webGuinee - Bibliotheque - Histoire-Politique


André Lewin
Ahmed Sékou Touré (1922-1984).
Président de la Guinée de 1958 à 1984.


Chapitre 58 — Annexe
Rapport du Comité révolutionnaire permanent sur le “Complot Petit Touré”, 1965

Touré Mamadou, dit Petit Touré, est né en Côte d'Ivoire où il a exercé ses activités commerciales jusqu'en 1959. Il est connu de tous les responsables politiques de Côte d'Ivoire et notamment du Chef de l'État ivoirien qui l'avait utilisé en 1958 comme agent de sa campagne pour le "Oui" lors du référendum constitutionnel du 28 Septembre 1958. C'est ainsi qu'il a été dépêché au Niger pour soutenir Hamani Diori contre le Sawaba et Djibo Bakari.
Petit Touré est arrivé en Guinée fin 1959 démuni de tout bien financier et matériel. Il fut d'abord employé comme gérant d'un bar au salaire mensuel de 35.000 francs, puis engagé au Comptoir Guinéen du Commerce Intérieur conune chef de marchandises, avant de se voir confier la direction de l'importante entreprise d'État Sonatex (Société Nationale des Textiles). Il a profité de cette situation pour se faire (sic) la corruption, de solides relations dans les milieux de commerçants trafiquants et réaliser à son profit par des détournements en un temps record, une fortune colossale se chiffrant à plusieurs centaines de millions. En application des lois d'assainissement du 8 Novembre 1964, il a vu tous ses biens confisqués et a été à un moment donné mis en état d'arrestation. Il faisait figure de chef des trafiquants mécontents dont l'action criminelle avait été arrêtée par la Loi-Cadre. Petit Touré a une ambition démesurée que ses maîtres n'ignoraient pas. Il se croyait, grâce aux prophéties de ses marabouts, promu à un illustre destin. C'est pour ces diverses raisons que la clique Houphouët-Boigny-Tshombé le choisit comme chef de la subversion intérieure avec mission de perpétrer des attentats criminels contre les dirigeants de la République de Guinée. Par divers messages échangés entre Petit Touré et Houphouët, les dispositions relatives à l'exécution de la subversion insurrectionnelle sont mises au point. Petit Touré reçoit d'Houphouët des sommes importantes se chiffrant à des centaines de millions.
Le premier agent de liaison entre Petit Touré et Houphouët-Boigny est le nommé Kamano, directeur général de la Caisse de Sécurité Sociale de la Côte d'Ivoire, membre du Conseil Économique de la Côte d'Ivoire et Administrateur de la Sotrac. Kamano François est marié à une citoyenne guinéenne. Il a des rapports étroits avec divers milieux guinéens et a son entrée à la Présidence de la République de Guinée.
On sait que Kamano Kata François a d'autres affinités avec Houphouët-Boigny. Sa belle-soeur Rallou Miloyanis, qu'il est venu détourner de ses études à Conakry, était régulièrement fiancée à l'ex-ministre ivoirien Koné Mamadou, cette autre victime d'Houphouët. C'est cette même fille qu'Houphouët vient d'acheter à sa mère pour en faire sa femme et l'installer à Paris pour près de 4 millions de francs CFA, à l'insu probablement de sa femme légitime et des populations ivoiriennes. La petite Rallou habite actuellement un luxueux appartement mis à sa disposition à Paris par Houphouët. Son frère Takis Miloyanis, boursier guinéen en Allemagne Fédérale, s'est vu aussi transférer à Paris au compte de son beau-frère Houphouët-Boigny. Cet appartement est d'ailleurs devenu le Quartier Général des traîtres guinéens corrompus et détournés par Houphouët, puisque Doré Goba et sa femme, précédemment attachés à notre Ambassade de Paris, s'y trouvent également hébergés.
Kamano est, parmi les hommes de main de la subversion extérieure, celui dont on se méfiait le moins en Guinée. Son choix par Houphouët comme agent et espion de la subversion ne s'explique pas autrement. Il a effectué entre janvier et octobre 1965 quatre voyages en Guinée. Selon ses propres déclarations, tous ces voyages avaient pour but d'étudier les réactions des milieux commerçants au lendemain de la Loi-Cadre du 8 Novembre 1964 (voyage de janvier 1965), ou prendre d'utiles contacts pour la préparation du coup d'État (voyages de mars, août et octobre).
Lors du voyage effectué le 21 août 1965, Kamano apportera à Petit Touré une somme de 30.000.000 de francs CFA, dans une valise diplomatique. Fort des appuis financiers et moraux reçus de l'extérieur, Petit Touré va se livrer activement à la préparation et à la mise à exécution de son plan satanique. Il procédera au recrutement de ses partisans dans tous les milieux, à la mise au point avec eux du plan de déclenchement du coup d'État ; Petit Touré discutera avec eux de la mise au point des statuts d'un prétendu Parti de l'Unité Nationale devant servir de couverture légale de l'opération.


[ Home | Etat | Pays | Société | Bibliothèque | IGRD | Search | BlogGuinée ]


Contact :info@webguinee.net
webGuinée, Camp Boiro Memorial, webAfriqa © 1997-2013 Afriq Access & Tierno S. Bah. All rights reserved.
Fulbright Scholar. Rockefeller Foundation Fellow. Internet Society Pioneer. Smithsonian Research Associate.