Bauxite. Alpha Condé accélère le bradage

Obsédé par un troisième — illégal et illégitime — mandat, Président Alpha Condé accélère le bradage de la bauxite du pays. Il s’est résigné de la perte du fer des monts Simandou, qu’il ne pourra pas transformer en une poule aux œufs d’or ou en vache à lait. Il mise désormais sur les réserves de bauxite du littoral nord-ouest de la Basse-Guinée et du plateau central du Fuuta-Jalon.

Tokyo, 5 décembre 2017. Signature de contrat de transport de bauxite guinéenne valable pour cinq ans. A gauche, Bernard Pryor, CEO d'Alufer Mining Limited, à droite, Toshiaki Tanaka, directeur du Cargo Sec de Mitsui O.S.K. Lines Ltd. L'accord porte sur la mine de bauxite de Bel-Air, dans la préfecture de Boffa, (Guinée). Il ne s'est pas trouvé un demi-ministre ou un quart de haut-fonctionnaire venu de Conakry pour prendre part à la cérémonie. Les partenaires étrangère doivent se féliciter de tant de laisser-faire qui leur confère autant d'autonomie.
Tokyo, 5 décembre 2017. Signature de contrat de transport de bauxite guinéenne valable pour cinq ans. A gauche, Bernard Pryor, CEO d’Alufer Mining Lyimited, à droite, Toshiaki Tanaka, directeur du Cargo Sec de Mitsui O.S.K. Lines Ltd. L’accord porte sur la mine de bauxite de Bel-Air, dans la préfecture de Boffa, (Guinée). Il ne s’est pas trouvé un demi-ministre ou un quart de haut-fonctionnaire venu de Conakry pour prendre part à la cérémonie. Les partenaires étrangers  doivent se féliciter de  ce laisser-faire qui leur confère autant d’autonomie.

Bauxite et désenchantement

Nombre d’alliés politiques du candidat Alpha Condé (en 2010 et en 2015) ont  déchanté et se mordent aujourd’hui les doigts. Trop tard ! Ils se font fait rouler dans la farine comme des enfants de choeur, et ils se retrouvent dans le désenchantement. Parmi ces laissés-pour-compte malmenés par Alpha le boulanger — c’est son sobriquet  sur Facebook — on compte Elhadj Mamadou Sylla, dirigeant du parti UDIBAG. Dans une interview récente, il a révélé qu’Alpha, un natif de Boké comme lui, considère les investissements miniers dans cette préfecture comme relevant de son domaine exclusif, et comme étant  “sa chose privée” et sa chasse gardée ! Il aurait lancé un “Bas les pattes” menaçant à un petit groupe de visiteurs, parmi lesquels M. Sylla, qui fut le  partenaire privilégié en affaires de Lansana Conté.

Inauguration du chantier de la mine de bauxite de Bel-Air par Alufer. Boffa, janvier 2017
Inauguration du chantier de la mine de bauxite de Bel-Air par Alufer. Boffa, janvier 2017

Mines guinéennes : une malédiction  ?

Il y a belle lurette qu’un soi-disant professeur s’est recyclé dans l’entreprenariat en intermédiation (services divers, alimentation, import). M. Condé a, depuis, mordu à l’appât du gain et à l’enrichissement personnel. Arrivé à la tête de l’Etat faible et fébrile de Guinée, il s’est transformé en corrupteur actif. Il s’est engagé notamment à amasser et à engrenger les maigres derniers de l’Etat. Dans un unique but :  acheter la prochaine élection présidentielle. Il sait que les mains se tendront fiévreusement  dans ce pays dont il a accentué la misère. Un pays qui subit, depuis un demi-siècle, la loi implacable des conséquences inattendues. En l’occurrence, une loi qui inverse les termes de la  formule — retentissante, rhétorique, illogique et fatidique — du 25 août 1958 :

Nous préférons la liberté dans la pauvreté à l’opulence dans l’esclavage. (Sékou Touré, 25 août 1958)

Cette loi démontre au quotidien, à la Guinée, à l’Afrique et au  monde, qu’il n’y pas de dignité dans la pauvreté, et que seule l’oppulence s’accomode de la liberté. Il est difficile aujourd’hui de ne pas se poser la question de savoir si les mines de Guinée ne sont pas sous le coup de la malédiction.…

La passion minière du professeur-président

En réalité, Alpha Condé, ci-devant professeur-président, étend son champ d’activité minière hors du Kakandé (Boké) — terre des Landuma, Nalu, Tyapi, Jakanke. selon le site d’Alufer, depuis 2011, il a planté ses drapeaux d’occupant-exploitant minier (a) à Boffa, c’est-à-dire au coeur du Bagatay ou pays des Baga, et (b) à Labé, la capitale du Fuuta-Jalon. Alufer, qui dit adhérer au Code miner JORC, fournit l’information suivante :

Alufer Mining Limited is an independent mineral exploration and development company with significant bauxite interests in the Republic of Guinea.
The Company is currently focused on the development of the Bel Air project, with production expected to commence in 2018.
Significant capital has been invested in exploration since January 2011 and substantial work programs have identified a JORC compliant resource in excess of 3 billion tonnes of high quality bauxite at Bel Air and Labé.
Alufer places a great deal of importance on sustainability and is committed to ensure that it operates in line with the highest social and environmental standards.
The Company’s Board and management team have an in-depth knowledge of Guinea and the bauxite markets and have extensive experience in managing and operating exploration, development and production stage mining assets.

Exportation de la bauxite de Bel-Air en 2018

Aluminium News Today a annoncé aujourd’hui l’obtention des permis gouvernementaux requis pour la construction d’une mine d’extraction et de transport maritime de la bauxite à Bel-Air (Boffa). Non loin de l’une des plus belles plages de la Basse-Côte. Le communiqué est muet sur l’impact des investissements sur l’écosystème terrestre et marin. Peu importe, bien sûr! L’essentiel pour M. Condé est de s’offrir une autre source de revenus qui viendra alimenter ses coffre-forts  et son budget de guerre pour un 3e mandat. Toutes les fibres de son être sont tendues vers ce plan et cette visée. Tout comme son ami Blaise Compaoré, il utilisera tous les moyens nécessaires et (in)imaginables, toutes les recettes pour s’agripper au fauteuil, s’incruster à la présidence et satisfaire sa boulimie du pouvoir.

Travaux de forage de la mine de bauxite de Bel-Air, dans Boffa.
Travaux de forage de la mine de bauxite de Bel-Air, dans Boffa.

L’auteur de l’article d’Aluminium International Today, Nadine Bloxsome, indique que les travaux de construction de la mine ont débuté en janvier dernier.

La mine de Bel-Air se trouve à 15km de la mer, près du Cap Verga, à 120km au nord de Conakry. La qualité du minerai, précise-t-on, est basée sur sa faible teneur en silica réactif.

Futur port de chargement de la bauxite de Bel-Air (Boffa)
Futur port de chargement de la bauxite de Bel-Air (Boffa)
Des ouvriers au travail sur le site de la mine de bauxite de Bel-Air (Boffa)
Des ouvriers au travail sur le site de la mine de bauxite de Bel-Air (Boffa)

Une fois les   travaux de construction terminés, Alufer gérera les nouvelles installations d’exportation du Cap Verga. Celles-ci permetront le chargement de navires miniers ancrés au large, à 32km de la côte.
Le communiqué précise que la production de bauxite brute débutera au troisième trimestre 2018 et qu’elle atteindra 5.5 million tonnes par an. L’administration du projet sera assurée par Mitsui O.S.K .Lines Ltd. spécialisès dans le fret océanique.

Fiche signalétique de la mine de bauxite de Bel-Air (Boffa)
Fiche signalétique de la mine de bauxite de Bel-Air (Boffa)
Carte d'emplacement des sites de mines de bauxite de Boffa et de Labé (source Alufer)
Carte d’emplacement des sites de mines de bauxite de Boffa et de Labé (source Alufer)

Sur le financement d’Alufer visiter le site de Resources Capital Funds

Industrie extractive et pollution

L’industrie extractive est de nature polluante. Le contrat inclut-il des mesures préventives et correctives de protection de la santé des riverains de l’usine. A-t-on établi un plan de défense des espèces animales et végétales face à la menace posée par l’extraction de la bauxite ?

Responsabilité partagée

Qu’est-ce l’Assemblée nationale sait de tout cela ? Que fait-elle ? Comment réagit-elle ? Mmes. et Messieurs les honorables député(e)s ne devraient pas se contenter de leurs modestes allocations et privilèges, et fermer les yeux, se taire face à la mauvaise gouvernance et aux micmacs de la branche exécutive de l’Etat. Elles/ils sont co-responsables, redevables —voire justiciables — de la gabegie publique et de la dérive du pays.

Entretemps, les enseignants réclament des salaires décents, ajustés au taux d’inflation. Les routes du pays continuent de se dégrader. Et le monde rural —majoritaire — devient de plus en plus marginal face à l’appétit minier du régime du président Alpha Condé.

Tierno S. Bah

Thiam. Invocation imméritée du Camp Boiro

Honorable Denise L. Cote, United States District Court for the Southern District of New York.
Honorable Denise L. Cote, United States District Court for the Southern District of New York.

Reconnu coupable de blanchiment d’argent et de corruption en mai dernier par le jury, Mahmoud Thiam, ancien ministre des mines et de la géologie de Guinée, a été condamné, le 25 août 2017, à sept ans de prison ferme à New York, par l’Honorable Denise Cote, Juge fédérale pour le Southern District de New York. Avant la proclamation de la sentence, l’avocat de Mahmoud Thiam a cherché à adoucir la frappe du glaive de la Justice contre son client. Dans un plaidoyer désespéré, il a fait ainsi une invocation indirecte, implicite, inappropriée, illégitime et imméritée du Camp Boiro. Je traduis et commente ici certains passages de la dépêche de l’Associated Press, qui a été largement reprise par les journaux et les sites web.

  1. D’entrée de jeu la juge Denise Cote déclare que le citoyen américain, Mahmoud Thiam, a trahi la République de Guinée en acceptant des pots-de-vin d’un montant 8.5 million dollars US. Il s’agit d’un constat matériel et d’une opinion irréfutable. A n’importe quel niveau de la hiérarchie administrative et gouvernementale, le fonctionnaire et le ministre sont censés servir les populations, et non pas s’en servir. Ils en sont les serviteurs et non pas les maîtres. En compromettant —peut-être irrémédiablement — le potentiel humain, social, culturel et économique (rural et industriel) de la Guinée, les régimes successifs du pays ont créé le cadre toxique dont Mahmoud Thiam est devenu un symbole mondial.
  2. La juge continue : Mahmoud Thiam arriva à Conakry en 2009 pour “aider” la Guinée “et non pas pour la dépouiller.” “Il vit la corruption tout autour de lui. Il décida finalement d’y succumber.”
    La juge prête ici des intentions généreuses et un motif louable à Mahmoud Thiam. Mais la réalité est différente. Car ce n’est pas à son arrivée que M. Thiam se rendit compte de la vénalité rampante en Guinée. Il connaissait les réalités du pays. Et il devait bien au courant de l’effondrement de la moralité publique dans son pays natal et du manque de confiance des dirigeants par les populations. Le fossé se creuse depuis le début des années 1960. En 2009, l’écart était devenu béant et visible de tous, à domicile comme à l’étranger.

Lire (a) Guinea: Estrangement Between the Leaders and the People
(b) Parti Démocratique de Guinée: Reform and Repression  (c) The Decline of the Guinean Revolution. The Erosion of Public Morality

  1. Lansana Conté meurt le 22 décembre 2008.Quelques heures plus tard, son remplaçant choisi et préparé, un certain capitaine Moussa Dadis Camara, chef du service carburant des Forces armées, s’empare du pouvoir. Il s’y installe, appuyé par le Conseil national pour la démocratie et le développement. Pressenti pour le poste de Premier ministre, Komara Kabinet invite Mahmoud Thiam à participer à son gouvernement. Consentant, il négocie son départ de UBS et part dare-dare pour Conaky. Son plan — et peut-être l’offre — est arrêté : obtenir un poste lucratif, offrant plein d’occasions pour des tractations plus ou moins légitimes, des commissions rondelettes, ainsi que des pourboires juteux.

    Mahmoud donne à Global Mining Observer en 2014 une version arrondie et édulcorée des circonstances de sa nomination gouvernementale. Il y expose aussi une conception superficielle, naïve, démagogique et prédatrice du développement, qui serait induit et impulsé par l’industrie extractive. Les préalables culturels lui échappent, bien sûr. Et, paradoxalement, les critères d’ordre financier ne font même pas l’objet d’une esquisse d’explicitation…

    Le 14 janvier 2009, il entre au gouvernement dirigé par Komara Kabinet, où il occupe le poste de ministre des Mines et de l’Energie, sous la présidence du petit capitaine.
    Le 3 décembre 2009, Dadis et Toumba Diakité ont une altercation orageuse au sujet du massacre de centaines de manifestants pacifiques le 28 septembre précédent au stade sportif de Conakry. La dispute vire au drame et des coups de feu sont échangés. Dadis reste sur le carreau, grièvement blessé; Touba, lui, s’enfuit et se réfugie hors de Guinée.
    En janvier 2010 un régime de Transition est créé à la place du CNDD. Il a pour mission d’organiser l’élection présidentielle avant la fin de l’année.  Général Sékouba Konaté le dirige. (A noter que cet officier est interdit de séjour aux USA depuis 2016 pour flagrant délit de trafic de devises). Et Jean-Marie Doré remplace Komara Kabinet à la Primature.
    Le 15 février 2010 Mahmoud Thiam conserve son portefeuille, désormais appelé Mines et la Géologie, moins l’Energie donc.
    Le 4 janvier 2011 Mahmoud Thiam est débarqué du gouvernement par Alpha Condé, le nouveau président “élu”. Peu après M. Thiam quittait la Guinée pour retourner dans sa patrie d’adoption, les USA. Pour son malheur, il avait déjà enfreint la loi anti-corruption étrangère connue sous le nom de Foreign Corrupt Practice Act. Dès lors, patient et méticuleux, le FBI l’attendait de pied ferme. Ainsi, dans son interview avec Global Mining Observer, Mahmoud avoue se sentir sous surveillance policière depuis 2004.

  2. “… une terre où la force de la loi n’existe pas.” Lapidaire et exacte, la formule précédente par Juge Cote dépeint bien la Guinée. Elle s’applique à ce pays, hier comme aujourd’hui, depuis 1959. Et tant que la situation durera, il ne faudrait pas s’attendre à la réalisation de gros investissements : Konkouré, Simandou, chemin de fer trans-guinéen, nouveaux ports et aéroports, universités dignes de ce nom, etc.
  3. Mahmoud Thiam “ne montra pas de remords pour sa culpabilité” affirmée par le jury. “J’ai même perçu quelqu’un qui croit exercer un droit”… de profiter des recettes de la corruption, ajoute la juge.
    Cet état d’esprit est un cancer qui s’est presque généralisé dans la fonction publique guinéenne. Lorsqu’un fonctionnaire est nommé à un poste “lucratif”, on lui dit : “C’est ta chance, saisis-la.” “Si tu n’en profites pas pour détourner le bien public à tes fins personnelles, alors tu es maudit ! »
  4. Le code pénal fédéral américain recommande 12 ans ou plus pour le genre de crime dont Mahmoud Thiam a été reconnu coupable. En imposant une peine de 7 ans, la juge a tenu compte d’un argument de l’avocat défenseur Aaron Goldsmith. Pour attirer la compassion et la grâce des jurés et de la juge, celui-ci a invoqué “la torture et le meurtre” du prisonnier politique que fut le père de Mahmoud Thiam. Zélé, l’avocat parla du “violent régime communiste à la tête de la Guinée en 1971”.
    La dictature de Sékou Touré fut d’une violence inouïe, certes. Mais le tyran n’était pas d’obédience communiste. Il était sékoutouréiste ! C’est-à-dire pire que le communisme.
  5. A s’en tenir au communiqué de l’agence de presse, l’avocat n’a pas fourni au tribunal les circonstances de la disparition de M. Thiam père. Les indications suivantes suffisent pour combler la lacune.
    De qui parle-t-on ? Il s’agit ici de Baba Hady Thiam, licencié en droit et directeur de la Banque guinéenne du Commerce Extérieur (BGCE). Intègre et rompu dans la gestion, l’inspection et l’audit bancaires, il faisait partie de l’élite de ce secteur dans les années 1960. Par malheur, le chef de l’Etat guinéen ne connaissait en matière de finance et de banque que les manigances et les magouilles. Entre la probité des professionnels et la fourberie du politicien, la collision et le choc devinrent inévitables. Le groupe de Baba Hady Thiam n’était pas dupe. Au contraire, il mesurait l’ampleur des dégâts causés par la gabegie de Sékou Touré. Se sachant démasqué, et pour éteindre la contradiction à son avantage, le président prit les devants de façon draconienne et tragique. Il accusa, sans la moindre preuve, ses cadres de banque de complicité avec le commando militaire guinéo-portugais qui attaqua Conakry le 22 novembre 1970. Ils furent arrêtés sans mandat, jugés en leur absence, et fusillés ou pendus par des pelotons d’exécution qui incluaient capitaine Diarra Traoré et lieutenant Lansana Conté. Outre Baba Hady Thiam, les victimes de la purge du secteur de la banque incluaient :

    • Ousmane Baldé, Barry III, Moriba Magassouba et Kara Soufiana Keita, pendus publiquement  le 25 janvier 1971.
    • Théodore Soumah
    • Félix Matos Gnan
      Ces pères de famille expièrent pour un crime qu’ils n’avaient pas commis. Ils ne laissèrent pas de fortune à leur famille, mais ils lèguent à la postérité une vie exemplaire et, en l’occurrence, un casier judiciaire vierge.

En plongeant délibérément dans les réseaux de corruption qui minent la Guinée, Mahmoud Thiam a pris le chemin opposé des idéaux, de la droiture et de la rectitude, incarnés par Baba Hady Thiam et sa génération.

Lire Jeunes et patriotes, rêves et carrières brisés

Tierno S. Bah

Président brouillon et pion

Président de la Guinée et président en exercice de l’Union Africaine (2017-2018), Alpha Condé suggère, d’une réunion à l’autre, de couper le cordon ombilical entre l’Afrique et l’Europe. Il ne faut surtout pas le prendre à ses mots. Car il dit le contraire de ce qu’il pense, et pense le contraire de ce qu’il dit. M. Condé ne formule pas là un souhait sincère, ni même un voeu pieux. Il se lance plutôt dans une rengaine  cynique, une manoeuvre fourbe et une tactique trompeuse.

Président bavard et brouillon

Alpha Condé voudrait faire accroire l’Afrique est désormais majeure. Malheureusement il ne fournit pas de données pour étayer son bavardage et sa démagogie. Pis, il feint d’ignorer la dépendance systématique de son régime vis-à-vis de pilleurs tels que le Groupe Bolloré. Par dessus-tout le “professeur” refuse de tenir compte de la faiblesse systémique du continent par rapport aux économies étrangères. En effet tous les voyants clignotent au rouge vif en Afrique :

  • Analphabétisme
  • Déclin des systèmes d’éducation et de recherche
  • Marginalisation du paysannat
  • Affaiblissement du réseau de santé
  • Non-industrialisation, avec pour causes et conséquences : la faiblesse de la production énergétique (domestique et industrielle), le manque d’eau potable, etc.
  • Exclusive et excessive présence des industries extractives (mines, pétrole, bois)
  • Importation déséquilibrée des produits (principaux et secondaires) de consommation
  • Mise à l’écart de l’ordre financier mondial et des marchés de capitaux

M. Condé a donc beau jeu de se démener et voyager. Il parle et se déplace dans le vide. Déboussolé et déphasé, il brandit le spectre maudit de Sékou Touré, qu’il voudrait imiter —comme le tueur Moussa Dadis Camara —, de manière sélective, oppressive et versatile.

Président pion

Le discours pseudo-nationaliste de M. Conté expose son manque de stratégie. Brouillon à souhait, il enfonce la Guinée dans la paupérisation, et ce, au nom de ses médiocres intérêts personnels et familiaux.
Mais sa rhétorique est contredite et annulée par l’appauvrissement croissant de l’Afrique et de la Guinée. Mais son idéologie tronquée jure avec le quotidien des Guinéens. Les citoyens ploient sous les calamités : mauvaise gouvernement, violations des droits de l’homme, corruption, impunité, etc.
En dernière analyse, Président Alpha Condé n’est qu’un pion. Consentant dans ce rôle, il accepte allégrément la manipulation par ses tuteurs et bailleurs globaux et/ou régionaux.

Il suffit de lire l’article ci-dessous, publié hier par Jeune Afrique, pour mesurer l’ampleur des machinations du chef de l’Etat et de son entourage, ainsi que l’étendue de la débâcle et de la désespérance de ses populations guinéennes.

Le journaliste Mathieu Olivier est le signataire du document. Il n’a pas honte d’employer la désignation “palais Sékoutouréya” : illégitime et imméritée, illicite et illégale. Il devrait plutôt écrire Palais de la présidence de la république. Comme l’Elysée à Paris, l’immeuble est le siège d’une institution : la branche exécutive de l’Etat. Propriété publique et impersonnelle, aucun nom individuel ne doit lui être attaché. Surtout pas celui de Sékou Touré !

Tierno S. Bah


Bras de fer de titans entre Soros et Steinmetz autour d’une mine géante en Guinée

En plaçant ses apôtres de la transparence au plus près du cabinet présidentiel de la Guinée, George Soros a écarté un de ses ennemis jurés. Une stratégie bien rodée dont Jeune Afrique dévoile les coulisses.

« J’essaie de t’appeler mais tu ne réponds à aucun de tes numéros, y compris ton portable. » Ce 27 avril 2013, Alpha Mohamed Condé est inquiet. Le fils du chef de l’État guinéen tente de joindre Scott Horton, avocat américain de DLA Piper, pour l’entretenir d’une histoire que l’agence Bloomberg s’apprête à écrire, et qui semble embarrasser la présidence. La ligne ne passe pas. « Alpha Mohamed » se rabat sur sa messagerie électronique, en espérant être plus chanceux. Un reporter de Bloomberg à Conakry travaille en effet sur un article concernant un accord passé entre la Guinée et le Liberia pour l’évacuation, via Monrovia, d’une partie du minerai issu du mont Nimba.

Or, Conakry veut éviter que cette information ne revienne aux oreilles des grandes sociétés minières présentes en Guinée, qui sont elles aussi tentées d’utiliser la voie libérienne plutôt que de financer un « corridor central » menant à Conakry – ce que souhaiteraient les autorités guinéennes. « Il est extrêmement important que cette histoire ne sorte pas », explique Scott Horton dans un e-mail au fils du président et au ministre des Mines, Mohamed Lamine Fofana, ce même 27 avril. Son objectif : corriger le tir en ajustant les déclarations du ministre, et ne pas donner l’impression d’un « feu vert » pour la potentielle exportation du fer de la mine de Simandou par le Liberia.

Dans les secrets du cabinet DLA

DLA Piper n’est pas n’importe quel cabinet. Il a parmi ses clients George Soros, le célèbre milliardaire américain, qui en a fait son relais en Guinée. Quant à Scott Horton, il n’est pas non plus n’importe quel avocat. Collaborateur de Soros, ce natif de Greenville, en Caroline du Sud, a connu le milliardaire il y a trente ans, à l’époque où ce dernier avait le regard porté sur l’Europe de l’Est.

C’est d’ailleurs George Soros qui, en avril 2011, a fait en sorte que la route de Scott Horton croise celle d’Alpha Condé, le nouveau président guinéen, élu en décembre 2010. Ce dernier et George Soros se connaissent déjà. Ils se sont rencontrés par l’intermédiaire de Bernard Kouchner, ancien ministre français des Affaires étrangères.

Le milliardaire n’hésite donc pas à demander à son ami Horton, 55 ans à l’époque, d’aller rencontrer « Alpha », fraîchement installé au palais de Sékoutoureya. Le président, explique Soros, veut lancer des réformes, notamment dans les mines, secteur qu’il soupçonne d’avoir alimenté les caisses noires de son prédécesseur Lansana Conté, et il faut l’y aider. Le rôle de DLA Piper en Guinée est officiellement, et avec l’appui des ONG « sorosiennes », d’accompagner le gouvernement dans ses réformes. Il lance pour cela des enquêtes, dont une partie est menée par un certain Steven Fox, ancien du département d’État américain qui a travaillé pour la CIA, dirigeant de la société d’évaluation des risques Veracity Worldwide.

Les investigations mettent au jour des faits de corruption dans le passage des contrats miniers, qui sont donc réétudiés. DLA Piper, qui a rédigé le rapport, pointe en particulier le groupe minier BSGR, du Franco-Israélien Beny Steinmetz, accusé d’avoir obtenu les droits sur le gisement de Simandou par « corruption apparente ». Or Steinmetz n’est, lui non plus, pas n’importe qui : il est l’ennemi juré de George Soros.

La rivalité entre les deux hommes remonte à près de vingt ans, en Russie, en 1998. Depuis, les épisodes se succèdent, avec d’un côté le groupe Steinmetz, qui utilise jusqu’en 2012 l’agence de communication FTI, et de l’autre les hommes de Soros. DLA Piper a-t-il été l’instrument du milliardaire américain dans une guerre personnelle ? Toujours est-il que, dès le début de la présidence d’Alpha Condé, l’affrontement gagne la Guinée, où, chez DLA Piper, on s’emploie à contrer la menace BSGR, n’hésitant pas à « inspirer » la stratégie de la présidence guinéenne.

Une cellule est mise en place. En font partie Alpha Mohamed Condé, Mohamed Lamine Fofana, ministre des Mines, et Ibrahima Kalil Kaba, le directeur de cabinet du président, proposé comme coordinateur. Leur « coach » : Scott Horton. Le 1er juin 2013, c’est lui qui fait le point, par e-mail, à cette petite équipe sur la stratégie à adopter dans le secteur minier. Ce diplômé de l’université du Texas, qui échange de façon régulière avec George Soros, va droit au but.

« La Guinée passe constamment à côté d’opportunités en étant trop lente à réagir et en étant instrumentalisée par des personnes comme M. Steinmetz », estime-t-il. Et de leur conseiller une offensive fondée sur le fait que « la Guinée est une victime de Steinmetz ». Il va plus loin : « Nous sommes très proches maintenant d’obtenir des informations selon lesquelles Steinmetz finance et radicalise l’opposition, les poussant à envisager un changement de régime sans élections. […] Je pense que ce serait un coup majeur de la part de la présidence. »

Info ou intox ? À l’époque, cela fait en tout cas plusieurs mois que DLA Piper réfléchit à une stratégie, notamment via les médias, visant à contrer « les attaques de BSGR ». Alors que le gouvernement est empêtré dans l’affaire du prêt guinéen contracté auprès de la société Palladino, c’est par exemple une nouvelle fois Scott Horton qui intervient. Le 21 mars 2013, il met en relation deux communicants engagés par la présidence guinéenne, Célia Grémy, du cabinet Momentum Consulting, et Chris McShane, de Hillingdon Cresswell, avec les conseillers presse de Palladino, Lawrence Dore et Locksley Ryan.

Contre-Attaque

Objectif : déminer le possible scandale Palladino et présenter le prêt entre le gouvernement guinéen et Palladino plus transparent, notamment en le publiant sur internet. Moins d’un mois plus tard, les équipes touchent au but. Lawrence Dore propose d’écrire un communiqué dans lequel il serait clair que quelqu’un, « comme BSGR, a cherché à dénaturer le prêt Palladino pour discréditer le gouvernement ».

À la même période, BSGR est peu à peu écarté de Simandou. Sous le régime du président Lansana Conté, le groupe avait en effet réussi à obtenir la moitié des concessions de la mine. Elle les avait revendues en 2009 au groupe brésilien Vale, pour 2,5 milliards de dollars. Mais, en avril 2013, après les accusations de corruption contre BSGR, Vale rompt l’accord, moyennant l’abandon de son avance de 500 millions de dollars.

Le 16 juin 2013, une rencontre réunit à Londres Sam Walsh, président-directeur général de Rio Tinto, Jin-Yong Cai, son homologue de la Société financière internationale (IFC, filiale de la Banque mondiale), et Alpha Condé, présent au Royaume-Uni à l’occasion du G8. L’hôte de cette réunion extraordinaire n’est autre que George Soros, un habitué des rendez-vous en marge des sommets internationaux.

Cette rencontre n’est pas anodine : elle confirme les dispositions prises par l’État guinéen pour abroger les permis détenus par BSGR, alors que Rio Tinto, associé au chinois Chinalco, obtient le droit d’exploitation totale de Simandou. Depuis, la guerre par réseaux interposés n’a pas faibli. Le Franco-Israélien, assigné à résidence en Israël, est aujourd’hui accusé de corruption par la Guinée, le FBI et le canton de Genève. Un de ses anciens collaborateurs, Frédéric Cilins, a été condamné à deux ans de prison aux États-Unis. Au cœur de plusieurs enquêtes, Beny Steinmetz ne se prive toutefois pas de contre-attaquer : le 14 avril, il a déposé plainte à New York contre Soros et sa fondation Open Society Foundations, qu’il accuse d’avoir fait échouer ses projets à Simandou.

Mathieu Olivier
Jeune Afrique

Gambia, Och-Ziff, Guinea, Niger, Chad, RDC

Former president Yahya Jammeh departs Banjul, Jan. 21
Former president Yahya Jammeh departs Banjul, Jan. 21

President Alpha Condé stepped  in the Gambian post-electoral crisis at the last minute. He and Mauritanian president “convinced” former president Yahya Jammeh to yield to President Adama Barrow  and head into exile.
In Conakry, people quickly credited President Condé, deeming it a foreign policy victory. Unfortunately, they have little to say in support of their allegation.  Actually, Yahya was caught between a rock and a hard place. On one hand, he had long lost credibility and now the vote of the majority of citizens. On the other, and if it came to that, ECOWAS military forces were determined to remove Mr. Jammeh from the presidential palace.

It appears now that all Jammeh wanted was to keep his stolen money and ill-gotten luxury goods. He has amassed immense personal wealth at the expense of the Gambian people.

Tactically though, ECOWAS agreed to last minute negotiations that involved General Idriss Déby Itno, president of Chad since 1990, who offered a freight plane to transport Yahya cherished possessions to Malabo.
Once that deal was sealed, Jammeh, escorted by Alpha Condé, flew out of Banjul into exile in Equatorial Guinea.

Mindful of Jammeh’s post-electoral illegitimacy and greedy bargaining, African presidents simply acknowledged his departure. They did not celebrate the event, nor did they use it as a domestic politics scoring game. Only Alpha Condé and his cronies  resorted to such gimmicks and nonsense.

A case in point, President has appointed Tibou Kamara —Yahya Jammeh brother-in-law— as one of his many counselors, an empty title due to the lack of functions. Yesterday, political enemies, the two men are now allies. The pair has come to realize that the same personal and sterile ambition drives them. Birds of the same feathers flock together.

Anyhow, there are lessons to be learned from African dictators’ fall from grace. In 2014, it was the popular insurrection against Blaise Compaoré in Burkina Faso. And now, after a stunning electoral defeat, Yahya Jammeh reneged and tried to hang on to power. ECOWAS, the AU and the UN would have none of it.

Mr. Condé has been dogged lately by revelations about his own suspicious wheeling and dealing in the Simandou  corruption scandal.

A federal court in Brooklyn has charged Michael Cohen and Vanja Baros, executives of Hedge Fund giant Och-Ziff, for violating the Foreign Corrupt Practices Act. In 2010 Och-Ziff wired millions of dollars to the Swiss bank account of a French lobbyist, and former adviser to President Condé.
That payment has been linked to other Och-Ziff corruption allegations in Niger, Chad  and the DRC. Will Alpha Condé face a political fallout and judicial implications for his financial schemes?

Time will tell.

Meanwhile, just like Blaise and Yahya before hime, Alpha should remember this: “You can fool all the people some of the time, and some of the people all the time, but you cannot fool all the people all the time.” (Abraham Lincoln)

Tierno S. Bah


Hedge Fund Execs Charged in Multi-Million Dollar Bribery Scheme

U.S. securities regulators on Thursday accused two former executives at hedge fund Och-Ziff Capital Management of masterminding a far-reaching scheme to pay tens of millions of dollars in bribes to African officials.

In a lawsuit filed in federal court in Brooklyn, the U.S. Securities and Exchange Commission accused Michael Cohen, who headed Och-Ziff’s European office, and Vanja Baros, a former analyst, of violating the Foreign Corrupt Practices Act.

The lawsuit came after Och-Ziff agreed in September to pay $412 million to resolve U.S. investigations relating to the hedge fund’s role in bribing officials in several African countries.

That settlement led to a subsidiary of Och-Ziff pleading guilty to participating in a scheme to bribe officials in the Democratic Republic of Congo, in what prosecutors said marked the first U.S. foreign bribery case against a hedge fund.

In its lawsuit, the SEC said Cohen, 45, and Baros, 44, from 2007 to 2012 caused bribes to be paid to officials in Libya, Chad, Niger, Guinea, and the Democratic Republic of the Congo through agents, intermediaries, and business partners.

Those bribes were paid to secure a $300 million investment from the Libyan Investment Authority sovereign wealth fund; an investment in a Libyan real estate development project; and to secure mining deals, the SEC said.

Ronald White, a lawyer Cohen, said in a statement he “has done nothing wrong and is confident that when all the evidence is presented, it will be shown that the SEC’s civil charges are baseless.”

A lawyer for Baros did not immediately respond to requests for comment. An Och-Ziff spokesman declined to comment.

In settling in September, Och-Ziff entered a deferred prosecution agreement, in which charges related to conduct in several countries would be dropped after three years if it followed the deal’s terms.

Och-Ziff CEO Daniel Och meanwhile agreed with the SEC to pay $2.17 million, and the commission also settled with the company’s chief financial officer.

To date, only one individual has been criminally charged in connection with the probe, Samuel Mebiame, a son of the late former Gabon Prime Minister Leon Mebiame who prosecutors say acted as a “fixer” for a joint-venture involving Och-Ziff.

In December, Mebiame pleaded guilty to conspiring to violate the Foreign Corrupt Practices Act, admitting he schemed to provide “improper benefits” to officials in African countries such as Guinea in exchange for obtaining business opportunities.

Reuters

Corruption. Alpha Condé, Rio Tinto and Simandou

Alan Davies, Rio Tinto
Alan Davies, Rio Tinto

The Simandou iron ore project continues to make headlines for accusations of corruption in the adjudication of mining licenses. A Rio Tinto executive, Alan Davies, is the latest shoe to drop. It was reported today that he has been suspended for his role in a bribery scheme that took place in 2011. The alleged fraudulent transaction happened thus  during president Alpha Condé‘s first year in office following his inauguration in December 2010. The article below names the main companies involved then in the Simandou project. It does not, however, indicate who received the  alleged $10.5m  payment. But Mediapart.fr reveals that it was François de Combret, and adviser to president Conde, a former deputy secretary general of the Elysée Palace, and an ex-associate of Lazard Bank.
Rio Tinto (Australia), Vale (Brazil), BSG Resources and Chinalco (Hong-Kong) had each a stake in the Simandou. The first three have been either forced out or decided to withdraw from the project, leaving Chinalco as the only current investor.

Tierno S. Bah


François de Combret
François de Combret

Global mining giant Rio Tinto has been plunged into a bribery scandal after discovering multimillion-dollar payments to a contractor relating to a project in Guinea, West Africa.

The FTSE 100 company has suspended Alan Davies, the executive in charge of its energy and minerals division, with immediate effect, as it investigates payments of $10.5m made to a consultant in relation to its giant Simandou iron ore project.

Mr Davies allegedly had accountability for Simandou in 2011, when the transactions were apparently made.

Rio said it became aware of email correspondence relating to the payments in August this year. Yesterday it notified the authorities in the UK and the US and “is in the process of contacting the Australian authorities”.

Debra Valentine, the executive in charge of Rio’s legal and regulatory affairs, has also stepped down from her role. She had previously notified the company of her intention to retire in May next year.

“Rio Tinto intends to co-operate fully with any subsequent inquiries from all of the relevant authorities,” the company said. “Further comment at this time is therefore not appropriate.”

Mr Davies, who is also a non-executive director at Rolls-Royce, only took charge of Rio’s energy and mineral group in July, in a broader restructuring implemented by new chief executive Jean-Sebastian Jacques when he took on the top job.

One of Mr Jacques’ first major decisions was to cancel development of the long-gestating $20bn Simandou project after deciding that low iron ore prices made the mine nonviable. The decision outraged the Guinea government, which had been banking on Simandou to provide a much-needed boost; the mine had been tipped to double the size of the country’s economy.

Last month Rio sold its 46.6pc stake in Simandou to Chinalco, a mining company listed in Hong Kong, for up to $1.3bn.

Simandou has long been dogged with controversy. It is believed to be one of the biggest undeveloped high-grade iron ore deposits in the world, but its inland location makes building the infrastructure to tap it hugely expensive. Iron ore is the key ingredient in steel.

Rio bought the concession 15 years ago, but lost the rights to half the lode in 2008, when the Guinea government transferred them to BSG Resources, owned by Israeli billionaire Beny Steinmetz.

The deal raised eyebrows not just for the relatively small amount that BSGR had invested in Simandou, but for the fact that company was a specialist in diamond, rather than iron ore, mining. BSGR subsequently sold half its stake to Brazilian giant Vale for an initial $500m, but both companies were ejected from Simandou after a two-year inquiry in Guinea found that BSGR had used bribery to gain the rights to the mine.

In 2014, Rio sued BSGR and Vale in the US, alleging they had conspired to misappropriate Rio’s half of the deposit in 2008. The case — which included claims that BSGR had given Guinea’s minister of mines a diamond-encrusted Ferrari — was dismissed last year after the judge ruled it had fallen foul of the statute of limitations. Both BSG and Vale denied any wrongdoing.

Analysts at Investec said the announcement it was a “surprise” given that Mr Davies had been touted as a potential CEO prior to Mr Jacques’ appointment. “While we do not expect this to have any impact on operations, it does cast a negative cloud over a company that considers itself above any such indiscretions. That said the company appears to be addressing this firmly.”

Rio Tinto’s shares were up 5.5pc amid a general rally in the mining sector following Donald Trump‘s US election victory.

Jon Yeomans
The Telegraph