Histoire des débuts de Radio-Conakry

webGuinée/André Lewin/Ahmed Sékou Touré (1922-1984). Président de la Guinée de 1958 à 1984/Volume III/Chapitre 35 Annexe 3/Histoire des débuts de Radio-Conakry

 

webGuinee - Bibliotheque - Histoire-Politique


André Lewin
Ahmed Sékou Touré (1922-1984).
Président de la Guinée de 1958 à 1984.


Chapitre 35 — Annexe 3
Histoire des débuts de Radio-Conakry

La station de Radio-Conakry est née en 1952, à l’initiative des autorités locales. Installée dans une petite baraque en planches, dotée d’un matériel de récupération (deux émetteurs de 200 et 250 watts ayant appartenu aux PTT, un peu de matériel de studio usagé cédé par Radio-Dakar), fonctionnant avec du personnel mis à la disposition à temps partiel par divers services, ses émissions ne dépassaient pas trois heures par jour, son rayon d’écoute était limité à un rayon modeste autour de la capitale et son audience était faible.
Le service de Radiodiffusion du ministère de la France d’Outre-mer, institué en septembre 1954, et qui allait créer en janvier 1956 la SORAFOM (Société de Radiodiffusion de la France d’Outre-mer), allait cependant s’intéresser à cette petite station et élaborer un programme de développement. C’est ainsi qu’il établit les plans d’un centre basse fréquence (un studio, une salle technique, quelques bureaux, quelques salles de travail), aménagé par le Territoire et installé dans les locaux du service de l’information.
A partir de 1955, Radio-Conakry allait figurer parmi les bénéficiaires de crédits alloués par le FIDES, ce qui permit assez rapidement de doter cette station d’un équipement normal, analogue à celui des autres stations du réseau d’Outre-mer.

Les équipements prévus, pour un montant de 27 millions de francs métropolitains, comportaient un émetteur ondes moyennes de 1 kilowatt et un émetteur ondes courtes (dites « ondes tropicales ») de 4 kilowatts, assurant la couverture de l’ensemble de la colonie; une cabine technique complète (console de mélange, deux magnétophones, deux tourne-disques, matériel de reportage), deux véhicules dont un de brousse. Ces matériels purent être livrés et installés avant le 28 septembre 1958. En revanche, d’autres équipements, pour un montant de 23 millions, avaient été commandés mais n’étaient pas livrés au moment de l’indépendance; ils furent donc répartis dans d’autres territoires : il s’agissait de compléments de la console de mélange, de deux baies de mesure haute et basse fréquence, de récepteurs professionnels, de matériel d’enregistrement et de montage, d’équipement et deux émetteurs de liaison pour les véhicules de reportage, etc.
Une installation expérimentale de télédiffusion permettant de diffuser à des haut-parleurs domestiques par fils téléphoniques à partir d’un récepteur central (d’un coût de 4 millions) était sur le point d’être réalisée à Kindia ; elle fut elle aussi installée ailleurs.
Une convention fut passée le 5 décembre 1957 entre la SORAFOM et le territoire de la Guinée, pour l’exploitation et le développement de Radio- Conakry et de Radio-Guinée, prévoyant, au-delà de la fourniture d’équipements, la formation du personnel technique, la fourniture de programmes, et une aide financière pour les travaux et le fonctionnement.

C’est à cette époque et dans ce cadre que Sékou Touré et Keita Fodéba firent venir à Conakry Alassane Diop, jusqu’alors chef de la station régionale de Radio-Dakar, pour le nommer chef de la nouvelle station. Les trois agents européens chargés de Radio-Conakry se trouvaient en fin de séjour en septembre 1958, et rentrèrent donc en métropole.


Facebook logoTwitter logoLinkedIn Logo

[ Home | Etat | Pays | Société | Bibliothèque | IGRD | Search | BlogGuinée ]


Contact : info@webguinee.net
webGuinée, Camp Boiro Memorial, webAfriqa © 1997-2014 Afriq Access & Tierno S. Bah. All rights reserved.
Fulbright Scholar. Rockefeller Foundation Fellow. Internet Society Pioneer. Smithsonian Research Associate.