Keep the pressure on !

 

President Laurent Gbabgo and African Union's Jean Ping attend Lansana Conté funerals. Conakry, December 2008
President Laurent Gbabgo and African Union’s Jean Ping attend Lansana Conté funerals. Conakry, December 2008

The National Council for Democracy and Development (NCDD) rules Guinea since the early hours of December 23rd, 2008. A trained economist and former manager of the army’s fuel depot, Captain Moussa Dadis Camara chairs the Council and has been appointed the head of State. The 44-year president is now faced with pressing battles on both the external and domestic fronts.

Pressure from the external front

The African Union (AU) reacted to the Guinean coup d’Etat swiftly by suspending the country’s membership in the organization on December 29. On January 11, the Economic Community of West African States (ECOWAS) followed suite, pursuant to the zero-tolerance rule for coups in Africa. Given the political instability of post-colonial Africa, such a policy is commendable, especially if it serves as a deterrent to military coup plotters around the continent.

But that remains to be seen. So far, it has not prevented Mauritania’s army to depose a democratically elected president. However, the AU suspended Mauritania promptly ever since. Hence, Guinea’s punishment is only logical and fair.

However, despite the official ruling should not prevent close behind-the-scene contacts aimed at pushing for the return to civilian rule. In that regard, Guinean is particularly worthy of cautious treatment to prevent the country from sliding further into chaos.

In Mauritania, a duly elected head of State was deposed, whereas in Guinea, a rogue regime collapsed following the death of dictator Conté. The Constitution had been amended in 2001 to make him a president-for-life. Also, the Fundamental Law ruled that the head of the parliament would be designated as a caretaker president in the eventuality of incapacitation or death of the head of state. However, the 5-year term of the National Assembly expired last year. And its president, Aboubacar Sompare, became a de facto successor to Conte, not a de jure one. Captain Moussa Dadis have argued that loophole to justify, among other things, his bloodless coup. However, beyond those legalistic considerations lays the dire situation of Guinea. A country profoundly wounded by 50 years of dictatorship and authoritarian rule.

French Cooperation minister, Alain Joyandet
French Cooperation minister, Alain Joyandet

Nicknamed the Water house of West Africa and endowed with abundant natural resources (water, fertile land, livestock, timber, and minerals) Guinea is plagued by corruption and it ranks among the poorest countries in the world. Hence the dilemma faced by the international community. On one hand, it must apply a relentless until the army returns to the barracks. One the other hand, it cannot expect such a challenging outcome to happen by miracle. On the contrary, Guinea external partners should stay engaged and provided the required collaboration to the political parties, the unions and civic groups to usher in the advent of constitutional rule.

The Federal Republic of Nigeria has lived under military dictatorship for most of its existence. However, it has consistently responsive to the violent crises that have rocking post-colonial Africa. First, it overcame the Biafra secession in the mid-1960s. Then it played a leading role in peacekeeping and combat duties against the decade-long rebellions in Sierra Leone and Liberia.

Col. Muammar Khadafi and Guinea Prime minister Komara Kabine, Conakry 2009
Col. Muammar Khadafi and Guinea Prime minister Komara Kabine, Conakry 2009

 

It is therefore understandable that Abuja led the uncompromising ECOWAS voices against the Conakry putsch. They must apply a tactful yet relentless pressure on the NCDD to help achieve a smooth transition to civilian rule.

That said, Guinea’s suspension from the AU and ECOWAS, is a rebuttal to the backers of the Conakry coup: France, Senegal and Libya.

  1. On January 3rd President Nicolas Sarkozy of France dispatched State Secretary for Cooperation and Francophony, Alain Joyandet, to assess the situation in Conakry. Following two days of talks, the emissary announced that the French government would provide financial assistance to the struggling National Independent Electoral Commission. He added that France would also monitor the situation closely… But France has had a complicated history with the Government of Guinea. The relationship soured following Guinea’s overwhelming No vote in the September 28, 1958 referendum organized by General Charles de Gaulle, the founder of the current French 5th republic. Things improved only 1975 when President Giscard d’Estaing resumed diplomatic ties with Conakry, thanks in part to the tireless effort of former ambassador André Lewin. Ever since, France has reasserted its Guinea policy, as the former colonial power, a diplomatic ally and an economic partner. In 1976, anxious to accommodate the late president Sekou Toure, the French government banned Jean-Paul Alata’s Prison d’Afrique, a book denouncing the torture and the killings carried out at Camp Boiro. Despite the uproar, the measure was not immediately rescinded. French newspapers and authors condemned the cynicism of their government (See L’affaire Alata and Grain de sable). In 2000, the World Bank decided to stay out of the Garafiri electric dam project due to its negative impact on the environment. But President Jacques Chirac decided to back the investment. In short, France’s policy implements the principle that states are not guided by sentiments. Instead, they protect their assets and promote their interests.
  2. President Abdoulaye Wade of Senegal, does the opposite of France. Chairman Moussa Dadis earned his support by simply calling Daddy! Falling for Captain Camara’s reverence, he said that he could not throw stones at the NCDD. He went on to lend the junta his presidential plane on which  General Mamadou Toto Camara, the NCDD’s 1st vice president toured neighboring Guinea-Bissau, Mali, Côte d’Ivoire, Liberia and Sierra Leone. Yet, Abdoulaye Wade faces a declining popularity at home. His fellow citizens accuse him of mismanagement, erratic behavior, human rights violations, and nepotism. And the journalist Souleymane Jules Diop has sued Wade’s family on embezzlement charges. As it turns out, President Wade’s democratic credentials are fading fast. The Guinean junta should be mindful of Senegal’s alarming evolution.
  3. Also on January 3rd, Colonel Muammar Khadafi, president of the Libyan Jammahiriya, who preceded Abdoulaye Wade for a stop-over at Conakry Gbessia airport. The simple mention of the colonel’s name creates some uneasiness. Persistent rumors see his hand and Burkina Faso’s Compaore behind the rebellions in Liberia, Côte d’Ivoire, and elsewhere in West Africa. In reality, Khadafi’s impromptu visit to Conakry may have political as well as business reasons. Last year, former Prime minister Lansana Kouyate agreed to give ownership of two hotels in downtown Conakry to Libyan investors. The late president Conté voided the deal. Did the Supreme leader come to revive those lost contracts?

The above bilateral considerations matter little in the aftermath of the ECOWAS decision. The NCDD has lost an important battle in Abuja. Its hopes for official multilateral recognition have been dashed. It must now bear the brunt of the rejection and adjust to a delicate international context. What will it do next? Watch and see !

However, keep the pressure on !

Tierno S. Bah

Faux faux-pas ou prétendue erreur de cible ?

2009-01-09 09:48:47

Un détachement militaire s’est rendu coupable de violation de domicile, de fouille et de tentative d’arrestation illicites contre Cellou Dalen Diallo, ancien Premier ministre et président de l’Ufdg, et le Général Ibrahima Sory Diallo. Des réactions diverses font état de bavures. Mais une erreur qui arrive trois fois le même jour, n’en est pas une.

Les opérations du commando auraient été dirigées par un certain Capitaine Kaba. Or il n’y a pas de Capitaine Kaba sur la liste du Cndd.

Faux-pas ou action préméditée ?

Ce n’est pas la première fois que Cellou est accusé d’engager des mercenaires et de cacher des armes de guerre. Une telle fausse plainte remonte à l’ancien Premier ministre Lansana Kouyaté. En 2008, il avait dénoncé un complot similaire, fomenté, selon lui, par Cellou Dalen et le Général Bailo Diallo, ancien ministre de la défense. C’était une manœuvre d’élimination politique doublée d’une continuation du Complot Peul. En 1976, Sékou Touré annonçait son programme d’enterrement définitif du racisme peul.

Hier, les agresseurs du domicile de Cellou auraient affirmé qu’ils ne se « lasseront d’exterminer les Peuls jusqu’au dernier »

En 2008, Lansana Conté rangea le dossier. Les deux personnalités visées — Cellou et Bailo Diallo — encaissèrent passivement le coup. Et l’affaire fut momentanément classée…

Elle a rebondi hier, Jour de l’An, avec le même Cellou Dalen comme cible principale.

Il ne s’agit donc pas d’une bavure ou d’un faux-pas. C’est plutôt une stratégie mûrie et une action préméditée.

Le Premier ministre Komara chez Cellou Dalen
Le Premier ministre Komara chez Cellou Dalen

Pour le moment, le coup a échoué. Mais cela ne signifie pas que les incendiaires du pays ont renoncé à leurs plans criminels.

Le Premier ministre Kabiné Komara a présenté ses regrets après un délai de plusieurs heures. Mais le président du CNDD, Capitaine Moussa Dadis Camara, reste silencieux. C’est étrange. Il fut pourtant le premier à dénoncer l’intrusion d’un contingent de mercenaires étrangers pour débarquer son nouveau groupe. Où sont aujourd’hui les preuves de cette grave accusation ?

Que faire ?

Cellou Dalen va-t-il persévérer dans la passivité ? Ou alors réagira-t-il en sa double qualité de citoyen et de leader politique dont la sécurité est en danger ? On ne saurait le dire. Et pourtant ses options sont claires. Il devrait :

  • Exiger l’ouverture immédiate d’une enquête judiciaire sur la triple agression perpétrée à son domicile.
  • Poursuivre ses agresseurs et demander leur punition par la justice — pour autant qu’il y en ait une!
  • Publier un Livre Blanc remontant au duo Lansana Kouyaté-Mamadou Mbo Kéita et aboutissant à l’attaque du jeudi 1er janvier 2009.

Ou au contraire, comme l’année dernière, l’Ufdg et son leader peuvent opter pour l’inertie. Mais ce faisant ils:

  • Renforcent l’impunité d’adversaires politiques déterminés et d’ennemis personnels acharnés.
  • Desservent la cause des droits de l’homme, qui ne peut avancer qu’avec l’échange de données sûres et d’informations fiables et abondantes.

Tierno S. Bah

Bas le masque !

Le Conseil national pour la démocratie et le développement vient de jeter bas le masque, montrant ainsi son vrai visage. Comment peut-il s’appeler démocrate et violer le domicile privé d’un citoyen dix jours après s’être emparé d’un pouvoir vacant ?
La démocratie — toute démocratie — rejette de telles méthodes. Dès lors, les nouveaux dirigeants de Conakry devraient changer l’appellation de leur groupe. Car le mot démocratie lui sied mal après la triple tentative d’enlèvement et peut-être de liquidation physique de Cellou Dalen Diallo, président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG).

Camp Boiro ! tu tiens toujours les dirigeants guinéens dans tes griffes ! Lâcheras-tu un jour ta prise ?

Quelques jours avant d’être limogé, l’ancien Premier ministre Ahmed Tidiane Souaré avait agi pareillement en ordonnant l’arrestation du journaliste Thiernodio Diallo. Les collègues de ce dernier protestèrent énergiquement contre cette atteinte flagrante aux droits de l’homme et à la liberté d’expression…

Cette fois-ci également, on espère que les partis politiques auront le courage de condamner publiquement le kidnapping manqué de la part de soi-disant émissaires du CNDD. Car le malheur n’arrive pas qu’aux autres. L’intimidation de Cellou Dalen pourrait faire tache d’huile.

Voilà bientôt dix jours que les dirigeants de Conakry parlent de mercenaires et d’armes introduits en Guinée. Dans son appel téléphonique du mercredi 24 décembre 2008, le président du CNDD s’en plaignit auprès de Abdoulaye Wade, son collègue sénégalais, qu’il appela fort maladroitement Papa. A ce jour, nous n’avons aucune preuve à l’appui de leurs dénonciations contre des pays voisins. Le Complot Permanent perdure avec les méthodes efficaces que sont :

  • La stratégie de la conspiration, l’invention de faux adversaires et ennemis et la chasse aux sorcières
  • La tactique de la diversion pour détourner l’attention du public des problèmes rééls

Intolérable en soi, la descente militaire dans une résidence privée est pour le CNDD un acte suicidaire sur les plans intérieur et extérieur.

  • A l’intérieur de la Guinée, le déséquilibre ethnique dans la composition du CNDD est patent. On tient à réduire le Fuuta-Jalon, en dépit de son poids démographique et du rôle constructif de ses ressortissants dans l’évolution de la Guinée. Il s’agit là d’un déni délibéré d’équité et de justice. Voir mon blog précédent intitulé Pluralité marginalisée. Le CNDD compte-t-il gouverner le pays sans la confiance et le soutien d’une bonne partie de la population ?
  • A l’étranger, la manœuvre brutale et répétée contre M. Cellou Diallo renforce la décision de l’Union Africaine de suspendre la Guinée. Elle tempérera aussi probablement le soutien promis par la CEDEAO. Enfin, elle incitera les partenaires bi et multilatéraux au wait and see. Une attitudequi se justifie davantage à présent.

En somme, au lieu de fêter le Jour de l’An dans la paix et le renforcement du consensus naissant, le régime du Capitaine Moussa Dadis Camara a préféré se discréditer en s’attaquant aux citoyens, qu’il prétend protéger !

Tierno S. Bah

Fulɓe de Guinée : pluralité marginalisée

Paysage ethno-démographique guinéen

Dix-huit ethnies forment la population guinéenne.

BagaBadiarankeBasariFulɓe/Toroɓɓe
GuerzéJakankeJalonkaKisi
KönönKoniaguiLandumaManinka
MamiManönMikhiforeNalu
SoussouToma

Aucune de ces communautés n’est statistiquement majoritaire en Guinée. Aucune ne constitue plus de 50 % de la population. Mais l’une d’elles est pluralitaire : ce sont les Fulɓe du Fuuta-Jalon. Constituant plus de 40 % de la population, ils forment le groupe le plus nombreux. Malheureusement, on ne peut pas donner ici de tableaux récapitulatifs détaillés. Car depuis 1958, l’Etat refuse de procéder au recensement humain du pays. Le dernier sondage démographique date de 1956. Le régime du PDG a essayé de manipuler la composition démographique à plusieurs reprises. Mais les spécialistes considèrent de tels efforts comme des montages politiques et économiques.

Promesse

Barry Diawadou
Barry Diawadou

Dans le premier communiqué annonçant sa prise du pouvoir, le Conseil national pour la démocratie et le développement avait promis l’équilibre ethnique dans la composition des institutions. Depuis lors, il a violé cette promesse. Au contraire, l’un de ses objectifs porte sur la marginalisation des Fulɓe, l’ethnie pluralitaire en Guinée. Politiquement, cela s’appelle de la myopie. Mais dans le contexte guinéen, une telle myopie devient cécité. Elle transforme le CNDD en organisme aveugle et insensible à l’expérience et aux réalités complexes de la Guinée.

Ethnicité, pluralité, histoire et politique

Sans le soutien unanime des dirigeants politiques du Fuuta-Jalon la Guinée aurait voté Oui comme les autres colonies françaises au referendum du 28 septembre 1958. Les deux leaders politiques Fulɓe optèrent pour le Non, avant Sékou Touré. Le PDG adopta à son tour la même position. Cette convergence permit le triomphe du Non. Trois semaines après la proclamation de la république, le parti d’opposition, l’Union progressiste de Guinée (issu de la fusion  d’opposition du Bloc Africain de Guinée de Barry Diawadou et du Parti du Regroupement Africain de Barry III) s’intégrait au PDG. Les deux ralliés paieront cette démarche de leur vie.

A propos de ce ralliement politique entre Sékou Touré et les dirigeants Fulɓe, voici qu’écrivait un observateur :

Plus important encore était l’alliance que Sékou Touré eut la prévoyance de forger, à la veille du referendum, avec les leaders Foulah Barry Diawadou (à présent ambassadeur au Caire) et Barry III (à présent ministre du commerce). La base de la victoire de Sékou Touré en 1958, et de son pouvoir aujourd’hui, n’est pas, comme beaucoup d’observateurs Européens se l’imaginent, la coalition incommode entre la Gauche et la Droite au sein du gouvernement guinéen et du Bureau politique national. Elle repose sur la dimension complètement différente de la structure tribale de Guinée. Touré lui-même est Maninka, revendiquant une descendance directe de Almami Samori Touré, le dernier souverain Malinké, qui fut exilé par les Français au Gabon où il mourut en 1900. Les Malinkés (850.000 environ) et les Foulah (plus d’un million) sont des rivaux raciaux traditionnels en Guinée et aussi des adversaires politiques majeurs dans la Guinée coloniale. Si Touré avait suivit l’avis de conseillers extravagants en 1958, et écrasé les leaders Foulah après l’indépendance, la Guinée n’aurait pas survécu les cinq années passées. Touré et les Foulahs ont peut-être des comptes à régler d’ici à 10, 15, ou 20 ans; mais aussi longtemps que le contrat de 1958, qui rendit possible la défaite des Français tient, le pouvoir de Sékou Touré est à l’abri…
Sékou Touré est méticuleux dans l’apaisement du sentiment tribal, et rarement une nomination politique ou administrative est faite complètement en dehors de considérations ethniques.
Ce n’est pas un accident si la seconde personnalité du pays, Saifoulaye Diallo, ancien président de l’Assemblée nationale et à présent ministre d’Etat chargé du Plan, est un Foulah; ou que Touré prétend (faussement) être né d’une mère Foulah; ou que l’hymne national est “L’air Alfa Yaya”, un ancien chant foulah.  Alfa Yaya, un seigneur dans les montagnes du Foutah-Djallon, est le chef martyr national, pièce maîtresse de la légende et du folklore d’Etat guinéens qui aident Sékou Touré à cimenter l’unité de son peuple.
(“Guinea After Five Years.” Africa Report. June 1964, p.3-6. The African-American Institute. Washington, DC.)

La prédiction de Africa Today se réalisa malheureusement. Sékou Touré abandonna graduellement l’équilibre ethnique du pouvoir entre Fulɓe, Mande et les autres ethnies. Pis, en 1976, il déclara avoir déjoué le Complot Peul.

Sékou Touré, en 1964
Sékou Touré, en 1964

Consultant son carnet noir,  il déclencha la répression méthodique contre les cadres Fulɓe. Des collègues loyaux (Saifoulaye) furent surveillés, piégés et marginalisés. Quant aux anciens rivaux, en dépit de leur ralliement sincère depuis 1958, Barry Diawadou et Barry III furent successivement assassinés. Leur mort suivit ou précéda celle de Ibrahima Diallo (1960) et de Telli Diallo (1977). En droit et en fait, le Complot Peul eut comme conséquence majeure la destruction du fragile équilibre ethnique de la Guinée. Le pays ne s’est jamais relevé de ce désastre. Le Wo Fatara de Lansana Conté en juillet 1985, l’activisme démagogique de Lansana Kouyaté en 2007-08, illustrent le flux et le reflux de l’ethnocratie dans la Guinée post-Sékou Touré.

Lansana Conté suivit, à mains égards, le chemin vicieux de son prédécesseur et ancien maître. Un jour, il étala publiquement son ethnocentrisme en déclarant :
— On dit que je n’aime pas les Peuls et les Malinkés. Est-ce moi qui les ai créés ?
L’inanité et la sottise de la question se passent de commentaires.

Le président Conté ordonna la mise à la retraite de la presque totalité des officiers généraux et supérieurs Fulɓe en 2005-2006. ll s’agit précisément de:

  • Général Ibrahima Sori Diallo
  • Général Abdourahmane Diallo
  • Général Bailo Diallo
  • Général Ibrahima Diallo

Quant aux Colonels Mamadou Baldé et Faciné Touré (qui parle couramment Pular), ils subirent un sort semblable. Tous deux participèrent activement au coup d’Etat du 3 avril 1984. Et en 1985, le commandant Mamadou Baldé dirigea la contre-attaque armée contre la tentative de coup d’Etat du Colonel Diarra Traoré. ‘Reconnaissant’, Conté les laissa languir au grade de Colonel. Par contre, il nomma des officiers moins méritants au grade de Général.

Pour sa part, dès son arrivée à la Primature, Lansana Kouyaté engagea une politique de retour à l’ethnocentrisme du PDG.  Il perdit le nord et brouilla les cartes. Il abandonna la feuille de route élaborée à Bel-Air (Boffa). Il se mit  à voyager à l’extérieur, expulsa une citoyenne guinéenne, etc. Bref, il brûla la chandelle par les deux bouts. Conséquence : il donna à Conté plusieurs prétextes que le défunt président retourna contre son Premier ministre. Il  rogna d’abord graduellement l’autorité de la Primature avant de limoger son occupant le 20 mai 2008. En quinze mois, ayant bradé son capital politique, Lansana Kouyaté fondit et disparut de la scène publique.

Tierno Monenembo souligna à l’époque le comportement catastrophique du Premier ministre Lansana Kouyaté. En réponse, des plumes l’assillirent verbalement sur certains groupes de discussion et sites Internet. Tierno dénonçait le fait que les ministres Fulɓe occupaient des portefeuilles de second plan. Un fait que la hiérarchie protocolaire du gouvernement reflétait clairement.
Curieusement, Tierno Monemembo n’avait que partiellement raison. Il est vrai que Lansana Kouyaté avait délibérément donné des postes mineurs aux cadres Fulɓe. Mais ces derniers n’étaient pas tenus de les accepter.
Prenons le cas de Saidou Diallo, ex-ministre du Contrôle économique et financier, de l’Ethique et de la Transparence. Le titre est ronflant et kilométrique. Mais la fonction était modeste et conçue pour jeter de la poudre aux yeux des bailleurs de fonds. Cela n’empêcha pas le gouvernement Kouyaté de s’effondrer dans l’opacité et les rumeurs de corruption, à l’oppoé de l’Ethique proclamée. Dire pourtant que Saidou avait plus d’expérience en gestionn et en diplomatie que tous les membres du gouvernement.

En effet, M. Diallo est issu de la promotion Lénine (1967), la première de l’Université guinéenne, dont il fut l’un des trois majors, avec feu Abdoulaye Diallo (linguistique) et Mohamed Lamine Kaba (mathématiques, et ancien recteur de l’établissement) . Originaire de la même paroisse (misiide) que Telli Diallo, Saidou exerça de hautes fonctions dans le régime de Sékou Touré. Autrement dit, après avoir tué le plus illustre ressortissant de Porédaka, Sékou Touré nomma cyniquement de plus jeunes cadres de ce village à des postes importants. Mon frère et ami Thierno Habib Diallo s’ajoute à cette liste… Je le répète donc ; Saidou Diallo n’était pas obligé d’accepter le portefeuille. Au contraire.

Même chose pour Thierno Oumar Bah, qui fut ministre des Travaux Publics, de l’Urbanisme et de l’Habitat, dont la famille fut décapitée par Sékou Touré en 1971-72. Ses trois  oncles Elhadj Thierno Ibrahima, Elhadj Bademba, Thierno Mouctar furent arrêtés. Seul le dernier en réchappa…

En plus des condamnations à mort, le Complot Peul créa un traumatisme psychique et moral parmi les Fulɓe, en particulier,  et les autres ethnies  guinéennes, en général.

Lors d’une conversation avec Dr. Alpha Oumar Barry Sékou Touré  affirma que Telli Diallo ne pouvait être qu’un second. Bien évidemment, lorsqu’on pense au brillant palmarès scolaire et professionnel du premier secrétaire général de l’OUA, une telle déclaration ne pouvait être que du bluff.

Au premier trimestre 2008, Lansana Kouyaté et Mamadou Mbo Keita (ministre de l’Intérieur et véritable no. 2 de gouvernement ou horon (maître) de Kouyaté, le jeli, dans la hiérarchie traditionnelle Mande), accusèrent accusés  le ministre de la défense, Général Bailo Diallo et l’ancien Premier ministre Cellou Dalen Diallo de complot contre l’Etat. Saidou Diallo et Thierno Oumar auraient dû se souvenir de l’hécatombe de Sékou Touré contre les Fulɓe.  Suite à l’accusation fantaisiste mais grave contre les deux Diallo, ils auraient dû soumettre leur démission immédiatement. Mais non, ils continuèrent de siéger tranquillement au gouvernement jusqu’à la destitution du Premier ministre.

Sur un autre plan, toutefois, le comportement de certaines personnalités Fulɓe a contribua à renforcer le complexe de supériorité de Sékou Touré … et plus tard de Lansana Conté.

Ainsi Saifoulaye refusa de confronter Sékou Touré à des moments cruciaux de l’histoire du parti et du pays. Et pourtant il avait une solide base politique dans le PDG. Mais au mois par trois fois, il refusa d’assumer le destin de leader principal.

  • En 1957 à Mamou, lors de la réunion de confrontation entre Sékou Touré, secrétaire général du PDG et la sous-section dissidente de cette ville.
  • En 1962,  au Séminaire de Foulaya (Kindia), où il rejeta son élection par une majorité d’une voix comme secrétaire général du PDG, au détriment de Sékou Touré
  • En 1976, lors du Complot Peul, lorsqu’il s’auto-condamna en faisant une pseudo-dénonciation du « racisme » Peul.

Ensuite, j’ai mentionné plus haut la reddition de Barry Diawadou et de Barry III. Plus exactement ils :

  • Abandonnèrent le combat pour le pluralisme partisan contre les visées hégémonistes du  PDG et la mégalomanie de Sékou Touré, même au prix de leur vie.
  • Renoncèrent à leur rôle de dirigeants et d’opposants politiques
  • Acceptèrent la dissolution de leur parti dans le PDG.
  • Siègèrent — temporairement — dans le gouvernement de Sékou Touré en 1959

De son côté, Telli Diallo fut prévenu — y comprisDeclaration de la femme de Telli Diallo — du sort qui l’attendait s’il acceptait de s’installer à Conakry après ses deux mandats à la tête de l’OUA. Il n’écouta personne et fit le jeu de Sékou et Ismaël Touré, ses ennemis mortels.

Sous le règne de Conté, d’autres cadres (civils et militaires) Fulɓe jouèrent le même rôle d’allégeance obséquieuse à un président pourtant dévoyé, mécréant et aux mains tachées du sang d’innocents :

  • Elhadj Tierno Abdourahmane Bah, Imam, comme ses aïeuls, de la Mosquée Karamoko Alfa de Labé. C’est le plus grand poète hal-pular vivant ; je lui suis doublement proche puisqu’il est à la fois mon oncle maternel et mon beau-frère.
  • Général Abdourahmane Diallo
  • Elhadj Boubacar Biro Diallo
  • Thierno Mamadou Cellou Diallo, un aîné et un allié familial
  • Cellou Dalen Diallo, un cadet et un allié familial
  • Feu Elhadj Boubacar Barry, le dernier prince du Fuuta-Jalon (et mon bel-oncle maternel)
Elhadj Tierno Abdourahmane Bah
Elhadj Tierno Abdourahmane Bah

Quant aux commerçants Fulɓe, ils courtisèrent ardemment Lansana Conté, nourrissant son insatiable appétit d’argents et de biens matériels. Il toléra leur manège aussi longtemps qu’il en dépendait. Mais en 2000, Charles Taylor et le RUF de Sierra Leone attaquèrent les villes frontalières pour  se venger de l’ingérence de Conté dans leurs affaires. Le président Conté exagéra alors le budget et les dépenses de sécurité. En peu de temps, il monta un homme de mains en épingle. Ayant jetté son dévolu sur Mamadou Sylla, il l’imposa au monde des affaires. Il attisa les contradictions entre ce dernier et les hommes d’affaires Fulɓe. Un jour, pour bien indiquer la distance entre eux, il leur tint même un langage séparatiste. Premier magistrat du pays, il leur dit publiquement en juillet 2004:

— La tomate pousse bien au Fouta, mais nous aussi [en Basse-Guinée], nous en avons un peu  !

Une autre fois, le président Conté convoqua une réunion, radiotélévisée en direct,  avec les soi-disant opérateurs économiques. Il ordonna aux commerçants Fulɓe (Elhadj Alfa Amadou Diallo, Elhadj Alsény Bary, Elhadj Geregeeji, etc.) de s’asseoir par terre devant la caméra de la RTG. A la fin de la rencontre, sur un ton arrogant, il les renvoya  en disant :
— Sylla, prends tes commerçants, et va régler ce problème.

Abandon du terroir et malédiction ancestrale ?

Il est difficile d’expliquer cette chute vertigineuse du Futa-Jalon. Jusqu’en 1950 environ, cette terre et ses traditions formaient un ensemble cohérent et riche, sinon matériellement, du moins spirituellement, culturellement et historiquement. En plus de son rôle naturel de château d’eau de l’Afrique de l’Ouest, Amadou Hampâté Bâ l’appelait  le Thibet de la région.

De 1725 à la défaite de l’Almami Bokar Biro Barry à la bataille de Porédaka en 1896, l’état théocratique islamique avait brillé dans la région. Il avait su allier diplomatie et guerre, coopération et concurrence avec ses voisins : Mande (à l’Est) Soso-Jalonka, Nalu, Landuma (Sud, Nord, Est).

Premier chef d’Etat du Fuuta-Jalon, Ibrahima Sambegou Barry dit Karamoko Alfa mo Timbo, fit des études à Kankan. Les relations entre la communauté Maninka-Mori et le Fuuta se développèrent au fil du temps. Un quartier de Kankan porte le nom de Timbo…

Le Fuuta-Jalon comptait neuf provinces :

  1. Ɓuriya
  2. Fugumba
  3. Fode-Hajji
  4. Kebali
  5. Kollaadhe
  6. Koyin
  7. Labe
  8. Timbi
  9. Timbo

Fode-Hajji était une principauté mande. L’historien guinéen Thierno Diallo résume l’expérience étatique fuutanienne en ces termes :

Le Fuuta ancien était une communauté religieuse… Les liens qui unissaient l’ensemble des habitants du Fuuta tout au moins l’ensemble des tribus peules et mande ayant participé à la conquête du pays, n’étaient pas des liens fondés sur le sang, ni sur l’ethnie, mais fondés sur la foi, la croyance religieuse. L’Islam était le ciment de cette communauté…

Les observateurs étrangers abondent dans ce sens. Ainsi Cosme Dikoume,  démographe camerounais, note  :

… par le jeu des forces centrifuges et centripètes, la société du Fouta a connu dans une large majorité un prébrassage au niveau régional avant l’intégration actuelle au niveau national.

Le professeur américain David Robinson constate :

Le Fouta-Djallon était beaucoup plus qu’un Almamat dominé par une aristocratie Fulbhe. C’était un pôle de connaissances, attirant les étudiants, de Kankan à la Gambie, et intégrant le clergé Jakhanke de Touba aussi bien que les enseignants Fulbhe. Il constituait la plaque tournante de caravanes commerciales partant dans toutes les directions. Les lignages commerciaux les plus entreprenants, toutes ethnies confondues, fondèrent des colonies dans les collines Futanke et le long des routes principales. Il allait de leurs intérêts d’envoyer leurs enfants aux écoles Futanke, de supporter les diplômés qui en sortaient pour enseigner, et en général d’étendre le vaste rayonnement d’influence qui irradiait du Fouta-Djallon.

Et Gilbert Vieillard conclut :

La fédération musulmane du Fouta était un organisme plus vivant, plus excitant pour ses habitants, que les « Cercles de la moyenne Guinée », parce qu’elle était leur œuvre, une source de fraternité et de fierté ; même si notre colonisation réussit à donner à un plus grand nombre d’habitants un confort individuel supérieur, la chaude vie sociale n’aura pas été remplacée.

Fuutiiɓe Fuuta

La gent dynamique issue du Fuuta a largement abandonné son terroir afin de s’installer à Conakry et à travers le monde. Cette désertion est une perte à double tranchant. D’un côté, acculé par la pauvreté, le pays ancestral s’étiole et se désole. De l’autre, les émigrés n’ont pas trouvé  ce qu’il sont allés chercher sous d’autres cieux. De part et d’autre, la nostalgie et l’exil  pèsent de tout leur poids. Et l’héritage culturel ancestral se dilue et se perd.

Le sort des personnalités futaniennes basées à Conakry méritent une mention particulière. Nombre d’entre elles — et parmi les prééminentes — ont trouvé une mort violente sur les rives de l’Atlantique :

  • Yacine Diallo étudia chez mon grand-père maternel, Tierno Aliyu Bhubha Ndiyan. Cela ne l’empêcha pas de renier l’Islam en se convertissant au catholicisme et en devenant Louis Yacine Diallo. Né en 1897, il mourut en en pleine force de l’âge, empoisonné sur ordre de Sékou Touré,
  • Ses cadets et rivaux politiques eurent un sort similaire : Diawadou, le Sediyanke, fut fusillé le 27 mai 1968 au mont Gangan ; Barry III, le Seriyanke, fut pendu au Pont Tombo le 25 janvier 1971.
  • Revenu à Poredaka en vacances après une année scolaire studieuse, Telli Diallo puisait de l’eau et cherchait du bois de cuisine pour sa mère. Il ne se départit jamais de sa foi musulmane. Mais, sentant sa mort prochaine au Camp Boiro, il résuma ainsi son cruel sort entre les mains de Sékou Touré :

Ce grand  arbre qu’aux yeux de certain j’ai été, [n’] a donné  ni ombrage ni fruits. Qu’il soit abattu et donne du bois…

  • Saifoulaye mourut dans son lit, ulcéré et abandonné par Sékou Touré. Il put cependant renouer avec l’éducation et la foi musulmanes, qu’incarna si bien Neenan Dienabou Daralabe Barry, sa pieuse mère.

Et j’en passe …
La diabolisation du Fuuta-Jalon serait une réponse à ce que Sako Kondé a appelé — dans une critique voulue constructive — l’exclusivisme peul. Sékou Touré  invoqua le même argument — dans un but destructeur — pour interdire, en 1976-77, l’attribution de bourses d’études à l’extérieur aux étudiants Fulɓe, quelque fut leur classement aux examens.
En réalité, la fierté ethnique est universelle. Elle se manifeste chez tout individu ayant subi les rites de passage de sa culture ethnique et intériorisé les mythes reçus. Cela est valable partout en Guinée, en Afrique et à travers le monde. Le sujet est trop vaste pour que je m’y attarde. Mais si l’on y réfléchit un peu, on se rendra compte que le narcissisme ethnique est un phénomène universel.

Le Capitaine Moussa Dadis Camara a en fait une démonstration publique  lorsqu’il souligna, le 27 décembre, l’importance qu’il attache à son éducation coutumière Kpèlè (Guerzé) …

Iceberg

Le CNDD s’est contredit déjà en ne respectant pas sa promesse d’équilibre ethnique. Et depuis son arrivée au pouvoir, il se signale par l’inévitable improvisation —pour parer à l’inattendu— des déclarations et des contre-déclarations, sur l’exploitation minière, par exemple.

Cela fait bientôt deux semaines le Capitaine Moussa Camara est le troisième président de la république de Guinée. Et le CNDD ressemble encore à un iceberg. Seul le sommet est visible, en l’occurrence, le président et les deux vice-présidents. On se précipite vers les fonctions ministérielles stratégiques ; mais l’on n’a pas encore attribué des responsabilités aux autres membres du CNDD. Chaque collègue du président Camara devrait coordonner un secteur d’activité, en attendant de pouvoir y coopérer avec le futur ministre de tutelle et les institutions intéressées.

Les mots et la chose politique

Samedi 27 décembre 2008, le président Moussa D. Camara a déclaré au Camp Alfa Yaya :

« Le Forestier, une fois au pouvoir, va drainer les grands projets en Forêt. C’est terminé. Le Peulh viendra demain, il va donner tous les projets importants au Foutah. C’est terminé. »

On verra bien. Car les processus historiques et sociaux ne sont pas mécaniques. Ils ne sont pas réglables tels des chronomètres que l’on démarre et arrête à volonté, même militaire.

En politique les actes sont aussi éloquents que les discours.

En choisissant M. Kabiné Komara comme Premier ministre, le CNDD a consulté la liste de cinq noms soumis par les syndicats et la société civile à Lansana Conté en 2007.   Le choix ne surprend donc personne.

Premier ministre Komara Kabine
Premier ministre Komara Kabine

C’est maintenant le tour de M. Komara de réussir ou d’échouer en fonction des actes qu’il posera à la Primature de transition.

Sa nomination est certainement méritée au plan individuel. Toutefois, au-dessus du nouveau Premier ministre, il y a le CNDD,  qui est placé désormais dans une situation délicate.

Les nouveaux dirigeants  donnent l’impression de n’avoir pas ouvert le livre d’histoire du pays. Ils n’ont pas  tâté le pouls des Guinéens. Consultent-ils  activement et réfléchissent-ils bien avant de décider ?

Pourquoi la composition du CNDD est-elle presque mystérieuse. Et pourquoi procèdent-ils à la désignation par petites doses du gouvernement. Sont-ils conscients d’avoir recréé le malaise familier du déséquilibre ethnique guinéen ?

Rassembler et non pas diviser

Le CNDD ne peut faire avancer la Guinée en marginalisant dans ses rangs les citoyens issus de l’ethnie pluralitaire du pays. Cela est évident. Mais depuis le 22 décembre, le CNDD reproduit des aspects de la politique erronée et tragique des  présidents Sékou Touré (1958-1984) et Lansana Conté (1984-2008). L’insincérité et la fourberie conduisirent les deux hommes à l’échec. L’histoire retiendra leur incompétence, leur intolérance et leur cruauté face à la déchéance palpable de leurs concitoyens. Ils furent désignés pour diriger dans l’égalité, la justice et la fraternité. N’écoutant que leur cœur égoïste, ils ont, par la force, perverti leur fonction initiale de serviteurs. Faisant couler les larmes et le sang, ils finirent par s’imposer comme les maîtres du pays.

En définitive, les cadres Fulɓe sont les auteurs de leur marginalisation. Leur peuple n’est ni supérieur ni inférieur à un autre. Il est vrai que pendant deux ou trois siècles, s’appuyant sur la puissance unificatrice de l’Islam, les Fulɓe jouèrent un rôle dirigeant en Afrique de l’Ouest. Mais la conquête et l’hégémonie européenne ont largement effacé ce passé, qui est aujourd’hui sali par les uns et admiré par les autres. Et la mondialisation expose à l’Afrique à de nouveaux maîtres extérieurs, qui appliquent le même Pacte colonial du 19e siècle, à savoir ravir le continent des ses ressources naturelles et y déverser ses produits de pacotille, tout en détruisant l’héritage culturel multi-millénaire du berceau de l’humanité.

Seule l’union pourrait faire ralentir l’échec de la Guinée et de l’Afrique et inverser la paupérisation croissante des communautés rurales et urbaines.

Le CNDD ne pourra oeuvrer dans ce sens qu’en traitant de façon équilibrée équitable les composantes ethniques, sociales et professionnelles du pays.

Tierno S. Bah

Contradictions du Général Toto

Général Mamadouba Toto Camara
Général Mamadouba Toto Camara, vice-président du CNDD

Aux funérailles de Lansana Conté au Palais du Peuple et au stade du 28 septembre. Le Général Mamadouba Toto Camara a déclaré :

“Nous allons l’accompagner à la dernière demeure et nous prions Dieu qu’il nous donne le courage de continuer son oeuvre de tolérance, de paix, pour le bonheur de la Guinée”

Le Général se contredit sévèrement au double plan personnel et social.

Contradiction au plan personnel

En 2004, alors qu’il était colonel, le Général fut accusé de participation à un complot contre la sûreté de l’Etat, en compagnie de Sidya Touré, l’ancien ministre Baidy Aribot, etc.

En janvier 2005, après l’attaque du cortège présidentiel à Cosa, dans la haute banlieue de Conakry, le colonel Mamadouba Toto Camara fut arrêté et détenu au Camp Alpha Yaya Diallo jusqu’au 20 juillet.

Ce jour-là, le président Lansana Conté se rendit en personne à la caserne et fit libérer le prisonnier, qui y était gardé à vue.

Après sa libération le colonel fut promu au grade de Général et nommé, ou plutôt exilé, à l’ambassade de Guinée à Washington, DC. Sa mission y fut de courte durée. En effet, le 14 novembre 2008, le président Lansana Conté décreta (n° D0078/PRG/2008) que le Général de Brigade Mamadouba Toto Camara, précédemment Conseiller militaire à l’ambassade de Guinée à Washington, États-Unis d’Amérique est nommé chef d’état major de l’armée de terre en remplacement du Général de Division Kaba 43 Camara.

Victime donc de l’arbitraire de Conté, comment le Général Toto peut-il appeler le défunt président homme de tolérance et paix ? Comment explique-t-il qu’on l’ait accusé et emprisonné sans preuves, avant de le libérer sans motifs ? Pourquoi les hauts et les bas de sa carrière, les déviations grossières du régime de Conté par rapport aux normes cardinales d’un Etat républicain de droit?

Quel contraste entre la réputation d’officier moderne et éclairé du Général Toto Camara et l’auteur de ces propos fallacieux. Le portrait élogieux de ce diplômé de la grande ‘Ecole militaire de Saint-Cyr (France) serait-il surfait  ?

Contradiction au plan politique

27 décembre 2008. Le président du Conseil national pour la démocratie et la république, le Capitaine Moussa Dadis Camara, reçoit les représentants des partis politiques, des syndicates et de la société civile et religieuse au Camp Alfa Yaya.

La veille, il s’était absenté aux funérailles de son prédécesseur.
Ouvrant la rencontre avec ses invités, il fait observer une minute de silence à la mémoire du défunt.
Puis il se lance dans un réquisitoire sommaire et partial du régime qu’il a renversé. Dans son style discursif haletant, il innocenta Conté, d’une part, et accusa l’entourage et les collaborateurs de celui-ci des sept péchés capitaux.  Et il martela en conclusion :

« Ce sont des ministres qui entouraient le chef de l’Etat qui ont pillé ce pays, qui ont fait des buildings, des comptes un peu partout… Au moment où le président était fatigué, tous les gens qui l’ont entouré se sont remplis les poches.»

Général Toto voudrait faire accroire un gros mensonge : à savoir que Lansana Conté est mort honnête et pauvre comme le Job de la Bible ? Pur et dur, indifférent à l’argent et aux femmes, c’est plutôt son entourage qui sombra dans la corruption, la gabégie, l’impunité !!! Ce ne serait donc pas l’ancien président, mais son sosie, qui se rendit à la Prison centrale de Conakry, à Coronthie, pour libérer deux de ses associés, accusés de détournements de fonds de l’Etat:

  • Mamadou Sylla, président de Futurel Holding, bénéficiaire, sur ordre de Conté, des marchés juteux de l’Etat
  • Fodé Soumah, ancien vice-gouverneur de la Banque centrale

Au moment où Lansana Conté les sortait de prison, un garde pénitentiaire secoua la tête et s’exclama en langue Soso :
Bokhi bara kaná ! (Le pays est foutu !)

Le président du CNDD voudrait-il faire attribuer à Mamadou Sylla et à Fodé Soumah, seuls, les combines financières, foncières et autres magouilles du régime ? Et que pense le nouveau chef de l’Etat guinéen de la répression meurtrière de l’insurrection générale contre les abus de Conté ? Insurrection de populations excédées par la démarche inadmissible d’un president de la République libérant personnellement de prison deux citoyens accusés des mêmes crimes — corruption, trafic d’influence — que le Capitaine Dadis est prêt aujourd’hui à châtier de façon extrra-judiciaire.

Répétition de l’histoire

C’est à peu près le même langage que le CMRN tint le 3 avril 1984 dans son premier communiqué, lut par le Capitaine Facinet Touré :

L’oeuvre immortelle de Ahmed Sekou Touré aura été de conduire notre pays à l’indépendance nationale… Toutefois, si sur le plan extérieur, son oeuvre fut couronnée de succès, il n’en fut pas de même au plan intérieur,  où sous l’influence de certains compagnons malhonnêtes et sous la pression féodale de sa famille, les espoirs du peuple de vivre une société juste et équitable ont été balayés par une dictature sanglante et impitoyable, qui a écrasé [ces] espoirs.

L’analyse percutante de Sako Kondé revient ici à la mémoire. En effet, parlant de la succession de Sékou Touré, il écrit :

« Et bien souvent, écrit-il, … la mort du despote… contribue à le grandir dans l’esprit populaire, à associer à sa mémoire quelque mythe, entretenu le plus souvent par  l’incapacité des successeurs  de proposer un dessein nouveau et grand. »

On espère que le Capitaine Camara et le CNDD méditeront ce passage. Un homme averti en vaut deux, dit le proverbe. Et une erreur répétée est une faute. Certains actes du CNDD reproduisent des antécédents du demi-siecle ecoule, qui sont à la base de la faillite de la Guinée postcoloniale. Aujourd’hui, certains aspects du discours du president Camara au Camp Alfa Yaya, ne sont guère rassurants du point de vue républicain et de la promotion des droits de l’homme. Au contraire, ils eveillent une certaine apprehension par leur ton autocratique.

Voici un parallèle frappant.

Le 27 novembre 1958, soit deux mois après la proclamation de la république de Guinée, Sékou Touré, [il ajoutera Ahmed à son nom des années plus tard], president désigné, prononce le discours de clôture de la 2e Conférence nationale des cadres du PDG.  Parlant de l’unité nationale, il decrète soudain :

« Quiconque veut contrecarrer l’indépendance de la Guinée sera châtié. »

La première constitution avait été adoptée le 10 novembre 1958. Il aurait dû s’y referer et preciser : conformément à la Constitution et aux lois en vigueur.
Mais le jeune chef de l’Etat passa outre. Il avait déjà balaye dans sa pensee l’existence d’une justice indépendante de l’exécutif. Au contraire, il imposait son diktat. Ce discours constitua ainsi le premier pas vers l’Etat-policier, le complot permanent et le Camp Boiro, qui ruinerent le pays et ouvrirent la route a Lansana Conte.

Cinquante ans plus tard, le 27 décembre 2008, critiquant la gabégie du régime Conté, le Capitaine Moussa Dadis Camara prévient :

“Toute personne qui veut détourner le bien de l’Etat à son profit, s’il est pris, il sera jugé et châtié devant le peuple”. Aucune allusion au processus judiciaire normal, qui exige un tribunal legal, des magistrats assermentés, le droit à la defense, etc.

Depuis son tour triomphal de Conakry-ville, le mercredi 25 decembre, on note un changement de ton chez Moussa Dadis Camara. Il paraît moins humble, plus autoritaire et tranchant. Il parle à la première personne du singulier, de sa femme, de sa coutume, de son education, etc. Il devrait parler du collectif du CNDD et se referer a l’autorite de groupe de cette institution, dont il tire ses fonctions de president.

Individualisme au sommet

  • Le Général Mamadouba Toto Camara agit comme le maître de cérémonie des funerailles de Lansana Conte. Il se fit assister du gouverneur civil de Conakry, Sorel Soriba Camara, alors que la veille tous les gouverneurs de région avaient été relevés de leurs postes et remplacés par des officiers de  l’armée.
  • Durant toute la cérémonie, le Général Toto ne mentionna pas le nom et/ou le titre du président du CNDD et de la République, Capitaine Moussa Dadis Camara.
  • Il ne s’exprima pas non plus en tant qu’émissaire du CNDD, l’institution suprême du pays.
  • De son côté, le Capitaine Moussa Dadis omet de se référer à sa qualité de président du CNDD ou ne le fait que passablement. Il parle et agi à son nom propre ou au nom d’un Nous vague. C’est ainsi qu’il dit à l’ancien Premier ministre Souaré :

Hier, c’était vous, aujourd’hui, c’est nous. Nous vous avons aidés, vous devez nous aider.

  • Au lieu de planifier et de négocier la composition du gouvernement, le président Moussa D. Camara a  attribué le portefeuille de la défense isolément au Colonel Sékouba Konaté, l’un de ses deux concurrents pour la présidence du CNDD et de la république
  • Six jours apres la prise du pouvoir, les autorités n’ont toujours pas une photo collective du CNDD
  • L’on n’a pas non plus une idée de la hiérarchie complète de l’institution. On a désigné le président et deux vice-présidents. Et les autres postes ?

Tierno S. Bah