Fuuta-Jalon. Histoire : Alfaya et Soriya

Kiridi Bangoura, ministre Secrétaire Général du Gouvernement
Kiridi Bangoura, ministre Secrétaire Général du Gouvernement.

Un des mes correspondants rapporte et réagit à des propos tenus par Kiridi Bangoura, ministre Secrétaire Général du Gouvernement. L’occasion était un atelier sur la prévention de conflits. Pas étonnant. A défaut d’un Etat viable, les fonctionnaires guinéens passent d’un atelier/séminaire à l’autre. Et plutôt que de prévenir les conflits, le régime du président Alpha Condé en fait un cheval de bataille et une stratégie. Pour s’en convaincre, il faut considérer les passions que son mutisme sur un 3ème mandat déchaînent aujourd’hui.… Qui vivra verra !

Entretemps, hier au ministère de l’unité nationale, Kiridi Bangoura aurait offert son expertise sur la résolution des conflits dans le Fuuta-Jalon théocratique :

« Sans faire du plaisir à Monsieur le Ministre Conseiller principal du Chef de l’État, M. Tibou Kamara, ici présent, face à des crises qui minaient le Fuuta, Elhadj Oumar Tall de passage dans les contrées, a jeté les bases de l’alternance entre les frères Sorya et Alfaya, ce qui aurait résolu les conflits de succession au Fuuta. »

Le secrétaire général du gouvernement passe ici du coq à l’âne. Ce faisant, il commet une bourde en appliquant à l’histoire du 19è siècles le jargon de la bureaucratie onusienne et des ONG internationales du 21è siècle. C’est lamentable ! Lorsqu’on n’a rien à dire de clair, il est préférable de se taire. Kiridi aurait dû se conformer à ce sage dicton. Ou alors il aurait dû remuer sa langue plusieurs fois dans sa bouche avant de parler. Trop tard. Mon jeune correspondant l’a déjà démenti sur Facebook. J’apporte ici mon grain de sel en dix points.

Rappel

Pour M. Kiridi Bangoura le politicien, la remarque peut paraître acceptable et inspiratrice. Malheureusement, au regard de l’Histoire et de de la Culture, ses mots sont désespérément superficiels, inappropriés et erronés.
Une telle gaffe est étonnante de la part d’un sociologue qui fut, jadis, un intellectuel et un militant de la culture. Il eut par exemple l’opportunité, remarquable, de collaborer avec Pr. Djibril Tamsir Niane —le doyen de faculté révéré de ma génération et son beau-père —et le génial Williams Sassine. Le trio produisit Il était une fois – l’alphabète; une adaptation théâtrale du roman L’alphabête, du même auteur que celui du Zéhéros n’est pas n’importe qui : Sassine, dénonciateur et pourfendeur mordant de la débâcle guinéenne.
Par ailleurs, le catalogue bibliothécaire mondial WordCat contient deux autres titres signés Kiridi Bangoura :

  • Le baptême des chiots : roman, paru en 1997
  • Une cabine pour deux, rédigé avec Michelle Allen et publié en 1995

Kiridi Bangoura fut ainsi un acteur de la scène culturelle au 20è siècle. Mais au 21e siècle il a apparemment changé le fusil d’épaule. Et il a délaissé la création littéraire et artistique par la plume. Il n’est pas le seul dans ce cas. Au contraire, cette catégorie est surpeuplée en Guinée et en Afrique, où la plume ne nourrit pas. Cela pourrait expliquer que depuis bientôt deux décennies M. Bangoura se retrouve dans les plus hautes sphères du pouvoir. D’abord sous Lansana Conté et depuis 2010 avec Alpha Condé.

Témoignage

Et pourtant, jusqu’en 2004 en ce qui me concerne, Kiridi avait conservé la lucidité et le réflexe d’un homme de culture. J’en ai fait indirectement l’expérience lorsque, au nom de Tabital Pulaaku Guinée (TPG), je déposai le dossier de demande d’agrément au ministère de la Décentralisation dont il était le secrétaire général. On m’avait chargé de coiffer le groupe de pilotage pour la création de la branche guinéenne de Tabital Pulaaku International. En me confiant le dossier, on m’avait répété que l’obtention de l’agrément dépendrait entièrement de Kiridi Bangoura. Si, à l’image du président Lansana Conté et de certains cadres Sose, il se montrait hostile ou indifférent, alors le projet était voué à l’échec. Par contre, s’il n’y faisait pas objection, la réussite était acquise par avance. A son crédit, M. Bangoura apprécia le contenu purement culturel de la demande. Il l’approuva. Son entourage me confirma par la suite son attitude positive, pour ne pas dire bienveillante. L’arrêté fut donc signé par le ministre Moussa Solano. Et Tabital Pulaaku Guinée devint une ONG officielle.

“… les crises qui minaient du Fuuta-Jalon…”

Kiridi Bangoura a voulu peut-être ironiser et chahuter son collègue Tibou Kamara. Malheureusement le passé tragique de la Guinée, le climat politique vicié du pays, ne permettent pas à un minister de blaguer avec l’histoire de n’importe laquelle des quatres régions naturelles, à commencer par le Fuuta-Jalon. Passant donc outre la neutralité positive de Kiridi vis-à-vis de TPG en 2004, et tenant compte de la réaction de mon jeune correspondant sur Facebook,  voici mes objections à la remarque de Kiridi Bangoura.

Pour comprendre les fondements — théocentrique, politique et juridique — de la Confédération musulmane, il faut lire Thierno Diallo. Institutions politiques du Fouta-Djallon au XIXè siècle. Dakar, IFAN, 1972, sur webFuuta.

  1. Il n’y a pas de système politique parfait. Cela est évident. Et Kiridi devrait continuer à puiser auprès de l’éminent source qu’est Pr. Djibril Tamsir Niane — qui est, une fois de plus, son beau-père.  Il aurait appris ainsi la futilité d’ériger al-Hajji Umar Taal en sauveur du Fauta-Jalon et en pacificateur des turbulents ou belliqueux princes Bari Seediyaaɓe de Timbo.
    Pr. Niane l’aurait conseillé de ne pas s’ériger, dans l’exercice de ses fonctions gouvernementales, en Don Quichotte redresseur des torts et travers de l’Histoire. Qu’il s’agisse du Fuuta-Jalon ou du pays baga ancestral de Kiridi. En effet, les sources historiques sont abondantes sur le morcellement, sur l’émiettement et le factionnalisme des chefferies du Bagatay.…
  2. Malgré les tensions et les crises cycliques, la Confédération musulmane du Fuuta-Jalon fonctionna pendant deux siècles environ. Il s’agit là d’une longevité historique remarquable dans l’Ouest africain. Mieux, en dépit des turbulences —fatales — de l’aristocratie, la société fuutanienne formait un ensemble “très homogène, fortement discipliné, hiérarchisé et organisé en une féodalité théocratique”, selon l’analyse judicieuse de Telli Diallo dans l’article “Le divorce chez les Peuls du Fuuta-Jalon”.
  3. Né, élevé et instruit par son père, Sa’idu, Al-Hajj Umar Taal séjourna longtemps et fréquemment au Fuuta-Jalon, auprès de son maître Shayku Abdul Naagil de Labé. Selon mon oncle Tierno Mamadou Bah, il y prédit même la naissance de Tierno Aliyyu Buuɓa Ndiyan. Son long séjour dans cette province qui fut le diiwal majeur de la Confédération —aujourd’hui réduite à sa portion congrue — explique qu’après la proclamation de la république en octobre 1958, le camp militaire Markala de Labé fut baptisé du nom du Calife tijjaniya. Cela bien avant que l’aéroport de Ségou (Mali) —vaincue et soumise par Umar — ne reçoive le même nom.
  4. L’alternance Alfaya entre Soriya n’était pas seulement horizontale, c’est-à-dire concernant uniquement les Bari Seediyaaɓe Timbo. Elle était verticale aussi et s’appliquait aux neuf die (provinces). Les changements bisannuels du gouvernement dans la capitale confédérale s’accompagnaient de nominations de nouveaux chefs (Lamɓe) de province en fonction de l’allégeance des prétendants locaux soit à la branche alfaya, soit à celle soriya.
  5. Une légende court toujours selon laquelle Al-Hajj Umar Taal eut des visées usurpatrices du pouvoir de Timbo. D’où la confrontation qui aurait eu lieu entre lui et Tierno Muhammad Samba Mombeya, d’une part. Il y a également le dialogue entre lui et son homonyme, Almami Umaru, (père de Mamadu Paate, Bokar Biro) et que Tierno Saadu Dalen avait prédit et prévenue le souverain de Timbo au sujet de son visiteur du Fuuta-Tooro.
    Mais Al-Hajj Umar respectait le Fuuta-Jalon. On lui attribue la déclaration suivante : « Il existe 313 érudits au Fuuta-Jalon: 300 me sont inférieurs, 10 sont mes égaux, 3 sont mes maîtres.»
  6. Le prestige du système politique et des institutions du Fuuta-Jalon était tel que l’empereur Samori Touré fut très honoré de se voir conférer le titre d’Almami par les souverains alternants Umaru (Soriya) et Ibrahima Sori Daara Ier (Alfaya) en 1878.
  7. Spécialiste du monde manding et de Samori Touré, Yves Person fut commandant de cercle de Beyla jusqu’au référendum de 1958. Il devint par la suite professeur d’histoire à La Sorbonne. Le titre des trois volumes de son oeuvre principale est Samori. Une révolution dyula, avec au total près de 2500 pages. Dans la Première Partie du Tome I “Les Voies de l’Islam”, Person affirme : « Le Fuuta-Dyalõ rayonne depuis le XVIIIme siècle comme un centre majeur de civilisation et Kankan a subi fortement son influence culturelle et politique. Beaucoup de ses savants allaient se former à Timbo et c’est grâce à ce voisinage que la métropole dyula fut autre chose qu’une cité de négociants. »
  8. A propos du partenariat entre Samori et les Almami du Fuuta-Jalon, Person remarque que ce pays “ne s’offrait pourtant pas au premier conquérant, car l’orgueil peul pouvait faire l’union contre une intrusion étrangère. Samori n’avait d’ailleurs pas de telles intentions : il était très sensible au prestige religieux de Fugumba, la ville sainte, et il voulait seulement négocier avec les Almamy le libre passage de ses caravanes vers Freetown.”
  9. Curieusement, le même Yves Person se rend coupable de jugements tranchants et erronés sur son sujet de recherche. En effet, dans l’Introduction il prétend que « Depuis le XVme siècle les Malinke ne font plus l’histoire, ils la subissent. Ils perdent le sens de l’empire, sinon celui de l’Etat pour se replier dans le cadre exigu des kafu. En dépit de quelques aventures éphémères, d’ailleurs limitées dans l’espace, leur vie politique se morcelle à l’extrême. »
    Il s’agit là évidemment d’une généralisation abusive et erronée. Car le peuple manding n’a jamais cessé de faire l’histoire.
  10. Conclusion. Kiridi Bangoura commet aujourd’hui le même péché de jugement de valeur à l’emporte-pièce sur des questions complexes et délicates. Ses fonctions officielles rendent sa situation délicate. De surcroît,  il est l’un des verrous du régime décrié d’Alpha Condé. Il devrait en conséquence se garder de donner des leçons de gouvernance, passées ou présentes. Car depuis une décennie, entouré de M. Kiridi Bangoura et consorts, Président Condé peine à assumer la magistrature suprême au bénéfice des populations. Lui et son équipe n’ont pas apporté grand-chose aux populations rurales et urbaines de Guinée. Ils pataugent dans un bilan médiocre.
    En tant que membre du gouvernement, Kiridi Bangoura est astreint à la retenue dans les actes et à la mesure dans les propos.  Au cas contraire, il risque d’emprunter le langage vénimeux, inflammatoire et incendiaire de son patron.
    Ou de MM. Ousmane Kaba, Mansour Kaba, Lansiné Kaba, fils authentiques de Kankan, et, —c’est dommage— dénigreurs, falsificateurs et accusateurs du passé du Fauta-Jalon, pourtant révéré par leurs ancêtres.Désobligeants et irritants,  la légèreté et le cynisme avivent les tensions et creusent l’impasse. Ils sont inacceptables dans la conduite des affaires d’Etat. Seuls le respect, l’équité, la justice peuvent faciliter le dialogue et contribuer à tirer la Guinée du trou.

Tierno S. Bah

Président brouillon et pion

Président de la Guinée et président en exercice de l’Union Africaine (2017-2018), Alpha Condé suggère, d’une réunion à l’autre, de couper le cordon ombilical entre l’Afrique et l’Europe. Il ne faut surtout pas le prendre à ses mots. Car il dit le contraire de ce qu’il pense, et pense le contraire de ce qu’il dit. M. Condé ne formule pas là un souhait sincère, ni même un voeu pieux. Il se lance plutôt dans une rengaine  cynique, une manoeuvre fourbe et une tactique trompeuse.

Président bavard et brouillon

Alpha Condé voudrait faire accroire l’Afrique est désormais majeure. Malheureusement il ne fournit pas de données pour étayer son bavardage et sa démagogie. Pis, il feint d’ignorer la dépendance systématique de son régime vis-à-vis de pilleurs tels que le Groupe Bolloré. Par dessus-tout le “professeur” refuse de tenir compte de la faiblesse systémique du continent par rapport aux économies étrangères. En effet tous les voyants clignotent au rouge vif en Afrique :

  • Analphabétisme
  • Déclin des systèmes d’éducation et de recherche
  • Marginalisation du paysannat
  • Affaiblissement du réseau de santé
  • Non-industrialisation, avec pour causes et conséquences : la faiblesse de la production énergétique (domestique et industrielle), le manque d’eau potable, etc.
  • Exclusive et excessive présence des industries extractives (mines, pétrole, bois)
  • Importation déséquilibrée des produits (principaux et secondaires) de consommation
  • Mise à l’écart de l’ordre financier mondial et des marchés de capitaux

M. Condé a donc beau jeu de se démener et voyager. Il parle et se déplace dans le vide. Déboussolé et déphasé, il brandit le spectre maudit de Sékou Touré, qu’il voudrait imiter —comme le tueur Moussa Dadis Camara —, de manière sélective, oppressive et versatile.

Président pion

Le discours pseudo-nationaliste de M. Conté expose son manque de stratégie. Brouillon à souhait, il enfonce la Guinée dans la paupérisation, et ce, au nom de ses médiocres intérêts personnels et familiaux.
Mais sa rhétorique est contredite et annulée par l’appauvrissement croissant de l’Afrique et de la Guinée. Mais son idéologie tronquée jure avec le quotidien des Guinéens. Les citoyens ploient sous les calamités : mauvaise gouvernement, violations des droits de l’homme, corruption, impunité, etc.
En dernière analyse, Président Alpha Condé n’est qu’un pion. Consentant dans ce rôle, il accepte allégrément la manipulation par ses tuteurs et bailleurs globaux et/ou régionaux.

Il suffit de lire l’article ci-dessous, publié hier par Jeune Afrique, pour mesurer l’ampleur des machinations du chef de l’Etat et de son entourage, ainsi que l’étendue de la débâcle et de la désespérance de ses populations guinéennes.

Le journaliste Mathieu Olivier est le signataire du document. Il n’a pas honte d’employer la désignation “palais Sékoutouréya” : illégitime et imméritée, illicite et illégale. Il devrait plutôt écrire Palais de la présidence de la république. Comme l’Elysée à Paris, l’immeuble est le siège d’une institution : la branche exécutive de l’Etat. Propriété publique et impersonnelle, aucun nom individuel ne doit lui être attaché. Surtout pas celui de Sékou Touré !

Tierno S. Bah


Bras de fer de titans entre Soros et Steinmetz autour d’une mine géante en Guinée

En plaçant ses apôtres de la transparence au plus près du cabinet présidentiel de la Guinée, George Soros a écarté un de ses ennemis jurés. Une stratégie bien rodée dont Jeune Afrique dévoile les coulisses.

« J’essaie de t’appeler mais tu ne réponds à aucun de tes numéros, y compris ton portable. » Ce 27 avril 2013, Alpha Mohamed Condé est inquiet. Le fils du chef de l’État guinéen tente de joindre Scott Horton, avocat américain de DLA Piper, pour l’entretenir d’une histoire que l’agence Bloomberg s’apprête à écrire, et qui semble embarrasser la présidence. La ligne ne passe pas. « Alpha Mohamed » se rabat sur sa messagerie électronique, en espérant être plus chanceux. Un reporter de Bloomberg à Conakry travaille en effet sur un article concernant un accord passé entre la Guinée et le Liberia pour l’évacuation, via Monrovia, d’une partie du minerai issu du mont Nimba.

Or, Conakry veut éviter que cette information ne revienne aux oreilles des grandes sociétés minières présentes en Guinée, qui sont elles aussi tentées d’utiliser la voie libérienne plutôt que de financer un « corridor central » menant à Conakry – ce que souhaiteraient les autorités guinéennes. « Il est extrêmement important que cette histoire ne sorte pas », explique Scott Horton dans un e-mail au fils du président et au ministre des Mines, Mohamed Lamine Fofana, ce même 27 avril. Son objectif : corriger le tir en ajustant les déclarations du ministre, et ne pas donner l’impression d’un « feu vert » pour la potentielle exportation du fer de la mine de Simandou par le Liberia.

Dans les secrets du cabinet DLA

DLA Piper n’est pas n’importe quel cabinet. Il a parmi ses clients George Soros, le célèbre milliardaire américain, qui en a fait son relais en Guinée. Quant à Scott Horton, il n’est pas non plus n’importe quel avocat. Collaborateur de Soros, ce natif de Greenville, en Caroline du Sud, a connu le milliardaire il y a trente ans, à l’époque où ce dernier avait le regard porté sur l’Europe de l’Est.

C’est d’ailleurs George Soros qui, en avril 2011, a fait en sorte que la route de Scott Horton croise celle d’Alpha Condé, le nouveau président guinéen, élu en décembre 2010. Ce dernier et George Soros se connaissent déjà. Ils se sont rencontrés par l’intermédiaire de Bernard Kouchner, ancien ministre français des Affaires étrangères.

Le milliardaire n’hésite donc pas à demander à son ami Horton, 55 ans à l’époque, d’aller rencontrer « Alpha », fraîchement installé au palais de Sékoutoureya. Le président, explique Soros, veut lancer des réformes, notamment dans les mines, secteur qu’il soupçonne d’avoir alimenté les caisses noires de son prédécesseur Lansana Conté, et il faut l’y aider. Le rôle de DLA Piper en Guinée est officiellement, et avec l’appui des ONG « sorosiennes », d’accompagner le gouvernement dans ses réformes. Il lance pour cela des enquêtes, dont une partie est menée par un certain Steven Fox, ancien du département d’État américain qui a travaillé pour la CIA, dirigeant de la société d’évaluation des risques Veracity Worldwide.

Les investigations mettent au jour des faits de corruption dans le passage des contrats miniers, qui sont donc réétudiés. DLA Piper, qui a rédigé le rapport, pointe en particulier le groupe minier BSGR, du Franco-Israélien Beny Steinmetz, accusé d’avoir obtenu les droits sur le gisement de Simandou par « corruption apparente ». Or Steinmetz n’est, lui non plus, pas n’importe qui : il est l’ennemi juré de George Soros.

La rivalité entre les deux hommes remonte à près de vingt ans, en Russie, en 1998. Depuis, les épisodes se succèdent, avec d’un côté le groupe Steinmetz, qui utilise jusqu’en 2012 l’agence de communication FTI, et de l’autre les hommes de Soros. DLA Piper a-t-il été l’instrument du milliardaire américain dans une guerre personnelle ? Toujours est-il que, dès le début de la présidence d’Alpha Condé, l’affrontement gagne la Guinée, où, chez DLA Piper, on s’emploie à contrer la menace BSGR, n’hésitant pas à « inspirer » la stratégie de la présidence guinéenne.

Une cellule est mise en place. En font partie Alpha Mohamed Condé, Mohamed Lamine Fofana, ministre des Mines, et Ibrahima Kalil Kaba, le directeur de cabinet du président, proposé comme coordinateur. Leur « coach » : Scott Horton. Le 1er juin 2013, c’est lui qui fait le point, par e-mail, à cette petite équipe sur la stratégie à adopter dans le secteur minier. Ce diplômé de l’université du Texas, qui échange de façon régulière avec George Soros, va droit au but.

« La Guinée passe constamment à côté d’opportunités en étant trop lente à réagir et en étant instrumentalisée par des personnes comme M. Steinmetz », estime-t-il. Et de leur conseiller une offensive fondée sur le fait que « la Guinée est une victime de Steinmetz ». Il va plus loin : « Nous sommes très proches maintenant d’obtenir des informations selon lesquelles Steinmetz finance et radicalise l’opposition, les poussant à envisager un changement de régime sans élections. […] Je pense que ce serait un coup majeur de la part de la présidence. »

Info ou intox ? À l’époque, cela fait en tout cas plusieurs mois que DLA Piper réfléchit à une stratégie, notamment via les médias, visant à contrer « les attaques de BSGR ». Alors que le gouvernement est empêtré dans l’affaire du prêt guinéen contracté auprès de la société Palladino, c’est par exemple une nouvelle fois Scott Horton qui intervient. Le 21 mars 2013, il met en relation deux communicants engagés par la présidence guinéenne, Célia Grémy, du cabinet Momentum Consulting, et Chris McShane, de Hillingdon Cresswell, avec les conseillers presse de Palladino, Lawrence Dore et Locksley Ryan.

Contre-Attaque

Objectif : déminer le possible scandale Palladino et présenter le prêt entre le gouvernement guinéen et Palladino plus transparent, notamment en le publiant sur internet. Moins d’un mois plus tard, les équipes touchent au but. Lawrence Dore propose d’écrire un communiqué dans lequel il serait clair que quelqu’un, « comme BSGR, a cherché à dénaturer le prêt Palladino pour discréditer le gouvernement ».

À la même période, BSGR est peu à peu écarté de Simandou. Sous le régime du président Lansana Conté, le groupe avait en effet réussi à obtenir la moitié des concessions de la mine. Elle les avait revendues en 2009 au groupe brésilien Vale, pour 2,5 milliards de dollars. Mais, en avril 2013, après les accusations de corruption contre BSGR, Vale rompt l’accord, moyennant l’abandon de son avance de 500 millions de dollars.

Le 16 juin 2013, une rencontre réunit à Londres Sam Walsh, président-directeur général de Rio Tinto, Jin-Yong Cai, son homologue de la Société financière internationale (IFC, filiale de la Banque mondiale), et Alpha Condé, présent au Royaume-Uni à l’occasion du G8. L’hôte de cette réunion extraordinaire n’est autre que George Soros, un habitué des rendez-vous en marge des sommets internationaux.

Cette rencontre n’est pas anodine : elle confirme les dispositions prises par l’État guinéen pour abroger les permis détenus par BSGR, alors que Rio Tinto, associé au chinois Chinalco, obtient le droit d’exploitation totale de Simandou. Depuis, la guerre par réseaux interposés n’a pas faibli. Le Franco-Israélien, assigné à résidence en Israël, est aujourd’hui accusé de corruption par la Guinée, le FBI et le canton de Genève. Un de ses anciens collaborateurs, Frédéric Cilins, a été condamné à deux ans de prison aux États-Unis. Au cœur de plusieurs enquêtes, Beny Steinmetz ne se prive toutefois pas de contre-attaquer : le 14 avril, il a déposé plainte à New York contre Soros et sa fondation Open Society Foundations, qu’il accuse d’avoir fait échouer ses projets à Simandou.

Mathieu Olivier
Jeune Afrique

Abdullahi : destin et ascendance d’un Taal

Abdoullahi Tall (1879-1899), fils d'Ahmadou Shaykh (roi de Ségou et suzerain de Dinguiraye), petit-fils d'Al-Hajj Umar, surnommé l'Aiglon impérial.
L’Aiglon impérial, Abdullahi Taal (1879-1899) ; fils d’Ahmadu Shaykh (sultan de Ségou, suzerain de Dinguiraye, Lam-Julɓe, i.e. Commandeur des Croyants), petit-fils d’Al-Hajj Umar. Inhumé au Cimetière Montparnasse, Paris.

La brièveté du destin d’Abdullahi est, pour ainsi dire, inversement proportionnelle à la profondeur de son ascendance. Autant le premier fut court, autant la seconde est étendue.

Destin

Fils d’Ahmadu Shaykh, Lam-Julɓe (Commandeur des Croyants), petit-fils d’Alhajji Umar Taal, Abdullahi ne vécut que vingt ans (1879 à 1899). Il était l’un des cadets d’Ahmadu. Ses frères aînés, Ahmadou Makki, Mady et Modi, étaient des officiers actifs de l’armée de leur père.

Les dix dernières années de la vie d’Abdullahi sont évoquées dans le livre intitulé Histoire synthétique de l’Afrique résistante. Les réactions des peuples africains face aux influences extérieures.

Nazi Boni (1909-1978)
Nazi Boni (1909-1978)

Préfacé par Jean Suret-Canale, cet ouvrage est l’oeuvre de Nazi Boni (1909-1978), brillant instituteur, politicien, parlementaire, auteur et historien Burkinaɓe. Adversaire de Félix Houphouët-Boigny, il fut exilé à Dakar à la fin des années 1950. Il mit son éloignement du pays à profit pour faire des recherches à l’Institut Français d’Afrique Noire (IFAN). Ses efforts aboutirent à la  publication d’un roman Crépuscule des temps anciens; chronique du Bwamu. Roman (Editions Présence africaine, 1962) et du livre d’histoire sus-mentionné.
Au chapitre 4, et sous le titre “L’Aiglon meurt en France et l’Aigle au Sokoto”, Nazi Boni écrit :

« Lorsque le 6 avril 1894, les forces françaises attaquèrent par surprise Ségou et obligèrent Madani à une retraite précipitée, abandonnant à l’ennemi la famille et le trésor de son père, un enfant de dix à douze ans, Abdoulaye, fils du Lam-Dioulbé, refusa de suivre les fuyards. Malgré un bombardement intense, il retourna dans la dionfoutou (forteresse) où se trouvait sa mère. Après la chute de la ville, Abdoulaye se rendit aux Français. Colonel Louis Archinard le prit sous sa protection. Le prestige de son origine et sa noblesse naturelle en firent un objet de vénération de la part des Africains de la colonne. En route pour Kayes, à chaque heure de salam, les tirailleurs musulmans allaient spontanément prier derrière lui. Un tel rayonnement spontané inquiéta Archinard. Les autorités coloniales auraient fixé Saint-Louis comme résidence à l’auguste prisonnier si la présence de celui-ci dans cette ville islamisée n’eût été susceptible d’entraîner du remous.
Le Gouvernement français ordonna donc l’envoi d’Abdoulaye à Paris où l’on confia son éducation à une famille bourgeoise, les de l’Isle de Sales.
D’une brillante intelligence, le fils du « Commandeur des Croyants » ne mit pas, au lycée Janson de Sailly, plus de 7 à 8 ans pour préparer avec succès le concours d’entrée à l’Ecole militaire de Saint-Cyr. Le 19 mars 1899, il s’éteignait à Passy, vers l’âge de 20 ans, comme le Roi de Rome, au moment où il prenait pleinement conscience du drame de sa famille. Il repose au cimetière de Montparnasse. »

Facade du lycée Janson de Sailly, dans le 16è Arrondissement à Paris. Abdullahi Taal y étudia dans les années 1890.
Facade du lycée Janson de Sailly, dans le 16è Arrondissement à Paris. Abdullahi Taal y étudia dans les années 1890.

Nazi Boni tire ses sources de la volumineuse documentation publiée, en deux volumes totalisant 1140 pages, par Jacques Méniaud.
Je publierai en temps opportun les travaux de Méniaud, dont la Bibliothèque du Congrès possède une copie, ici à Washington, DC., y compris les détails sur le séjour et la fin inopinée d’Abdulaahi Taal à Paris.

Le surnom l’Aiglon est une analogie entre le sort  de Napolén II, fils de Napoléon Ier, empereur des Français et le petit-fils d’Alhajj Umar Taal. Les deux princes moururent respectivement à 21 ans et à 20 ans.

Ascendance

Au chapitre 5 “Le Macina, Théâtre de guerres, Caveau des rois. Comment Aguibou succéda à son frère Ahmadou”, Nazi Boni traite de l’ascendance d’Abdullahi Taal. Il commence par les conquêtes fulgurantes et le règne d’Alhajj Umar, le Caliphe et champion de la voie tijjaniyya en Afrique de l’Ouest. Après avoir fondé Dinguiraye, dans l’actuelle Guinée, en 1849, il triompha de Ségou après deux ans de campagne (1949-1861). Il y fit son entrée le 9 mars 1861.
Nazi Boni examine ensuite le conflit —théologique, religieux, politique et militaire — entre Alhajj Umar et la dynastie Bari de la Diina du Maasina.

Amadou Hampâté Bâ et Jacques Daget nous ont laissé un récit plus complet de ce pan d’histoire dans l’Empire peul du Macina (1818-1845).

Le chapitre 4 est accessible sur Semantic Africa, où le reste du livre de Nazi Boni sera publié.

Les péripéties de la fin d’Alhajj Umar sont présentées. Le caliphe échappa au siège d’Hamdallaye par Ba-Lobbo, du Maasina, et Bekkay Ntiéni, de Tombouctou. Il trouva un refuge temporaire à Jegembere, à Bandiagara, en pays dogon. Il disparut dans une grotte de ce village après l’explosion d’un baril de poudre. A propos du siège et de ses conséquences, Nazi Boni écrit (page 207) :

« Au huitième mois du drame, les assiégés se sentirent perdus sans un secours extérieur. Ahmadou Cheikhou, sultan de Ségou qui ne pouvait ignorer la gravité de la situation avait adopté une attitude étrange, sinon inqualifiable. Il ne lui était absolument pas impossible d’accourir avec des renforts. Cependant, il ne tenta pas le moindre effort dans ce sens. Confiant aux moyens occultes de son père, attendait-il un miracle ? Ou bien faut-il croire, selon les rapports officiels, qu’il voyait dans l’éventuelle disparition de son père l’occasion de se défaire d’une tutelle dont il ne voulait peut-être plus ? Chose peu probable. En tout cas, ses frères lui rendirent la monnaie de sa pièce plus tard, à ses heures les plus tragiques.
On peut affirmer sans risque de se tromper que le conquérant blanc exploita cette faute d’Ahmadou pour introduire de graves dissensions dans la famille d’El Hadj Omar. »

Viennent ensuite les portraits, le rôle, les conflits et la lutte fratricide des princes Taal, présenté dans l’ordre suivant :

  • Tidiani Taal (1864-1888)
  • Mounirou Taal (1888-1891)
  • Tapsirou Taal
  • Mohammed Aguibou Taal (1893-1908)
  • Aguibou Taal
  • …………………

Nazi Boni s’apesantit sur la vie d’Aguibou Taal. Sous pression militaire française, il quitta son trône sur le royaume de Dinguiraye pour prendre le commanement de Bandiagara (et donc du Maasina). Sous la tutelle de Colonel Archinard, l’ennemi et le vainqueur de son frère Ahmadu Shaykh.

En résumé, l’Empire toucouleur d’Alhajj Umar rayonna pendant trente ans environ. Mais il s’effondra graduellement à partir de 1865. Tidiani, le neveu et généralissime, reprit le flambeau après la tragédie de Jegembere. Vint ensuite la succession légitime par Ahmadu Shaykh, au nom du droit d’aînesse. Mais l’acharnement d’Archinard contre Ahmadu mit fin à la souveraineté des Taal. La France coloniale imposa la soumission et la collaboration aux héritiers et successeurs d’Alhajj Umar.
Adversaire farouche d’Ahmadu Shaykh, Archinard ne se limita pas à le déloger de Ségou. Il lui ravit aussi Abdullahi, son enfant… Il confisqua également l’oeuvre, l’image et le souvenir de celui-ci en transportant toute la documentation sur le royaume toucouleur de Ségou dans ses archives, consignées depuis aux Archives nationales d’outre-mer.

Tierno S. Bah

Notes sur la Civilisation Fulɓe : racines et ramifications

Henri Lhote. Fouilles archéologiques. Station Ouan-Derbaouen. Figures europoides portant des coiffures en cimier similaires à celles des femmes du Fuuta-Jalon (Guinée)
Henri Lhote. Fouilles archéologiques. Station Ouan-Derbaouen du Tassili n’Ajjer (sud de l’Algérie). Peintures rupestres de “figures europoides” de 5000 ans av.-J.C. portant des coiffures en cimier similaires à celles (jubaade) des femmes du Fuuta-Jalon (Guinée). In Le peuplement du Sahara néolithique, d’après l’interprétation des gravures et des peintures rupestres. Journal de la Société des Africanistes. 1970 40 (40-2): 91-102. Lire sur webPulaaku. — Tierno S. Bah

Un correspondant a publié sur mon Facebook Wall l’information suivante datant du 17 avril 2009 et intitulée “Un village fulani en Algérie” :

« A Fulani village in Algeria
Anyone acquainted with West African history will be aware of the remarkable extent of the Fulani diaspora, stretching from their original homeland in Senegal all the way to Sudan. However, I was surprised to read the following note in a history of the Tidikelt region of southern Algeria (around In-Salah):
“Le village actuel de Sahel a été créé en 1779 par Sidi Abd el Malek des Foullanes, venu à Akabli dans l’intention de se joindre à une pèlerinage, dont le départ n’eut pas lieu… Les Foullanes sont des Arabes originaires du Macena (Soudan); il y a encore des Foullanes au Sokoto; Si Hamza, le cadi d’Akabli appartient à cette tribu.” (L. Voinot, Le Tidikelt, Oran, Fouque 1909, p. 63)
The current village of Sahel was created in 1779 by Sidi Abd el Malek of the Fulani, who had come to Akabli with the intention of joining a pilgrimage whose departure never occurred… The Fulani are Arabs originating from Macina (Sudan, modern-day Mali); there are still Fulani at Sokoto; Si Hamza, the qaid of Akabli, belongs to this tribe.)
I very much doubt there would be any traces of the language left (in Algeria) — even assuming that Sidi Abd el Malek came with a large enough entourage to make a difference — but wouldn’t it be interesting to check? »
Lameen Souag

Traduction des passages anglais ci-dessus:

Toute personne connaissant l’histoire de l’Afrique de l’Ouest est consciente de l’étendue remarquable de la diaspora Fulani, s’étendant de leur foyer originel au Sénégal jusqu’au Soudan (Khartoum). Cependant, j’étais surpris de lire la note suivante au sujet de l’histoire de la région de Tidikelt, au sud de l’Algérie (aux environs d’In-Salah).……
Le village actuel de Sahel fut fondé en 1779 par Sidi Abd el Malek, des Fulani, qui était venu à Akabli avec l’intention de se joindre au pèlerinage et dont le départ n’eut jamais lieu …
Les Fulani sont des Arabes originaires du Macina (Sudan, actuel Mali); il y a des Fulani au Sokoto; Si Hamza, le chef d’Akabli, appartient à cette tribu.
Je doute fort qu’il reste des traces de la langue (en Algerie) — même si l’on suppose que Sidi Abd el Malek vint avec un entourage large assez pour faire la différence — mais ne serait-il pas intéressant de vérifier ?

J’ai répondu sur Facebook en quelques points, que je reprends ici avec un peu plus de détails.

  1. Les fondateurs du village étaient en transit pour le pèlerinage à La Mecque. Pourquoi sont-ils restés sur place sans poursuivre leur randonnée ? Combien étaient-ils ?
  2. Rappel : le nom propre pluriel est Fulɓe ; au singulier Pullo.
    Leur nom varie cependant selon leurs contacts : Français et Maghrébins les appellent Foulanes, chez les Hausa ils deviennent des Fulani, pour les Wolof/Serères ces sont des Peuls, les Mande les désignent par Fula, les Sose en font des Fulè, etc.
  3. L’évolution historique, culturelle et politique des Fulɓe, couvre toute la gamme des formes d’organisation sociale: Tribu, Ethnie, Supra-ethnie, Nation et Civilisation.
    Mais, comme tous les peuples africains, ils n’ont pas fait — de façon autonome — l’expérience (positive et négative) de la révolution industrielle, à partir du 18è siècle. Avec ses prolongements dans la révolution numérique. Les conséquences de cette lacune historique sont connus : colonisation, domination, dépendance, sous-développement.
  4. La question de l’origine d’un peuple nomade aussi les Fulɓe est aussi vieille qu’on puisse remonter les sources écrites sur l’Afrique. Par les Arabes, d’abord, et ensuite par les Européens.
    Aujourd’hui, toutefois, il faut retenir que les racines et les ramifications des Fulɓe sont aussi africaines que celles de tout autre population autochtone du continent. Ils ne sont venus ni d’Orient (Proche, Moyen ou Extrême) ni même de l’Egypte proche de leur foyer probable de diffusion, c’est-à-dire l’antique Sahara.
  5. Rejettant les théories et les spéculations parfois absurdes, l’archéologie repère la présence des Fulɓe dans la région de Tassili n’Ajer (sud de l’Algérie) depuis au moins 5000 ans av-J.C.
    Consulter, par exemple, les travaux de Henri Lhote, par exemple, son article “L’extraordinaire aventure des Peuls”. Lhote fut l’un des premiers archéologues à explorer en détail les peintures rupestres des caves du Tassili. Entre autres impressions, il releva la forte ressemblance entre les figures dépeintes et la physionomie des Fulɓe contemporains. En 1962, Germaine Dieterlen (sa co-auteure de la version française de Kumen) invita son collègue Amadou Hampâté Bâ —qui était alors ambassadeur du Mali à l’UNESCO — à visiter l’exposition de Henri Lhote au musée de l’Homme à Paris. A la vue des images présentés, Hampâté s’exclama : “Mes ancêtres sont passés par là !” Et d’ajouter : “Mon peuple est extrêmement ancien.”
  6. L’Afrique est le berceau de l’humanité. C’est d’elle, et précisément dans l’actuel Sahara, que les précurseurs des Fulɓe se constituèrent dans la nuit des temps. Le Sahara était alors une région arrosée, fertile et abondante en vertes prairies, favorables à l’élevage et au nomadisme.…
  7. Au plan des sciences biologiques la recherche conjointe — génétique et génomique — du 21e siècle a établi le tour de force qu’est le séquençage de la vache. Les scientifiques concluent que ce mammifère subit une mutation génétique majeure. En vertu de cette évolution, elle devint capable de consommer de la nourriture de faible qualité (herbe, feuilles, écorces) et de les transformer en produits riches en protéines (lait, viande), indispensables à la vie. Il fallut six ans d’efforts et une équipe de 25 chercheurs pour réaliser le séquençage. Boubacar Diallo, ingénieur d’élevage en Guinée, fut associé aux travaux. Non pas parce que son pays soit doté d’une infrastructure moderne de recherche, mais surtout pour son appartenance à une ethnie associée avec, et spécialiste traditionnelle du bovidé.
    Lire “The Genome Sequence of Taurine Cattle: A Window to Ruminant Biology and Evolution.”
    De son côté, la base de données du laboratoire Domestic Animal Genetic Resources Information System  (Dagris) contient la liste de quelque 120 groupes, sous-groupes et hybrides de l’espèce bovine en Afrique. Le cinquième de ce catalogue se réfère, directement ou indirectement, au domaine Fulɓe, avec des noms de bétail tels que N’Dama, Fulani, Gambian Longhorn, Red Fulani, White Fulani, Fellata, Sokoto, Yola, Gudali, M’Bororo, Adamawa, Red Bororo, Fulani Sudanese, etc.
  8. Il y a environ 10.000 ans des communautés humaines domestiquèrent le bovin (vache, taureau) et en fait un partenaire inséparable. Les Proto-Fulbe prirent part à cette invention, qui propulsa l’entrée de l’humanité dans la civilisation.
  9. Il a été également prouvé que l’espèce bovine d’Afrique et celle d’Asie se sont génétiquement différenciées il y a de 22,000 ans. Chaque d’elle acquit depuis des traits spécifiques.
    La leçon à tirer est claire : Tout comme les premiers Fulbe, le bovidé du continent est entièrement africain. Il n’est venu de l’Asie ni de l’Europe. Lire “Cattle Before Crops: The Beginnings of Food Production in Africa” sur Semantic Africa.
  10. Le même document souligne que contrairement à l’évolution constatée sur d’autres continents, l’Afrique inventa l’élevage avant l’agriculture. D’où le titre “Bétail avant Cultures” (Cattle Before Crops) du rapport technique.
  11. J’ai tenté de dégager (en anglais sur Semantic Africa) la convergence entre la cosmogonie millénaire des Fulɓe et la science de pointe du 21è siècle. Wikipédia me vient en renfort en indiquant que la complexion génétique de l’être humain et celle de la vache sont à 80 pour cent identiques. Est-il surprenant, dès lors, que ce mammifère occupe, depuis plus de 10 siècles, une place centrale dans l’expérience humaine. Les Egyptiens, les Juifs, les Hindous, etc. ont, hier et/ou aujourd’hui, rejoignent les Fulbe dans la perpétuation d’une compagnie que certains considèrent symbiotique.
  12. Voir également le diagramme conceptuel qui donne une visualisation condensée de l’exploration complexe des Fulɓe, qui incluent plusieurs autres populations.

Se référer au diagramme comparatif des patronymes Fulɓe, Takruri (Toucouleur) et Wasolon sur Semantic Africa. (format PDF, téléchargeable)

Tierno S. Bah

Pascal Tolno : enseignant, écrivain et politicien

Charles Pascal Tolno (1943-2017) reçu en audience par Général Lansana Conté (photo non-datée et sans-lieu)
Charles Pascal Tolno (1943-2017) reçu en audience par Général Lansana Conté (photo non-datée et sans-lieu)

Charles Pascal Tolno est mort aujourd’hui dans une clinique de Limoge, en France. Il avait 74 ans. Le défunt appartient à la  promotion Lénine, 1967, la première de l’université guinéenne. Ce fut l’année de mon second baccalauréat et de mon admission à la Faculté des sciences sociales d’une institution qui s’appelait alors Institut Polytechnique de Conakry, tout court. En 1968, elle fut baptisée du nom de Gamal Abdel Nasser, président, ou Raïs, de la République populaire d’Egypte.

Charles Pascal Tolno : survol d’une carrière

Tolno servit sous les régimes de Sékou Touré et Lansana Conté. De 1967 à 1984, il occupa les fonctions suivantes : professeur de lettres, directeur régional de l’Education, doyen de faculté. Lansana Conté le nomma gouverneur de Conakry (1990-1992) et et ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (1992-1994). Discret mais actif, posé et calculateur, il prit part à la fondation de l’association des écrivains de Guinée, dont il fut le premier président.

A cause de la terreur d’Etat et du Camp Boiro, Pascal rangea sagement sa plume sous le règne du “Responsable suprême” et unique penseur de sa propre “révolution” : Sékou Touré. Après l’écroulement du PDG, libéré de l’étouffement du Parti-état, Tolno se lança dans l’écriture. La base de données WorldCat contient six de ses livres. Voir sa bibliographie plus bas.

Remercié du gouvernement par Lansana Conté, Charles Pascal emprunta une filière familière ; il fit son entrée dans la politique partisane en créant le Parti du peuple de Guinée (PPG).
Ce faisant, il boucla le triptyque qui sert de titre de ce blog: enseignant, écrivain, politicien.

Evocations d’une vie

Les évocations guinéennes de la vie publique de Charles Pascal Tolno vont se succéder pour un court laps de temps. Elles auront toutes le même cachet aseptisé, incolore et inodore.  Il serait surprenant qu’on lise un bilan examinant les hauts et les bas du bilan officiel du défunt.
Et pourtant la seule énumération des postes importants et des hautes fonctions de Pascal Tolno ne suffit pas. Au contraire, en s’y limitant, on appauvrit et on réduit la dimension de l’individu. Et c’et aussi une manière efficace d’aggraver l’amnésie collective des Guinéens.
Les activités de Charles Pascal se sont déroulées sur un demi-siècle dans des climats politiques étouffants. Entreprit-il une action pour redresser la barre un tant soit peu ? Porte-t-il une responsabilité quelconque dans l’aggravation des maux et crises qui bloquent la Guinée ?

La lecture du résumé de son dernier livre laisse un arrière-goût amer. Le passage est décevant parce qu’il présente superficiellement l’oeuvre, et projette une image de duplicité de la part de l’auteur. Avec un sous-titre comme “L’indépendance piégée”, on s’attend à une approche critique de l’évolution du pays depuis 1958. N’ayant pas encore lu l’ouvrage, je ne peux ni faire une analyse détaillée, ni émettre une opinion fondée. Mais le résumé du livre par l’éditeur L’Harmattan n’annonce rien de clair. En effet, la présentation, vague et neutre, est, une fois de plus, anodine et banale. On lit :

« La Guinée a souvent vécu des moments tumultueux. Après la colonisation refusée, en vain, par de grands combattants, il y eut l’indépendance nationale, marquée par la puissante personnalité du Président Sékou Touré. Puis ce fut l’ère du Général Lansana Conté, nationaliste convaincu, solide dans ses convictions politiques et sociales. A sa mort, une transition militaire, engagée par le Capitaine Moussa Dadis Camara, prit la gestion du pays en main. »

Ma critique des écrits et des actions de Charles Pascal Tolno n’est pas que posthume. Elle date de son vivant, et est ainsi anthume. Par exemple, dans ma republication du numéro spécial de Notre Librairie sur la Guinée, j’écrivais ceci à propos de Tolno :

« … au delà des ambiguïtés de ce texte, il faut rappeler la carrière de Charles Pascal Tolno dans les années 1990, durant lesquelles il fit partie de la nomenklatura des violateurs de droits de l’homme et des agents de la gabegie du régime de Lansana Conté. Alternativement ou parallèlement à son leadership du Parti du Peuple de Guinée (PPG), il fut successivement recteur de l’université, gouverneur de Conakry et ministre de l’enseignement supérieur, léguant à chaque étape un bilan déplorable et décrié par les étudiants et dans les colonnes de la presse. Ce comportement — grave, paradoxal et schizophrène — a été, et reste, le fait de certains intellectuels Guinéens… »

L’erreur est humaine et nul n’est parfait. En plus de sa famille et de son cercle d’amis et de collègues, Charles Pascal Tolno a certainement fait du bien durant sa longue carrière. D’où l’émoi et la douleur que sa mort doit provoquer en Guinée et ailleurs.
Mais il fut un “pur” produit de la Guinée post-coloniale. Son destin aurait pu évoluer vers de plus hautes cimes. Il aurait pu mieux écrire et agir. Hélas, les deux dictateurs qu’il servit ne lui en offrirent pas la possibilité. Ce n’est pas là une circonstance atténuante, mais plutôt une constatation fondée sur mon expérience, la recherche et la réflexion.

RIP.

Bibliographie

  • Colonialisme et sous-développement en Afrique. Conakry, Editions Tolga, 1991.
  • La culture et la vie. Conakry : Editions Tolga, 1996
  • L’Afrique : une nation, un destin, un nouveau combat. Une union africaine. Ro-Marong, Guinea. 1999.
  • Combattre pour le présent et l’avenir. Paris : L’Harmattan, 2009
  • Afrique du Sud : le rendez-vous de la violence. Paris : L’Harmattan, 2014
  • Transition militaire et élection présidentielle 2010 en Guinée : l’indépendance piégée. Paris : L’Harmattan, 2015. 274 p.
    (Première partie: La Guinée, la route du destin d’une nation combattante.
    Deuxième partie: Transition militaire en Guinée (2008-2010). Troisième partie: Élection presidentielle 2010. Quatrième partie: Annexes.

Tierno S. Bah