5 Things about Guinea’s peaceful election

Guinea’s National Independent Electoral Commission has released the provisional results of the first round of the presidential election held October 11. See Le “Coup KO” n’est pas OK.
I reprint this blog post from the Washington Post because it provides an overview of the voting process. Also, the 5-point ordered list may be just the length of text and type of content that casual readers may need. However, the author proposes a historical review of Guinea’s electoral politics that falls way short for the following reasons:

  1. Tyson Roberts jumps to a hasty conclusion and uses  “peaceful” inappropriately. In reality, and according to an Amnesty International report, “Unarmed people shot in back and beaten to death by security forces in Conakry.” The human rights group  condemns the “clear evidence that members of Guinea’s security forces were responsible for the death and injury of unarmed civilians. There could be no justification for firing at these unarmed people, and no excuse for failing to hold those suspected of criminal responsibility to account.
  2. The author over-simplifies his picture of the situation by reducing the contest to a rivalry between Alpha Condé and Cellou Dalein Diallo. In fact, Guinea’s political landscape extends beyond these two leaders, notwithstanding the fact they —mainly but exclusively — represent  the main communities: Fulbe and Maninka
  3. As a result, the name and role of a solid contender such as Sidya Touré appears nowhere
  4. The successive dictatorships of Sékou Touré (1958-1984) and Lansana Conté (1984-2008) are merely and leniently described as rules. Yet, the author points out that Alpha Condé was sentenced to death in absentia. With such a hint, he should have logically concluded that Guinea was run by a tyrant. Furthermore, M. Condé was not the only person to receive a death penalty. Twenty other Guineans exiles suffered the same fate. Read the verdict of the Tribunal révolutionnaire suprême on the Camp Boiro Memorial.
  5. The author is silent on the rigged results of the second round of the 2010 presidential. Soundly beaten on the first round, Alpha Condé was dubiously proclaimed the victor in the second round. Most serious observers remain puzzled by the reversal of fortune of the two candidates. Ever since, details have emerged linking Waymark Infotech, the company that tallied the ballots, to South African intelligence circles.
    Read High Noon at the Guinea Corral
    Tierno S. Bah

Which Guinea, you ask? There are 4 countries whose name includes “Guinea” (named for the Guinea region in West Africa), including Equatorial Guinea (formerly Spanish Guinea), Guinea-Bissau (formerly Portuguese Guinea), and Papua New Guinea (in Oceania rather than Africa – a Spanish explorer apparently thought the natives resembled people he had seen on the Guinea coast of Africa).

Supporters of candidate Alpha Conde gather in a street in Conakry on Saturday to celebrate after it was announced that he had won the elections. (Youssouf Bah/AP)
Supporters of candidate Alpha Conde gather in a street in Conakry on Saturday to celebrate after it was announced that he had won the elections. (Youssouf Bah/AP)

The country that had the election a week and a half ago was just plain “Guinea,” officially “the Republic of Guinea,” formerly known as “French Guinea,” and sometimes referred to as “Guinea-Conakry” (Conakry is the capital) to differentiate it from the other Guineas.

What is special about Sunday’s election?

  1. Incumbent Alpha Condé was the first president in Guinea to come to power (in 2010) through a democratic election.
    At independence from France in 1958, Guinea was led by Ahmed Sékou Touré, who went on to “win” uncontested presidential elections from 1961 to 1982. Days after Sékou Touré died in 1984, Lansana Conté took power in a military coup and won three multiparty elections in what observers described as a “facade” of democracy.
    Days after Conté died in 2008, Capt. Moussa Dadis Camara took power in a military coup. Following a massacre of opposition members in a meeting in 2009, one of Camara’s aides shot him in the head. Camara survived and went into exile. Condé won the multiparty presidential election that followed in 2010.
  2. Sunday’s election was the fourth presidential contest Condé has competed in, but the first time he has run as an incumbent.
    Condé, 77, has been in politics for a long time, but the presidential term he is finishing is the first political office he has ever held. As an opposition activist during Sékou Touré’s rule, he was sentenced to death in absentia. He placed second and third in presidential elections that Conté was accused of stealing in 1993 and 1998. Conté’s government threw Condé into jail in 2000 for “undermining the authority of the state”; after his release in 2001 he boycotted the election of 2003. In his third presidential contest in 2010, Condé placed second in the first round with 18 percent (behind Cellou Dalein Diallo with 44 percent), and then won the presidency in the second round with 53 percent.
  3. In Guinea’s highly fractionalized political system, success relies on making (sometimes surprising) alliances.
    In the 2010 presidential election, 24 candidates from 24 different parties competed. Although he won a mere 18 percent in the first round, Condé was able to win in the second round by gaining endorsements from at least twelve of the other competing parties.
    In the campaign for this most recent election on Oct. 11, Diallo formed an alliance with the party led by former junta leader Camara, currently in exile and indicted in absentia for the 2009 massacre of the opposition, including members of Diallo’s party. Notwithstanding that surprising alliance, Condé was predicted by observers to win last week’s election because of the ethnic and personal rivalries that divide his opposition (as well as some accomplishments such as completion of a Chinese-built hydroelectric dam). Eight candidates (considerably fewer than in 2010) competed in the first (and only) round of this year’s presidential election.
  4. The election’s main contestants come from two of the larger ethnic groups in the country, but neither group is large enough to deliver electoral victory alone.
    The largest ethnic group in Guinea is the Fulani, with more than 40 percent of the population; followed by the Malinké, with 30 percent; and the Sossou, with 20 percent. The remaining 10 percent comes from more than 20 smaller ethnic groups.
    In the first round of the 2010 presidential election, Diallo, a Fulani, won 44 percent of the vote vs. 18 percent for the Malinké candidate, Condé.
    Some observers believe that Condé successfully united most of the other parties against Diallo by uniting the non-Fulani ethnic groups against the Fulani.  Diallo, however, argued that Condé rigged the 2010 result. Despite being the largest and economically dominant ethnic group, no Fulani has been president of Guinea.
  5. Although Guinea has a history of troubled elections, and Diallo has rejected this year’s result, election observers described the election as valid (if disorganized).
    Guinea’s first three multiparty elections, under Lansana Conté, were described by observers as fraudulent. In response to major candidates being ruled ineligible to run, most opposition parties boycotted the 2003 election (including Condé’s party), which was also considered fraudulent.
    The first round of the 2010 election was open, transparent and peaceful, but before the runoff election in 2010, violent clashes between supporters of Condé and Diallo led the election to be postponed three times. Diallo accused Condé of fraud but conceded when the Supreme Court ruled against him.
    In the run-up to this October’s election, Diallo complained about the Independent Electoral Commission over a number of issues, including disorganized distribution of voter cards, and he demanded a five-day delay for the election, which was not granted. Nonetheless, Diallo chose not to follow through on his threat to boycott the election.
    This election was peaceful. Observers say the vote was transparent and valid, despite such logistical problems as insufficient materials. In response to early returns that indicate another victory for Condé, Diallo’s supporters accused the president of fraud and called for the election to be repeated. Last Wednesday, Diallo withdrew from the election, alleging fraud, and said he would not recognize the results.
    On Saturday, the Independent Electoral Commission declared Condé the winner with 58 percent of the vote, which makes a run-off election unnecessary (pending confirmation by the Constitutional Court). Diallo, with 31 percent of the vote, still refuses to recognize the result, but said he would not appeal.

Tyson Roberts
Reprinted from The Washington Post

Le “Coup KO” n’est pas OK !

Un Coup KO !”, tel fut le cri de ralliement de la campagne d’Alpha Condé, candidat du RPG-Arc-en-ciel à l’élection présidentielle dont le premier tour a eu lieu le 11 octobre courant.
Lire l’article annonciateur et prémonitoire de François Soudan “Présidentielle guinéenne : un coup KO pour Alpha Condé ?”, publié par Jeune Afrique le 10 octobre

Comme au lendemain de son investiture en 2010, Alpha Condé emploie une formule empruntée à la langue anglaise. On avance que son fils est fluent dans la langue de Shakespeare. Mais le père avoue une compétence modeste dans cet idiome.
En 2010, il s’exclama en franglais : “La Guinée is back”. Pour cette année également le RPG a eu recours à la formule hybride, mi-française, mi-anglais : Un coup KO !
Ils entendaient par là que leur candidat l’emporterait — comme dans un match de boxe — par KO, qui est une abbréviation des mots anglais Knock-Out.

Eh bien, leur voeu a été réalisé. En effet, selon la déclaration de la Commission nationale électorale indépendante (Ceni), Alpha Condé a été réélu au premier tour président de la république de Guinée.  Il était, on le sait, en lice avec sept rivaux.

Les huit candidats au premier tour de l'élection présidentielle. République de Guinée, 11 octobre 2015
Les huit candidats au premier tour de l’élection présidentielle. République de Guinée, 11 octobre 2015

Les  résultats provisoires obtenus par les huits candidats au premier tour sont les suivants :

CandidatPartiVoix obtenuesPourcentage
Alpha CondéRPG2.285.82757,85%
Cellou Dalein DialloUFDG1.242.36231,44%
Sidya TouréUFR237.6496,01%
Faya Lansana MillimonoBloc Libéral54.7181,38%
Papa Koly KouroumaGRUP55.7501,31%
Lansana KouyatéPEDN45.9621,16%
Goerges Gandhi TounkaraUGDD19.8400,50%
Marie Madeleine DioubatéPEG13.2140,33%

Manipulation et dosage des résultats

Alpha Condé et ses partisans ont eu recours à des méthodes de manipulation et de dosage des résultat du vote. Les meneurs de cet exercice rocambolesque se croient plus malins que le mot. Mais leur arithmétique statistique crée le doute et provoque l’incrédulité. à travers le tableau ci-dessus, qui frappe par ses grands écarts entre :

  • Les deux premiers candidats : Alpha et Cellou ; l’un double résultat de l’autre
  • Le duo Alpha/Cellou et le reste des constestants ; on passe de sept à 6 chiffres à bas percentile

Ainsi, par exemple, Sidya n’obtient que le cinquième des votes de Cellou Dalein, et le huitième des résulats d’Alpha Condé ! Et dire qu’en 2010 il avait battu Alpha au premier tour. Toutefois le président de la Transition, Général Sékouba Konaté, le démit du deuxième rang au profit d’Alpha et le classa troisième.

Lire l’interview de Sidya dans Fraternité-Matin sous le titre Comment Sékouba frauda pour Alpha

Les micmacs de la Ceni s’inspirent en droite ligne des listes que feu Alsény René Gomez concoctait pour Lansana Conté dans les années 1990.

Note. — Les maquillages électoraux de l’ère du multipartisme contrastaient avec les statistiques fabuleuses du Parti-état, qui accordaient aisément 99,99 % des votes à Sékou Touré, l’unique candidat à l’élection.

Gomez René Gomez eut des imitateurs et des émules. Et depuis 2010, certains de ces personnages se retrouvent comme conseillers (avec rang de ministre) dans à la présidence de la république. Le candidat sortant était donc bien entouré pour préparer et remporter le premier tour, haut les mains.

Note. — Le gouvernement d’Alpha Condé est une structure à deux étages. Le Primature est logée au rez-de-chaussée, tandis que la Présidence occupe le second niveau. Et tout ce beau monde compte quelque 80 ministres pour 11 millions de citoyens. A l’opposé, avec 320 millions d’habitants, les USA n’ont que quinze ministres.

A suivre.

Tierno S. Bah

Présidentielle. Mutisme de la CEDEAO et de l’UA

Fournis par la CENI, les résultats — provisoires et officieux — du premier tour de l’élection présidentielle guinéenne donnent le candidat Alpha Condé gagnant. Ces informations ont provoqué le retrait immédiat de ses principaux rivaux, Cellou Dalein Diallo et Sydia Touré, du processus électoral. Face à ces développements, “le mutisme de la CEDEAO et de l’UA est décrié”, écrit Assanatou Baldé (Afrik.com).
Ce silence contraste avec l’intervention rapide africaine dans la récente crise burkinaɓe. Il faudrait garder cependant en mémoire le rejet essuyé par le président sénégalais, Macky Sall, pour avoir voulu inclure les putschistes dans la résolution de la confrontation entre le régime de la transition et les populations, d’une part, et — désormais — l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP), d’autre part.
Lire Burkina-CEDEAO : le peuple rejette l’accord
Ce n’est pas la première fois qu’une médiation de la Cedeao tourne court à cause de son approche biaisée en faveur du pouvoir dictatorial et/ou illégitime en place. Ce fut notamment le cas avec la désignation de l’ex-président Blaise Compaoré comme médiateur entre Moussa Dadis Camara et son CNDD, d’un côté, les partis politiques et la société civile, de l’autre, en 2009.
Lire :

Tierno S. Bah

 

Dépouillement des bulletins de vote à Conakry, le 14 octobre 2015, après le premier tour de l'élection présidentielle en Guinée (AFP/Cellou Binani)
Dépouillement des bulletins de vote à Conakry, le 14 octobre 2015, après le premier tour de l’élection présidentielle en Guinée (AFP/Cellou Binani)

Le Président sortant guinéen Alpha Condé pourrait être réélu dès le premier tour de l’élection présidentielle, selon la commission électorale nationale indépendante (CENI). De son côté, le principal parti d’opposition s’est retiré du processus électoral. Alors que l’on craint de nouvelles violences en Guinée, le mutisme des organisations régionales africaines, qui ne se sont pas encore exprimées à propos du scrutin, est pointée du doigt par les observateurs du continent.

Les évènements s’accélèrent en Guinée. La commission électorale nationale indépendante (CENI) a annoncé, jeudi soir, que le Président guinéen sortant Alpha Condé s’acheminait vers une réélection dès le premier tour de l’élection présidentielle, avec près de 2 millions de voix en sa faveur, selon les résultats provisoires partiels. La CENI a également estimé la participation à l’élection présidentielle en moyenne à 75% pour le premier tour, qui s’est tenu le 11 octobre.

Bien qu’à l’international, on affirme que les élections se sont déroulées dans le calme et sans irrégularités majeures, la version des faits de l’opposition diffère. Le leader de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, qui dirige l’UFDG, a annoncé son retrait du processus électoral, évoquant une véritable « mascarade » autour du scrutin, « entaché de fraudes », selon lui. Le correspondant d’Afrik.com, basé en Guinée, a fait état dans ses reportages de nombreux manquements à l’ouverture des votes du premier tour.

De même, sur le continent, notamment au Sénégal, où réside une forte communauté guinéenne et où Cellou Dalein Diallo a « battu à plate couture » Alpha Condé, de nombreux observateurs, lors de débats télévisés sur l’élection présidentielle, ont estimé que ce n’était pas à l’Union Européenne ou aux Occidentaux en général d’affirmer si l’élection s’est bien déroulée ou non. Ils ont été plus loin, décriant le mutisme des organisations africaines telles que la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) ou encore l’Union Africaine (UA) qui ne se sont toujours pas exprimées sur ce scrutin, estimant qu’elles devaient être en premières ligne pour garantir la pérennité de la Présidentielle.

Pour l’heure, la Guinée retient son souffle. De nouvelles violences à l’issue du scrutin pourraient bien éclater dans le pays entre partisans du Président sortant et ceux du leader de l’opposition.

Assanatou Baldé
Afrik.com

Election présidentielle : démocratie ou violence ?

L’élection présidentielle est annoncée en Guinée pour le 11 octobre. Pour les deux camps en bataille, l’enjeu est soit la conservation, soit la conquête du pouvoir. Le président sortant et ses rivaux entendent-ils participer à un scrutin “démocratique” ou plutôt ont-ils choisi de ramer, à contre-courant de l’histoire, dans une marée de violence ? La campagne bat son plein et elle accumule les blessés et les morts. Est-ce la stratégie “By any means necessary” — par n’importe quels moyens nécessaires (pour reprendre le célèbre slogan de Elhadj Malik El-Shabazz (Malcolm X) ?
Après Koundara, Mamou, c’est le tour de Nzérékoré, qui enregistre un mort et 80 blessés.
La tension et les violences ne semblent guère préoccuper Jeune Afrique, dont le numéro 2856 (4-10 octobre courant) affiche “Guinée, présidentielle 2105. Un coup KO ?”, à l’appui d’une enième interview exclusive d’Alpha Condé.
T.S. Bah

 

Quatre des huit candidats à l'élection présidentielle, dont le premier tour se déroulera en principe le 11 octobre. De gauche à droite, Sidya Touré, Cellou Dalen Diallo, Lansana Kouyaté, Alpha Condé.
Quatre des huit candidats à l’élection présidentielle, dont le premier tour se déroulera en principe le 11 octobre. De gauche à droite, Sidya Touré, Cellou Dalen Diallo, Lansana Kouyaté, Alpha Condé.

A N’Zérékoré, des affrontements entre partisans du président Alpha Condé, candidat de la majorité en campagne pour le scrutin du 11 octobre, et sympathisants de candidats de l’opposition dont son principal adversaire, Cellou Dalein Diallo, ont fait un mort et 80 blessés.

En raison des violences, le préfet de N’Zérékoré, capitale régionale de la Guinée forestière (Sud-Est), Aboubacar Mbop Camara, a imposé un couvre-feu de 18h00 à 06h00 dans la ville à compter de dimanche 4 octobre et jusqu’à nouvel ordre, a affirmé à l’AFP une source à la préfecture. La décision a été prise à l’issue d’une réunion avec des responsables municipaux, des représentants de partis politiques, des dignitaires communautaires et coutumiers, elle vise à « apaiser les tensions et ramener le calme dans la ville », a indiqué cette source.

L’instauration du couvre-feu a été confirmée par un proche collaborateur du préfet, évoquant « un grand risque de conflit communautaire » à N’Zérékoré « à cause de mauvaises informations distillées par les différents partis politiques ».

Les heurts ont éclaté vendredi 2 octobre dans l’après-midi et se sont poursuivis jusque tard samedi entre partisans du président Alpha Condé, candidat de la majorité en campagne pour le scrutin du 11 octobre, et sympathisants de candidats de l’opposition dont son principal adversaire, Cellou Dalein Diallo, selon des témoins et des sources de sécurité.

Samedi, une source hospitalière avait fait état de 23 blessés – 16 par balles, six par des jets de pierres ou des coups de bâton, un dans un accident de la circulation. Le bilan a été revu à la hausse par le chef de mission en Guinée de l’ONG médicale humanitaire indépendante Alima, Olivier van Eyll.

80 blessés par balles ou par des jets de pierres

« Nos équipes, en collaboration avec la Croix-Rouge guinéenne, ont assisté l’équipe médicale de l’hôpital régional de N’Zérékoré pour soigner environ 80 blessés par balles ou par des jets de pierres plus ou moins graves entre vendredi et samedi », a déclaré Olivier van Eyll, précisant : « Il y a eu malheureusement un cas de décès parmi les blessés ». Selon lui, douze des blessés ont passé une nuit à l’hôpital et ont été libérés le lendemain, les autres cas n’ont pas requis d’hospitalisation.

Selon un responsable de la gendarmerie sur place, le commandant Fodé Mohamed Sylla, 13 personnes ont été arrêtées en lien avec ces violences et devraient être prochainement présentées à la justice.

« Sept d’entre elles l’ont été dans la journée d’hier [samedi], et les six autres ce dimanche », et certaines d’entre elles « avaient des fusils de fabrication artisanale », a précisé le commandant Sylla. Toutes seront présentées à la justice devant laquelle elles « répondront de leurs actes », a-t-il ajouté.

Ces troubles se sont produits alors que le chef de l’État, Alpha Condé, était en campagne électorale dans la région.

« Atmosphère de campagne extrêmement tendue »

Dans un communiqué publié dimanche, la Mission d’observation électorale de l’Union européenne (MOE UE) déplore « les derniers incidents survenus au cours de la campagne » en vue de la présidentielle en Guinée.

« Ces incidents témoignent d’une atmosphère de campagne extrêmement tendue. Tous les acteurs du processus électoral devraient avoir à cœur d’éviter que le recours à la violence n’accompagne leur démarche », déclare cette mission déployée depuis le 2 septembre.

Elle appelle un apaisement du climat « pour que tous les acteurs politiques puissent diffuser sans obstacles leurs idées et leurs programmes de société à la population », et elle « invite toute la classe politique à tenir des discours responsables en évitant tout propos pouvant inciter à la violence ».

Jeune Afrique / AFP