d’oeuvre de la répression meurtrière de l’insurrection populalire en 2006-2007.
  6. feu Sama Panival Bangoura (1986-2001), officier zélé et ambitieux. Conté le craignait tant et si fort qu’il ordonna et/ou approuva son éliimination physique brutale à la frontière sierra-leonaise. Son corps ne fut pas rendu à sa famille immédiatement. Et il n’eut droit qu’à une inhumation discrète voire secrète.
  7. Aboubacar Somparé (1990-2008), ambassadeur de Sékou Touré à Paris, il nie la légitimité et la légalité du coup d’Etat du 3 avril. Après avoir traversé des années d’isolement, il saisit la proclamation de la Loi fondamentale etla pluralisation politique pour s’imposer comme interlocuteur de Conté. Depuis lors, il entretient un mariage d’intérêt et de raison avec le président, qui ne l’aime guère. Mais, le président de l’Assemblée est un manoeuvrier et un disciple de Sékou Touré. En plus de la solidarité ethno-linguistique mentionnée plus haut, il bénéficie de l’appui de Henriette Conté.
  8. Naby Youla, diplomate démissionnaire sous Sékou Touré, il rentra au pays pour servir un officier de la première république, aux mains sanglantes
  9. Ibrahima Kassory Fofana, argentier de Conté, limogé en 2001 pour calmer la grogne et des bruits de bottes dans l’armée.
  10. Fodé Soumah (1999-2006), aidé par Somparé, il ruina la Banque centrale, qu’il transforma en une mamaya centrale, qui finança ses projets de sports et de show-business dans sa préfecture natale. Dauphin présomptif durant la campagne électorale de 2003, il fut lâché par son patron, qui le relégua au ministère junior des sports, avant de le limoger. En dépit de ses hautes références, Fodé Bangoura n’hésita pas à l’arrêter et à l’incarcérer à la Prison civile “Cinq étoiles” de Coronthie en fin 2006.
  11. Alpha Mady Soumah (2003-2005)
  12. Fodé Bangoura (2002-2007),  il triompha temporairement de son concurrent, Fodé Soumah, avant d’être emporté par les évènements et l’humeur de Conté
  13. Sam Mamady Soumah (2007-2008), le dernier satrape de Conté, qui voulut imiter et émuler Fodé Bangoura. Il fut d’abord dégradé puis renvoyé sans doigté.

Tierno S. Bah

Briser la chaîne !

De la proclamation de la république, le 2 octobre 1958, à nos jours, la Guinée n’a eu que trois présidents. Durant la même période les Etats-Unis d’Amérique ont élu dix présidents.
Les trois présidents guinéens se seront négativement illustrés autant par la parole et la plume que par leurs actions concrètes d’oppression, de répression et de paupérisation des populations. Du Camp Boiro aux tueries de 2006-2007, la même chaîne maudite enveloppe la Guinée. De Capitaine Moussa Dadis Camara à Capitaine Moussa Dadis Camara, en passant par Lansana Conté, on note les mêmes traits négatifs :

  • Fourberie derrière un faux patriotisme
  • Soif du pouvoir et mégalomanie
  • Népotisme, corruption et médiocrité
  • Réflexe répressif et meurtrier

Naturellement, le bilan tragique des trois chefs d’Etat se reflète dans leur comportement linguistique. Et nombre de leurs déclarations lisent comme des présage ou des confirmation de leurs actions ruineuses.

Sékou Touré, porté au pouvoir par le verbe

Le 25 août 1958, devant le Général de Gaulle — arrivé au pouvoir par coup d’Etat le 13 mai 1958 — il emprunta dans son discours une formule toute rhétorique, à la fois contradictoire et absurde, qu’il prit peut-être pour de l’argent comptant :

Nous préférons la liberté dans la pauvreté à l’opulence dans l’esclavage.

Or il se trouve qu’à moins d’être un moine, on ne peut pas être pauvre et digne. De même, l’opulent ne peut être que de sa richesse. Et sa situation logiquement préférable à celle d’un homme pris au piège de la pauvreté et vivant de mendicité. Peu importait pour Sékou Touré, qui réalisa son cruellement objectif ; il priva les Guinéens de toute liberté et les réduisit en militants-esclaves de sa pseudo-révolution. Il appauvrit davantage le pays et réduisit les chances de bâtir la prospérité dans un futur proche, en détruisant l’intelligentsia, les technocrates et l’école.

Komara Kabine, 2008
Komara Kabine, 2008

Ayant triomphé par le verbe, il régna par le complot, la prison, et le sang. Dictateur bavard, ses discours se muèrent en glaive sur lequel il s’empala en 1976 à travers ses sermons anti-Peuls. Deux années plus tard, à l’issue d’une consultation, le médecin américain de la CBG diagnostiqua la syphilis cardiaque qui devait emporter Sékou Touré, le 26 mars 1984, à l’âge de 62 ans.

Lansana Conté

Il promit l’état de droit aux Guinéens. Il truqua et tricha toutes les farces d’élections organisées par son régime. Conté affichait un mépris ouvert envers l’éducation, l’enseignement, l’intellect et la culture. Il croyait que cette dernière se ramenait aux réjouissances urbaines (mamayas) répandues, entre autres, par Fodé Soumah, ancien vice-gouverneur de la Banque centrale et ancien parrain du PUP, le parti politique de Conté. Taciturne, le quotient d’intelligence réduit, Conté s’enfonça et commis des gaffes énormes dans discours improvisés. C’est ainsi qu’il prononça l’infâme « Wo Fatara »  (vous avez bien fait) du 5 juillet 1985. Par cette phrase en langue sosokui il félicitait les bandes de jeunes attaquants lancés contre des personnes Maninka et leurs propriétés au lendemain de la tentative de coup d’Etat du Colonel Diarra Traoré.

Imposture et imposteur : capitaine Moussa Dadis Camara
Capitaine Moussa Dadis s’inscrit dans le trio pour sa participation présumée aux massacres des manifestants de 2006 et 2007.
Une chose est particulièrement déplorable est l’imitation par saccades   de certaines manières discursives de Sékou Touré. Ça ne lui réussit guère. Au lieu de les éviter, il a choisi de continuer sur le chemin tortueux des errements et inepties de ses deux modèles. Il se prive ainsi de toute excuse ou circonstance atténuante. Car il ne peut prétendre qu’il ne savait pas. Au contraire, il apparaît comme un disciple zélé de ses deux sanguinaires devanciers.
Depuis le 28 décembre, date de sa rencontre avec les politiciens et les syndicalistes au Camp Alfa Yaya, il accumule les sorties déplorables.

Boubacar Barry
Boubacar Barry

Avant sa désignation à la présidence de l’Etat, et en tant que porte-parole du CNND, il lut un discours prometteur, où perçait la dénonciation de l’échec des cinquante ans écoulés.
Mais depuis son tour “triomphal” au centre de Conakry, le 25 décembre 2008, le chef de la junte guinéenne semble avoir perdu le fil de la pensée. Il a jeté bas le masque de la modestie, de l’honnêteté et de l’humilité. Et le vrai Moussa Dadis émerge graduellement sous les traits d’un potentat improvisateur et d’un faux justicier. Il paraît obsédé par des audits, qui sont destinés à désigner des boucs-émissaires et à jeter la poudre aux yeux des partenaires. Personne ne veut tomber dans un piège aussi grossier. Et les suspensions se suivent à vive allure.

Refuser l’auxiliariat de la dictature balbutiante de M. Dadis Camara

On relève une triste répétition de l’histoire à travers le rôle d’auxiliaires passifs de la dictature en gestation que des cadres civils acceptent de jouer en entrant dans le gouvernement marginal formé le 14 janvier courant.
Capitaine Moussa Dadis ne peut exécuter son plan diabolique d’exécuteur testamentaire de Lansana Conté que s’il reçoit l’appui de civils prêts à servir la dictature naissante.
Les personnes suivantes entrent dans ce schéma :

  • Kabiné Komara, Premier ministre
  • Boubacar Barry, ministre d’Etat à la Présidence
  • Aicha Bah, ministre de l’enseignement secondaire

aicha-bah-dialloL’instrumentalisation de ces trois individualités est évidente. Ils sont libres de leurs décisions et de leurs mouvements. Mais leur participation au gouvernement actuel marquerait un retour aux  pires années de la dictature, où la soumission au Responsable suprême de la révolution était une question de vie ou de mort. Ce temps est aujourd’hui révolu.  A eux donc de réfléchir et d’agir en démissionnant plutôt qu’en acceptant le rôle d’accessoires de cette nouveau visage de la dictature guinéenne pérenne. Comme on peut le voir ci-dessous, ils n’y ont rien à gagner. Au contraire. Ainsi :

Kabiné Komara est un natif de Kankan, la deuxième ville de Guinée. Au plan économique, cette région a le plus souffert  de la tyrannie du PDG. Elle fut délibérément coupée du reste du pays avec la fermeture  voulue et la destruction de la ligne ferroviaire Conakry-Niger. Cette voie ferrée reliait de façon vitale le Mande, surtout, mais également la Forêt au port de Conakry. En 1975, Sékou Touré voulut supprimer le commerce de détail au cours d’une campagne politique appelée « Cheytane 1975 ». Il s’en prit directement à la tradition commerçante de Kankan, que même Samori, en bon dioula, avait respectée. L’on ne voit donc pas ce que Kabiné Komara gagnerait en servant un Moussa Dadis Camara impétueux et impécunieux. Malgré les sanctions qui pleuvent, le chef de la junte promet de construire une autoroute à péage. Il n’a retenu de son séjour allemand que les autobahn et confond le riche Deutchland à la Guinée sous-développée.

Boubacar Barry est le fils Dr. Alpha Oumar Barry, mort de la diète noire au Camp Boiro à quelques heures de Telli Diallo, Dramé Alioune, etc. Il voulut se suicider pour échapper à l’arrestation.
Depuis quelques jours les éditoriaux de la RTG ont amplifié les louanges de Sékou Touré, le patriote, et de Lansana Conté, le démocrate. Dr. Barry doit se retourner dans la tombe où il fut enfoui sans sépulture après une mort atroce de soif et de faim.

Hadja Aicha Bah, ma nièce de sang, est l’épouse de Alpha Abdoulaye Portos Diallo. Le couple a connu des hauts et des bas incroyables. Respectivement chimiste et juriste, ils furent portés au sommet de la réussite avant 1972, puis les affres de la torture et de l’ostracisme, avant de quitter la Guinée en fugitifs anonymes. A Gorée (Dakar), ils échappèrent de justesse aux balles d’un tueur dépêché par Sékou Touré à leur poursuite. L’assassin désigné était Mikhail Souaré, un cousin de l’ancien Premier ministre Tidiane Souaré, et qui est actuellement un officier de douane au Kilomètre 36 de Conakry. En plus de la différence d’âge, un fossé intellectuel profond sépare Hajda Aicha et Kabiné Komara du président du CNDD, dont le français approximatif indique le faible niveau de formation. En effet, Moussa Dadis, tel un perroquet, aime à répéter une contre-vérité apprise auprès de Sékou Touré et de Lansana Conté, et selon laquelle on n’a pas besoin de diplômes étrangers pour diriger la Guinée.
Evidemment, ces trois ministres ne sont pas seuls. Ben Sékou Sylla, de la société civile, faisait partie de la délégation guinéenne qui s’est rendue à Paris pour plaider le maintien de la Guinée dans l’Organisation Internationale de la Francophonie. En vain. Elle fut déboutée dans sa démarche.

Briser la chaîne

Le pays est donc actuellement piégé. La seule issue consiste en l’union solidaire de la société civile et des syndicats,. L’heure est à l’alliance pour faire pression sur le CNDD, afin de le cantonner dans le rôle de supervision de la transition, c’est-à-dire la réforme constitutionnelle et la tenue d’élections certifiée libres et transparentes. Si elle est suivit et reçoit l’appui de la communauté interntaionale, cette voie pourrait mener au salut car elle permettrait de briser la chaîne maudite qui enserre la Guinée depuis 1958.

Tierno S. Bah

Alternance et sclérose

 Alternance

L’alternance est “la succession au pouvoir d’une majorité et d’une opposition (devenue majoritaire) dans un système parlementaire” (Dictionnaire Robert).
La rotation dans l’exercice du pouvoir est l’une des pierres angulaires de la démocratie. Dès lors, on doit se rendre à l’évidence que la Guinée n’a jamais été une démocratie.
Les trois hommes qui ont dirigé la Guinée depuis l’accession à la souveraineté en 1958, furent chacun désignés d’abord avant de confisquer la présidence en s’y installant à vie.
Ainsi Sékou Touré fut nommé président par l’ancienne Assemblée territoriale, transformée en Assemblée nationale constituante, le 2 octobre 1958. Il ne fut élu à la magistrature suprême qu’en décembre 1961. Automatiquement reconduit par des scrutins truqués et sans opposant légal, il imposa sa dictature jusqu’à sa mort en 1984.
Trois citoyens voulurent se porter candidats pour le concurrencer légalement :

Désigné chef de l’Etat le 3 avril 1984, Lansana Conté retarda  le multipartisme jusqu’en 1990. Il toléra à peine l’existence d’une opposition parlementaire, fit emprisonner deux de ses principaux opposants (Bâ Mamadou et Alpha Condé), fit amender favorablement la constitution et truqua les consultations électorales pour se maintenir au pouvoir jusqu’à sa mort en décembre 2008.
Désigné président à son tour, le 24 décembre 2008, capitaine Capitaine Moussa Dadis Camara cherche à s’agripper au pouvoir. Ses promesses contradictoires et son ambiguïté laissent peu d’illusions à ce sujet.

Succession présidentielle dans six pays, de 1958 à 2009
GhanaGuinéeMaliFranceUSACuba
NkrumahTouréKeitade Gaulle EisenhowerCastro F.
AnkrahContéTraoréPompidouKennedyCastro R.
AfrifaCamaraTouréGiscard d’Estaing Johnson
OllennuKonaréMitterandNixon
Akufo-AdoTouréChiracFord
AcheamphongSarkozyCarter
AkuffoReagan
RawlingsBush H.
LimannClinton
RawlingsBush W.
KufuorObama
Atta-Mills
Succession présidentielle dans six pays
Succession présidentielle dans six pays

Les pays qui ont connu l’alternance (France, USA, Ghana, Mali) ont récolté le progrès économique et social. Le cas de Cuba est singulier, dans la mesure où la sclérose au sommet réflète aussi bien une hégémonie interne qu’une politique de développement entravée par l’embargo américain contre la Grande Ile. Aujourd’hui, les leaders d’Amérique latine (Brésil, Argentine, Vénézuela, Pérou, Nicaragua, etc.) rendent hommage à la résistance et à la résilience cubaines.
L’alternance ghanéenne fut violente sous Jerry Rawlings. Ce fut le prix du changement, la violence étant “l’accoucheuse de l’histoire”. Idem pour le Mali
Qu’en est-il de la Guinée.

Sclérose

En un demi-siècle, l’Etat guinéen n’a donc pas connu de transfert démocratique du pouvoir entre deux formations opposées. En lieu et place, le pays a subi la même dictature, avec quelques variations superficielles. Et le bout du tunnel n’est pas en vue, car capitaine Moussa Dadis est décidé à imiter ses prédécesseurs.
Trois présidents en cinquante ans ! Comparée à d’autres pays, la Guinée souffre de sclérose présidentielle.

On a souvent voulu présenter ce déficit de changement au sommet comme une preuve de stabilité. Qu’en est-il réellement ?  En réalité, la paralysie de  l’institution présidentielle a eu des conséquences dévastatrices, au triple plan politique, économique et socioculturel.

Conséquences politiques

La longévité au pouvoir des deux présidents tint à leur volonté de se maintenir contre vents et marées. Même âpres avoir perdu toute légitimité. Cette immuabilité a engendré un impact politique durable. Essentiellement négatives les méthodes utilisées pour s’accrocher au fauteuil présidentiel furent les suivantes :   nullification de la constitution, culte de la personnalité et démagogie, népotisme, intimidation et humiliation, règne de la médiocrité, etc.

Sous la “révolution” les déviations, individuelles ou collectives, par rapport à ces “normes” — en fait des écarts — étaient automatiquement taxée de complot et arbitrairement sanctionnées par la torture ou la mort au Camp Boiro.

Sako Kondé réume la situation dans Guinée, le temps des fripouilles :

Bien pis, le colonialisme P.D.G. est fondé sur la corruption, une « corruption   pauvre et mesquine par rapport à celle du Ghana ou du Nigéria, à la mesure de l’économie du pays, et donc encore plus insupportable pour des masses plus démunies ». A la mesure du très bas niveau de leurs aspirations, peut-on ajouter. Rappelons à cet égard, que c’est le despote lui-même qui avait encouragé dès le départ la corruption. En effet, en laissant s’enrichir frauduleusement responsables politiques et administratifs, il avait cru pouvoir les tenir à sa merci, avoir contre eux un moyen de chantage sûr. Il a peut-être réussi à renforcer son autorité personnelle sur sa bande de voleurs, mais les procédés utilisés par lui, ont en fait institutionnalisé la corruption. Comment peut-on le prendre au sérieux quand, débordé et effrayé par l’ampleur des forces négatives qu’il a ainsi déclenchées, il s’agite comme un apprenti-sorcier ? Les moyens utilisés par la bourgeoisie P.D.G. sont trop connus pour être développés ici. Enumérons-en quelques-uns :

  • refus d’appliquer ses propres lois « socialistes » en ce qui la concerne
  • plantations (des ministres et dignitaires du parti) cultivées par une main-d’œuvre salariée, et dont les produits sont destinés à l’exportation
  • exercice d’autres activités lucratives par personnes interposées (transports par taxis, et construction de logements locatifs, notamment)
  • attribution arbitraire des devises
  • prébendes reçues des partenaires commerciaux de l’Ouest comme de l’Est (l’inféodation à la COFICOMEX, d’Ismaël Touré, demi-frère du «Responsable Suprême», est notoirement connue)
  • détournements et vols du patrimoine national, l’impunité étant assurée aux « grands » et à leur clan

La bourgeoisie sécrétée par quinze années de règne est facile à présenter. Ce sont, tout d’abord, les membres de l’appareil du parti : Comité central, Bureau politique national, Fédérations, sections et comités de quartier ou de village. En général, ce sont les mêmes individus que l’on retrouve à la tête des secteurs administratifs et économiques : ministres, membres de cabinet ministériel, directeurs de service ou d’entreprise dite nationale, et autres responsables régionaux. Ils sont donc, soit membres originaires soit « militants » assimilés grâce au principe de la prééminence de l’engagement politique… Dans l’ensemble, une réunion d’individus qui, probablement, n’ont jamais eu d’autre aspiration que le fait d’accéder aux avantages hier réservés au Blanc, de capter son héritage et de végéter dessus.
[Telle est] la structure de la minorité dirigeante et exploiteuse en place depuis dix-sept ans, en comptant la période d’application, en 1957, de la loi-cadre dite Loi Defferre. Elle a démantelé les structures d’Etat à sa façon pour en prendre le contrôle, et n’a cessé de se renforcer ni de défendre âprement ses intérêts de classe rendus évidents par la différenciation sociale. Le colonialisme qu’elle a institué en fait, est, bien entendu, un colonialisme de sous-développés avec tout ce que cela comporte de stupidité et de régression sociale. De cruauté, aussi. Car des pauvres qui en exploitent d’autres, ne sont pas susceptibles de la moindre générosité.

Petite corruption

Les audits lancés par le CNDD voudraient guérir la Guinée d’une endémie qui date donc du régime de Sékou Touré. C’est ce dernier qui créa le malaise par une politique injuste des salaires, qu’il  bloqua et refusa d’ajuster au taux d’une inflation galopante. Les indices et barèmes de la Fonction restèrent fixes des décennies alors que parallèlement, le coût de la vie augmentait. Les petits et moyens fonctionnaires réagirent par la débrouillardise et l’absentéisme.
La débrouillardise se traduit par la petite corruption, qui a gangrené et ruiné l’administration. Tout fonctionnaire se débrouille à son poste, généralement pour joindre les deux bouts face à un salaire de misère. Les services officiels deviennent payants : de l’obtention de la carte d’identité au dédouanement de conteneurs au port et à l’aéroport.
Quant à l’absentéisme, il se résume en une formule bien connue : le gouvernement fait semblant de payer les travailleurs, et ceux font semblant de travailler.

Affairisme et grande corruption

A son tour, Lansana Conté recourut à l’isolement et à la radiation de la Fonction publique — appelée ‘déflation’ — condamnant ainsi les “récalcitrants” et les rivaux politiques à la paupérisation et à l’impuissance. Ce fut le cas notamment du commandant Facinet Touré.
Mais contrairement à Sékou Touré, général Conté s’associa ouvertement avec les importateurs privés, soi-disant opérateurs économiques. Ensemble, ils bâtirent des fortunes individuelles qui tombent toutes sous le coup de ce proverbe Pular parlant de la richesse :

Jawdi, si laaɓii ɗuuɗata,
Si ɗuuɗii laaɓata.

Richesse ; propre, elle n’est pas abondante.
Abondante, elle n’est pas propre.

Mamadou Sylla et ses aînés en affaires — en majorité Fulɓe — profitèrent largement de la gabegie du régime de Lansana Conté.

Capitaine Dadis Camara emprunte à ses deux devanciers. Il veut se maintenir aussi longtemps que possible à la tête de l’Etat. Quelque soit le prix à payer par les populations.

D’une dimension incommensurable et d’une profondeur insondable, les problèmes de l’Etat guinéen requièrent une approche associative et une gestion participative. Personne, à commencer par capitaine Dadis, ne possède de baguette magique pouvant effacer miraculeusement cinq décennies de perversion et de dégringolade sous les présidents Sékou Touré et Lansana Conté.

Peu importe pour la junte militaire.
Pressée et brouillonne, elle compte déjà plus d’une dizaine d’arrestations et de détentions secrètes, “compensées” par des marches commanditées de soutien au CNDD.
Si capitaine Dadis refuse de mener une transition pacifique devant déboucher sur l’alternance démocratique, sa seule option sera de faire valoir la loi de la force, qui  prévaut depuis ce jour fatidique du 2 octobre 1958.

Tierno S. Bah

Contradictions et ambiguités du CNDD

Avec la publication, lundi 16 février, d’un vague projet de transition, le CNDD continue ses manoeuvres dilatoires.

Capitaine Moussa Dadis a esquissé une transition imprécise en quatre phases. Certes.

Mais dans la mesure où il refuse d’assigner des dates à cette quadripartition arbitraire du temps, la transition n’avance pas. Elle piétine. Et même pis, car en histoire qui n’avance pas recule.

Par dessus-tout, le CNDD doit fixer la durée de la transition et dire le temps requis (en mois ou années) pour boucler un programme aussi vaste. Entretemps, au lieu de retrousser les manches et de s’attabler avec ses interlocuteurs tout désignés, capitaine Dadis louvoie. Il ne réalise pas qu’il n’a pas ce luxe et que le chronomètre marche contre le Guinée.

Pour le moment on est dans le noir. Capitaine Dadis doit donc revoir sa copie en précisant le début et la fin approximatifs de chaque période.

Phases de la transition selon le CNDD
DésignationProgrammeDébutFin
Phase 1
  1. mise en place des organes, des cadres et des instruments (?)
  2. établissement des listes électorales
  3. lancement du dialogue national (?)
  4. levée de la suspension des partis politiques et des syndicats
  5. allègement (?) des barrages routiers
? ?
Phase 2
  1. vérité-justice-réconciliation
  2. enquêtes sur les tueries de 2006-2007
? ?
Phase 3
  1. toilettage (?) de la loi fondamentale
  2. adoption et publication des lois organiques
? ?
Phase 4
  1. publication de la liste électorale,
  2. publication du décret des élections.
? ?

 

Le CNDD doit cesser enfin de tourner autour du pot et de compliquer ses rapports avec les forces sociales (syndicats, partis politiques, société civile).
Il doit accepter d’engager franchement le dialogue, sans tarder. Et admettre que le premier pas concret sera la constitution du’un conseil de transition, investi de fonctions délibératives, législatives et exécutives. L’heure a sonné pour partager le pouvoir avec des représentants des corps ci-dessus.

Que capitaine Dadis sache que la confusion a pour compagne l’incertitude, ainsi que la désillusion, le découragement, les risques de dérapage et d’explosion d’une société laminée et exsangue.

Après avoir séjourné à Conakry trois jours seulement, un visiteur a émis un pronostic pessimiste sur la Guinée.

Il appartient au capitaine et au CNDD de prouver le contraire à cet observateur impartial, en cessant d’agir comme des gens peu pressés de quitter le pouvoir.

Et en mettant fin aux contradictions incessantes et aux ambiguités alarmantes.

Tierno S. Bah