Race et Racisme. Ethnie et Etat

Race et racisme

Dérivé du concept de race, le mot “racisme” persiste partout au 21e siècle. Aux USA “race” est officiellement employé (recensements démographiques, administration, cartes d’identité, demandes d’emploi, etc.) Et pourtant, cela fait des décennies que le concept même de race a été scientifiquement réfuté. Il a été clairement établi que l’humanité constitue une seule et même espèce génétique et génomique. Au plan biologique elle se compose, non pas de races (noire, blanche, jaune, rouge), mais plutôt de populations, sous-populations, groupes et sous-groupes… Et elle partage plus de 98.8 % de son ADN avec un primate comme le chimpanzé, son plus proche parent dans le règne animal.
En Afrique la colonisation européenne usa — et abusa — du terme race. En réaction, et prenant le contre-pied de l’aliénation  subie à l’école coloniale, la génération anti-colonialiste (1940-1960) fustigea l’idéologie et le discours colonialistes. Mais une fois au pouvoir dans les années dans les années 1960, elle reprit le même langage dans des slogans tels que “A bas régionalisme”, “A bas le racisme !”…

Sékou Touré. Ce qu'il fut. Ce qu'il a fait. Ce qu'il faut défaire Editions Jeune Afrique. Collection Plus. Paris. 1985. 215 p.
Sékou Touré. Ce qu’il fut. Ce qu’il a fait. Ce qu’il faut défaire. Editions Jeune Afrique. Collection Plus. Paris. 1985. 215 p.

En réalité, c’est à l’ethnie qu’ils en voulaient, proclamant à tort   malhonnêtement et malicieusement : « Il n’y a plus d’ethnies (soussou, peule, maninka, guerze, toma, kissi, etc.) en Guinée. Il n’y a que des citoyens militants de la révolution. » Là gît le piège de l’Afrique post-coloniale. Un traquenard tissé du malaise, de l’incapacité, et de la malhonnêteté à gérer la diversité ethnique et culturelle des pays. Car les dirigeants et leurs clientèles ont un comportement ambigu, flou, à la tête de l’état. Ils prêchent le contraire de ce qu’ils pensent. Inversement, ils pensent le contraire de ce qu’ils disent. Ils souffrent du dédoublement de personnalité, de schizophrénie socio-politique, un mal psychologique dont Frantz Fanon posa clairement le diagnostic dans les Damnés de la terre dès 1960. Et dont l’actuel président guinéen est un patient avéré. Lui et nombre de ses pairs pratiquent officieusement ce qu’ils dénoncent officiellement, à savoir la concentration et la confiscation du  pouvoir par des individus et des groupes de leur ethnie. Peu importe le manque de compétence !

Ethnie, Etat et “Racisme”

Sékou Touré fit preuve d’ignorance et d’aberration avec son slogan attaquant le “racisme peul”. En effet, son gouvernement fut à dominante ou en absolue majorité maninka, de 1958 à 1984. Aujourd’hui, Alpha Condé, quatrième successeur-imitateur de Sékou, applique à la lettre le modèle inventé par le premier dictateur de la Guinée. Lansana Conté, Mousa Dadis Camara et Sékouba Konaté le précédèrent sur ce chemin tortueux, inique et jonché de cadavres.

Dans La Guinée : Bilan d’une Indépendance (1964)  B. Ameillon évoque le “népotisme”, “diffus” pour “les postes secondaires” et “très strict au niveau des postes de direction”. Il dégage la composition de la couche dirigeante en « classes d’âge, camaraderie d’école, de village, de parti (étant) à l’origine des fortunes politiques. Sur onze ministres que comprenait le premier ministère guinéen :

  • Trois, soit le quart, étaient nés à Faranah, patrie de Sékou Touré (Il s’agissait de Lansana Diané, Ismael et Sékou Touré)
  • Quatre, soit le tiers, étaient passés par l’école normale primaire de William Ponty.
  • Hormis une exception, ils étaient tous nés autour des années 1920 (c’était Abdourahmane Dalen Diallo dit “Vieux Doura”) »

A cela s’ajoute que le gouvernement ne compta aucune femme durant les cinq premières années de la république de Guinée, 1958-1963. Cela n’empêcha pas le régime de discourir à longueur de journées sur sa politique de promotion féminine. Pure démagogie doublée de crime ! Loffo Camara devint, certes, la première femme membre du cabinet le 1er janvier 1963. Mais en toute chose, il faut voir la fin. Et dans le cas de Mme Camara, ce fut tragique puisque Sékou Touré n’hésita pas à la faire fusiller le 25 janvier 1971 à l’aube, en même temps que Habib Tall, Balla Camara, Baba Camara, et des dizaines d’autres victimes, pendues ou passées par les armes à travers le pays ce jour-là. Quelques heures plus tôt, Sékou et les membres du Bureau politique avaient assisté à la pendaison nocturne d’Ousmane Baldet, Barry III, Moriba Magassouba et Kara Soufiane Keita au Pont du 8 novembre.

Loffo Camara : victime-martyre de Sékou Touré

Toutes ces tueries avaient pour but, entre autres, d’éliminer des cadres compétents décidés à bâtir le pays. Sékou Touré, lui, avait choisi le népotisme, l’incompétence et le clanisme. De 1971 à sa mort le 26 mars 1984, sa famille et ses alliés avaient complètement accaparé l’Etat.
Aujourd’hui, président Alpha Condé continue aveuglément une telle politique, qui ruina et qui continue d’appauvrir la Guinée.

Un seul gouvernement : la famille
Family Feuds

Ce à quoi feu Bâ Mamadou répondit éloquemment : La Guinée est une République, pas une famille. La formule présentant la Guinée comme une famille est au mieux légère et superficielle. Mais, au pis, on tient ce langage  pour parler, prématurément, de la “réconciliation nationale” sans que le préalable indispensable et la condition sine qua non de la JUSTICE aient été remplis. Dire que la Guinée est une famille implique, délibérément ou pas, l’atténuation voire la négation des violations des droits de l’homme en cours depuis 1958. Cette formule suggère que les Guinéens forment une famille. Dès lors, insinue-t-on, ils doivent se pardonner. Interprétée de la sorte, l’affirmation n’est ni généreuse, ni désintéressée. Au contraire, elle vise, d’une part, à occulter les victimes, et, d’autre part, à innocenter les bourreaux, et à absoudre les perpétrateurs, tous agents de “l’état républicain”. A la longue, la déclaration “La Guinée est une famille” pourrait préparer les esprits  à la passivité face aux crimes passés et présents de l’Etat. Elle deviendrait, ce faisant, un clin d’oeil complice, une approbation tacite de l’impunité en Guinée. Attention, donc ! Si le continent africain peut être réduit à un seul pays, alors la Guinée pourrait être ramenée à une famille !

Le Gouvernement par le complot

La tendance à s’entourer des “siens” s’accentua. Et Sékou Touré plongea dans l’absurde avec son complot contre les Fulbe et avec l’assassinat de Telli Diallo et de ses co-accusés, l’appel du pied cynique à Saifoulaye Diallo.

Discours anti-peuls de Sékou Touré
Sékou Touré : Gouvernement par le Complot et le Crime
La sale guerre de Sékou Touré contre les Peuls

Mais le châtiment de l’Histoire, la punition divine et la rétribution par Allah   ne tardèrent pas à le frapper.  En effet, en 1977, quelques mois après la mort atroce de Telli Diallo, Dr. Alpha Oumar Barry, Alioune Dramé, lieutenant Alassane Diallo, capitaine Lamine Kouyaté et leurs compagnons au Camp Boiro. Sékou Touré reçut, toutefois, la “compensation” de sa faillite et de sa cruauté la même année. C’était en fin août. Et les femmes, ménagères, marchandes au détail, marchèrent sur la présidence. Elles le désavouèrent ouvertement, publiquement. Et elles lui  crachèrent leur rejet total de sa politique de paupérisation, d’oppression et de répression.…

Ils furent assassinés sous le faux prétexte du “racisme peul”, un poison concocté par les machinations diaboliques et meurtrières du “responsable suprême de la révolution”, et qui continue d’infester la Guinée.

Ethnie et Institutions

Le rapprochement entre l’ethnie et les institutions républicaines. les est difficile à soutenir. Car la première est préhistorique, présente et pérenne, tandis que les autres sont récentes, fictives, embryonnaires, faibles. Et leur destin demeure incertain.
Sur tous les continents et dans presque toutes les sociétés, les traditions culturelles de l’ethnie régissent le cycle de la vie de l’individu: naissance, mariage, mort.
S’appellant “états-nations”, les républiques post-coloniales africaines ont du mal à gérer leur dualité, qui résulte du fait qu’elles sont composées de populations rurales et traditionnelles, d’une part, et qu’elles sont dirigées par des minorités occidentalisées, acculturées et aliénées. Cette réalité indéniable fait de l’état africain une entité stratifiée, où la minorité pense et impose ses diktats à la majorité.
En vain, car comme le rappelle l’adage : « Chassez le naturel, il revient au galop.”.…

Confusion à éviter

Il ne faut donc pas confondre l’ethnie et de l’ethnicité d’une part, et l’ethnocentrisme et l’ethnocratie, d’autre part. Les deux premières réalités doivent être assumées fièrement car elles affirment l’identité des uns et des autres. Elles soulignent la nécessaire et enrichissante diversité de la culture  et de la nature. Quant au second couple, il n’apporte que le sectarisme et la division.
Forme universelle d’organisation sociale, l’ethnie est le socle des sociétés. En tant que telle, elle  résiste au passage du temps et remplit des fonctions évidentes et éminentes. Par exemple, elle assigne les noms et les prénoms (de famille et d’individu), elle fixe le rituel des cérémonies (mariage, baptême, funérailles), etc. Elle repose sur des valeurs positives. Elle  englobe naturellement et gère légitimement la famille, qui est, au-dessous du clan, sa cellule formative, son unité constituante de base. A travers l’histoire, empires, royaumes, république, dictatures (dont celle de Sékou Touré) ont cherché à se substituer ou à briser l’ethnie. En vain. Celle-ci plie parfois, mais elle ne casse jamais !

Consulter ma republication de Outline of Cultural Materials sur SemanticVocabAfrica. Cette vaste classification anthropologique inclut des termes tels que : ethnic stratification, ethnometeorology, ethnophysics, ethnogeography, ethnobotany, ethnozoology, ethnoanatomy, ethnophysiology, ethnopsychology, ethnosociology, ethnocentrism

Réversible, horizontale et verticale, directe et indirecte, une hiérarchie lie l’individu et la famille à la société et à l’état. On peut la schématiser comme suit :

individu famille clan tribu ethnie société état nation

Matérielle et immatérielle, locale et empruntée, indigène et allogène, la culture constitue le dénominateur commun des entités ci-dessus énumérées. Elle oriente et s’enrichit de l’apport de composantes — constantes et variables dans le temps et l’espace — que sont la langue, la santé, l’économie, l’habitat, les technologies de fabrication, la politique, les coutumes, la religion, les arts, etc.

Moralité :  le pays, l’état, la république (démocratique ou non) ne peuvent pas être une famille, en dehors de la figure de style et de la métaphore.

L’étude de la vraie famille (biologique, sociale et culturelle) constitue un vaste domaine de recherches et de connaissances, théoriques et pratiques. Elle porte, entre autres, sur la famille nucléaire et étendue, le système de parenté, la règlementation du sexe (permissions et tabous). Lire G. Murdock , Social Structure, pour une anthropologie culturelle globale, M. Dupire, L’Organisation sociale des Peul, pour une ethnographie appliquée, Y. Wane, Les Toucouleur du Fouta Tooro : Stratification sociale et structure familiale, pour une approche sociologique. Enfin, pour une analyse critique, consulter G. Leclerc. Anthropologie et colonialisme: essai sur l’histoire de l’africanisme.

Quant aux institutions étatiques, elles ont de la peine à exister en Guinée. Car en théorie la Constitution garantit l’égalité et la parité entre les trois branches de l’Etat : législatif, exécutif, judiciaire. Mais en pratique, le législatif et le judiciaire végètent sous le poids étouffant du pouvoir exécutif. Et l’administration — logiquement placée sous l’autorité du chef de l’Etat — se dissout par la déréliction du président de la république et dans la gangrène de la corruption que celui-ci pratique et encourage.

Tierno S. Bah

Nigeria. Eleveurs contre cultivateurs : la politique du conflit

Mathieu Olivier, Jeune Afrique
Mathieu Olivier, Jeune Afrique

Jeune Afrique publie un commentaire sur le rapport d’International Crisis Group (ICG) sur le conflit meurtrier entre éleveurs et cultivateurs dans la région centrale du Nigeria. Mathieu Olivier signe le billet, de moins de 600 mots. C’est court et insuffisant pour saisir les causes, la dimension et les ramifications de contradictions armées, qui datent du 20è siècle.
Peu importe pour JA et ICG, qui simplement aisément un problème pourtant complexe. En l’occurrence, les deux organisations semblent obsédés par, et agitent le spectre de l’élection présidentielle prévue au Nigeria l’an prochain.

Etant donné leur politique éditoriale et leur palmarès en la matière, cela n’est peut-être surprenant, même pour un magazine sexagénaire et une ONG internationale. Néanmoins, je relève dans le rapport de ICG et dans l’article de JA les déficiences ci-après.

1. Généralisation abusive et hâtive

“Le conflit agro-pastoral, affirme-t-on, menace de « déstabiliser le pays.”

En réalité, il s’agit d’un conflit localisé au centre du pays. Quant au terrorisme pseudo-islamique de Boko Haram, il est situé dans le nord-est du Nigeria. Bien que concernés puisqu’ils appartiennent à la même Fédération, ni le nord (Hausa-Fulani, et autres), ni le sud-ouest (Yoruba et autres), ne sont qu’indirectement touchés par la violence qui secoue les deux régions mentionnées, auxquelles il faut ajouter le sud-est (Igbo et autres).

Localisation du conflit agro-pastoral nigerian
Localisation du conflit agro-pastoral nigérian

2. La loi “anti-grazing” du gouverneur Samuel Ioraer Ortom

JA et ICG ne se donnent pas la peine de s’informer et d’informer sur le gouverneur de l’Etat du Benue, Samuel Ioraer Ortom, ancien chauffeur de camion, self-made man, et promoteur de la loi “anti-grazing”. Cette législation interditla transhumance et le pâturage libre, visant à favoriser l’agriculture et à promouvoir la construction de fermes d’élevage clôturées”. J’ai déjà indiqué mon point de vue sur ce que je considère comme une mesure illégitime voire scélérate. Lire Nigeria. Pastoralists and agriculturalists, Unite!
Il se trouve que Samuel Ortom est lui-même un transhumant doublé d’un nomade politique. Il a changé de parti politique trois fois depuis 2015. Il fut ministre fédéral de l’Industrie, du Commerce et de l’Investissement de l’administration de Goodluck Johnatan, un régime dont la corruption continue de défrayer la chronique. En 2015 Samuel abandonna le People’s Democratic Party (PDP) de l’ancien président nigérian pour se rallier au All Progressives Congress (APC) de Muhammadu Buhari. Et voilà que la semaine dernière il a déserté celui-ci avec une cinquantaine d’autres politiciens en vue de l’élection présidentielle de 2019. Est-il surprenant dès lors qu’une figure aussi instable et volage soit à la base de la loi anti-gazing ? M. Ortom se soucie-t-il des conséquences de ses machinations politiciennes ? J’en doute. Et pourtant, souligne M. Olivier, “depuis son entrée en vigueur au mois de novembre, la mesure est au centre d’un bras de fer entre les autorités et les syndicats d’éleveurs qui continuent de revendiquer une vie nomade et exigent son retrait.”

3. Machinations économiques et politiques avec maquillage ethnique et religieux

3.1 Islamisation : slogan sans fondement

L’article de Mathieu Olivier poursuit : « Le conflit, essentiellement foncier, menace en outre de virer à l’affrontement interreligieux. »
Cette affirmation repose sur une déclaration de « plusieurs évêques des Etats de Benue et de Nassarawa » qui dénoncent un « programme clair d’islamisation de la ceinture centrale nigériane ». « Leur but est de frapper les chrétiens », a même déclaré Matthew Ishaya Audu, évêque du diocèse de Lafia. C’est un faux argument. Et JA aurait dû mener sa propre enquête afin de corroborer ou d’infirmer ces propos. Hélas, Mathieu Olivier se contente de la reprendre à la lettre comme si elle valait son pesant d’or. Ce dont je doute fort.

Les organisations engagées dans la spirale de la violence, de la destruction et de la mort sont les suivantes :

  • MAFO: Movement Against Fulani Occupation
  • Jafuyan : Jonde Jam Fulani Youth Association of Nigeria
  • Macban :  Mi-yetti Allah Cattle Breeders Association of Nigeria
  • Makh : Mi-yetti Allah Kawtal Hoore

3.2 Le faux spectre de l’ethnie Fulbe (Fulani)

Le même évêque accuse : « le gouvernement ne fait rien pour les arrêter, parce que le président Buhari est lui-même membre de la tribu [sic!] peul ». L’ignorance du prélat catholique est alarmante. Car les Fulbe constituent un peuple et une civilisation. En tant que tels,  et, comptant des dizaines de millions d’individus, ils incluent et transcendent la tribu.
Où sont les preuves confirmant cette accusation, qui est une diffamation de caractère du président fédéral du Nigeria ? Comment JA peut-il publier des paroles incendiaries sans offrir aux lecteurs des données et des faits probants ?
La hiérarchie catholique du Nigeria va plus loin que l’évêque Audu puisqu’elle affirme : « Il n’est plus possible de considérer comme une simple coïncidence le fait que les responsables de ces crimes odieux soient de la même religion que ceux qui contrôlent les services de sécurité, président compris. »

On sait que plus le mensonge est gros, plus il a de chances de se propager. Mais la déontologie professionnelle impose à JA de ne publier que des opinions appuyées par des faits vérifiables et des témoignages fiables. Il y va de la crédibilité du magazine.
A noter à ce sujet que JA a pris au moins la précaution de citer l’opinion adverse, celle du président Buhari. Celui-ci rejette les manigances et les actes de violence car, dit-il, ils sont l’oeuvre de ses opposants, déjà en lice pour la prochaine présidentielle.

Cela n’empêche pas Mathieu Olivier d’entonner à la suite de ICG l’insinuation suivante :

« … la gestion de Buhari dans ce conflit a renforcé l’adhésion de la communauté fulani [peul, NDLR] à sa personne. »

Là également, ICG et JA doivent fournir les preuves. S’ils n’en n’ont pas, qu’ils s’abstiennent de divaguer et de jeter de l’huile au feu qui embrase certains états du centre du Nigeria.

4. Prédiction futile et superflue

L’article s’achève sur la prédiction banale, futile et superflue que voici :

« Les positions radicalement opposées sur la présidence de Buhari pourrait nourrir les tensions interpartis, interrégionales et interconfessionnelles lors des élections de 2019 ».

En réalité, la sphère politique est mue par la dynamique des contrastes, divergences, contradictions, oppositions, et antagonismes. Si le conflit entre éleveurs et cultivateurs n’existait pas, d’autres sources de discorde et de division auraient émergé.

En guise de conclusion, le Nigeria est vaste et dispose de suffisamment de terres pour accommoder agriculteurs et pasteurs. Mais l’égoisme et la corruption des “élites”, en général, et celle des politiciens du gabarit du gouverneur, sèment la violence, la destruction et la mort. Et le Nigeria stagne au niveau d’Etat en faillite.

Tierno S. Bah

L’assassinat de Cabral expliqué !

Dans First Ambassadors: Cuba’s Role in Guinea-Bissau’s War of Independence Piero Gleijeses, professeur à SAIS (School of Advanced International Studies, Washington, DC) se réfère à Patrick Chabal (1951-2014) comme le principal biographe d’Amílcar Cabral. Effectivement l’auteur offre une explication solide des causes et conséquences de la mort violente de Cabral.

Paru dix ans après la disparition tragique et prématurée du leader du PAIGC, la biographie intitulée Amílcar Cabral : revolutionary leadership and people’s war (1983) est effectivement un ouvrage documenté et dense de quelque 300 pages, dont la bibliographie couvre quinze.
On pourra accéder graduellement au livre sur webAfriqa.

Juvenal Cabral, institueur, père d'Amilcar
Juvenal Cabral, institueur, père d’Amilcar

Iva Pinhel Ivora, hôtelière, mère d'Amilcar
Iva Pinhel Ivora, hôtelière, mère d’Amilcar

Tout ce qui touche Cabral, concerne la Guinée-Conakry et la Guinée-Bissau. Et cet ouvrage l’illustre abondamment. Patrick Chabal souligne que la recherche pour le livre surmonta partout de formidable difficultés pratiques et politiques. Sauf en Guinée-Conakry ! Cette impossibilité n’est guère surprenant si l’on tient compte de la stratégie de la terre brûlée de Sékou Touré. Faisant table rase du passé et déformant le présent, le premier président ravala un pays jadis prometteur au rang de lanterne rouge d’Afrique, s’agissant en particulier de l’intelligentsia et de l’éducation.

L’introduction et le premier chapitre présente la vie familiale, l’influence parentale, les cycles scolaire et universitaire exceptionnels, la brillante carrière de l’ingénieur agronome Cabral. Vient ensuite l’entrée en politique, qui culmine avec la création du PAIGC par Amílcar. Les derniers chapitres présentent, d’abord, le contexte socio-historique de la Guinée-Bissau et du Cap Vert, et, ensuite, les réflexions de Chabal sur la pensée et de l’héritage politiques de Cabral.

Amilcar Cabral et sa première femme, Maria Helena Rodrigues. Lisbonne, 1950
Amilcar Cabral et sa première femme, Maria Helena Rodrigues. Lisbonne, 1950

Amilcar Cabral et sa deuxième femme, Ana Maria, 1960
Amilcar Cabral et sa deuxième femme, Ana Maria, 1960

Remarques générales

Côté présentation, le livre contient quelques cartes, mais pas d’illustrations autre qu’une photo de Cabral. J’ai pu constituer cependant l’album photo ci-dessus à partir des archives de Casa Comum.
Quant au contenu, il s’agit ici du travail d’un politologue. Et l’ouvrage en porte le sceau. Mais l’historien et l’anthropologue restent sur leur faim. A cause de lacunes sur l’histoire, la composition pluri-ethnique et la diversité culturelle de la Guinée-Bissau. L’auteur ne semble pas non plus percevoir les différences de personnalité fondamentales entre Sékou Touré et Amílcar Cabral.

Luiz Cabral et Aristides Pereira, 1975
Luiz Cabral et Aristides Pereira, 1975

Points discutables

Le livre survole deux points critiques, qui méritaient pourtant davantage d’attention :

  • les rapports entre le PAIGC et les Fulas (Fulɓe)
  • les rumeurs impliquant président Sékou Touré dans l’assassinat

Les Fulas (Fulɓe) et les nationalistes

Chabal écrit : « It is clearer why the Fula opposed the nationalists in Guinea: they had done so elsewhere in West Africa. »
(Il devient plus clair pourquoi les Fula s’opposèrent aux nationalistes en Guinée-Bissau: ils l’avaient fait ailleurs en Afrique de l’Ouest.)
Mais il aurait dû dire où. Car un opinion lapidaire est insuffisante sur une question aussi épineuse que celles des rapports entre trois périodes historiques et trois formations étatiques : pré-coloniale, coloniale et post-coloniale.

Sékou Touré, impliqué ou disculpé ?

Chabal rejette l’hypothèse d’une implication de Sékou Touré dans l’assassinat de Cabral. Mais il souligne à plusieurs reprises les tensions entre les deux dirigeants. Et il mentionne les visées hégémoniques de Conakry sur la Guinée-Bissau (Sékou Touré’s alleged ambition to control Guinea-Bissau at independence).

Traitant de la mort violente du héros, Patrick Chabal s’appuie sur les faits et les témoignages pour présenter une explication cohérente et logique de l’assassinat de Cabral à Conakry, le 20 janvier 1973.
Je traduis ici des passages de la section intitulée “Cabral’s assassination: faits et implications”, qui ouvre le chapitre 5.

Chabal cite peu de sources sur la Guinee-Conakry. Pour toute “disculpation” de Sékou Touré dans la mort de Cabral, il ne cite qu’une publication du président, intitulée “Crime crapuleux de l’impérialisme”. Patrick aurait pu élargir l’horizon en faisant état des meurtres massifs perpétrés en janvier 1971 par le régime de Conakry. Parmi les accusés — sans preuves — et les tués — sans raison —, il y avait Barry III, ancien rival — vaincu et rangé — de Sékou Touré. Chabal aurait pu ainsi constater des similitudes entre Barry III et Amílcar Cabral : intelligents, universitaires, dynamiques, charismatiques, progressistes, etc. Le 25 janvier 1971 Barry III — et des dizaines d’autres Guinéens — fut pendu sur ordre de Sékou Touré. Le “responsable suprême” enviait ces deux cadets à lui. Il jalousait leur formation plus avancée et leurs diplômes.… Après avoir assassiné Ibrahima, pourquoi n’aurait-il pas trouvé un mobile pour perdre Amílcar ?
Plus fondamentalement Chabal aurait dû traiter du “Complot Permanent”, des purges cycliques, des violations et crimes des droits de l’homme de la “révolution” guinéenne. Hélas, il est muet sur ces questions, qui sont pourtant plus vitales que tout autre concept ou théorie. La même remarque vaut pour Cabral et le PAIGC, qui restèrent impassibles et silencieux face à la descente de leur pays-hôte aux enfers. Mais qu’auraient-ils dû et pu faire. La question reste posée… et sans réponse !
Quoiqu’il en soit, l’assassinat de son fondateur par des dirigeants du parti, marqua le début de la fin pour le PAIGC. Dans l’immédiat le parti évita la cacophonie et l’effondrement ; il maintint l’ordre et la cohésion. Les comploteurs furent jugés et exécutés. On procéda ensuite à la proclamation de l’indépendance de la Guinée-Bissau, que le Portugal finit par reconnaître. Mais le poison de la discorde et de la désunion avait été consommé. Son effet se répandit graduellement et finit par balayer les idéaux de Cabral. Après le coup d’état de Nino Vieira contre Luiz Cabral en 1980, la Guinée-Bissau et le Cap-Vert se séparèrent en deux républiques. A Bissau la guerre civile éclata entre frères (les généraux Nino et Ansumane Mané) du combat anti-colonialiste. Président Nino Vieira prévalut. Toutefois il fut éventuellement contraint — ô paradoxe — au refuge et à l’exil à Lisbonne en 1999. Il y retrouva Luiz Cabral ! Nino rentra à Bissau en 2005 avec l’appui de son vieil ami et business partenaire, Lansana Conté. Mais il fut assassiné à son tour, le pays s’étant mué en narco-état. Incapable aujourd’hui de surmonter les tiraillement politiciens, il patauge dans une absurde paralysie au sommet…

Différence fondamentale

En filigrane ce livre révèle la différence fondamentale entre la personnalité de Sékou Touré et celle d’Amílcar Cabral : on a, d’un côté, un tueur impulsif et récidiviste, de l’autre, un humaniste, qui croyait en la rédemption de l’être humain.

Mon souvenir d’Amílcar

Dernier point et non le moindre, je voudrais évoquer mon souvenir personnel, positif et ému, d’Amílcar. Il s’agit de mes rares contacts avec Amílcar entre 1968 et 1972. C’était à l’occasion de séances annuelles de projection de films documentaires sur la guerre de libération du PAIGC. Les sessions étaient organisées par le Ciné-club de l’Institut Polytechnique de Conakry, dont les animateurs étaient Thierno Mamadou Sow, Mamadi ‘Mam’ Camara, Teliwel ‘Cochran’ Diallo, Hady Diallo, moi-même, etc. Nous bénéficions de l’encadrement volontaire de professeurs français et belge : feu Michel Faulcon (mathématiques) et sa femme, Ms. Annette (génie-civil), Ms. Claire van Arenberg (linguistique), des passionnés du cinéma comme nous.
Invités d’honneur de ces rencontres, Amílcar et Aristides Pereira rehaussaient les cérémonies de leur présence. Ils participaient brièvement aux débats qui suivaient la projection, et les élevaient. Après avoir gracieusement signé le cahier des visiteurs sous les vivats d’une salle archi-comble, ils serraient des mains enthousiastes et étaient raccompagnés jusqu’à leur modeste Volkswagen Coccinelle par leurs nombreux admirateurs.

Tierno S. Bah

 

Le nouveau complot contre Sékou Touré

On lira ici les troisième et quatrième dossier de Jeune Afrique (Nos. 814-15, 13-20 août 1976 ; No. 816 – 27 août 1976) sur le « complot peul » de 1976. Les deux premières livraisons ont montré que Sékou Touré ourdit personnellement et souffla ensuite la tragédie sur le Fuuta-Jalon dans le but d’assassiner Telli Diallo et ses co-accusés au Camp Boiro. Impliquant ses victimes désignées ainsi que tous les Fulɓe, il voulut déclencher sinon une guerre civile, du moins un pogrom génocidaire contre les Fuutanke. Peine perdue et sermon dans le désert, car ni les membres du Bureau politique, ni les populations ne crurent à ses fausses accusations. S’il élimina physiquement Telli, Sékou Touré  parvint aussi à se suicider, au double plan politique et historique. Et malheureusement, son double échec compromit — peut-être irrévocablement — la notion même d’Etat-nation et d’unité nationale en Guinée. Les ravages de sa politique désastreuse s’étalent aujourd’hui en pleine vue, à travers la faillite du régime d’Alpha Condé, qui avoua en 2010 être un imitateur — anachronique — des méthodes du dictateur Sékou Touré.
Tierno S. Bah

Appel au meurtre
Le nouveau complot contre Sékou Touré
par Siradiou Diallo
Le gouvernement à nouveau décimé

Appel au meurtre

Un chef d’Etat lançant un appel au meurtre qui vise non pas des criminels ou des adversaires politiques, mais toute une communauté ethnique : on n’aurait pas cru cela possible au 20ème siècle. Cela s’est passé en Guinée !

De gauche à droite: Sékou Touré, Alassane Diop, Lansana Béavogui, N'Famara Keita, Telli Diallo. Nations Unies, New York, 1962
De gauche à droite: Sékou Touré, Alassane Diop, Lansana Béavogui, N’Famara Keita, Telli Diallo. Nations Unies, New York, 1962. A l’exception du président Sékou, les quatre autres personnalités connurent le cachot au Camp Boiro (Conakry) ou au Camp Kèmè Bourema (Kindia). Trois d’entre eux (Béavogui, N’Famara, Telli) y périrent. Alassane Diop fut libéré et retourna au Sénégal. (T.S. Bah)

Le nouveau complot contre Sékou Touré

Le chef de l’Etat guinéen a mis au point une machine de terreur. Jusqu’à présent, elle a fonctionné avec une efficacité redoutable. Elle pourrait se gripper.

En « grand stratège de la révolution », le président Sékou Touré vient d’administrer la preuve qu’il manie à merveille l’arme de la surprise. A défaut de coopérer avec eux, tout au moins s’attendait-on qu’il restaurerait progressivement l’esprit d’entente avec ses voisins. Et plus particulièrement avec ses homologues ivoirien et sénégalais. En renonçant définitivement à la politique de « chasse aux sorcières », à laquelle il avait coutume de recourir au moins une fois tous les deux ans.

L’analyse — et le souhait — des observateurs n’étaient pas sans fondement. Depuis quatre ans (c’est un record), la Guinée connaissait une trêve bénéfique dans le long cycle de complots inauguré en 1960. Certes, de temps à autre, un éditorial de la radio guinéenne empruntant le ton péremptoire du leader guinéen dénonçait les « manoeuvres de l’impérialisme » et mettait en garde les « agents de la cinquième colonne » camouflés dans les rangs de la révolution. Ce vocable n’effrayait cependant pu outre mesure car chacun sait qu’il fait partie des formules rituelles en honneur dans la patrie de M. Sékou Touré, au même titre que le « prêt pour la révolution », utilisé au début et à la fin des conversations, téléphonique ou autre.

Bénéficiant de la confiance du président Sékou Touré (à gauche), M. Diallo Telli (au centre) était, en 1962, représentant permanent de son pays aux Nations unies (Ici en compagnie de M. Andrei Gromyko, chef de la diplomatie soviétique). Il est aujourd'hui emprisonné dans le sinistre Camp Boiro. (Jeune Afrique)
Bénéficiant de la confiance du président Sékou Touré (à gauche), M. Diallo Telli (au centre) était, en 1962, représentant permanent de son pays aux Nations unies (Ici en compagnie de M. Andrei Gromyko, chef de la diplomatie soviétique). Il est aujourd’hui emprisonné dans le sinistre Camp Boiro. (Jeune Afrique)

En tout cas, depuis la fin de 1971, les dirigeants guinéens donnaient l’impression de vouloir améliorer leur image de marque. Et, en particulier, de s’ouvrir au monde extérieur. Ainsi avaient-ils commencé par renoncer à leur langage belliqueux. Spécialement à l’endroit de la France, du Sénégal et de la Côte d’Ivoire, leurs traditionnelles bêtes noires. Mieux, le président Sékou Touré en personne avait multiplié les déclarations annonçant sa « disponibilité » pour la normalisation avec ces pays et avec d’autres. De sorte qu’à la fin de 1974, Bonn et Conakry avaient renoué leurs relations diplomatiques rompues en janvier 1971.
De même, le 14 juillet 1975, « au nom de la grande Révolution française de 1789 », s’était écrié M. Sékou Touré, la Guinée acceptait de normaliser ses relations avec la France. Evénement d’autant plus notable qu’il intervenait après une rupture vieille de dix ans, marquée par une série de conflits nourris de rancoeur et de récrimination, sur l’invariable thème du « complot foccardien », du nom de l’ancien secrétaire général à la présidence de la République française, chargé des questions africaines.
Depuis un an, Paris et Conakry multipliaient chacun les gestes de bonne volonté à l’égard de l’autre. Le premier, en accréditant à Conakry M. André Lewin, principal artisan de la normalisation entre la capitale guinéenne d’une part, Bonn et Paris d’autre part, et devenu depuis l’ami personnel de M. Sékou Touré. De son côté, celui-ci désignait pour le représenter dans la capitale française l’unique diplomate guinéen à bénéficier encore de toute sa confiance : son propre beau-frère, M. Seydou Keita. Ayant le rang de colonel dans la toute-puissante milice populaire, celui-ci avait en même temps le titre d’ambassadeur pour toute l’Europe occidentale, avec résidence successivement à Bonn et à Rome.

Certes, M. Keita n’a toujours pas de bureau à Paris, puisque les locaux de l’ambassade de Guinée, un petit hôtel particulier situé rue de la Faisanderie dans le seizième arrondissement, demeurent occupés par le consulat de Cuba en France. Le diplomate guinéen aurait d’ailleurs reçu l’ordre de ne pas bousculer les représentants de M. Fidel Castro. En attendant la récupération de cette chancellerie, c’est l’appartement parisien de l’ambassadeur, boulevard de Courcelles, qui sert de bureaux. Au quai d’Orsay, on considère avec un regret mêlé d’amertume les absences fréquentes et prolongées de M. Keita de Paris et, lorsqu’il y séjourne, son refus distant de coopérer ou même d’assister aux diverses manifestations diplomatiques.
L’essentiel, estime-t-on néanmoins, est que le fil a été renoué. Pour la suite, on se montre patient et pas du tout pessimiste, au contraire. On encourage même les sociétés françaises implantées en Guinée à développer leurs activités : c’est le cas des entreprises de travaux publics Lefebvre et Spie-Batignolles (cette même société qui, aux côtés de Framatome et, d’Alsthom, vient de remporter le fameux contrat de construction d’une centrale nucléaire à Koeberg, près du Cap, en Afrique du Sud). D’autres sociétés françaises sont également sur les rangs pour le développement du réseau radio, l’équipement d’une télévision, la réfection du chemin de fer Conakry-Kankan, etc.

Président Sékou Touré, Lansana Béavogui, général Lansana Diané, Mamouna Touré. Amilcar Cabral leader du PAIGC, apparaît au second plan en blan et lunettes. Conakry, Palais du Peuple, 1971
Président Sékou Touré, Lansana Béavogui, général Lansana Diané, Mamouna Touré. Amilcar Cabral leader du PAIGC, apparaît au second plan en blan et lunettes. Conakry, Palais du Peuple, 1971

Autre témoignage de bonne volonté, des délégués de M. Sékou Touré assistaient début juin, à Paris, à une réunion portant sur l’indemnisation des Français dont les biens furent nationalisés, naguère, en Guinée. Enfin, le 14 juillet, jour anniversaire de la normalisation des relations franco-guinéennes, l’ambassadeur de France à Conakry était décoré par M. Sékou Touré.

Quelques signes encourageants amenaient certains augures à pronostiquer une normalisation prochaine des relations entre Conakry d’une part, Abidjan et Dakar d’autre part. M. André Lewin n’a-t-il pas été reçu dernièrement en audience à Dakar par le président Senghor ? Alors qu’à la même période, le président Houphouët-Boigny, en visite officielle à Paris, tenait des propos apaisants à l’endroit de M. Sékou Touré.
Et puis, contrairement à une habitude vieille de dix ans, le leader guinéen n’avait-il pas franchi spectaculairement la frontière de son pays en juillet 1975 ? Même si ce n’était que pour raccompagner dans leurs capitales respectives les chefs d’Etat de Haute-Volta (Burkina Faso) et du Mali, l’exploit prenait valeur de symbole. Celui de la volonté de la Guinée de sortir de son isolement pour se mêler utilement aux questions intéressant la sous-région. Du reste, en réconciliant les présidents Sangoulé Lamizana et Moussa Traoré, M. Sékou Touré remportait un succès diplomatique de taille. Succès qu’il devait renouveler cette année en rapprochant les deux frères ennemis qu’étaient le général Gnassingbé Eyadema du Togo et le colonel Matthieu Kérékou du Bénin. Autant de signes qui ne trompent pas. Pour les observateurs, c’était la preuve irréfutable que M. Sékou Touré a « désormais compris ». Et, plus, qu’il s’est totalement reconverti à l’idée de vivre en bonne intelligence avec ses voisins. Aussi, à toutes fins utiles, certains avaient-ils commencé à dépoussiérer les vieux projets de coopération avec la Guinée rangés depuis de longues années dans leurs tiroirs.

Lettre de Telli Diallo à Sékou Touré 1

Lettre de Telli Diallo à Sékou Touré
Lettre du secrétaire général de l’OUA, Telli Diallo, au président Sékou Touré, Addis-Abeba, 10 juillet 1969. Dans Guinée, le temps des fripouilles, un Sako Kondé écoeuré rejette, en termes cinglants, la forme et la substance de ce document. Il le condamne ainsi : « … le ton en est serf, l’encre visqueuse, le souffle déprimant… » Au seuil d’une mort atroce et solitaire dans la cellule no. 57 du Camp Boiro, Telli Diallo se rendit compte, lui-aussi, qu’il avait partiellement manqué son rendez-vous avec l’Histoire. Il fit donc un mea culpa lucide et sincère, et formula un repentir poignant et tardif. Il écrivit : « Ce grand arbre qu’aux yeux de certain j’ai été, ne leur a donné ni ombrage ni fruits. Qu’il soit abattu et donne du bois à leurs foyers. » (T.S. Bah)

Illusion car voilà que le leader guinéen fausse les paris, confond et déroute tous ceux qui avaient misé un peu trop vite sur son assagissement. Une fois de plus, il fait état d’un « complot impérialiste » tendant à l’assassiner. Si les auteurs et les circonstances changent, le scénario n’a pas varié depuis seize ans : des comparses sont arrêtés, leurs aveux, assortis d’accusations contre des personnalités de tout premier plan, sont diffusés sur les antennes de la radio nationale, les grands accusés sont arrêtés à leur tour. Le ton du leader guinéen monte de plusieurs degrés. La foule des militants chauffés à blanc au cours de meetings monstres réclame des châtiments exemplaires pour les coupables. Mais, précise le chef d’orchestre, ceux-ci n’étaient que de vils exécutants, les véritables tireurs de ficelles étant les présidents Houphouët-Boigny et Senghor qui eux-mêmes n’agissent que suivant les ordres émanant de Paris, de Bonn, quand ce n’est pas de Pretoria ou de Tel-Aviv…
Aussi, pour la énième fois, le stade du 28 Septembre, à Conakry, a-t-il résonné des rituels macabres qu’exhalent 25 000 poitrines réclamant la peine de mort, non seulement pour les « agents de la cinquième colonne », mais encore pour les chefs d’Etat ivoirien et sénégalais.

« Grâce aux renseignements tenus directement de Dieu ». M. Sékou Touré affirme que des centaines de mercenaires s’entrainent depuis plusieurs mois au parc du Niokolo-Koba, près de la frontière sénégalo-guinéenne. Encadrés d’officiers allemands et français, ils y disposeraient d’un aéroport avec une piste de 3 500 mètres aménagée pour recevoir les gros bombardiers. Du côté de la Côte d’Ivoire, des officiers israéliens et sud-africains seraient à pied d’oeuvre dans la ville de Daloa, au nord-ouest d’Abidjan, qui, à en croire le chef d’Etat guinéen, serait transformée en un véritable camp fortifié. D’un ton calme et mesuré, tranchant avec le cri de mise à mort en provenance de Conakry, le président Houphouët-Boigny, rompant avec son silence habituel, devait réfuter ses accusations. Alors qu’à Dakar on se contente de les enregistrer avec mépris.

En plus de ces accusations dont il est facile de vérifier la véracité ou la fausseté (comme le suggèrent d’ailleurs les dirigeants ivoiriens et sénégalais), l’opinion semble avoir été surtout frappée par la reprise du cycle infernal de violences ponctuées de menaces et d’arrestations. D’ores et déjà, on sait que des hauts fonctionnaires, des diplomates, des officiers et des ministres font partie de la nouvelle charrette. Et, parmi ces derniers, M. Di allo Telli.
L’ancien secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine est sans doute le seul à avoir été surpris par ce qui lui arrive. Tout le monde, en Guinée comme à l’extérieur, s’y attendait plus ou moins. Son nom n’était-il pas prononcé à l’occasion de chaque complot ? Il avait beau réfuter les accusations portées contre lui pour se solidariser avec le président Sékou Touré (voir sa lettre en encadré), tout laissait penser qu’il figurait sur la liste noire et que, tôt ou tard, il serait arrêté.
Indice révélateur du soupçon qui pesait sur lui : déjà peu après son retour en Guinée, le ministre de la Justice qu’il était devenu, avait pris des libertés avec les usages locaux. Sans y prêter attention, il avait franchi le cordon de police établi à l’aéroport de Gbessia, à Conakry, pour reconduire jusqu’à son avion un ami étranger de passage à Conakry. Pour ce motif, M. Telli avait été incarcéré quelques jours, après avoir reçu un sévère avertissement de la part du président Sékou Touré. Bien que frappé d’interdiction de sortie de Guinée (il ne fut même pas autorisé à se rendre à Addis Abeba en 1973 pour recevoir la médaille commémorant le dixième anniversaire de l’OUA), l’ancien secrétaire général de l’organisation panafricaine ne semblait pas réaliser la gravité des menaces qui pesaient sur lui. Accueillant en 1975 un ami étranger à l’aéroport de Conakry, il n’hésita pas à s’écrier :

« Tu vois, contrairement à ce que laissent entendre les impérialistes et leurs agents, je ne suis pas arrêté ! » Son interlocuteur eut de la peine à le calmer …

Comme tant d’autres avant lui, M. Diallo Telli était convaincu que sa fidélité à toute épreuve lui épargnerait les rigueurs du Camp Boiro, ce sinistre domaine entouré de hautes murailles surmontées de barbelés et sur lequel veillent près de deux cents gendarmes, soldats et policiers appuyés par deux chars d’assaut et une mitrailleuse lourde pointant leurs canons vers la mer. A quelques mètres de la plage, des blocs de béton érigés sur un terrain marécageux, infesté de moustiques, renferment des prisonniers politiques des deux sexes et de toutes conditions. Le Camp Boiro n’est pas le seul du genre : on peut citer le camp Alpha Yaya, non loin de l’aéroport de Conakry, le camp Kémé Bouraïma (à 150 kilomètres de la capitale), le camp El-Hadj Omar de Labé (au nord), le camp militaire de Kankan (en Haute-Guinée). Sans parler du camp ultra-secret de Dalaba utilisé autrefois par les parachutistes français. Tous regorgent de prisonniers politiques.

Ce n’est toutefois pas un hasard si le plus connu reste le Camp Boiro. C’est de là en effet que le capitaine Siaka Touré, neveu du président Sékou, exerçait jusqu’à récemment un pouvoir très étendu sur le pays, aidé des adjudants Fofana, Soumah Soriba et Léno. De la rue séparant ce camp de l’hôpital Donko, les passants peuvent apercevoir les bureaux de commandement situés à l’entrée. Un peu plus loin, sur la gauche, se trouve le petit bâtiment où se déroulent les premiers interrogatoires. La « cabine technique » dont la seule évocation fait trembler le prisonnier, est à deux pas. Montée avec le concours de spécialistes tchèques et allemands de l’Est, à l’initiative de M. Keita Fodéba alors ministre de la Défense et de la Sécurité, cette chambre comporte une riche gamme d’instruments de torture : depuis le « téléphone », appareil électrique que l’on applique aux oreilles de l’accusé, jusqu’aux électrodes destinées à être branchées sur le sexe, en passant par les menottes en fer et les crochets destinés aux pendaisons par la clavicule.
Généralement tiré de son lit vers 2 heures du matin, l’accusé est dépouillé de ses habits, sitôt arrivé au Camp, avant d’être jeté dans une cellule exiguë sans autre ouverture qu’un minuscule trou en haut du mur. Il y séjourne généralement huit jours, sans boire ni manger, sans disposer des commodités les plus élémentaires. Certains ont droit à une petite tenue bleue, composée d’une culotte courte et d’une chemisette. D’autres sont laissés complètement nus.

Exténués, sales et puants, les prisonniers comparaissent devant une commission d’enquête, composée pratiquement des mêmes personnages depuis des années. Ismael Touré, frère du président et ministre de l’Economie et des Finances, dirige les opérations. Les autres membres sont : Moussa Diakité, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Mamadi Keita, ministre de l’Education, et Seydou Keita, l’actuel ambassadeur à Paris, tous trois beaux-frères du chef de l’Etat. Parfois, y assistent également le général Diané Lansana, qui vient de remplacer M. Diallo Telli au poste de ministre de la Justice, et d’autres personnages de moindre importance comme les commissaires Guy Guichard et Traoré.

L’interrogatoire n’en est pas un à proprement parler, dans la mesure où il s’agit moins d’entendre l’accusé que de l’obliger à lire, devant un magnétophone, un texte préparé à l’avance à son intention. Grâce à une fiche personnelle parfaitement à jour, les juges peuvent suivre les diverses étapes de la vie du détenu pour fabriquer des accusations à leur gré. L’objectif est toujours le même : démontrer que l’accusé a trahi la révolution en prenant contact avec des services de renseignements étrangers et avec des opposants résidant à l’extérieur et que pour cela il a été grassement rétribué. Il arrive que des accusés clamant leur innocence s’y refusent. C’est alors qu’ils sont soumis à une torture plus brutale.

Les séances peuvent se prolonger et même se répéter suivant la capacité de résistance du sujet C’est à l’occasion d’une de ces séances que l’ambassadeur Seydou Keita, excédé par l’obstination d’un des détenus français, éteignit sa cigarette sur le corps d’un malheureux. Aussi, les plus têtus finissent-ils soit par avouer, soit par succomber. Leurs cadavres sont alors enterrés nuitamment à Kaporo ou au pied du mont Kakoulima. Toutefois, certains accusés, prévenus d’avance, préfèrent le réalisme à l’héroïsme inutile. Et ils collaborent d’emblée avec la commission, déclarant tout ce qu’elle veut qu’ils déclarent.
Le fonctionnement de ce système combiné du « complot » et de l’interrogatoire a fini par faire le vide autour du président Sékou Touré. Sur les dix-sept membres qui composaient le bureau politique du Parti démocratique de Guinée (PDG) au lendemain de l’indépendance, six seulement jouent encore un rôle politique : Ismael Touré, Lansana Béavogui, Moussa Diakité, Lansana Diané, Camara Damantang et N’Famara Keita. Les autres ont tous été limogés, sinon emprisonnés, quand ils ne sont pas morts de mort naturelle ou liquidés physiquement comme Camara Bengali ou Mme Loffo.
Le gouvernement constitué également au lendemain de l’indépendance devait par la suite voir dix de ses membres arrêtés et emprisonnés ; cinq d’entre eux au moins ont déjà péri, tandis que les autres ne donnent plus de leurs nouvelles. En 1971, seize membres du gouvernement sur vingt-quatre furent arrêtés.

Du côté des ambassades, la répression a été encore plus dévastatrice. Sur les trois ambassadeurs qui se succédèrent à Paris avant M. Seydou Keita, le seul à avoir échappé à la prison est M. Nabi Youla, condamné à mort par contumace. Il en est de même pour Moscou où sur cinq personnalités accréditées, l’une a été fusillée en 1965, deux se trouvent au Camp Boiro et deux autres sont en fuite ; le dernier après avoir abandonné et son poste et sa famille. Sur les cinq ambassadeurs affectés à Washington, un seul a jusqu’à présent réussi à s’en sortir, c’est El-Hadj Mory Keita qui vient d’être nommé à Rome en remplacement de M. Seydou Keita. Il en est presque de même pour les chancelleries de Pékin, d’Alger, de Bonn et de Berlin-Est.

Le corps des officiers a lui aussi été pratiquement décimé. En 1971, le président Sékou Touré déclarait aux membres d’une commission d’enquête de l’Organisation des Nations unies venus à Conakry que tous les commandants de garnison et 90% des membres de l’état-major de l’armée étaient des comploteurs.
Du côté des gouverneurs (préfets), sur les trente qu’ils étaient en 1971, plus de la moitié ont été arrêtés. Un écrivain officiel, Emile Cissé, auteur de Et la nuit s’illumine, pièce primée au festival panafricain d’Alger (1969), est mort d’inanition dans une cellule du Camp Boiro en 1971. L’ancien secrétaire d’Etat aux affaires étrangères Kassory Bangoura a succombé dans des conditions semblables.
Des artistes, des footballeurs, des miliciens, des médecins, des ingénieurs, des commerçants croupissent en cellule depuis des années ; à côté de militants de la première heure comme El-Hadj Fofana, Jean Faragué ou Emile Condé ; et d’espoirs du parti, tel l’ancien secrétaire général de la Panafricaine des jeunes, M. Idrissa Traoré.
Les femmes n’ont pas été épargnées par ces purges de type stalinien ; elles furent arrêtées par dizaines en 1970 et 1971. Parmi elles, de grandes pasionarias de la révolution, dont la voix était familière à toutes les tribunes internationales : Mmes Soumah Tiguidanké, Fatou Touré, Diédoua Diabaté, etc. Elles sont encore nombreuses au Camp Boiro.

La question qui vient souvent aux lèvres, lorsqu’on évoque cette immense tragédie, est de savoir comment toutes ces victimes se sont laissées hypnotiser avant de se faire prendre, tels des insectes, par la flamme de leur chef, et de s’y brûler. Leur drame est d’avoir cru pendant longtemps qu’il n’y a pas de fumée sans feu. Et que derrière chaque accusation se profilait quelque vérité. En d’autres termes, que les accusés, comme dans les romans de Kafka, sont plus ou moins coupables. Dans ces conditions, chacun se disait sans doute que, du moment qu’il était, lui, innocent, il n’avait rien à craindre. Comment supposer que M. Diallo Telli n’a pas tenu un raisonnement analogue ? Autrement, il n’aurait pas regagné son pays au lendemain de son remplacement, en 1972, au secrétariat général de l’OUA.
Il en est de même pour nombre d’anciens hommes forts du régime qui ont été surpris par leur arrestation. A défaut de pouvoir abattre leur maître (les Kaman Diabi et Fodéba Keita par exemple en avaient parfaitement les moyens), ils auraient pu s’enfuir du pays ou profiter d’une mission à l’étranger pour s’y réfugier.
En 1971, on racontait à Conakry la mésaventure de ce dignitaire qui s’attendait tellement peu à son malheur qu’il ne put s’empêcher de crier à l’adresse des miliciens venus l’arrêter : « Vous faites erreur, ne s’agit-il pas de mon voisin ? Conduisez-moi auprès du président » …

En réalité, le «complot » est l’arme favorite de M. Sékou Touré. Il lui permet d’entretenir une tension politique telle que nul ne peut songer à faire autre chose. Alliée à la rareté des produits alimentaires qui, elle aussi, préoccupe les pères de famille à longueur de journée, cette technique a l’avantage, tout à la fois, de sortir les gens de leur routine, de leur faire oublier leurs misères quotidiennes, tout en éliminant les concurrents réels ou imaginaires du chef de l’Etat. Technique éprouvée, le « complot » s’avère ainsi être en fin de compte l’arme miracle entre les mains du leader guinéen.
Une technique de gouvernement particulièrement efficace, dans la mesure où elle lui a permis de rester au pouvoir depuis près de vingt ans. C’est du reste son unique objectif puisque, comme le dit le Pr Yves Benot, dans son livre les Idéologies des indépendances africaines, le régime de Sékou Touré, c’est « le stalinisme moins le Magnitogorsk », entendant par là que la répression ne s’accompagne pas de développement économique.

La seule préoccupation du chef d’Etat guinéen est de prendre de vitesse ses ennemis. Y réussira-t-il indéfiniment ? C’est la question qui se pose à présent. Surtout que le dernier carré des fidèles se sent désormais menacé.
Malgré ses démentis, le président Sékou Touré avait effectivement ordonné, le 6 juin, à son neveu Siaka Touré, d’arrêter le Premier ministre Lansana Béavogui et le ministre du domaine des Echanges, M. N’Famara Keita. Pour une fois, le capitaine Siaka Touré a osé désobéir à son puissant oncle. Au lieu de s’exécuter, il aurait cherché à le raisonner, quitte à appeler en renfort M. Ismaïl Touré.
A Conakry, nombreux sont ceux qui, aujourd’hui, estiment que ces quatre dignitaires peuvent dorénavant se considérer comme sur la pente conduisant vers l’inexorable trappe où en ont déjà disparu bien d’autres. Si cela se produisait, ce serait la première fois que M. Sékou Touré aurait frappé des membres de sa propre famille. Mais lui laisseront-ils le temps de tirer ? Ce qui est certain en tout cas, c’est le limogeage du capitaine Siaka Touré. Aux dernières nouvelles, il aurait été remplacé à la tête du camp Boiro pour devenir gouverneur de la région de Conakry.
Siradiou Diallo

Le gouvernement à nouveau décimé

Interrogé par les journalistes à l’aéroport de Niamey où il faisait escale, en route pour Colombo, le Premier ministre guinéen, M. Lansana Béavogui, devait répondre : « Ceux qui s’émeuvent à propos de l’arrestation d’un citoyen guinéen n’ont qu’à continuer à s’émouvoir. Peut-être qu’ils accompagneront leur acolyte dans sa tombe. » M. Béavogui faisait ainsi allusion à l’émotion suscitée en Afrique par l’arrestation de l’ancien secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine, M. Diallo Telli (JA n° 814-815).

Dans ses « aveux » radiodiffusés par la Voix de la Révolution, M. Telli « reconnaît » avoir trempé dans tous les complots visant à renverser le président Sékou Touré. Et, en particulier, dans la tentative d’assassinat du leader guinéen attribuée, en mai, à un jeune milicien de quatorze ans. Pour sa part, le chef de l’Etat guinéen cherche visiblement à élargir la base du complot.
Comme à l’accoutumée, la France, l’Allemagne fédérale et même les Etats-Unis sont accusés de collaboration avec les mercenaires. Et ce, en coopération étroite avec le Sénégal et la Côte d’Ivoire. Cependant la nouveauté, c’est qu’à l’intérieur même du pays le chef de l’Etat guinéen désigne nommément une ethnie à la vindicte populaire en parlant d’un « complot peul ». A en croire M. Sékou Touré, l’ancien secrétaire général de l’OUA devait, en cas de victoire de son entreprise, constituer un gouvernement « exclusivement peul ».
Curieusement, tout en donnant un caractère tribal à l’affaire, quitte à souffler sur la cendre en affirmant que les Peul ont jadis spolié les terres des Diallonké (allusion aux migrations remontant à plusieurs siècles), M. Sékou Touré n’hésite pas à recevoir, avec les honneurs dus à son rang, l’ancien chef traditionnel du Fouta-Djalon, l’almamy Ibrahima Sory Dara.
Bien qu’âgé de près de quatre-vingt-dix soixante-dix-neuf ans, celui-ci, arrivé à Conakry au milieu de la bourrasque politique, en tant qu’invité du responsable de la Révolution, a été logé à la villa Sily, résidence habituelle des chefs d’Etat étrangers de passage dans la capitale guinéenne. Officiellement, cette visite doit permettre à M. Sékou Touré d’expliquer à l’ancien chef coutumier les mécanismes du complot fomenté par ses anciens sujets. En fait, si M. Sékou Touré témoigne soudain des égards particuliers pour le vieil almamy (dont l’un des fils est d’ailleurs détenu depuis cinq ans), c’est, pense-t-on à Conakry, pour tâcher de calmer les esprits ; car l’orientation anti-peul de ses déclarations avait suscité une forte émotion dans le pays. Et pas seulement chez les Peul.

Deux fils et une fille de l’almaami Ibrahima Sory Dara II furent emprisonnés au Camp Boiro. Il s’agit de Mody Oury, Ibrahima Kandia, et Hadiatou. Mody Oury fut fusillé en octobre 1971. Les deux autres furent libérés et moururent en 2005 et en 2014, respectivement. (T.S. Bah)

Toujours est-il que M. Diallo Telli n’est pas le seul membre de l’actuelle équipe gouvernementale guinéenne à avoir été arrêté. Trois autres ministres, au moins, ont éga lement été impliqués. Il s’agit de M. Dramé Alioune, ministre du Plan et de la Statistique, M. Barry Alpha Bacar, ministre de l’Economie rurale, et M. Camara Sické, ministre de l’Enseignement supérieur. Un cinquième, M. Barry Alpha Oumar, ministre du Domaine des échanges et membre du bureau politique national du PDG (Parti démocratique de Guinée, unique), a été également compromis. Frappé d’hémiplégie à l’annonce des accusations portées contre lui, M. Oumar serait actuellement hospitalisé à Donka, situé en face du Camp Boiro.
La liste des personnalités compromises dans le complot n’est cependant pas définitive. En effet le président Sékou Touré a précisé que d’autres membres du gouvernement figuraient dans l’ « équipe subversive » constituée par M. Diallo Telli. Et que des révélations seraient faites ultérieurement. Ce qui est sûr, c’est que le cercle des amis politiques de M. Ismaël Touré, ministre , de l’Economie et des Finances et frère du président guinéen, se rétrécit de manière étrange. Dans la nouvelle charrette pour le Camp Boiro figurent nombre de ceux qui, jusqu’à une date récente, gravitaient autour de lui.
Parmi eux, le capitaine Lamine Kouyaté, commandant de la garnison de Kindia. Connu entre autres pour avoir procédé, en 1971, à l’arrestation du commandant Zoumanigui, il était, dans la longue liste des officiers d’ordonnance du président Sékou Touré, le seul qui fût encore en liberté. Cependant, ses « confessions » n’ont pas encore été radiodiffusées.

En attendant, il convient de remarquer qu’une fois de plus les accusés, usant d’un style désormais classique, reconnaissent tous être à l’origine de l’échec économique dont souffre la Guinée. Des justifications qui ne trompent personne, mais qui n’en constituent pas moins des aveux révélateurs quand on sait qui les « suggère ».
Jeune Afrique – No. 816 – 27 août 1976