Kenya’s legal colonial paradox

In 2007-08 Kenya experienced bloody post-electoral violence that claimed more than 1,300 lives and displaced 600,000 people. The conflict pit against each others the partisans of political formations, including the Kenya African Union (KANU) led by Uhuru Kenyatta, the Orange Democratic Movement (ODM) of Raila Odinga, etc.

President Uhuru Kenyatta
President Uhuru Kenyatta

In the aftermath of the tragedy, the International Criminal Court indicted the winner of the presidential election, Mr. Kenyatta. The charges alleged “crimes against humanity, including murder, deportation or forcible transfer of population, rape, persecution and other inhumane acts.” However, faced with the Kenyan authorities refusal to turn over “evidence vital to the case,” the chief prosecutor, Fatou Bensouda, asked the Court to withdraw the case in 2013.  Regardless, Mr. Kenyatta has ever since been resentful about his indictment. As a result, he has spent a great deal of energy, state resources and political pressure to weaken the ICC. First, he ended Kenya’s membership in the court. Then, he lobbied heavily among heads of state and at the African Union’s meetings for a global continental departure from the ICC. It appears though that his efforts were in vain. In an editorial piece, titled “In Africa, Seeking a License to Kill,” Rev. Desmond Tutu rebuked and condemned Mr. Kenyatta’s maneuver.
Low and behold, it turns out that today colonial era laws still deny Kenyan citizens some of their fundamental rights. Such are the facts laid out in Mercy Muendo‘s, article below, titled “Kenyans are still oppressed by archaic colonial laws.”
Upon reading the article, I am more than ever convinced that, instead of waging a loosing anti-ICC crusade —it got even lonelier following The Gambia’s recent return to the court —, Mr. Kenyatta ought to clean up his own yard, first.

Tierno S. Bah


Kenyans are still oppressed by archaic colonial laws

It’s been 54 years since Kenya got her independence and yet there are still a number of archaic, colonial and discriminatory laws on the statute books. From archival research I have done it’s clear that these laws are used to exploit, frustrate and intimidate Kenyans by restricting their right to movement, association and the use of private property.

They also make it difficult for ordinary Kenyans to make a living by imposing steep permit fees on informal businesses.

These laws were inherited from the colonial British government and used to be within the purview of local government municipalities under the Local Government Act. This act was repealed when municipalities were replaced by counties after the promulgation of the 2010 Constitution.

Currently, these laws are contained in county rules and regulations, criminalizing a good number of activities, including making any kind of noise on the streets, committing acts contrary to public decency, washing, repairing or dismantling any vehicle in non-designated areas (unless in an emergency) and loitering aimlessly at night.

The colonial laws served a central purpose – segregation. Africans and Asians could be prosecuted for doing anything that the white settlers deemed to be a breach of public order, public health or security.

Violating human rights

Many of these archaic laws also restrict citizens’ use of shared or public space. Some of them grant the police powers to arrest offenders without warrant, and to prosecute them under the Penal Code.

Offences like the ones mentioned above are classified as petty crimes that can attract fines and prison terms.

Some have argued that these laws are being abused because they restrict freedom of movement and the right to a fair hearing.

A few of them also hinder the growth of the economy. For example, hawking without a permit is against the law. To get a permit, traders must pay steep fees to various government authorities. This requirement is a deterrent to trade and infringes on the social economic rights of citizens.

Another example is the law that makes it a crime to loiter at night. This law was initially put on the books to deter people from soliciting for sexual favours, or visiting unlicensed establishments. It has however become a means for state agents to harass anyone walking on the streets at night.

Genesis of archaic laws

The laws can be traced back to legal ordinances that were passed by the colonial government between 1923 and 1934.

The 1925 Vagrancy (Amendment) Ordinance restricted movement of Africans after 6pm, especially if they did not have a registered address.

Post-independence, the ordinance became the Vagrancy Act, which was repealed in 1997. The Vagrancy Act inspired the Public Order Act, which restricts movement of Africans during the day, but only in the special circumstances that are outlined in the Public Security (Control of Movement) Regulations.

This legislation is similar to the Sundown Town rules under the Jim Crow discrimination law in the United States. A California-posted sign in the 1930s said it all: “Nigger, Don’t Let The Sun Set On YOU In Hawthorne.” — T.S. Bah

The Witchcraft Ordinance of 1925, which formed the basis for the Witchcraft Act, outlawed any practices that were deemed uncivilised by colonial standards. The provisions of the Act are ambiguous and a clear definition of witchcraft is not given. This has made it easy for authorities to prosecute a wide range of cultural practices under the banner of witchcraft.

Rationale behind punitive laws

The idea behind most of the targeted legislation enacted by the colonialists was to separate whites from people of other races, including Asians. For example, in 1929 settlers in the white suburbs of Muthaiga in Nairobi raised an objection when the Governor announced plans to merge their suburban township with greater Nairobi.

That would have meant that they would have had to mingle with locals from Eastleigh and other native townships, which were mostly black. As a caveat to joining the greater Nairobi Township, the Muthaiga Township committee developed standard rules and regulations to govern small townships.

These rules and regulations were applied to other administrative townships such as Mombasa and Eldoret.

White townships would only join larger municipalities if the Muthaiga rules applied across the board.

The Muthaiga rules allowed white townships to control and police public space, which was a clever way to restrict the presence and movement of Asians and Africans in the suburbs.

Variations of these rules remain on the books to date. The current Nairobi county rules and regulations require residents to pay different rates to the county administration depending on their location.

In addition, the county rules demand that dog owners must be licensed, a requirement that limits the number of city dwellers who can own dogs. This rule can be read as discriminatory because the vast majority of lower-income earners now find themselves unable to keep a dog in the city. Indeed, discrimination was the basis of the colonial legal framework.

Can oppressive laws be legal?

Strictly speaking, these discriminatory rules and regulations were unlawful because they were not grounded in statutory or common law. Indeed, they were quasi-criminal and would have been unacceptable in Great Britain.

Ironically, because such rules and regulations didn’t exist in Great Britain, criminal charges could not be brought against white settlers for enforcing them.

To curtail freedom of movement and enjoyment of public space by non-whites the settlers created categories of persons known as “vagrants”, “vagabonds”, “barbarians”, “savages” and “Asians”.

These were the persons targeted by the loitering, noisemaking, defilement of public space, defacing of property, and anti-hawking laws. The penalty for these offences was imprisonment.

Anyone found loitering, anyone who was homeless or found in the wrong abode, making noise on the wrong streets, sleeping in public or hawking superstitious material or paraphernalia would be detained after trial.

Police had the powers to arrest and detain offenders in a concentration camp, detention or rehabilitation center, or prison without a warrant.

This is the same legal framework that was inherited by the independence government and the very same one that has been passed down to the county governments.

The Public Order Act allows police powers to arrest without warrant anyone found in a public gathering, meeting or procession which is likely to breach the peace or cause public disorder. This is the current position under sections 5 and 8 of the Act.

This law, which was used by the colonial government to deter or disband uprisings or rebellions, has been regularly abused in independent Kenya.

At the end of the day Kenyans must ask themselves why successive governments have allowed the oppression of citizens to continue by allowing colonial laws to remain on the books.


The Conversation

Fatou Bensouda, procureur de la CPI

Fatou Bensouda, procureure de la Cour pénale internationale
Fatou Bensouda, procureure de la Cour pénale internationale

La Gambienne Fatou Bensouda a prêté serment vendredi 15 juin. Elle succède à Luis Moreno-Ocampo au poste de procureur de la Cour Pénale Internationale (CPI).

« Moi, Fatou Bensouda, je déclare solennellement que je remplirai les devoirs et exercerai les attributions de procureur de la CPI en tout honneur, dévouement, toute impartialité et toute confiance ».

Vendredi 15 juin, à La Haye, la Gambienne Fatou Bensouda a prêté serment devant la Cour pénale internationale (CPI) dont elle devient le nouveau procureur. Elle succède à l’Argentin Luis Moreno-Ocampo, arrivé au terme de son mandat de neuf ans.Vêtue d’une robe de magistrat noire au plastron blanc, Fatou Bensouda a prêté serment devant une assemblée de responsables de la CPI. Étaient notamment présents le président de la Cour, le juge sud-coréen Sang-Hyun Song, son prédécesseur, l’Argentin Luis Moreno-Ocampo, la greffière italienne Silvana Arbia, la présidente de l’Assemblée des États parties, Tiina Intelmann ainsi que 15 juges de la Cour.

« Nous ne devons pas être guidés par les mots et la propagande de certains individus influents dont le seul but est d’échapper à la justice mais nous devons écouter et nous concentrer sur les millions de victimes qui continuent de souffrir de crimes de masse », a affirmé le nouveau procureur dans un bref discours.

Fatou Bensouda, 51 ans, occupait le poste de procureur adjoint de la CPI depuis 2004. Elle avait auparavant travaillé pour le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), basé à Arusha, en Tanzanie, après avoir été ministre de la Justice de Gambie.Enquêtes dans sept pays« Je respecterai le caractère confidentiel des enquêtes et des poursuites », a-t-elle assuré.
Le bureau du procureur de la CPI mène des enquêtes dans sept pays africains, notamment en Côte d’Ivoire, en République Démocratique du Congo (RDC) et en Libye.Fatou Bensouda dirigeait la division des poursuites du bureau du procureur de la CPI, le premier tribunal permanent chargé de juger les auteurs présumés de génocides, crimes contre l’humanité et crimes de guerre.

« Les activités et les décisions du bureau du procureur vont continuer d’être basées uniquement sur le droit et les éléments de preuve », a indiqué le nouveau procureur de la CPI, les cheveux noués en arrière avec des tresses africaines.

« Je serai le procureur de l’ensemble des 121 États parties [au Statut de Rome, NDLR], agissant en toute indépendance et impartialité », a-t-elle également affirmé.

Longue poignée de mains

Fatou Bensouda « possède une vaste expérience judicaire acquise pendant de nombreuses années de travail à la CPI et dans ses fonctions précédentes », a rappelé le président Sang-Hyun Song à l’ouverture de la cérémonie, tout en soulignant que « la CPI d’aujourd’hui est très différente de la CPI de juin 2003 ».
« Lorsque mon prédécesseur a mis le bureau sur les rails en 2003, il avait deux personnes dans son équipe, six étages de bureaux et aucune enquête ouverte », a rappelé Fatou Bensouda. Elle et Moreno-Ocampo ont échangé une longue poignée de main et plusieurs accolades à l’issue de la prestation de serment.
Dans la galerie du public étaient notamment rassemblés des diplomates et des membres d’autres tribunaux internationaux.Depuis l’entrée en fonction de la CPI, les juges ont, à la demande de l’accusation, délivré vingt mandats d’arrêt mais seulement six suspects ont été arrêtés.

La Cour n’a pas de force de police propre et doit compter sur la bonne volonté des pays qui ont ratifié le Statut de Rome, s’engageant ainsi à coopérer avec elle et donc à arrêter ceux qu’elle recherche.

AFP/JA

Qui sera le prochain devant la CPI ?

Les procureurs du TPI/ICC
Les procureurs du TPI/ICC: de g. à dr.: Fatou Bensouda, Luis-Moreno-Ocampo, Urmas Pact

Le 26 avril, ils étaient nombreux, sur le continent, à suivre le verdict du procès de Charles Taylor. Et à se dire qu’ils pourraient bien un jour, comme l’ancien président libérien, être envoyés à la Cour pénale internationale. Ont-ils des raisons de s’inquiéter ?

Procès historique, jugement historique. Il y avait bien eu Karl Dönitz en 1946. Éphémère président du Reich après le suicide d’Adolf Hitler, il avait dirigé, vingt jours durant, l’Allemagne nazie avant d’être reconnu coupable de crimes de guerre à l’issue du procès de Nuremberg. Depuis, plus rien. Aucun chef d’État n’avait plus été condamné par la justice internationale. La reconnaissance de la culpabilité de Charles Taylor, prononcée le 26 avril dernier par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL), revêt donc une importance toute particulière. L’ex-président libérien est en plus le premier chef d’État africain jamais condamné par la justice internationale — un précédent qui pourrait faire trembler sur le continent. Car l’Union africaine (UA) a beau dire clairement son opposition à ce que beaucoup appellent « une justice de Blancs » (« Nous sommes pour la lutte contre l’impunité, a déclaré Jean Ping, le président de la Commission de l’UA, en juin 2011. Mais pourquoi [le procureur de la Cour pénale internationale] ne juge-t-il que les Africains ? Est-ce que cela veut dire qu’il ne se passe rien ailleurs ? »), l’étau se resserre. Le Congolais Thomas Lubanga a été reconnu coupable, l’Ivoirien Laurent Gbagbo attend l’ouverture de son procès… Qui sera le prochain ? Jeune Afrique a mené l’enquête.

Omar el-Béchir

Gén. Omar El-Béchir
Gén. Omar El-Béchir

Accusé de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et de génocide au Darfour, le président soudanais est visé par deux mandats d’arrêt internationaux, émis   en mars 2009 et en juillet 2010. Et sauf très grosse surprise, il pourrait ne jamais comparaître devant la Cour pénale internationale (CPI). Réélu en 2010, il bénéficie en effet du soutien de nombre de ses pairs de l’Union africaine et de la Ligue arabe, chez qui il se déplace sans crainte, qu’ils soient ou non signataires du traité de Rome, fondateur de la CPI. Chaque fois, l’accueil qui lui est fait est plus celui que l’on réserve à un invité de marque qu’à un criminel en fuite. Des mandats d’arrêt ont également été délivrés contre au moins deux anciens chefs de milice Djandjawid, et eux aussi pourraient ne jamais avoir à rendre de comptes. Mais au fond, pour les dignitaires du régime, la principale menace reste celle d’un coup d’État, alors que le pays connaît une grave crise économique depuis la perte des ressources du Sud. « Même dans ce cas, El-Béchir pourrait se réfugier chez un de ses alliés, comme l’Arabie saoudite ou la Chine », assure Roland Marchal, chercheur au Centre d’études et de recherches internationales.

Hissène Habré

L’affaire Habré, c’est un long feuilleton politico-judiciaire dont les

Hssène Habre
Hssène Habre

victimes du régime de l’ancien dictateur tchadien désespèrent de voir un jour la fin. Au pouvoir de 1982 à 1990, Habré a plongé le Tchad dans un cauchemar de répression et de suspicion généralisée. Bilan : des milliers de morts… En exil à Dakar depuis 1990, Habré a été inculpé en 2000 par un juge sénégalais et accusé de crimes contre l’humanité et de torture, mais il est jusqu’à présent parvenu à échapper à un procès.
Le Sénégal d’Abdoulaye Wade s’étant dérobé pendant de longues années à son obligation de le juger (Habré a su s’y assurer de nombreux soutiens), c’est la Belgique qui a demandé son extradition, en septembre 2005. Depuis, la procédure traîne en longueur : en 2006, le Sénégal a accepté de juger Habré au nom de l’UA, et en 2010 les donateurs sont parvenus à réunir 8,6 millions d’euros pour organiser le procès — mais depuis, il ne s’est rien passé. Du coup, en mars dernier, c’est devant la Cour internationale de justice (CIJ) que l’affaire a été portée.
Habré finira-t-il par être jugé ? L’entourage du nouveau président sénégalais, Macky Sall, a laissé entendre qu’il souhaitait relancer la procédure dans son propre pays. « Cela prendrait trop de temps de tout recommencer à zéro, fait valoir un défenseur des droits de l’homme. Pendant ce temps, les victimes continuent à mourir. La seule solution rapide, c’est la Belgique. »

Charles Blé Goudé

Charles Blé-Goudé
Charles Blé Goudé

Pas de poursuites officielles de la CPI, mais l’ancien chef des Jeunes patriotes ivoiriens sait que son tour pourrait venir vite — et il s’y prépare, puisqu’il a demandé à Nick Kaufman, l’avocat de la famille Kaddafi, de défendre ses intérêts. Celui-ci a écrit le 23 avril au procureur de la République, Simplice Koffi Kouadio, pour connaître les intentions de la justice vis-à-vis de son client et s’assurer qu’aucun mandat d’arrêt n’avait été émis contre lui. « Je n’ai aucune réponse pour l’instant », dit-il.
Aujourd’hui exilé au Ghana, Blé Goudé occupait le poste de ministre de la Jeunesse dans le dernier gouvernement de Laurent Gbagbo. L’ONU et des ONG lui reprochent d’avoir prononcé un discours, le 25 février 2011, appelant ses partisans à ériger des barrages à Abidjan et à dénoncer les étrangers, ce qui aurait déclenché des crimes perpétrés sur une base partisane et ethnique. En 2006, l’ONU lui avait déjà interdit de voyager et avait gelé ses avoirs à cause de « déclarations publiques répétées préconisant la violence » contre les Nations unies et les étrangers. « Mon client est prêt à se défendre devant toute juridiction internationale, explique Me Kaufman. Mais pas en Côte d’Ivoire, où la justice est partiale. »

Chérif Ousmane

Chérif Ousmane
Chérif Ousmane

Pas de poursuites non plus contre Chérif Ousmane, ex-chef de guerre et proche de Guillaume Soro, qui préside désormais l’Assemblée nationale en Côte d’Ivoire.  Chérif Ousmane est le symbole de cette génération d’officiers qui se sont sentis marginalisés et qui ont tenté de prendre le pouvoir en 2002, avant de se replier sur le nord du pays. Devenu l’un des comzones de Bouaké, il a participé à l’assaut final sur Abidjan et ses hommes auraient conquis le quartier de Yopougon, fief des partisans de Gbagbo, au prix d’exécutions sommaires. Selon Human Rights Watch, il aurait ordonné l’exécution de 29 prisonniers en mai 2011. Par ailleurs, un rapport de l’agence de presse des Nations unies, l’Irin, publié en 2004, le soupçonne d’avoir supervisé des forces impliquées dans l’assassinat de mercenaires libériens et sierra-léonais.

Les ONG aimeraient donc les voir, lui et les autres anciens chefs rebelles que sont Ousmane Coulibaly (dit Ben Laden) et Losseni Fofana, devant la justice. Mais Chérif Ousmane est aujourd’hui le numéro deux du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR), et le président Ouattara, qui dit maintenant souhaiter que justice soit rendue en Côte d’Ivoire, ne semble pas décider à le transférer devant la CPI.

Moussa Dadis Camara

Moussa Dadis Camara
Moussa Dadis Camara

Le 28 septembre 2009, des milliers de Guinéens se réunissent au stade du 28-Septembre de Conakry pour dire non à la candidature du chef de la junte, Moussa Dadis Camara, à la présidentielle. Pour disperser les manifestants, l’armée tire à balles réelles. Bilan : 157 morts, 1 200 blessés et 109 cas de viol répertoriés. Pour les enquêteurs onusiens, Dadis a une « responsabilité pénale individuelle » dans les massacres. Tout comme son aide de camp, Aboubacar « Toumba » Diakité, et Moussa Tiégboro Camara, à l’époque ministre chargé de la Lutte contre la drogue et le grand banditisme.
En visite en Guinée le 5 avril, Fatou Bensouda, prochaine procureure de la CPI, a prévenu : « Si les hauts responsables ne sont pas poursuivis par les autorités guinéennes, alors la CPI le fera. » Sans doute pour donner un coup d’accélérateur à la procédure, qui n’a plus bougé depuis l’inculpation par la justice guinéenne, début février, de Moussa Tiégboro Camara.
Exilé au Burkina Faso depuis janvier 2010, Dadis, qui avait échappé à une tentative d’assassinat en décembre 2009 (perpétrée justement par « Toumba », en cavale depuis), continue de nier toute implication dans les massacres. Il compte encore chez lui de nombreux partisans — ce qui, momentanément du moins, lui assure une certaine tranquillité. A ce jour, aucune poursuite judiciaire n’est engagée contre lui, ni en Guinée ni à la CPI.

Bosco Ntaganda

Charles Bosco Ntaganda
Bosco Ntaganda

En août 2006, la CPI a émis un mandat d’arrêt contre Bosco Ntaganda, accusé de crimes de guerre pour avoir enrôlé des enfants entre 2002 et 2003, en Ituri (nord-est de la RD Congo). A l’époque, Ntaganda était membre de l’Union des patriotes congolais (UPC), aux côtés de Thomas Lubanga (reconnu coupable de crimes de guerre par la CPI en mars dernier) puis du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP).
Le général « Bosco » a intégré l’armée congolaise en janvier 2009 après l’accord de paix passé entre le CNDP et Kinshasa, mais aujourd’hui les choses se compliquent. La protection dont il bénéficiait n’est plus de mise depuis que de violents combats dans le Nord-Kivu opposent l’armée à des mutins qui lui sont fidèles. « Bosco » se serait retranché dans son fief, dans les montagnes du Masisi. Pourquoi ce revirement ? « Malgré le modus vivendi négocié avec Kinshasa, la chaîne de commandement parallèle qu’il avait mise en place dans les deux Kivus commençait à agacer l’état-major », explique un spécialiste des questions militaires. Par ailleurs, le président Kabila semble vouloir donner des gages à la communauté internationale afin de tourner la page de la présidentielle de novembre 2011. Est-il toutefois prêt à le remettre à la CPI ? Pour l’instant, non. « Nous pouvons l’arrêter nous-mêmes […] et le juger ici », a-t-il déclaré le 11 avril.

Félicien Kabuga

Félicien Kabuga
Félicien Kabuga

Il est accusé de génocide, crimes de guerre, crimes contre l’humanité, selon le mandat d’arrêt du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) émis le 8 novembre 2001. Dix-huit ans après les faits, le génocidaire rwandais présumé le plus recherché de la planète est toujours en cavale.
Ce richissime homme d’affaires est accusé d’être le grand argentier du génocide et l’un des principaux planificateurs des massacres. Lié à la famille de l’ancien président Habyarimana, il était le plus important actionnaire de la radio des Mille Collines et aurait financé l’achat de milliers de machettes. Son dernier pays de résidence avéré, le Kenya, assure qu’il a quitté son territoire — sans toutefois en donner la preuve ni dévoiler sa destination. Kabuga, dont la fortune est estimée à 20 millions de dollars, conserve, semble-t-il, des arguments pour s’assurer de la loyauté de ses mystérieux protecteurs. A compter du 1er juillet, le TPIR perdra la faculté de rechercher les fugitifs (prélude à la fermeture définitive du tribunal fin 2014), fonction qui sera ensuite assumée par un « mécanisme résiduel », mis en place par l’ONU pour éviter qu’ils échappent à la justice. Le temps presse : Kabuga a 77 ans.

Joseph Kony

Joseph Kony
Joseph Kony

Meurtres, esclavage sexuel, pillages, viols, enrôlement d’enfants… La liste des charges qui pèsent contre le chef de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) est longue. Pas moins de 33 chefs d’accusation relevant du crime de guerre et du crime contre l’humanité. Ex-enfant de choeur, semi-analphabète, Joseph Kony est le fondateur présumé de la LRA, en 1987. Depuis, il a semé la terreur dans son pays, mais aussi au Soudan, en RD Congo et en Centrafrique.
En 2005, la CPI a émis un mandat d’arrêt contre lui et quatre autres chefs de la LRA. Sept ans après, Kony est toujours introuvable, mais la traque a été relancée, en partie grâce à l’ONG américaine Invisible Children et à sa vidéo virale Kony 2012, mise en ligne en février. En avril, l’UA, appuyée par les États-Unis, a annoncé la mise en place d’une force militaire de 5 000 hommes pour traquer et capturer Kony.

Uhuru Kenyatta

Uhuru Kenyatta
Uhuru Kenyatta

Les violences qui ont suivi la réélection contestée de Mwai Kibaki, en décembre 2007, ont fait plus de 1 100 morts. Pour la CPI, ces crimes ont été « préparés » et « planifiés » dans les deux camps par des personnalités de premier plan. D’un côté, Uhuru Kenyatta, proche de Kibaki et richissime héritier de Jomo Kenyatta, le père de l’indépendance. Vice-Premier ministre et probable candidat à la prochaine présidentielle, il est accusé de crimes contre l’humanité. Mais des proches de Raila Odinga, challengeur de Kibaki, sont également sur la sellette. C’est le cas de William Ruto, ex-ministre de l’Enseignement supérieur, autre probable candidat à la présidentielle. Comme Henry Kosgey (ex-ministre de l’Industrialisation) et comme le journaliste Joshua arap Sang, Ruto est soupçonné d’avoir « organisé le stockage et la distribution des armes, coordonné le transport des agresseurs, promis des récompenses pour la participation aux attaques ».
La CPI a décidé d’ouvrir une enquête après l’échec du gouvernement kényan à mettre sur pied un tribunal spécial chargé de poursuivre les auteurs des violences. Le 23 janvier, elle a confirmé les charges retenues contre les accusés, qui comparaissaient libres à La Haye, mais le Kenya laisse désormais entendre qu’un procès pourrait être organisé sur son sol (sans préciser toutefois si les accusés de la CPI seront concernés). Or la CPI ne peut conduire des procès que si les États n’ont pas la capacité ou la volonté de le faire. Une subtilité qui n’aura pas échappé à Nairobi…

Seif el-Islam Kaddafi

Seif el-Islam Kaddafi
Seif el-Islam Kaddafi

Après des mois de bataille par communiqués interposés, le gouvernement libyen a officiellement contesté, le 1er mai, la compétence de la CPI pour juger Seif el-Islam Kaddafi, ouvrant la voie à l’abandon de la procédure à La Haye. Détenu à Zintan (Libye) depuis son arrestation, le 19 novembre dernier, Seif faisait figure d’héritier de Mouammar Kaddafi. Il est accusé par la CPI d’avoir participé à la répression en Libye, dès le 15 février 2011 à Benghazi, et de s’être rendu coupable de crimes contre l’humanité. L’actuel procureur de la Cour, Luis Moreno-Ocampo, affirme disposer d’un dossier accablant avec les minutes des réunions, le calendrier des opérations de répression à partir de février 2011 et même des preuves que Seif aurait commandité le recrutement de mercenaires tchadiens. Mais lors d’une récente visite à Tripoli, Ocampo a concédé que le procureur général libyen tenait aussi « un dossier solide ». « Il a 30 témoins de plus, des documents et des retranscriptions. Il semble qu’il ait beaucoup de preuves », avait alors déclaré Ocampo. Le fils Kaddafi étant détenu en Libye et pouvant être jugé sur place, la CPI devrait vraisemblablement arrêter la procédure en cours.

Abdallah Senoussi

Abdallah Senoussi
Abdallah Senoussi

L’ancien chef des services secrets libyens est lui aussi accusé de crimes contre l’humanité et recherché par la justice internationale. Arrêté à Nouakchott (Mauritanie) le 16 mars dernier, Abdallah Senoussi est depuis très demandé : la Libye, la France et la CPI veulent son extradition. C’est évidemment Tripoli qui a le plus de questions à poser à l’ex-homme fort du régime Kaddafi, accusé d’avoir supervisé, avec Seif el-Islam, la répression en Libye entre février et août 2011, avec notamment des cas documentés de torture et d’exécutions sommaires. Mais les Libyens ont beaucoup d’autres griefs contre Senoussi : c’est lui que les familles des victimes de la prison d’Abou Salim accusent du massacre de 1 270 prisonniers en juin 1996. Le gouvernement libyen dispose de témoignages attestant de son implication personnelle dans ce massacre. Mais le 15 avril à Nouakchott, le président Ould Abdelaziz a démenti avoir passé un accord pour l’extrader en Libye. Pour autant, cela ne veut pas dire qu’il est prêt à le garder sur son territoire. La CPI a donc encore toutes ses chances.

Américains, Israéliens… la CPI pourrait aussi s’intéresser à eux

La justice Internationale est-elle vraiment… juste ? Selon Human Rights Watch (HRW), des crimes de guerre ont été commis par l’armée israélienne pendant l’opération Plomb durci (27 décembre 2008-18 janvier 2009) dans la bande de Gaza. Si une enquête sérieuse était menée par la CPI, des responsabilités individuelles seraient enfin déterminées, et le ministre de la Défense, Ehoud Barak, pourrait se retrouver sur le banc des accusés. Aucune enquête ne vise non plus l’ex-secrétaire d’État américain à la Défense Donald Rumsfeld, qui, toujours selon HRW, est l’architecte d’une politique de mauvais traitements aux prisonniers, en particulier à Abou Ghraib. Idem pour George W. Bush, qui, durant le conflit irakien (2003-2011), a autorisé la torture et les prisons secrètes. Enfin, si des poursuites étaient lancées pour les crimes commis en Tchétchénie, le président pro-Russes Kadyrov serait le principal accusé. Mais, comme le Soudan, ni Israël, ni les États-Unis, ni la Russie n’ont ratifié le traité de Rome portant création de la CPI.

Dossier réalisé par Pacal Airault, Youssef Aït Akdim, Pierre Boisselet, Malika Groga-Bada, Clarisse Juompan-Yakam, Anne Kappès-Grangé et Philippe Perdrix.

Jeuneafrique.com