Yacine Diallo, un connu méconnu

Réception en l'honneur du député de la Guinée française, Yacine Diallo, au Fuuta-Jalon, vers 1948. (Source : Boubacar Yacine Diallo. Yacine Diallo le Guinéen. Pour la Patrie et dans l'Honneur. L'Harmattan. 1996) webGuinée/BlogGuinée
Retour du fils prodige : accueil de Yacine Diallo — premier député de la Guinée française — au Fuuta-Jalon au début des années 1950. (Source : Boubacar Yacine Diallo. Yacine Diallo le Guinéen. Pour la Patrie et dans l’Honneur. L’Harmattan. 1996) La photo originale n’indique ni le lieu, ni la date. Cependant, l’uniforme du soldat au premier plan suggère que la cérémonie se déroula à Dalaba, siège du camp des parachutistes de Guinée. Les exercices en sauts aériens de cette unité avaient lieu à l’aéroport de Labé, distant de 90 km au nord. Après le référendum du 28 septembre, la France rapatria ses soldats. Et le camp des paras de Dalaba fut transformé en lycée pendant deux ans.
En 1961, l’Egypte forma le premier contingent de paras-commandos guinéens. Commandé par le lieutenant Aly Coumbassa, il était basé conjointement à la petite garnison près de l’aéroport et au Camp Markala — rebaptisé Camp Elhadj Umar Taal — de Labé. En 1968, le faux Complot Kaman-Fodéba entraîna le démantèlement du commandement de la région militaire de Labé. Commandant Mohamed Cheick Keita, lieutenant Coumbassa, sous-lieutenants et adjudants (Namory Keita, Mamadou Mouctar Diallo, Boubacar MBengue Camara, etc.) furent fusillés. La companie des paras fut ramenée à Conakry.…

Yacine Diallo fut la figure politique la plus prééminente en Guinée dans l’après-guerre 1939-45. Il mourut le 26 mars 1954. Subitement, prématurément et, murmura-t-on, de façon suspecte.

Une vive rivalité s’engagea entre, notamment, les candidats Diawadou Barry et Sékou Touré pour remplacer le défunt. Diawadou l’emporta. Il devint ainsi — après Yacine et Mamba Sano — le 3è Guinéen à siéger à l’Assemblée nationale francaise.

Malheureusement, après sa mort, le nom de Yacine tomba graduellement dans l’oubli. De fait, il disparut complètement du discours public sous la dictature de Sékou Touré. Et pour aggraver les choses, le régime du PDG plongea le réseau et les services de bibliothèque, d’archives et de musée  inexorablement dans la désuétude. Parallèlement, le système d’éducation sombrait dans l’improvisation, le désordre et le culte de la personnalité. Dans un contexte aussi obscur, un silence tombal enveloppa le sort posthume de Yacine.

En Guinée, les dirigeants ont volontairement tu jusqu’à son nom Aucune rue, aucune place publique, aucune stèle, ni aucune promotion de l’Université Guinéenne ne porte ce nom pourtant illustre. Et Dieu seul sait qu’on est plutôt allé chercher des noms célèbres très loin de la patrie pour laquelle Yacine Diallo s’est battu sa vie durant.
Aujourd’hui, une seule école primaire privée porte son nom en souvenir de son oeuvre impérissable. (Yacine Diallo le Guinéen. Pour la patrie et dans l’honneur)

Dans l’ensemble, pour renforcer sa suprématie, le PDG chercha à faire table rase du passé. Il s’employa — et généralement réussit — à effacer l’oeuvre et le bilan des pionniers de l’émancipation et de l’auto-détermination : Yacine Diallo, Mamba Sano, Framoi Bérété, Saliou Popodara Diallo, Nabi Youla Fodé Mamoudou Touré, Diawadou Barry, etc.

Depuis 1984, les régimes successifs n’ont guère amélioré la situation. De sorte qu’une amnésie — sélective et collective — persiste. Elle est, tout à la fois, la cause et la conséquence du retard croissant du pays dans tous les domaines : économie, éducation, culture, infrastructures, depuis soixante ans.

Yacine : une personnalité connue

Cependant, malgré l’obscurantisme toujours dominant, le nom de Yacine Diallo reste gravé dans les annales du combat anti-colonial. Consignée et conservée dans la mémoire d’institutions telles que l’Assemblée nationale française, son activité parlementaire appartient au legs des parlementaires africains du 20ème siècle.
A l’appui de cette reconnaissance, les nombreux ouvrages sur la décolonisation soulignent sa conbribution historique. Il en est ainsi des auteurs suivants :

Tout ce qui précède est louable et significatif. Ces collections documentaires — dossiers, rapports, discours, lois — contrebalancent et atténuent  l’indifférence et le laisser-aller guinéens. Mais cela ne suffit pas  pour dissiper l’ignorance, la confusion et la superficialité, qui, dans l’ensemble, masquent l’identité et la personnalité de Yacine.  Il faudrait travailler à un projet visant à séparer la personnalité historique de Yacine de sa figure mythique ou mystifiante. Il faut oeuvrer à dépasser les clichés et les lieux communs, les platitudes et les rumeurs afin de s’engager dans l’étude et la découverte de la vie et de l’oeuvre de ce précurseur de la politique partisane en Guinée Française et en Afrique Occidentale Française.

Quelques initiatives ont été prises dans ce sens. Hélas, elles se révèlent insuffisantes, superficielles, inadéquates ou maladroites. De sorte que nous nous trouvons toujours à la case de départ pour la quête du vrai Yacine.

Yacine : un homme méconnu

Un livre et une interview vidéo matérialisent le casse-tête et la perplexité que Yacine Diallo pose à la postérité. Il s’agit de :

Je me propose, dans deux articles séparés, de passer en revue les documents ci-dessus. Et dans un dernier et quatrième article, je proposerai une synthèse — forcéement provisoire — biographique, historique, critique et analytique, de Yacine Diallo : un connu mal connu, largement méconnu.

A suivre.

Tierno S. Bah

Cinq Fuutanke et l’Histoire

Yacine Diallo (1897-1954)
Yacine Diallo (1897-1954)

Diawadou Barry (1913-1969)
Diawadou Barry (1913-1969)

Saifoulaye Diallo (1923-1981)
Saifoulaye Diallo (1923-1981)

Ibrahima Barry III (1923-1971)
Ibrahima Barry III (1923-1971)

Boubacar Telli Diallo (1925-1977)
Boubacar Telli Diallo (1925-1977)

 

Fuutanke, fuutanien

Les termes fuutanke et fuutanien sont interchangeables. Au plan générique, ils désignent les populations et le territoire fuuta-jalonke. Il est vrai, toutefois, que le premier a des nuances historiques culturelles et linguistiques plus riches. On retrouve ainsi fuutanke dans l’introduction du poème Oogirde Malal, composé par Tierno Muhammadu Samba Mombeya il y a environ deux cents ans. Le Maître y identifie son oeuvre et sa personne en ces termes :

Yaa jom nanugol heɗo haala gorel
Jayngel lo’ungel si a faala malal
Iwngel e Saiidu Muhammaduwel
Selenke lenyol Fuutanke laral

O auditeur, écoute les propos du petit homme,
l’humble sujet, le faible, si tu veux le Bonheur;
L’enfantelet de l’humble Sa’iidu Muhammadu,
de la lignée des Seele, du pays de Fuuta

Fuutanien et fuutanke sont composés de la racine (fuuta-) et des suffixes (-nien) et (-ke) français et mande, respectivement. Leur place dans le vocabulaire est d’autant plus considérable qu’ils communiquent la composition pluriethnique de la société, ainsi que la nature supra-ethnique de l’état national du Fuuta-Jalon théocratique. En effet, après la victoire du jihad en 1725, le pays continua d’abriter plus d’une douzaine d’ethnies : Fulɓe, Jalonke, Takruri (Toukouleur), Fulakunda, Wasulunke, Sose, Maninka, Jakanke, Sarakole, Badiaranke, Koniagui, Basari, Landuma, Nalu, etc.
En somme, fuutanke signifie que tous les habitants du Fuuta-Jalon ne sont pas fulɓe, et qu’inversement, tous les Fulɓe ne sont pas fuutanke.

Population et élite fuutaniennes

Peuplé en majorité et guidé par une élite fulɓe, le Fuuta-Jalon se développa aux 18e et 19e siècles au point de devenir une puissance politique, économique et intellectuelle sous-régionale. C’est ainsi que son rayonnement inspira le bâtisseur d’empire Samori Touré. Mais l’évolution et le statut furent affectés à partir de 1884-85 par la ruée de l’Europe sur l’Afrique. Cette intrusion marqua — comme partout ailleurs sur le continent — le début du déclin. Douze ans plus tard, en 1896, à l’issue de la bataille de Poredaka, la Confédération musulmane du Fuuta perdit sa souveraineté, et elle tomba sous le contrôle de la France colonialiste.

Crise, rupture et continuité historiques

Commencée en 1875 avec les Rivières du Sud, la création de la colonie de Guinée française fut formalisée en 1893. La chute du Fuuta islamique accéléra le projet colonial, qui s’acheva seulement vers 1911, avec l’annexion de la Guinée Forestière.
La domination et l’exploitation françaises plongèrent les quatre regions du pays — et le reste de l’Afrique — dans des crises endémiques durant  l’ère coloniale.…  La situation empira sous les Soleils des indépendances.
Ainsi, déclenchée en  la Première guerre mondiale (1914-18) altéra profondément les sociétés traditionnelles africaines. Par exemple, les rites d’initiation d’adolescents et leur passage normal à l’étape adulte furent perturbés. Au lieu de recevoir la formation codifiée depuis des siècles, les jeunes africains furent envoyés comme chair à canon sur les champs de bataille franco-allemands. Et après la guerre, la France renforça le régime déshumanisant de l’Indigénat, qui imposa le travail forcé et gratuit, et réduisit les Africains au second rang sur les terres de leurs ancêtres.

Futurs porte-étendards

Malgré ces revers cuisants, la vie continua son cours au Fuuta et ailleurs. Ainsi vit le jour, en 1897 à Labé, Yacine Diallo, l’un des futurs porte-étendards de l’anti-colonialisme. Sa naissance intervint exactement un an après Poredaka, durant le court et tragique règne d’Almami Sori Yillili, cousin et rival mortel de l’Almami Bokar Biro, et grand-père de Diawadou Barry, un autre ténor de l’émancipation du continent. A la mort de Yacine Diallo en 1954, il lui succédera au grand dam de Sékou Touré.

Le présent article sert d’annonce à la publication, ici même, d’une série de contributions sur cinq Fuutanke, qui figurent parmi les pionniers de la politique partisane en Guinée. Nés entre 1897 et 1925, ils jouèrent un rôle prééminent dans l’évolution du pays. Ce sont :

  • Yacine Diallo (1897-1954), mort à 57 ans
  • Diawadou Barry (1913-1969), mort à 56 ans
  • Saifoulaye Diallo (1923-1981), mort à 58 ans
  • Ibrahima Barry III (1923-1971), mort à 48 ans
  • Boubacar Telli Diallo (1925-1977),  mort à 52 ans

Seize années séparent les dates de naissance Yacine et de Diawadou. Qui, lui-même, marque la transition entre la génération le précurseur (Yacine) et celle des trois plus jeunes continuateurs (Saifoulaye, Barry III, Telli). De fait, l’écart d’âge entre Yacine et ces derniers est celui de père à fils.…
Si Yacine eut la renommée et l’aura  du devancier, il en porta aussi le poids et subit les conséquences.…

Autant que faire se peut, le contenu de ces prochains articles reflétera les titres suivants :

  • Yacine Diallo
    • Un connu méconnu
    • Revue critique d’une biographie
    • Double impréparation pour une interview
    • Premier de Guinée
  • Diawadou Barry. Prince. Politicien. Proie
  • Saifoulaye Diallo. L’Enigmatique Sphinx
  • Une Etoile filante nommée Barry III
  • Telli Diallo. Le retour fatidique et fatal

Racines, identité et histoire

Ces hommes reçurent une solide éducation familiale et communautaire. Ils étaient imbus des normes et valeurs d’une société “fortement disciplinée, hiérarchisée et organisée en une féodalité théocratique.” (Telli Diallo, 1957)
Ces hommes pétris de leur devoir devant l’Histoire surent, en général, non seulement rester fidèles à leurs racines et à leur identité. Mais ils en firent une base et un tremplin pour se lancer avec abnégation et sacrifice dans le combat pour l’émancipation de la Guinée et de l’Afrique.
Comme indiqué plus haut, la vie de ces leaders fut relativement courte. Elle fut interrompue à moins de 60 ans. Le plus cruel c’est que, à l’exception de Saifoulaye —mort de maladie —, mais y inclus Yacine —terrassé de façon subite et suspecte —, ils furent assassinés. En pleine force d’âge et de leurs capacités mentales. Rongé par une jalousie mortelle et mû par une infâme traîtrise, Sékou Touré fut l’auteur de ces crimes de sang. Il planifia la destruction de la vie de ces maris et pères de famille, honnêtes anciens rivaux (Yacine, Diawadou, Barry III) et prééminent collaborateur (Telli). Il va sans dire que ces cinq hommes considérés ici constitue le tip de l’iceberg s’agissant des Fuutanke victimes du PDG. J’ai déjà présenté certaines des plus éminents disparus : Dr. Alpha Taran Diallo, Tibou Tounkara, Ousmane Baldet, etc. La liste complète est de l’ordre de dizaines de milliers.
L’hémorragie et l’hécatombe des cadres guinéens n’endeuillèrent évidemment pas que le Fuuta-Jalon. Au contraire, elles désolèrent les trois autres régions du pays, dont les fils et filles furent chassés, torturés ou assassinés. Exemples :

Sans oubliers les centaines d’étrangers également séquestrés, traumatisés, ou tués au Camp Boiro.

En définitive, au plan ethnologique, nos deux Barry (Bari) et trois Diallo (Jallo) appartiennent —comme tout autre Pullo — à un système social  millénaire de quatre noms de famille, qui supporte  des structures complexes de parenté et d’alliances, comme l’indique le schéma-prototype ci-dessus.

Tierno S. Bah

Déformation délibérée de l’histoire du Fuuta-Jalon

Un de mes correspondants récents a affiché sur Facebook la photo ci-dessous. Avertissement : l’inscription en rouge constitue une déformation visuelle délibérée de l’Histoire du Fuuta-Jalon.

Boubou Penda, en tant que faux Bokar Biro, et sa femme Tulla
Boubou Penda, en tant que faux Bokar Biro, et sa femme Tulla

Cette photo est tirée de webFuuta, mon site web sur le Fuuta-Jalon, qui paraît depuis 1997. Elle est extraite de l’article d’Emily Osborn intitulé “Interpreting Colonial Power in French Guinea. The Boubou Penda-Ernest Noirot Affair of 1905”.Je l’ai scannée, traitée et publiée en ligne en 2014. Voici donc le cliché original, sans la vilaine barre rouge apposée là-dessus.

Boubou Penda et sa femme à Timbo en 1897. Boubou fut l'inteprète d'Ernest Noirot, le premier résident colonial de la France au Fuuta-Jalon. En 1881 il accompagna Dr. Jean Bayon, envoyé par le gouverneur général Faidherbe, pour négocier un traité de protectorat entre Paris et Timbo.
Boubou Penda et sa femme à Timbo en 1897. Boubou fut l’inteprète d’Ernest Noirot, le premier résident colonial de la France au Fuuta-Jalon. En 1881 il accompagna Dr. Jean Bayon, envoyé par le gouverneur général Faidherbe, pour négocier un traité de protectorat entre Paris et Timbo.

Une déformation délibérée

Le texte de l’article d’Emily Osborne est rédigé en anglais. Soit, mais rien n’explique et justifie que l’on falsifie la légende inscrite au bas de la photo. Emily précise que la source de l’image est Notice sur la Guinée française, le livre de Lucien Famechon paru à Paris en 1900. Ma publication prend soin d’identifier clairement Boubou Penda, l’interprète, et sa femme Tulla.

Comment donc un lecteur guinéen, de surcroit, un ressortissant du Fuuta-Jalon, peut-il décider de manipuler la photo en lui collant le nom de l’Almami Bokar Biro. L’abus est inacceptable car c’est un cas flagrant de fraude intellectuelle.

Almami Bokar Biro Barry (1865-1896)
Almami Bubakar Biro Barry (1865-1896), fils d’Almami Umaru, petit-fils d’Almami Abdul-Gadiri, arrière petit-fils d’Almami Ibrahima Sori Mawɗo. Voir le tableau complet des Almami sur webFuuta.

Et il y a ici une profonde et cruelle ironie. Car c’est Boubou Penda et son patron Ernest Noirot qui démolirent le pouvoir traditionnel fuutanien, et éliminèrent graduellement la dynastie des Seediyaae Barry (Alfaya et Soriya) de Timbo, à commencer par l’Almami Bokar Biro, le 14ème et dernier souverain de la Confédération théocratique islamique du Fuuta. L’année précédente, en 1896, Bokar Biro avait été battu à la bataille de Poredaka. Son corps fut décapité. Sa tête fut portée dans une calebasse à Conakry. Par Neene Jaariwu, la mère de l’Almami. Elle parcourut la distance Timbo-Conakry à pied, affirme-t-on, portant la charge macabre d’une partie du corps de son fils vaincu.

Et en 2018 le jeune de Tougué ne trouve rien d’autre que de coller le nom de Bokar Biro sur la photo d’un des vainqueurs et bourreaux de l’Almami. Pourquoi ? C’est absurde.

Pas plus tard qu’hier, je faisais à un autre jeune correspondant sur Facebook la recommendation suivante :

Tes interrogations sont légitimes. Bien que la réponse à certaines d’elles soit peut-être à jamais perdue, d’autres sont, par contre, abordables. Mais c’est par la lecture et la réflexion qu’on peut  rassembler, patiemment, des éléments de réponse.
Les bibliothèques de mon Portail webAfriqa sont à la disposition des personnes de ta génération qui s’interrogent sur l’évolution et le devenir de la Guinée.
La balle est donc dans votre camp : lisez autant que possible, prenez note, réflechissez, écrivez la plume et exprimez-vous à travers des revues et des critiques de livres, d’articles de publications scientifiques et artistiques. Faites-le de façon claire et objective. C’est de cette manière que vous pourrez apporter votre modeste contribution à la réponse aux questions posées. Ne rejettez pas le blâme sur les aînés et les prédecesseurs. En tant que jeunes adultes, vous êtes aussi concernés dans la quête des solutions que vos devanciers.

L’auteur de la falsification ci-dessus a agi dans le sens exactement opposé de mes conseils. Il aurait dû réfléchi avant d’agir. Hélas, il a choisi de propager une fausse information, qui falsifie la réalité historique, et qui sème la confusion.

Il lui appartient aujourd’hui de reconnaitre le tort de son geste délibéré. Et de  présenter des excuses publiques. Il y va du respect dû à la mémoire de l’Almami Bokar Biro, ainsi qu’à l’histoire du Fuuta-Jalon, de la Guinée et de l’Afrique.

Tierno S. Bah

Remarques sur La danse avec l’aveugle

Finalement, après correction de la configuration  du serveur (Apache) et enregistrement des formats vidéos (.ogv, .m4v, .mp4), j’ai rétabli le lien du film documentaire « La danse avec l’aveugle », qui est désormais accessible ici sur BlogGuinée. Les auteurs et distributeurs du film le présente en ces termes :

« A travers des documents et des témoignages, l’histoire politique de la Guinée depuis son indépendance en 1958, la dictature de Sékou Touré, jusqu’en 1978. Une dénonciation virulente du régime guinéen : tortures, exécutions sommaires, exil, émigration, etc. »

Le site InformAction ajoute :

Saisi en France, le livre Prison d’Afrique est le point de départ du film La danse avec l’aveugle (1978). Jean-Paul Alata, auteur de Prison d’Afrique, est l’un des témoins filmés. Il témoigne sur la répression qui sévit dans la Guinée de Sékou Touré, féroce dictateur jusque là protégé par son auréole de militant tiers-mondiste. Alata sera mortellement empoisonné à Abidjan en septembre 1978. La danse avec l’aveugle circula sous le manteau en Guinée avant la mort de Sékou Touré en 1984. Il a été plusieurs fois primé dans les festivals internationaux.

Images d’écran saisies du film La danse avec l’aveugle

This slideshow requires JavaScript.

Quelques remarques sur la présentation

Première remarque. Il s’agit de l’histoire politique partielle, c’est-à-dire les 18 ans après la proclamation de la république de Guinée. La présentation n’est donc pas complète, même pour la période considérée. Mais elle se concentre sur deux la première affaire (les dépôts d’armes à la frontière sénégalaise en 1959-60) et la tentative de génocide contre les Fulɓe en 1976-77. Le film ne traite pas des autres « complots » antérieurs à l’attaque du 22 novembre. Il s’agit précisément des faux complots suivants :  Ibrahima Diallo  (1960), Enseignants (1961)  Petit Touré (1965), Kaman-Fodéba-Diawadou (1969). Et à propos des armes et activités de 1959, le film se limite aux affirmations de l’ancien Premier ministre Mamadou Dia, qui ne fournit pas de détails toutefois…

Deuxième remarque. La dénonciation de la dictature n’est pas virulente. Elle est plutôt équilibrée. Le récit inclut des interviews de témoins et des points de vues opposés. C’est le cas par exemple des témoignages de Jean Suret-Canale (chercheur, professeur, membre du Parti communiste français), d’une part, et de l’ambassadeur américain William Attwood (journaliste, auteur, représentant du président John Kennedy et ami de l’ambassadeur Karim Bangoura), d’autre part. Les deux hommes divergent ainsi sur des questions telles que la guerre froide (1944-1990), le néo-colonialisme, le non-alignement. A noter la précision de Suret-Canale, qui rappelle que Sékou Touré ne voulait pas de la séparation ; elle lui fut imposée par de Gaulle.

Troisième remarque. Le film critique aussi la politique coloniale de la France. Le commentaire est par exemple sarcastique à propos de la “générosité” du référendum du Général de Gaulle !

Quatrième remarque. Jean Mauberna, le dernier gouverneur de la Guinée française, confirme les atermoiements et confusions de la 4è république française, surtout à travers la loi-cadre de 1956. A force d’arrangements et de compromis, il n’était qu’une figure symbolique et protocolaire, puisque Sékou Touré, précise-t-il,  était monté, depuis juillet 1958, de la vice-présidence à la présidence du conseil de gouvernement du territoire.

Cinquième remarque. Des sous-titres ou légendes sont sélectivement appliqués. Il eût été mieux de les créer pour tous les témoins. Par exemple, il fallait identifier le trio Sékou Touré, Fodéba Keita et Ismael Touré lors d’une visite à Mamou. Filmés ici ensemble et amicaux au début des années 1960, ils se sépareront tragiquement en 1969, avec l’exécution de Fodéba Keita.

Gabriel d'Arboussier (1908-1976)
Gabriel d’Arboussier (1908-1976)

Sixième remarque. René Cazau, membre de Parti communiste français et survivant du Camp Boiro, fait erreur sur le début de sa contribution à l’activité des Groupes d’études communistes. Il le place en 1944 et ce, ajoute-t-il, dans le cadre du Rassemblement démocratique africain. Or ce mouvement ne fut créé qu’en 1946 à Bamako. Lire Les Groupes d’Études Communistes en Afrique noire (1943-1951). Il est vrai cependant que les GEC furent  la pépinière de l’aile gauche et intellectuelle du RDA. Et la figure de proue de cette mouvance fut le métis Français-Pullo (Maasina) Gabriel d’Arboussier. Suite au désapparentement parlementaire d’avec le Pcf en 1951, il perdit du terrain face à Houphouët-Boigny, président du mouvement, récupéré par le ministre de l’Intérieur — et futur président — François Mitterand.

Tierno S. Bah

Addendum. La Lettre signée de Félix Houphouët-Boigny et Gabriel d’Arboussier, en date du 18 septembre 1946. Adressée de Paris, la correspondance émane du Comité d’organisation. Elle présente le texte du Manifeste du Rassemblement Démocratique Africain, qui déclencha les préparatifs du Congrès constitutif du mouvement, tenu à Bamako, du 18 au 21 octobre 1946. Les signataires du Manifeste furent :

  1. Félix Houphouët-Boigny, député de la Côte d’Ivoire
  2. Lamine Gueye, député du Sénégal-Mauritanie
  3. Jean Félix Tchicaya, député du Gabon-Moyen Congo
  4. Sourou Migan Apithy, député du Dahomey-Togo
  5. Fily-Dabo Sissoko, député du Soudan-Niger
  6. Yacine Diallo, député de la Guinée
  7. Gabriel d’Arboussier, ancien député du Gabon-Moyen Congo

Guinée. Documents sur la dictature et la répression

“Guinée. La révolution en miettes”. Revue française d'études politiques africaines. No. 94. 9è année, octobre 1973, pp. 17-19
Philippe Decraene. “Guinée. La révolution en miettes”. Revue française d’études politiques africaines. No. 94. 9è année, octobre 1973, pp. 17-19

Les archives de la Revue française d’études politiques africaines contiennent de nombreux documents sur la répression du “Complot permanent” au Camp Boiro sous la dictature de Sékou Touré. Voici une sélection de trois articles :

  1. Claude Rivière
    1. Purges et complots au sein du Parti Démocratique de Guinée”. Revue française d’études politiques africaines. No. 95. 8è année, novembre 1973, pp. 31-45
    2. “Les partis politiques guinéens avant l’indépendance”.
      Revue française d’études politiques africaines. No. 107. 9è année, novembre 1974, pp. 61-82
  2. Philippe Decraene. “Guinée. La révolution en miettes”. Revue française d’études politiques africaines. No. 94. 9è année, octobre 1973, pp. 17-19

Pour le moment j’ai choisi de publier deux de ces trois papiers. Dans le troisième, “Les partis politiques guinéens avant l’indépendance”, l’auteur rate partiellement son sujet, en mettant l’accent sur l’activité syndicale autant que sur celle politique. Par ailleurs, Claude Rivière fait plusieurs fois référence — et sans effort critique — à Guinée : Albanie d’Afrique ou néo-colonie américaine ?, le livre d’Alpha Condé paru en 1972. Or cet ouvrage est pamphlétaire, dogmatique, peu empirique et désorganisé. Par exemple, le titre du livre n’est pas mentionné une seule fois dans le corps du texte ! Autrement dit, Alpha Condé semble poser un postulat qu’il ne lui vient pas à l’idée de développer un tant soit peu par la suite ! Etrange et illogique.

Quant à l’article d’opinion de  Philippe Decraene, en voici le texte intégral.

Tierno S. Bah

“Guinée. La révolution en miettes”
Revue française d’études politiques africaines. No. 94. 9è année, octobre 1973, pp. 17-19

Si, en octobre 1958, la proclamation de l’indépendance de la Guinée fut célébrée dans l’enthousiasme par tous les éléments progressistes du continent africain, la commémoration du quinzième anniversaire de cet événement, considéré comme capital à l’époque, vient de passer pratiquement inaperçue. Il est vrai qu’après le cinglant et spectaculaire “non” du turbulent leader révolutionnaire guinéen, ancien commis des postes, promu chef d’Etat après une éclatante carrière syndicale, ce que l’on appelait alors avec quelque romantisme “l’expérience guinéenne” paraissait avoir valeur exemplaire pour l’ensemble tiers-monde africain.

Depuis quinze ans, la voie suivie par M. Sékou Touré l’a mené à l’échec et il est clair que « la révolution guinéenne » reste surtout marquée par des manifestations de verbalisme dénuées de toute portée pratique. Ni économiquement, ni politiquement, la République de Guinée n’a tenu aucune des riches promesses qu’elle portait en elle en 1958.

Autrefois exportatrice de denrées agricoles tropicales, la Guinée a pratiquement cessé d’occuper une place importante dans ce domaine. Les plantations de bananes notamment sont en grande partie retournées à la brousse après le départ des exploitants européens.

Présentée au moment de son accession à l’indépendance comme le territoire de l’ancienne fédération de l’Afrique occidentale française dont les ressources potentielles étaient les plus importantes, la Guinée n’a pas été en mesure de mettre en valeur son capital agricole et minier. La plupart des capitaux étrangers, inquiets de l’évolution d’un regime qui n’a cessé de multiplier des menaces à leur égard, se sont investis soit au Sénégal, soit en Côte d’Ivoire, zones réputées plus “sûres”. Seule la présence d’immenses gisements de bauxite dans le pays a permis à celui-ci, grâce à l’implantation à Fria d’un important secteur “capitaliste” de connaître une certaine expansion et de ne pas manquer de devises étrangères. Cet apport en dollars et en francs français est d’autant plus précieux pour M. Sékou Touré que le franc guinéen est non seulement inconvertible, mais encore à peu près dépourvu de tout pouvoir d’achat réel.

Politiquement, en dépit ·d’une répression impitoyable qui a d’abord frappé le Fouta-Djalon, fief du “oui” au référendum de 1958 et, en tant que tel, considéré comme rebelle au pouvoir central, puis n’a épargné aucune couche de la population, l’opposition refuse de courber la tête. Plus d’un million de ressortissants guinéens vivent en exil en Europe, en Amérique et dans les pays limitrophes du leur. Certains d’entre eux mènent, à partir de l’étranger, une action hostile à M. Sékou Touré, mais, divisés, dépourvus de moyens financiers importants, ils restent inefficaces.

Philippe Decraene simplifie l’histoire en présentant le Fuuta-Jalon comme le “fief du Oui”. La liste des résultats du scrutin montre 56 959 bulletins “oui” contre 1 130 292 “non”. Les circonscriptions fuutaniennes enregistrèrent le plus grand nombre de votes positifs, certes. Et Labé vint de loin en tête avec 27 440 “oui” contre 40 143 “non”. Sékou Touré s’appuya sur ces chiffres pour déclarer que Labé était la “gangrène” de son parti. Mais l’anti-colonialisme et le rejet de la constitution proposée par de Gaulle n’étaient pas des fins en soi. C’étaient des moyens, des voies vers d’autres objectifs, d’autres fins, notamment la liberté, l’union et la prospérité. La Guinée sous Sékou Touré échoua sur ces trois fronts. Et l’absurde le plus cruel — eu égard aux milliers de victimes du Camp Boiro — est que le leader guinéen constata sa défaite et ravala son orgueil en invitant Jacques Foccart, son ennemi juré, à Conakry. La reddition de Sékou Touré est formulée dans cette demande qu’il adressa le 25 juin 1983 à Jacques Foccart, qui la rapporte : “Vous savez, m’a-t-il dit, que je vais sans doute devenir président de l’OUA. J’ai besoin d’un conseiller qui connaisse bien les hommes et les choses de notre continent. Personne ne répond autant que vous à ce profil. Vous êtes disponible maintenant. Accepteriez-vous, je ne dis pas de vous installer à Conakry, mais de venir me voir périodiquement pour m’aider ?”— T.S. Bah

Dans le pays où le gouvernement annonça dès 1959 la découverte de conspirations, les purges sont permanentes et frappent fonctionnaires, officiers, cadres supérieurs, simples paysans, sans épargner les plus hauts dignitaires du régime, fussent-ils les plus proches collaborateurs du chef de l’Etat. Depuis plus de dix ans celui-ci vit dans une atmosphère de complot permanent, refusant de quitter son pays et dirigeant lui-même les opérations destinées à frapper la population et à décourager, notamment par des procès publics spectaculaires, ceux qui ne sont pas entièrement d’accord avec le chef de la « révolution guinéenne ». Au demeurant, l’homme qui dénonce toujours avec la même violence « le capitalisme international » et le « néocolonialisme » fait non seulement bon ménage avec les grandes compagnies minières étrangères, pourtant peu suspectes de « socialisme », mais également avec les Etats-Unis, dont l’action discrète et efficace, apporte au budget guinéen un relatif équilibre.

La nature des rapports entre Washington et Conakry s’explique en partie par les conditions de la rupture franco-guinéenne de 1958 et par les difficultés qui ont caractérisé les relations entre Conakry et Moscou en 1962.

Mise au ban des nations africaines par la France après septembre 1958, la Guinée a été privée brutalement de toute assistance technique par l’ancienne métropole et a dû recourir à ses seules ressources nationales en experts, techniciens et capitaux.

Erratum. Après sa création, la jeune république bénéficia de l’assistance solidaire de cadres accourus d’Afrique, de France et des Caraibes pour combler le vide créé par le départ brusque des techniciens et enseignants français. — T.S. Bah

En dépit de plusieurs tentatives de réconciliation, jamais le dialogue franco-guinéen n’a pu être réellement renoué. De leur côté, les Soviétiques, d’abord accueillis avec chaleur ont été écartés, après avoir été accusés d’ingérence dans les affaires internes guinéennes.

Enfin, aucun des pays limitrophes de la Guinée, exceptée la Sierra Leone, dont M. Sékou Touré a sauvé le régime en intervenant militairement en sa faveur il y a deux ans, ne parvient à maintenir des rapports réellement cordiaux avec les dirigeants guinéens. Contraint à un réel isolement diplomatique, en partie brisé par le petit cercle des amis « progressistes » de Mauritanie et de la République populaire du Congo, d’Algérie ou du Dahomey, le président de la République guinéenne ne cesse de vitupérer contre ses voisins que pour les attaquer avec plus de véhémence après de courtes trèves.

L’image de marque de la « révolution guinéenne » est définitivement altérée, mais ceci n’exclut pourtant pas une détente éventuelle dans les rapports avec la Guinée et les autres Etats d’Afrique occidentale. Cependant cette détente passe nécessairement par une normalisation des relations franco-guinéennes — normalisation dont on ne perçoit aucun signe sérieux dans l’immédiat.

Philippe Decraene